dimanche 5 juillet 2009

C'est tellement difficile les rapports humains!

Je suis bouleversée par le dernier billet de FD . Ce cauchemar des mauvais rapports avec le père (ou la mère) de ses enfants, la peur au ventre, les crises d'angoisse et de colère au moment de la séparation, le chantage affectif, tout ce à quoi j'ai échappé, jusqu'à présent au moins, par une grâce singulière du destin, provoque en moi une admiration et une compassion sans bornes pour les gens qui se battent au quotidien contre cette situation. Oui , les rapports humains sont compliqués, disais-je à ma fille il y a peu, lors d'une de ces conversations complices dont nous avons le secret. Chaque être humain est déjà le résultat d'une somme d'histoires si compliquées! Ce n'est jamais simple, mais l'amour est un sésame qui ouvre bien des portes, et qui fait admettre cette complexité en l'enrobant de douceur et de miel.
Mais que l'Amour disparaisse, et alors cette complexité vire au casse-tête, au cauchemar, à la torture. Les sentiments, la raison, la passion, les pulsions, les harcèlements qui enchaînent les êtres les uns aux autres comme par des maléfices, tout cela enferme dans des relations douloureuses, inhibantes et mortifères. D'ailleurs, le message est clair pour ces ados en mal d'un père digne de ce nom: "c'est mort". Un mot profond, terrifiant et définitif, et qui montre qu'un jeune de 15 ans est parfois beaucoup plus cruellement lucide que nous, qui nous accrochons encore à des chimères...un mot qui prouve que malgré la chape de plomb du "tes père et mère honoreras", l'enfant a surmonté le tabou. Non, on n'est pas obligé d'aimer nos géniteurs, non on n'est pas un monstre si on n'y parvient pas. Tout juste un être humain découvrant la complexité du rapport à l'autre, quel qu'il soit.Un être humain en construction, qui trouvera dans celui qui aime sa mère, l'autre, le beau-père, un modèle bien plus rassurant, et bien plus équilibrant. Parce que l'Amour triomphe toujours en renaissant de ses cendres, plus fort, sous d'autres traits, toujours, comme une fleur à chaque printemps.Le message de FD se termine sur une note d'Espoir. Je lui donne le mien qu'un jour, son courage, sa force, sa détermination à garder le cap, son amour pour ses enfants se verront justement récompensés par un autre très beau mot: le Bonheur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.