mercredi 22 novembre 2017

La grâce







J'aimais bien le patinage artistique, avant. Dès les premiers frimas je guettais à la télévision, le coeur battant,  l'épreuve des « libres dames », deux mots qui, déjà, me paraissaient bien accordés.  Evidemment qu'elles étaient libres, à mes yeux, ces belles fées à paillettes, aux cuisses si galbées, aux décolletés si audacieux. Des symboles.
C'était un envol doux et précieux. Une parenthèse divine, un monde un peu irréel, suranné, guindé dans des principes et un protocole abscons qui semblaient immuables. 
Surtout sublimés par les commentaires de Leonid Zitronovitch.
Puis, plus tard,  par Nelson Montfort, l'émotif, le dithyrambique, l'excessif, que mon père appelait affectueusement « mets l'son moins fort ». 

Bizarrement, ces frêles libellules étaient menées à la baguette par des matrones à l'air revêche, surtout certaines babas russes à la carrure d'haltérophiles. Comment ces catcheuses pouvaient-elles montrer des mouvements si gracieux à leurs poulines, voilà qui était pour moi un mystère aussi obtus que la pierre de Rosette avant Champollion.
Les juges sévères donnaient des notes improbables, en litanies de cinq neuf, cinq neuf, six zéro...Comment pouvait-on sauter de joie en obtenant six zéros ? 

On attendait sa favorite, fixant la glace immaculée, au bord de l'ophtalmie des neiges, et soudain, la grâce surgissait. Elle nous surprenait, par sa délicate empreinte, à peine perceptible. Par ses mouvements harmonieux, ses gestes adorables, ses arabesques crissant sur le miroir gelé de nos songes. Epousant la musique avec le charme d'une danseuse. Légère et court vêtue telle Perrette en ses sabots, des sabots à la lame acérée, dont je me demandais toujours : mais comment font-elles pour tenir là-dessus ? 
Une déité superbe descendant de son nuage laiteux pour nous effleurer de son doigt. 
La Grâce, quoi.


Aujourd'hui,  il m'arrive d'être touchée par d'autres grâces, sans l'ombre d'un tutu et ne rimant plus avec glace.
Comme le merveilleux François Morel chantant un baiser aussi bien que Souchon,  ou Depardieu, le colosse aux pieds fragiles, rendant hommage à Barbara son amie de toujours. 
Plus je les écoute tous deux,  plus je suis émue par leur grâce.







Merci à mes amis Suzame et Patrick Mandon.

130 commentaires:

  1. Célestine, je vous commente peu, mais oh comme j'aime vous lire.
    Vos mots sont aussi de la grâce, et j'aime à me laisser emporter par votre style d'écriture.

    Depardieu n'est pas mal en interprète par ailleurs.

    Ju'Lyn

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très gentil Ju'Lyn, et sachez que l'ordre dans lequel interviennent mes commentateurs n'a pas d'importance. J'accorde la même attention au centième qu'au premier.
      Le mot grâce est étonnant, quand on y pense. Il vient de la nuit des temps romaines, du latin « gratia »et en grec on l'appelait "charis" qui a donné les charisme.
      Depardieu est plus que pas mal, à mes yeux. J'ai écouté en boucle tout le spectacle qu'il a donné aux Bouffes du Nord. Les textes qu'il récite entre les chansons sont de Barbara elle-même, ce sont des extraits de ses interviews. Et seul Depardieu peut murmurer « je suis une femme qui chante » sans que personne ne trouve cela ridicule. Et quelle sensibilité.
      Bises et revenez quand vous voulez.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Alors comme ça, Champollion faisait du patinage ... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais bien sûr. Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu...
      Allez, au dodo, gemini bestiole !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. mais ! je ne mange pas de criquet, moi !! (même chocolaté)
      :)

      Supprimer
    3. Rho ! pardon, cher dodo, y a pas offense !
      Ce cricket-là est aussi sympa que toi ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Bof ! Finir sa vie dans un dodo, y'a pire :)

      Supprimer
    5. Zêtes trop mignons tous les deux !

      Supprimer
  3. Depardiovitch est surprenant. Pour la première fois, je vois Gégé ne pas faire du Depardieu.
    Il semble si tendre et fragile...

