lundi 16 mars 2020

Confinement



Je suis là, assise à côté de lui. Un doux rayon de printemps effleure ma peau à travers le velours trop chaud de ma robe. On ne dit rien. On est bien. Jusqu'à quand ? Hier encore, je brassais par bouquets les fleurs de vivre. Mais la douche nous a surpris. Une averse acide. Enorme. Inimaginable. Un nuage noir d'encre qui se déplace à la vitesse de la peur.  J'ai fini par me ranger à la raison, un peu hagarde. J'ai écouté. J'ai réfléchi. Beaucoup. Longtemps. 
Les temps sont étrangement neufs, et pourtant résonnent de douloureux vieux échos.
Comme si l'Histoire se repassait régulièrement de vieux films d'épouvante, tel un gosse qui aime se faire peur. Est-ce ainsi que les hommes vivent ?
Inch'Allah.
Je regarde la mer. La source de vie. Je contemple cette éternelle beauté dont jamais l'on ne se lasse, lui comme moi. Les traits furtifs des oiseaux rayant l'air. L'herbe ondulante et les arbres noueux.
Demain, il nous faudra rester là-haut, dans la maison de la colline. Oublier nos habitudes, nos plaisirs futiles, un verre sur une terrasse, une toile, une expo. Mais qu'importe ! On sera bien. On retrouvera l'essentiel. On respirera en croisant les doigts pour tous ceux que l'on aime et qu'on ne va plus voir. On se dira qu'il ne sert à rien de lutter contre l'inéluctable. On fera des voeux pour que la menace s'éloigne. On pensera à ceux qui ont mal, qui ont peur. Aux héros qui travaillent dans l'ombre. On oubliera les mots toxiques, les gens inconséquents, les mauvais augures.
Les écureuils viendront danser leur sarabande dans les mangeoires des mésanges. On écoutera pousser les fleurs. On mangera ce qui restera, et on boira l'eau de la source.
En sachant déjà que dans les temps qui se profilent, il nous faudra réinventer un autre monde. Oublier tout ce que l'on croyait immuable et se jeter dans le renouveau. Simple. Dépouillé. Rafraîchi. Plein de nouvelles promesses. D'habitudes inédites.
- Tu as bien fait de supprimer ton billet sur le chaos, me dit-il. Il sentait le moisi de l'ancien monde.
- Ah oui, je crois...Cela m'a semblé plus sage en effet, au regard de la gravité des choses.
- J'en suis certain. Regarde. Il n'est pas de chaos. Juste l'histoire des hommes qui amorce un fabuleux looping sur l'aile du temps. Wait, and see. Attendons sagement. Confinés, mais pas cons, in fine.
***




Pour l'Atelier du Goût, que je remercie pour cette image très belle et inspirante.

124 commentaires:

  1. Ben je n'arrive pas à y croire...
    On est plongé dans un monde foutraque où règne le n'importe quoi.
    Alors je veux bien du n'importe quoi s'il s'articule autour des valeurs humaines de l'amour et de la solidarité.

    Le bon côté des choses c'est qu'il sera plus facile de nous inventer cet autre monde...
    Ti bacio Cara mia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...l'amour, la solidarité...
      Oui, on essaiera de s'inventer un monde, loin des toxiques...
      En oubliant les piquants de ce monde cruel.
      Ti bacio forte
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Bonjour Céleste,

    Plein de bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plein de bises sans aucun risque de transmission, cher Aldor. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Joli texte tout doux face à la dureté du monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La méthode douce est décidément celle que je préfère...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. (2e tentative)
    contente de voir que pour toi confiné ne rime pas avec con (disais-je)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente que tu ne te sois pas arrêtée à la première tentative.
      J'ai trouvé un jeu de mots approximatif sur le rézosocial : « on est confinés, mais on n'est pas des cons finis » ;-)
      Bisous madame
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Bonjour Célestine, je n'avais pas eu envie de commenter ton billet supprimé ; celui-ci est juste parfait ;-)
    Bises virtuelles :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon billet supprimé n'avait plus sa raison d'être. Il était l'expression d'une colère de l'instant.
      La manipulation médiatique est si forte, que l'on ne peut pas se précipiter tout de suite dans l'assentiment...Chaut échaudé craint l'eau froide, comme dit le bon sens populaire...
      Mais il n'y a que les ânes qui ne changent pas d'avis, dit un autre proverbe...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Je dirai même plus, un billet plein de bon sens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu dis bien !
      Bises non moins virtuelles
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Dire à ceux que l'on aime qu'on les aime....mais pas trop de près.... par le phone, réinventer un nouveau monde, de nouvelles habitudes.

    Que pouvons-nous faire sinon rester confinés TOTALEMENT, respecter les règles médicales, sociales, pour nous, pour les autres.

    Plus de contact. C'est la guerre !

