mardi 30 juin 2020

Le sceau de l'ange




Hé toi, petit grain d'amour qui pousse doucement dans ta bulle chaude...Oui, toi qui arriveras avec les vendanges, quand les bois prennent leurs teintes sang et or, et que la treille donne ses fruits à la Bastide. Ne prends pas froid, les soirs d'automnes sont frileux ici !
Toi, comme ta grande soeur Sibylle, je t'aime déjà. 
J'adore que tes parents ne veuillent pas dévoiler ton identité, et gardent précieusement le mystère qui accompagne chaque naissance. Personne ne saura rien de toi avant l'heure où tu ouvriras la porte de ce monde un peu fou. Ni ton prénom ni la couleur de tes chaussons. 
Ainsi, la puissance du fantasme décuplera le bonheur de t'accueillir. C'est tellement magique, la venue d'un petit être. 
Ça remue tellement de choses, à l'intérieur de moi. Cette étrange reliance à autrui qui s'impose sans brusquerie, avec évidence et douceur, passe par tout un tas d'états d'âme, pétris de tout ce qui rend le fait d'être humain, si beau et si difficile aussi. De la joie, des doutes, des appréhensions, de l'espoir...
Tu ne sauras pas, en arrivant, qu'en te donnant la vie, on déclenche un chronomètre posé sur un nuage, un cadeau de millions de secondes qui vont s'égrener comme des perles d'eau et former ta vie. 
Tu auras tout oublié de ta sagesse foetale.
C'est parce que tu auras, comme tout le monde, ce petit creux si doux au-dessus de ta lèvre supérieure, juste sous ton nez, celui que l'on nomme « Le sceau de l'ange »... Chut ! t'aura-t-il dit, l'emplumé céleste, en posant un doigt sur ta bouche juste avant que tu n'écloses... 
D'aucuns diront que tu auras tout à apprendre. Je suis sûre que c'est pour que les mamies-fées se sentent utiles, et soient heureuses de lire des histoires, de belles histoires de vie, pleines de blé doré et d'écharpes de brume.
Mais tu auras aussi tout à m'apprendre : car un enfant, c'est toujours une étincelle. Ça allume des lucioles au coeur, aux yeux, et dans le cerveau aussi. Ça fait rester jeune, ça secoue les synapses. Ça accroche des sourires même à la lune.
Alors en attendant, je révise, les rivières, les chansons, les couleurs, les lapins, les arcs-en- ciel et la pâte à sel. J'emplis mes yeux de beauté pour toi. Je fourbis Orion, Bételgeuse et la Grande Ourse pour qu'ils brillent comme jamais.
 Je cultive en moi la trace vive de la petite fille que j'étais, je traverse en funambule le fil de soie tendu entre le présent et l'instant où tu apparaîtras. Les grands appellent cela leur part d'enfance. 
J'en oublierais presque d'écrire. Heureusement mes chers lecteurs me sonnent les cloches quand je les délaisse.

Tout ça pour te dire que je serai prête dans les temps pour passer ma deuxième étoile. 


•.¸¸.•*`*•.¸¸•.¸¸.•*`*•.¸¸

32 commentaires:

  1. Quelle heureuse perspective !!!! Je t'envie ...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Célestine,
    Tu délires un peu là mais c'est trop mignon! ;-)
    Je te souhaite les plus grandes joies avec ce bout de chou!
    Gros bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
  3. ooooohhhhh! un deuxième petit-enfant!
    quelle merveille!
    toutes mes félicitations

    RépondreSupprimer
  4. je dis toujours que c'est le plus beau métier du monde de regarder pousser ces petites graines ! surtout quand on est libéré des obligations de parents pour n'avoir lus que du plaisir. Alors profite !
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "plus...que du plaisir" dsl

      Supprimer
    2. Sous-officier d'artillerie de marine, c'est aussi un beau métier.

      Bleck

      Supprimer
  5. AH ! SUPER !
    … Dit un vieux papy qui a vécu ça 7 fois !
    Non, pas les « 7 merveille du monde », mais simplement 7 merveilles dans le monde…
    Je te souhaite, et je leur souhaite, beaucoup de bonheur tout plein…

    RépondreSupprimer
  6. Tu sais que ce genre de titre, normalement c'est mon job... Hmmm ? ;_)

    RépondreSupprimer
  7. Quel bonheur ! je suis si heureuse pour toi, pour vous !
    merci pour ce mère-veilleux cadeau !

    RépondreSupprimer
  8. Quelle jolie nouvelle, Célestine, et comme je suis heureuse pour eux, pour Sybille, pour toi !!!
    Je m'en réjouis, sincèrement. Très gros bisous, ma douce.

    RépondreSupprimer
  9. Décidément, nos destins sont liés:
    La même joie m'attend...
    Bises de connivence.

    RépondreSupprimer
  10. C'est un vrai moment de poésie, de tendresse, j'ai beaucoup aimé tes réflexions sur ce petit être dont la venue t'emplis de bonheur...
    Le bonheur, ce sentiment si fragile et qui peut s'enfuir si vite...
    Je t'embrasse Célestine
    Décidément la news ne veut pas venir chez moi...