    François Morel est aussi très bien, mais il surprend moins. Il est plus "dans son jus".
    Bref, un sacré bon moment que tu nous offres là Céleste...

    J'ai mis dix croquettes pour la marmotte :-P

    Ti abbraccio e TVB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu te souviens quand même de la publicité de la marmotte ?
      Je pense vraiment que Depardieu est un faux dur, un faux gros, un faux monstre. Mais un vrai tendre au fond de lui. Y en a.
      Baci caro mio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Bien sûr que je me souviens de la pub.
      Par contre, tu es passée à côté de mon épouvantable jeu de mot...
      Ti bacio

      Supprimer
    3. Complètement. J’ai beau relire je vois pas... :-(
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Il faut peut-être changer l'orthographe...

      Gémidi crocket

      Je t'ai dit qu'il est épouvantable... Je dois être en train de me tant-bourriner :-)

      Supprimer
    5. Rhôôô ! oui, épouvantablement drôle, et je me demande pourquoi je l'ai laissé passer...
      Tant Bourrin me manque à moi aussi.
      Dis quand reviendra-t-il ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Alors ça c'est marrant. J'adorais aussi regarder le patinage artistique. J'aimais beaucoup les couples danser sur la glace. Et les commentaires de Montfort lorsque Candeloro a joué d'Artagnan! Un grand moment. Maintenant je regarde beaucoup moins. Je ne sais pas si j'aime ou déteste le Gérard. Là il faut dire que le monstre devient fragile et c'est émouvant. Il y a des instants de grâce dans cette vie qu'il faut savoir apprécier. Quant à Rosette, j'ai toujours pensé qu'elle patinait comme un caillou. Bises alpines et belle journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ton humour, Dédé.
      Je n'ai jamais pu supporter Candeloro et sa vulgarité. C'est sans doute à cause de cela, et d'autres choses, que je n'ai plus regardé le patinage avec mes yeux émerveillés d'enfant.
      Trop de magouilles, trop d'affaires de gros sous et même politiques entachent le sport de haut niveau de nos jours.
      Pour Gerard, moi je sais que je l'aime depuis toujours. C'est un acteur remarquable qui peut tout jouer.
      Bises célestes, belle montagnarde
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'aimais bien Katarina car elle allait vite... et puis aussi beaucoup Surya car elle tombait tout le temps. :-))

      Supprimer
    3. Surya avait beaucoup de technique, mais elle manquait vraiment de grâce, et je crois que c'est ce que les juges lui reprochaient...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Hello Miss W. Tout au contraire j'ai toujours détesté le patinage artistique et plus encore depuis les ineffables commentaires de Candeloro et Montfort. Mais Depardieu en toute modestie seul avec son pianiste chante vraiment très bien Barbara. Quant au baiser de François Morel je ne l'avais jamais entendu mais je trouve ça tendre, lunaire et poétique, vraiment. Mais ça me rend aussi un peu triste, jolment triste car ça me refait penser qu' "elle est repartie, dans l'Audi de son mari, ah, son mari" (l'une des plus belles de Souchon). ATTB avec les deux baisers de Morel et Souchon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui une des plus belles, des plus frémissantes chansons de Souchon...
      la plage de Malo Bray Dunes et les fancyfair à la fraise... quel univers ! tendre, lunaire et poétique, j'aime ces trois adjectifs mis bout à bout...
      Big kisses and attb
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Oui, de belles chansons joliment interprétées.

    RépondreSupprimer
  7. Non, parce que le patinage me laisse de glace. 😉

    RépondreSupprimer
  8. Ma mère adorait le patinage artistique puis les magouilles tambouilles des juges, les notes iniques pour certains (Surya Bonaly splendide athlète jamais véritablement récompensée par exemple) l'en ont peu à peu dégoûtés. Il y a beaucoup de sports que je ne regarde plus non plus et que pourtant j'aimais bien dans ma jeunesse, le tennis par exemple. J'en ai découvert d'autres comme le curling, la pétanque, dont nous avons découvert la fine stratégie récemment. Le curling c'est passionnant pour peu qu'on s'y penche, ça à l'air un peu niais comme ça mais c'est vraiment intéressant. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le curling c'est super gracieux.... Je l'ai découvert au centre de rééducation il y a une douzaine d'années quand une chute très badaboum découpa mes os en plusieurs morceaux. C'était aussi un centre pour sportifs de hauts niveaux, toutefois déglingués par excès de courses aux médailles, ( moi qui étais un Zhandi de bas de gamme) et évidemment, il y avait dans la salle commune une grosse télé toujours branchée sur les chaînes sportives. Un type qui s'était pété la colonne vertébrale au ski de "haut niveau" et ne bougeait plus que le petit doigt, m'expliqua en gros les règles. J'ai été fasciné par la compétition en question.