    Vivons à la maison éloignés de nos aimés !

    quel lundi !
    je t'embrasse Céleste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel mardi...Et quel mercredi !
      Au fur et à mesure, plein de choses se passent, et font leur petit chemin dans les consciences...
      Peut-être qu'à chaque événement tragique correspond une opportunité magnifique pour l'humanité... Non ?
      Je t'embrasse moi aussi. Prends soin de toi.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Comme le dit le vieil adage, il n'y a que les c... qui ne changent pas d'avis !
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tout à fait chère eMmA
      C'est même une preuve de grande intelligence que de savoir se remettre en question... (oui je sais, c'est le printemps, les fleurs ne sont pas chères alors je m'en offre un bouquet ) ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Je suis confinée toute seule. Presque rien ne change sauf que là, si je voulais sortir, je devrais être certaine d'avoir une raison valable. Je ne veux rien "choper", autant pour moi que pour qui m'approche. On attend que le nuage passe... On attend que le monde s'ouvre à nouveau. En attendant, le soleil est magnifique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement tu es une personne normale, sorellita... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Pourquoi l'avoir supprimé? On ne grandit que sur ce qu'on a été; il ne faut avoir honte de rien; c'est ça grandir, prendre conscience de ce qu'on a dit, et qu'on ne dirait plus ainsi..
    Mes enfants sont loin, on est chacun dans une île, coupés les uns des autres, seul le fil de l'amour nous relie; mais il est fort. Merci aux "aminautes" qui maintiennent le lien, créent, partagent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah chère Anne. je n'étais pas contente de moi, et de ce billet, qui partait dans un mauvais sens au vu des circonstances. Mais je n'ai pas honte de ce que j'ai écrit. j'ai juste estimé que ce n'était plus le bon endroit ni le bon moment pour prendre à la légère une chose grave.
      Merci à toi, chère aminaute.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. La gravité de toutes ces choses qui finissent inéluctablement par se casser la gueule. C'est mathématique, ou physique, ou newtonien. Pourquoi serait-on surpris ? Le confinement permettra de retisser des liens, d'en briser d'autres, de goûter le silence des rues en ville, de respirer un air plus pur, à distance des autres pour si peu de temps qu'il ne faut pas en faire un drame. Quelques chiures de temps dans une vie, ce n'est rien, si ça permet d'en garder un peu pour revivre pleinement ensuite, non ? Courage à tout le monde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es la voix de la sagesse, chère Medceline.
      Retisser d'autres liens, respirer un air plus pur...Découvrir la « slow life » et abandonner cette cadence infernale qui nous mène au chaos...
      J'ai envie d'y croire. Pour mes « young generations » ...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Très beau et très juste, bref du Célestine grand cru. S'abriter n'est pas un geste d'égoïsme, il s'agit surtout de ne pas encombrer les gens qui font ce qu'il faut pour essayer de sauver des vies. Il nous reste à tenir le coup, et à rêver et écrire et lire.
    (et nous laver les mains sans faire les ponce pilate:) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait cela, Carnets.

      Supprimer
    2. Aldor a répondu pour moi.
      Il me reste à te remercier d'avoir apprécié mon texte. Célestine grand cru, c'est joli : je prends et j'apprécie !
      Bisous à tous les deux
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Il nous faut faire "avec", réfléchissons à notre solution intérieure, rester prudent mais rester nous-même... Bises céleste Célestine, à bientôt. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est intéressant, cette idée de solution intérieure : c'est vrai que c'est dans l'adversité que l'on se mesure à soi même et que l'on découvre ses ressources, parfois bien cachées, et insoupçonnées...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Il y a ceux pour qui la terre s'est arrêtée de tourner, ceux qui cèdent à la psychose, , ceux qui font les fiers , bravent et défient, ceux qui pensent que cela cache quelque chose d'autre et puis, il y a les malades.......les vrais ! L'histoire est en train de s'écrire. Bises virtuelles mais non moins sincères.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceux pour qui la terre s'arrêtera de tourner, peut-être qu'ils n'y pensent même pas, mais que ça va leur faire drôle que leur monde parfait s'écroule...
      On verra bien, l'avenir appartient à ceux qui sont vivants.
      Une pensée forte et émue pour les autres, les victimes de la malchance.
      Bises affectueuses
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Imagine un peu ce que tu aurais écrit sur le sujet si tu avais vécu en 1347...
    Mais bon, soyons pour une fois un peu sages.
    Tout le monde ne voit pas la chose avec ton regard.
    Les escrocs pullulent sur le sujet.
    Un d'entre eux, au-dessus de la mêlée vient de se faire serrer car il a montré un peu trop fort où menait l'idée que l'argent est au dessus de l'intérêt général.

    regarde ça :
    https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/coronavirus-l-allemagne-confirme-que-donald-trump-a-tente-d-acheter-une-entreprise-travaillant-sur-un-vaccin_3868493.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le blondin est un grand psychopathe, mais il n'est pas le seul à s'imaginer que l'on peut tout s'acheter avec de l'argent...y compris la santé, l'amour, la vie...Toutes ces choses si précieuses et si fragiles, qui n'ont pas de prix.
      Il y avait quoi, en 1347 ? J'ai oublié...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Entre 1347 et 1352, "La Peste Noire" a exterminé entre 30% et 50% de la population de l'Europe.

      Supprimer
    3. Bon sang mais c'est bien sûr !
      La Peste Bubonique ...
      Bigre !