    RépondreSupprimer
  11. Ah oui, voir ses petits-enfants grandir, quel bonheur !
    Quel pied même !
    Ça me rappelle ma première garde d'Émilie quand les deux mains occupées à la préparation de sa panade je berçais la chose hurlante dans son relax en la poussant du pied !
    Parfaitement, à l'époque je pouvais encore me tenir sur une jambe, ça étonne hein !
    Bisous ! ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Dis-leur tout de même d'y aller mollo car la surpopulation se fait pesante. :-)
    J'espère pour ta belle-fille qu'on ne parlera plus de reconfinement le moment venu, ça pourrait être ennuyant de l'empêcher de sortir...
    Mais j'en viens aussi à m'inquiéter... que te restera-t-il comme temps libre pour tes lecteurs avides de ta prose, et je ne parle même pas des réunions d'amis déjà fortement impactées par les zeuvénements sanitaires de ces derniers mois et leurs annexes inavouables ...
    Bas les masques per molto baci Cara

    RépondreSupprimer
  13. je viens de recevoir ta news, pas de souci Célestine

    RépondreSupprimer
  14. T'inquiète, tu es prête depuis la nuit des temps ;-)

    RépondreSupprimer
  15. Un enfant... toujours un tel bonheur, et une telle espérance ! C'est magnifique.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  16. Je suis tellement contente pour eux, pour toi ♥♥
    Que du bonheur!!!!!!!!!!!!!
    gros bisous

    RépondreSupprimer
  17. C'est sans doute plus tard que je reconnaîtrai la chance que j'ai aujourd'hui : ouvrir la porte du monde et être attendu·e – cœur ouvert.

    RépondreSupprimer
  18. Chaque être qui naît est une pousse en devenir, une existence qui se découvre soudain en interaction avec l'altérité.
    Je suis......en interaction avec un monde qui s'ouvre à moi hors du liquide amniotique.
    Une nouvelle naissance n'est pas seulement la réitération de l'interaction, mais à chaque fois une toute autre histoire....

    Tu es donc fondée à t'interroger " serai - je à la hauteur ?"
    Mais, si nous savons toutes et tous que tu le seras.... ( tu l'as déjà prouvé ), il suffit en fait simplement que tu restes en position d'accueil.....de la nouveauté, de la surprise....
    Et cela tu sais le faire, puisque tu adores la pure découverte sans aucune anticipation.

    Alors réjouis toi simplement avec tes proches de l'arrivée du nouveau défi que va représenter ce petit être.

    A bientôt de saluer avec toi sa venue.

    RépondreSupprimer
  19. Quel bonheur Célestine, tes mots ne sont que tendresse et amour ♥ pour ce petit bout de chou qui fera fondre ses parents et toi ♥
    Bisous

    RépondreSupprimer
  20. Nous n'avons pas la même façon d'attendre, je n'aurai pas la chance de voir un ventre s'arrondir, je ne connais pas la saison à laquelle je vais à nouveau ouvrir mes bras; je ne révise plus puisque je connais tout cela par cœur, sur le bout de mes dix doigts. Alors pour cette onzième, (dont je connais le sexe) je compte sur la créativité des aînés et de tous les mots d'enfants dont ils m'emplissent le cœur au quotidien. Bises à toi Mamy

    RépondreSupprimer
  21. Quel bonheur d’être grand-mère.
    Et quel enchantement, lorsque vieillissant on revit les bons moments passés auprès deux !
    puis généreusement ils vous donnent le grade d' arrière-grand-mère,
    mais ils restent « nos petits »
    Je t'embrasse chère Célestine,

    RépondreSupprimer
  22. Cette chance ! Quel bonheur ! J'aurais tant aimé avoir d'autres petits enfants ! Mais c'est ainsi, le petit Clément a tout mon amour, rien que pour lui et je n'ai pas l'impression qu'il s'en plaigne. Tu vas être encore une fois, une heureuse mamie. Il me tarde l'heure des vendanges pour connaître ce petit grain d'amour. Tu en parles déjà si joliment.
    Clément aura 12 ans samedi. Il passe en cinquième avec les félicitations du conseil de classe ! On fêtera tout cela dimanche.
    Gros bisous à toi et à toute ta jolie famille.

    RépondreSupprimer
  23. Une part de mystère qui permet une forme de flexibilité qui a pour credo d’accueillir ce que la vie nous a réservé.

    RépondreSupprimer
  24. un bien joli texte pur ce petit ange !

    RépondreSupprimer
  25. Elle ou lui, arrivera juste à temps pour les mille ans de paix qui commencent ! Quelle chance de naitre sur cette magnifique planète. Je sais nous traversons une époque décisive et les nouveaux venus sont appelés à faire de ce monde ce qu'il est vraiment, un paradis.

    RépondreSupprimer
  26. Mais dis donc, Célestine, tu vas devenir une sorte de super mamy !
    Je lis que tu en appelles à Orion, Bételgeuse et la Grande Ourse pour qu'ils brillent comme jamais, tu ne serai pas une sorte de nova... ? ou une mamie super nova...? à défaut de super mamie nova... ce qui n'a rien à voir. J'plaisante ! :)
    Moi, j'aime bien mamy blue ♫♫♫

    RépondreSupprimer
  27. Quelle chance il a ce petit Homme d'être ainsi attendu. Les enfants sont de tels miracles, je suis en ce moment avec ma quatrième "étoile", le bonheur de jouer et de partager est toujours là malgré ses 13 ans, je savoure, je savoure... Bises céleste Célestine, doux moments à toi. brigitte

    RépondreSupprimer
  28. Et pendant que tu écrivais ton billet, une petite merveille naissait chez nous. Elle non plus, on ne savait rien d'elle avant son arrivée. On attendait Lou ou Léo. Bisous d'une Mamie heureuse

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.