      Au passage : c'est fou le nombre de grands compétiteurs sportifs qui ont leur vie bouzillée sans même avoir réussi à décrocher une médaille olympique de leur rêve, et dont, bien entendu, on ne parle jamais. On ne va quand même pas faire un reportage sur ces débris, ça va gâcher le sport !! Pire encore cela pourrait décourager les jeunes candidats au fauteuil roulant…

      Supprimer
    2. @Alain
      Moi un sport où il faut faire fondre la glace, je prends... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Désirée
      C'est vrai, il existe des tas de sports pas très connus mais très intéressants.
      Connais-tu le Kin-Ball ? C'est un sport dont les règles s'appuient sur le fair play et la collaboration, sur le respect des autres et l'accessibilité à tous. Autant dire que pour les médias avides de compétition féroce, ça ne vaut même pas le coup qu'on en parle. Et pourtant quelle école du vivre ensemble, ce KinBall, que j'ai pratiqué avec mes élèves pendant de longues années.
      je te conseille d'aller y jeter un oeil, c'est formidable.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Avoir un blog, c'est aussi un sport! :-))

      Supprimer
    5. Et ce que dit AlainX s'applique aussi au patinage : ces quelques instants de grâce sont l'apogée de milliers d'heures de travail ingrat et de bien des difficultés. Quant on y pense, c'est aussi ce qui en fait la grandeur. Destin fabuleux : une vie consacrée à quelques minutes d'émerveillement !
      ...'fin moi, Jdissa...

      Supprimer
    6. Le curling c'est lent, c'est à la fois physique (mais pas trop)(vraiment pas trop) et cérébral. J'ai toujours adoré les jeux de stratégie. Parce que ce que j'aime dans le jeu bin, c'est pas gagner, c'est jouer (c'est ce que j'essaie d'inculquer à ma fille et à ma nièce, deux forcenées de la "gagne" mais bon je pisse un peu dans un violon). Alors le kin-ball ma chère Célestine je ne sais pas du tout de quoi il retourne et je vais aller jeter un oeil (rassures-toi je le récupère après, je ne vais quand même pas le laisser sur ton tapis) Du fair-play il y en a si peu dans ce monde de brutes.

      @Alain. Il y a quelques mois j'ai vu un reportage épouvantable sur le dopage sur Arte et comment la plupart des athlètes se laissent injecter toutes sortes de saloperies improbables dans les veines pour "une performance". Parce que malgré ce que disait Virenque, la plupart savent très bien de quoi il retourne quand on leur fait des piqûres de "vitamines". Et attends on a pas vu encore le pire, parce que ceux qui s'enrichissent sur le dos des sportifs envisagent à l'avenir "d'augmenter" les hommes comme ils te l'expliquent sans sourciller. C'est à dire que bientôt on verra des gens génétiquement ou mécaniquement modifiés. C'est ça l'avenir qu'ils disent les sponsors et les entraîneurs. Et comme tu dis toutes ces gueules-cassées du sport on en entend pas parler, pas plus qu'on entend parler des champions passés remarque, va voir en Chine: les mecs le gouvernement les a brisé en menus morceaux pour une médaille en chocolat et une fois leur carrière finie ils n'ont plus qu'à faire la manche!

      Supprimer
    7. @Dédé

      Oui un sport de haute voltige...il faut de l'endurance !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. @Jdissa
      Comme Rostropovitch et ses huit heures de violoncelle quotidiennes ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. @Désirée
      je pense que tu aimeras l'esprit du Kin-Ball
      Pour le reste, je laisse Alain te répondre...
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    10. Pour faire suite au commentaire de Désirée:
      J'avais lu un article qui expliquait que le dopage n'est pas seulement réservé au compétiteurs de haut niveau. Ils en ont détectés chez des Séniors amateurs...
      - Allez, vas-y Papi, une petite pilule et tu seras le meilleur sprinter au déambulateur de la maison de retraite...