      Supprimer
  16. Il y a ceux qui ne prennent aucune précaution.
    As-tu vu ces images et ces vidéos montrant des foules tassées comme des sardines à Paris, hier dimanche?
    Gros bisous de Mo la confinée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ont été montrés du doigt au moins mille fois, hier...
      Je crois que la conscience a été prise désormais...
      Bisous Mo. Rassure moi, tu sors quand même faire le jardin ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Comme je te comprend!! Je suis devant mon clavier et je me dis que j'ai la chance d'avoir un jardin qui m'aidera à vivre ce confinement. Il y aura les nouvelles plantation, le soin des parterres, la rêverie, le banc pour lire ou dessiner… Mais mes amis me manquerons et, plus que tout, mes enfants et petites filles. Que ça va être long d'attendre le niveau 4!! Heureusement, j'ai la chance d'avoir un jardin et lui, pour m'accompagner dans mes doutes, dans mes joies, dans mes inquiétudes, mes questionnements… Bises ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai conscience d'avoir une grande chance : avoir un jardin et une bibliothèque c'est posséder le monde comme disait Cicéron (enfin je crois...) Or, j'ai les deux à ma disposition.
      Le niveau 3 risque de durer des semaines. La résilience devra prendre le relais pour bien des gens.
      Bisous ma Brizou
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Confinés, les Parisiens n'ont pas montré l'exemple hier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ont fait comme moi : il n'y ont pas cru tout de suite. tu crois toujours tout de suite ce que disent les journaux, toi ?
      Mais je crois qu'ils ont compris, désormais.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Fabuleux looping sur l'aile du temps avant de reprendre nos habitudes ou vrai looping, that's the question...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaudrait mieux un vrai looping...
      Sinon, le deuxième avertissement risque d'être encore plus cuisant...
      Jusqu'à ce qu'on comprenne que l'on est allés trop loin.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Une fois j'ai supprimé un billet de mon blog : je m'y étais un peu payé la tête des futures mères du blog des défis qui avaient poussé des cris de désespoir à l'annonce de l'arrêt du blog de Papistache. Leur réaction à mon billet avait été très virulente. Je regrette encore de l'avoir fait, après tout, ce n'est pas moi qui m'étais énervé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois, on agit par impulsion.
      Mais là, ce n'est pas le cas. J'ai mûrement réfléchi ma décision.
      Et je n'ai aucun regret.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. C'est très bien !
      De mon côté, je vais continuer à laisser parler ma nature et jouer le con, finement (dans la mesure du possible).
      Bisous!

      Supprimer
    3. Reste comme tu es cher Boss
      C'est comme ça qu'on t'aime...Quand tu joues au con finement !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. 2020 sera l'an zéro possiblement !?? Il le faut bien un jour ou l'autre... la folie finit toujours par basculer, il n'y a que le vrai qui demeure à jamais. Et le vrai, c'est l'amour, l'entraide, le respect, la paix source de prospérité authentique, pas la fausse prospérité qu'ont connue les pays riches au détriment de plusieurs autres, s'enrichissant dans la fabrication de bombes entre autres. C'est pourquoi lorsque qq'un dit se considérer chanceux de vivre dans un pays riche, j'ai les oreilles qui sillent ! kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Kea, tu parles d'or à mes oreilles.
      Comme tu as raison, comme je suis d'accord.
      Tiens je t'embrasse.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Je peux te redire sensiblement la même chose que sur le commentaire du billet supprimé. Je mesure la chance de vivre à la campagne, d'être retraitée, en bonne santé, je ne m'inquiète pas pour moi. Par contre, je m'inquiète pour d'autres personnes (je ne vais pas le répéter), et aussi pour mon fils (médecin à Vannes) qui est en première ligne même s'il ne se trouve pas dans le service des personnes atteintes par le virus. Je respecte les consignes, car à ce stade là, je pense que nous n'avons pas le choix et que ceux qui n'en ont rien à foutre, mettent les autres en danger. Et puis, oui, c'est une bonne occasion de revenir à l'essentiel, de se débarrasser des choses superflues, artificielles.
    Joli billet, Célestine. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, je pourrais te redire la même chose : que je m'inquiète pour tout un tas de gens.
      Sauf pour moi, puisque, comme toi, je me trouve plutôt chanceuse...
      Alors bien sûr que je respecte les consignes, même si j'ai pu écrire le contraire sur un coup de colère.
      Revenir à l'essentiel : va lire le très beau commentaire de Kea, (anonyme) un peu plus haut.
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. Coucou Célestine. Je ne peux que réécrire ce que j'avais écrit sur ton précédent bille. Et pourtant, en l'espace de 24 heures, tout est chamboulé ici aussi. Un grand sage montagnard m'a écrit pas plus tard que hier matin: "nous allons peut-être revenir vers les vraies valeurs". Je ne sais ce qui va se passer mais nous devons être solidaires. Et si on voit passer des écureuils, des mésanges, si on voit les fleurs sur les arbres et la neige fondre, c'est que nous sommes vivants. Bises alpines... de loin. Signé: La ministre des personnes les plus fragiles. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère ministre:
      Tu as raison, tout est chamboulé, et en 24 heures, on peut passer de la légèreté à la gravité...
      Ce qui ne m'empêchera jamais de me poser des questions de fonds sur l « après »
      Un retour aux vraies valeurs, beaucoup de gens le souhaitent ardemment...
      Mais qu'en sera-t-il ?
      Bises célestes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. Pour une fois j'ai peut-être une chance que d'autres n'ont pas. Je suis très habitué depuis des années à vivre confiné chez moi. Au moins la moitié de l'année.
    Je rassure celles et ceux qui aiment la vie à l'extérieur : on n'en meurt pas !
    Il y a bien longtemps que je suis « l'homme qui voyage dans sa tête ». Et croyez-moi on peut aller très très très loin… d'ailleurs j'y retourne…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'arrive aussi, bien souvent, de voyager dans ma tête. et même, dans des contrées spécialement magnifiques qui s'appellent le jardin intérieur, ou le coeur de soi.
      Mais j'ai eu un bon guide dans cette découverte ;-)

      •.¸¸.•*`*•.¸¸❤️

      Supprimer
  25. Je vais probablement me calmer et je peux te dire que j'appréhende la confination, vraiment. Alors je sais ce ne sera qu'une minuscule épreuve de quelques semaines, je sais que je n'ai pas à me plaindre par rapport à ce que certains ont à subir au quotidien, mais tout de même je redoute l'effet d'un confinement.
    Allez allez allez du positif, que diable du po-si-tif et il y a toujours du positif... je réfléchissais tout à l'heure à cette merde... ça va être génial lorsqu'on va sortir (pas tous, hein, pas tous...) du confinement. il y a 2 semaines que je n'ai pas fait la bise à une femme autre que la femme que j'aime, que je n'ai pas touché une autre femme... dans 1 mois, 3 mois à la première femme que je vais effleurer... pling une petite érection : positif.

    (je suis assez content de mon "pling" le reste est assez moyen, mais le "pling" j'aime bien)

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai adoré le « pling »
      Oui, positivement.
      Un peu d'humour ne nuit pas, dans cette période sombre.Tiens, aujourd'hui j'ai vu une image drôle : c'était un lapin sur un tas de carottes. La légende disait : « lapin mis en carotène »
      Une bise.
      Bon ce n'est pas encore le pling de la fin du confinement, mais c'est déjà ça...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. Pour la première fois, j"ai été surprise par ton billet de méchante humeur. Mais en même temps, je te comprend si bien, nous enlever tout ce qui fait le bonheur de notre vie, les contacts humains, les rencontres, les toiles, les expos, les voyages..... nous supprimer tout ça d'un seul coup.
    Et pourtant, je crois qu'il est vraiment plus sage de laisser s'aplatir la courbe et permettre à tous ceux qui ont besoin d'être soignés (quelle que soit leur pathologie d'ailleurs) de l'être.
    Et ce n'est qu'en s'évitant qu'on y arrivera.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « On va s'en sortir sans sortir » comme je l'ai lu d'une façon tout à fait juste aujourd'hui...
      Mon coup de colère est passé.
      Et je suis prête à rester confiné aussi longtemps qu'il le faudra...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Ce qui me fait le plus de peine, c'est de ne plus voir mes enfants et mon petit Clément. Je les entends, je les lis sur le téléphone. Cela ne m'aurait pas dérangée "en temps normal", mais là, tout coup, leur absence me coûte beaucoup. Ils veulent nous préserver du virus. Je le comprends, nous faisons partie, parait-il, des personnes à risques, parce que nous avons dépassé les 70 ans ! J'en connais de plus jeunes que nous bien plus fragiles, mais bon ! Le cadet devait prendre l'avion et passer un mois avec nous. Paf, plus de déplacement permis, nous ne le reverrons qu'au mois de mai...peut-être. Mais aujourd'hui, j'ai échangé avec lui, je ne sais combien de messages, de coups de téléphone ! Et ma petite soeur qui nous a fait rigoler ce matin, elle n'appelle jamais avec la vidéo. Et notre nièce qui nous a appelés je ne sais combien de fois, comme nous avons ri alors que... et mon copain de tennis qui n'en finissait plus de m'envoyer des sms. Et notre grande copine Julie qui avait plein d choses à nous raconter. Finalement, j'ai l'impression que nous allons être plus proches les uns des autres qu'en "temps normal". Un mal pour un bien ? Ce n'est pas impossible. Seras-tu privée de ta petite-fille ? Ah la la ! Pourvu que cette saleté de virus disparaisse et le plus vite possible. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je la vois, heureusement, sur whatsapp, et c'est merveilleux de pouvoir le faire.
      Le téléphone, les mails, les videos, les blogs, les réseaux sociaux...on peut dire que l'on n'est pas en manque de moyens de communiquer !
      Tu sais, quand ma fille était à Boston, je la voyais plus souvent que quand elle était à Rambouillet...
      Alors je comprends très bien le sens de ton message, mariejo.
      Bon confinement !
      Et rendez-vous au début mai pour redécouvrir le goût merveilleux de la liberté.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. La situation est pour le moins anxiogène!
    Prends bien soin de toi et de tes proches, je t'embrasse ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Cathy.
      Chacun en est au même point.
      Mais il est vrai que l'angoisse et la peur ne sont pas les mêmes pour tout le monde.
      Je t'embrasse aussi, ça c'est permis !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. « ...un fabuleux looping sur l'aile du temps », j'adore, l'expression est tellement juste. J'ajouterai que j'aime cette impression de chaos. Mon physicien de fils dirait que c'est dans le chaos que se prépare les structures les plus stables! Un certain désordre m'inspire la confiance, l'espoir d'un moment parfait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà un commentaire optimiste qui me ravit !
      Assister à la naissance d'un nouveau monde, plus juste, moins égoïste...comme j'aimerais.
      Rêver c'est encore ce qui nous reste d'intact !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  30. Ton texte serait à publier, coller dans tous les lieux encore ouvert...J'ai vraiment beaucoup aimé et je suis en accord avec toi:
    "dans les temps qui se profilent, il nous faudra réinventer un autre monde. Oublier tout ce que l'on croyait immuable et se jeter dans le renouveau. Simple. Dépouillé. Rafraîchi. Plein de nouvelles promesses. D'habitudes inédites."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie.
      J'ai cet espoir en effet. Qu'il naisse quelque chose de beau de ce chaos, comme dit Grand-Langue.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. "Les écureuils viendront danser leur sarabande dans les mangeoires des mésanges"

    Comment ? Les animaux ne sont pas confinés ? mais c'est dégueulasse !

    Vous verriez comment, moi président, nous serions en guerre autrement, nom de nom !

    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est encore plus dégoûtant, c'est que les animaux se contrecarrent du virus...
      Enfin quand je dis que c'est dégoûtant, c'est plutôt génial pour eux. Pour une fois qu'ils vont être tranquille dans la forêt, sans les chasseurs...
      ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  32. Ne prenons pas le confinement comme une punition, une incarcération.
    Vivons la plutôt comme toi, comme Toi et Lui, calmement : un temps de pause, de repos , de retour à la nature, de réflexion.

    Nous prenons conscience avec ou sans Greta que notre flèche du temps ordinaire
    prenait une voie sans issue.

    Ce temps de pause pourrait bien être l'occasion d'un retournement, d'un changement salutaire grâce à ce looping sur l'aile du temps.

    Et j'aime ici l'idée de partager la vidéo suivante que je viens de découvrir
    https://youtu.be/3W8n2zFkx5E


    "Le temps ne fait rien à l'affaire
    Quand on est con, on est con"
    Mais oncques ne sera con finement

    Bon séjour sur votre colline en restant connectés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette video exceptionnelle, Petrus.
      Elle prouve que l'on peut être passé par la phase de déni, puis accéder à la prise de conscience de la réelle opportunité de cette expérience humaine mondiale. Et du nécessaire changement de fond qu'elle induit ou devrait induire dans les consciences.
      Merci du coeur
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Merci Petrus pour cette vidéo.

      Supprimer
    3. J'espère qu'il verra ta réponse, Aldor.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Merci Aldor de témoigner ainsi.
      Comme je l'écrivais, ma joie première etait de la partager.
      Comme le Petit Prince, je pense que la beauté de ce qui se vit, se dit en ce monde est faite pour être partagée comme autant d'étoiles qui brillent dans l'obscurité.

      Supprimer
  33. C'est fabuleux ! Le temps enfin retrouvé, et cette solitude pas tout-à-fait complète qui peut-être nous fera rencontrer cet inconnu si proche et si lointain que nous sommes pour nous-mêmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui dans un premier temps, et ensuite, redécouvrir les fondamentaux de l'humanité...
      mais tu as raison, André, c'est fabuleux.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  34. M'intéressant à l'astrologie, je savais que l'humanité allait traverser une période difficile mais je n'en avais pas trouvé la cause. Les configurations astrologiques de mois de janvier étaient annonciatrices d'un grand chambardement. Et, à mon avis ce n'est pas fini car même si l'épidémie se termine, (et elle se terminera bientôt)les conséquences seront grandes, notamment au niveau de tous les pouvoirs en place qui seront de plus en plus contestés…..Une transformation profonde se prépare !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis le mois d'octobre une personne de ma connaissance qui s'intéresse à l'astrologie nous dit que "les vieilles structures sont en train de tomber". En janvier, comme vous, elle nous parlé de cette conjonction saturne/ pluton annonciatrice de difficultés... difficultés qui vont durer toute l'année selon son analyse.
      C'est à la fois effrayant mais aussi porteur d'espoir d'un avenir différent.
      En attendant il faut faire le dos rond.
      Ce tremblement des vieilles structures a commencé pour moi (professionnellement) début novembre. Puis il y a eu février. Je pensais pouvoir reprendre un rythme de croisière et cette crise sanitaire arrive . Le repos ce n'est pas encore pour tout de suite. Je rêve de confinement au soleil dans mon jardin à écouter le chant des oiseaux.

      Supprimer
    2. @Daniel
      J'avais aussi entendu parler de cette conjonction astrale. Que l'on y croie ou pas, le fait est que l'on va assister tôt ou tard à un effondrement des vieilles structures. Et si c'était maintenant ?
      Wait and see...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    3. @Suzame
      Je te souhaite beaucoup de courage dans ta vie professionnelle, ma Suzame.
      Je suis perplexe quant aux prévisions astrologiques mais c’est troublant ces coïncidences ...
      Je crois qu’astrologie ou pas, on vit de grands bouleversements et cela ne va pas s’arrêter
      Bisous de ta fée
      🌸

      Supprimer
  35. Réponses
    1. @ Bleck, c'est juste que je reste coite devant un tel déni de ce qui s'est dit juste avant. Sans le moindre mot d'excuse. Juste j'ai réfléchi, je me suis rangée à la raison. C'est un peu court. Mais ce n'est que mon avis. Reste que je trouve quelque peu inélégant d'avoir purement et simplement effacer l'avant, genre ça n'a pas existé, et je parle aussi des échanges.

      Supprimer
    2. @La Baladine

      Je crois que nous n'allons pas pouvoir continuer plus longtemps ce que tu appelles des « échanges ». Que tu sois franche du collier c'est une chose. Mais ici c'est mon espace, et j'ai le droit de supprimer un billet qui ne correspond plus à ma « ligne éditoriale » comme on dit. Je ne suis ni la première ni la dernière à le faire. Et j'ai le droit aussi d'exiger un élémentaire respect, le même que celui avec lequel tu t'exprimes sur d'autres blogs. Le même que celui que je t'ai toujours montré quand je suis venue m'exprimer chez toi. Sans miel, certes, mais sans citron non plus. Je ne suis pas un punching-ball.
      Tu admettras que tu prends trop souvent mon blog davantage pour un tribunal que pour une tribune. Et tes derniers commentaires ont clairement dépassé la limite. MA limite. Désolée, j'ai une limite. Et tu connais mon chemin qui m'a menée à enfin me faire respecter. Tu connais ce chemin parce que je te faisais confiance. Alors tu comprendras que j'arrête d'être gentille et de tout pardonner. Navrée aussi de t'avoir fait gaspiller ta précieuse énergie. Tu vas pouvoir l'utiliser différemment désormais.
      Quant à l'élégance...prendre un de mes lecteurs à témoin pour me dénigrer, est-ce très élégant ?

      Bonne continuation
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆


      Supprimer
    3. @ Baladine
      Ca fait un sacré bout de temps que je me demandais quand la diplomatie de Célestine allait s'user mais je ne suis pas ici chez moi et je me gardais d'intervenir.
      "Sans le moindre mot d'excuse" : qui es-tu, Baladine pour venir exiger des excuses et porter un jugement sur le niveau d'élégance ici où tu es invitée ?
      Il y a quelques temps j'avais souhaité voir ton blog mais j'ai trouvé porte close : Qui es-tu Baladine, toi qui viens régulièrement porter des interventions péremptoires et jugeantes vecteurs de conflit et dans le même temps fermes ta porte ?
      Etonnant, non ?
      Nous sommes ici dans un lieu d'empathie qui n'est pas si Bisounours que tu ne manqueras pas de nous en créditer car je puis t'assurer que j'ai eu en "off" avec Célestine un certain paquet d'échanges particulièrement musclés.
      Tu as de la chance, Baladine, que Célestine soit restée mesurée dans ses mots ci-dessus. Te serais-tu adressée à moi sur ce ton que l'accueil eût été pour le moins différent.

      Peut-être pourra-t-on t'inviter à t'interroger sur cette rage de dominer et cette violence qui t'habitent.
      Nous sommes tous en progression...

      Serviteur, Madame.

      Supprimer
    4. @ La Baladine - Célestine :
      Je n'ai pas lu le billet supprimé je ne connais donc pas le niveau des commentaires. Mon "point unique" n'est ici qu'un trait d'humour face à 3 points de suspension, à prendre au degré de chacun.
      Je me garderai bien de quelque jugement que ce soit à l'exception d'une règle absolue à mon sens, nous sommes ici sur ton blog Célestine tu en fais ce que tu veux.

      Bleck

      Supprimer
    5. @Célestine tu trouves normal et juste de blâmer les immuno-déprimés, coupables de ne pas avoir assez souri à la vie pour booster leurs défenses, sans te préoccuper une seconde de l'effet que ça peut leur faire, ce genre de discours? De l'effet que ça peut avoir sur leurs proches? Où se situe l'empathie, la bienveillance dont tu te pares à longueur de billets?
      Quant à l'humour qui sauve de tout, il n'a pas empêché Desproges de claquer de son crabe, ni Coluche de jeter bêtement sa moto sous un camion.
      Pour le reste, tu fais ce que tu veux, tu es libre. Y compris de blesser profondément, non à propos de comm sur les blogs mais à propos de la vie et de la santé d'un être que j'aime, et que tu as rencontré, sans même avoir l'idée du mal que tu répands.

      @Candide, suite à une migration de Datacenter la plateforme Overblog a rencontré quelques soucis. Faut arrêter la parano.

      Supprimer
    6. @ Célestine, maintenant tu peux supprimer évidemment, puisque c'est ton espace, tout ce qui est au-dessus, ce qui te permettra de te draper de tes vertus auto-proclamées.
      On aurait pu s'expliquer, mais tu préfères systématiquement l'évitement et la victimisation. Je préfère pour ma part la clarification.

      Supprimer
    7. Dis-voir la Baladine, ça de ferait trop chier d'avoir un minimum d'éducation ?
      Puisque tu t'ériges régulièrement en censeur et en juge, je me permets de te dire qu'ici on en a cure de ton fiel, ta mauvaise foi et ton esprit emmerdeur.
      Tu es aussi casse-couille que la non regrettée Aukasou. Tu es du même gabarit et tu n'as plus qu'à prendre le même chemin (sans issue).
      Voilà.

      Supprimer
    8. @ Célestine
      le vocable de mon précédent commentaire n'est certes pas très académique, mais la dame ne semble pas sensible aux nuances et aux périphrases (et je ne parle même pas des métaphores...), alors autant mettre les points sur les I.
      Ti bacio forte

      Supprimer
    9. @Blutchy
      Je crois qu'il n'est pas utile de sortir l'artillerie lourde : une personne intelligente est capable de comprendre qu'elle a passé les bornes, et que l'on souhaite en rester là.
      Et d'ailleurs je souhaite en rester là.
      Baci caro mio e grazie
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    10. @ tous:
      Mort de rire !
      Blutch ayant, si je ne m'abuse, travaillé dans les engins de travaux publics, le pilotage de bulldozer n'a aujourd'hui plus aucun secret pour lui !
      Et je trouve qu'on a assuré une belle progression tous les trois: Cel d'abord dans une diplomatie mesurée digne des meilleurs négociateurs, moi ensuite un peu plus rugueux et enfin Bluch aux commandes du bull.
      Que diriez-vous de monter ensemble un cabinet en vue d'arrondir nos fins de mois ?

      Supprimer
    11. Rien ne me fait chier venant d'un antivaxx primaire émettant des jugements sur tout et sans même savoir de quoi il parle. Rien ne me fait chier venant d'un pseudo qui dit le contraire de ce qu'il est. Rien ne me fait chier de la part de ceux qui sont incapables de soutenir une discussion avec des avis contraires aux leurs. Rien ne me fait chier venant d'ici. Rien. Vous m'en voyez navrée pour vous. Bien cordialement. :-))

      Supprimer
    12. @ La Baladine
      Je crois que tu as fait le bilan que tu n'as plus rien à faire ici, et je ne crois pas que tu seras regrettée.
      Quant à ton avis sur moi, je te citerai Georges Courteline:
      "Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet."

      Supprimer
    13. Tu n'imagines pas le nombre de messages que j'ai reçu. Quant à ceux qui parlent par citations interposées... :-D

      Supprimer
  36. Une petite retraite amoureuse ne peut pas faire de mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui !
      "Quand on veut, on peut !"
      MdR (jaune) !

      Supprimer
    2. @Berthoise : Je confirme. Après un long désert affectif, une oasis, ça fait du bien... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    3. @ Candide
      Je sais, je n'aurais jamais dû ressortir cette vieille phrase.
      Mais tu sais ce que j'en pense. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Y-a-til des lapsus gratuits ?
      Vous avez quatre heures...

      Supprimer
  37. Une catastrophe qui vient s'ajouter aux autres.
    Ça ne remet pas en cause mon discours sur l'essentiel de la vie, ça enfonce le clou plutôt, ça le renforce.
    Le plus dur est d'être confinés loin de ceux que l'on aime, et se dire que que là, maintenant, tout peut s’arrêter, sans un dernier touché de peau, un dernier baiser.
    Quand au retour de la sagesse de l'homme pour reconstruire le monde, en le faisant autrement, j'en doute.
    Bises sombres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute Thierry Janssen, la vidéo proposée par Petrus. Elle te mettra peut-être un peu de baume au coeur.
      Je t'embrasse, cher poète
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  38. Je te souhaite et je me/nous souhaite aussi un Joyeux “confinement” ! (Vaut mieux l’aborder avec humour, n’est-ce pas ?)
    Prends soin de toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'humour sauve de tout, et en tout cas de la morosité. Et le rire, la joie boostent les défenses immunitaires, paraît-il...
      Je te retourne ce bienveillant conseil : prends soin de toi et des tiens.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  39. Même si nous n'en avons pris conscience que récemment, nous pourrons dire à nos petits-enfantd (enfin... pour ceux qui auront survécu) "Nous avons vécu une période historique" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai ce sentiment aussi. Nous avons déjà vécu un changement de millénaire, c'est pas donné à tout le monde.
      Nous allons assister au changement de paradigme.
      Ça me fait un bien fou de le penser...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  40. Il me semble que de toute situation nos avons quelque chose à prendre, à apprendre. Apprenons à vivre plus lentement, à profiter de nos enfants, à les regarder comme nous n'avions plus pris le temps de le faire, à consommer moins. Reprenons le temps de lire, de méditer, de se regarder dans les yeux, de cultiver notre jardin et cessons de nous plaindre.
    Bises affectueuses petite sœur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Curieux, je suis allé voir "Emotions de femme", et j'ai trouvé porte close !

      Tant pis...

      Supprimer
    2. @Catherine
      Je pense exactement comme toi, à la virgule près. Sans doute, nos chemins nous ont appris à positiver les situations les plus difficiles...
      je t'embrasse, grande soeur de coeur.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    3. @Candide
      Le blog de Catherine est pourtant bien ouvert. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Bizarre: quand je clique sur son pseudo dans sa réponse, j'arrive sur une page blogger où rien ne répond...

      Supprimer
    5. Lis mieux ma réponse...Il y a un indice :-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  41. c'est sûr, un autre monde est possible et on l'espère très fort !
    Bizzz Céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout comme vous, mes bestioles.
      Bisouzzzz
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  42. L'espace d'un moment, j'ai bien cru que j'avais la berlue...
    J'ai tout juste eu le temps de lire, que le billet avait disparu. Pffft, envolé, ventilé, dispersé façon puzzle...
    Du coup, comme je venais d'enfiler mon costume d'ours (vraiment très utile), qui fait office de vaccin, je n'ai pas trouvé de mots pour commenter ce tableau, où deux êtres sont face à la mer♫♫♫ ou face à celle-ci ♫♫♫

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis désolée pour ce désagrément. C'est la première fois que je supprime un billet. Disons que c'était un geste fort. Parfois il faut savoir trancher dans le vif, et prendre des décisions radicales...Personne ne saurait me le reprocher en ces temps de crise profonde où des décisions radicales s'imposent et se prennent quotidiennement... ;-)
      J'aurais aimé te voir en costume d'ours, même si ça veut dire que tu avais la grosse colère... ;-)
      C'est humain, les grasses colères...
      Pour le tableau du Goût, on ne t'en voudra pas si tu n'as rien trouvé à dire.
      Bisous de la nuit, mon ami (ou du petit matin)...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  43. Pas de grosse colère, ni de petite! Juste des mots qui commençaient a faire leur effet... J'étais à peine surpris par ce billet" coup de gueule" qui sont parfois très sains. Je le fus par sa disparition. Mais tu as le droit de faire ce que tu veux, chez toi.
    Si seulement ce confinement mettait "nos dirigeants" en face des réalités, qu'après avoir desingué les hôpitaux, depuis plusieurs années, s'apercevoir benoîtement, qu'ils sont indispensables. Pour moi, c'est bien une preuve que chez ces gens-là, seuls les comptes comptent...
    Comme j'ai en eux une confiance très limité, je redoute qu'après, ils s'en lavent les mains ; et pas que par pure mesure d'hygiène.
    Sans masque, je t'embrasse d'un bisou du matin. Une fois n'est pas coutume��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même si ce n'est pas le moment d'en parler, en pleine « union sacrée » où on nous demande juste de rester chez nous, sur le fond, tu as raison...
      L'après-crise sera déterminant...
      Bisous du soir, reprenons les bonnes vieilles habitudes.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  44. J'ai perdu mon grand-père que j'adorais ce mardi 3 mars (décès non lié au coronavirus). Quelques jours après avoir fêté ses 90 ans, il est décédé chez lui, comme il le souhaitait, entouré de toute sa famille et sans trop souffrir. Difficile pour moi de penser à autre chose, de recommencer à vivre normalement suite aux mesures liées au coronavirus : mes élèves ne viennent plus à l'école, je ne peux plus voir mes amis, aller au cinéma, au resto, je dois m'occuper de ma grand-mère de 89 ans qui vit mal cet isolement presque total juste après le décès de son mari. De plus, j'ai la malchance d'habiter dans la région la plus touchée de Belgique (région à forte immigration italienne liée aux anciens charbonnages, mais je ne souhaite pas leur lancer la pierre), ce qui n'est guère rassurant. Je doute que je retrouve mes élèves d'ici la fin de l'année scolaire en juin 2020. Jamais je n'aurais imaginé une telle situation…

    Prends soin Célestine de toi et de tes proches. Gros bisous (de loin lol) de Belgique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma maman est partie aussi à l'aube de ses 90 ans...
      Je pense fort à toi dans ce moment difficile, et à ta grand mère, ce n'est jamais simple pour les personnes âgées...
      J'espère quand même que l'école reprendra avant juin, on ne peut que le souhaiter... Trois mois de confinement, ce n'est pas à souhaiter...
      Je t'embrasse cher petit belge
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  45. Voilà du bel optimisme...plus de chaos alors ?? Bah on y est déjà et ça n'ira pas en s'arrangeant alors qui sait si ce confinement et cette épidémie n'aura pas un côté positif malgré tout, pour ceux qui échapperont au chaos de la maladie.
    Bisous Miss.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'optimisme est ma seconde nature, n'en déplaise aux pessimistes...mais je suis une optimiste lucide !
      Je pense que cette période aura certains effets positifs sur les êtres humains...
      Bisous Mindounet
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  46. "Trois mois de confinement, ce n'est pas à souhaiter..."
    C'est peut-être là que les parents vont se dire que finalement, tout n'est pas la faute des profs...

    RépondreSupprimer
  47. Personne je pense ne croit à un monde parfait mais beaucoup font semblant et se raccrochent à des bouées chancelantes, pour survivre...

    RépondreSupprimer