      Je ne sais pas si tous les dopés arrivent premier à l'arrivée de l'étape, mais ils en grillent pas mal (des étapes) pour arriver premier au centre funéraire...

      Il y avait eu en enquête auprès de sportifs pro.
      La question était:
      "Si on vous offre un produit dopant qui vous assure d'être champion du monde, mais qui va vous tuer en 5 ans, le prenez-vous?"
      Beaucoup ont répondu... Oui.
      Bises et baci à la patronne

      Supprimer
    11. Ce serait pas une petite pilule...bleue ? ;-)
      Parce que pour celle-là, j'en connais qui sont prêts à tout...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    12. @ Désirée et quelques autres.
      J'ai dans le passé déjà exprimé sur mon blog mon hostilité aux JO, et encore pire, aux jeux paralympiques, où, là comme ailleurs, le dopage est totalement indispensable pour décrocher des médailles en chocolat frelaté.
      (j'en sais quelque chose, non pas que j'aies participé, mais une de mes amies Zhandi, championne d'escrime en fauteuil, oui. Elle se faisait piquer régulièrement avec des saloperies dont elle ignorait la composition). L'Omerta sur le dopage dans les jeux paralympiques est peut-être encore pire qu'ailleurs…
      J'ai toujours pensé qu'Oscar Pistorius ( puisque l'actualité en reparle) s'il avait pété les plombs et trucidé sa nana, ce n'était pas uniquement parce qu'il buvait du thé au jasmin !
      Les anciennes athlètes devenues obèses et en fauteuil roulant parce qu'elles ont les articulations pourries, ce n'est pas demain que cela fera l'ouverture du journal de TF1...
      il est vrai qu'il y a tellement de milliards de dollars à gagner… ( par ceux qui évidemment vivent du sport mais n'en font pas…)
      Quant au dopage, je doute qu'il soit un jour éradiqué, puisqu'il est en réalité, de plus en plus florissant en ce compris chez les braves salariés des entreprises que l'on presse comme des citrons, et qui, pour gagner quelques euros de plus, utilisent toutes sortes de drogues, dans l'attente du burnout final.

      On trouvera ici comment s'en procurer légalement :
      http://www.xtremdiet.com/croissance-musculaire/category/463/

      Supprimer
    13. Je suis entièrement d'accord avec toi.
      Le dopage dans le sport a tué l'esprit même du sport.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. le patinage artistique, c'était une des émissions préférées de mon arrière-grand-père (alors je regardais avec lui pour lui faire plaisir mais pour moi ça manquait d'action et comme tu dis, la manière d'évaluer et les critères d'évaluation m'échappaient complètement ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton arrière-grand-père ^^ ah oui quand même !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Oui, Célestine, la grâce, elle est un peu partout pour qui veut la voir.... dans le patinage artistique aussi, oui, c'était bien joli.. puis il y a eu pour moi un avant et un après Cadeloro... qui a jeté sur ce sport son dévolu plus moderne que l'on n'attendait pas, sport un peu coincé auparavant, trop encadré, qui a laissé découvrir au grand jour un certain nombre de magouilles, mais pas seulement là. C'était quand même il n'y a pas si longtemps, rassure-moi ! quand je lis Adrienne qui parle de son arrière grand-père, alors là ça me donne un sacré coup de vieux, de vieille je veux dire !
    mais comme pour beaucoup ce temps s'est un peu fané avec ses pirouettes, ses hautes voltiges, ses saltos... à présent j'ai trouvé d'autres grâces, comme François Morel que tu cites, et dont j'apprécie les mots-baiser, Depardieu épatant, émouvants tous deux ...deux grands poètes.... et d'autres, nombreux, que je ne citerais pas ici....
    Merci à toi....
    Je te souhaite une belle journée remplie de beautés et de grâces.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'en reste pas moins que le geste sportif du patinage est en lui même toujours aussi magnifique.
      je suis tombée par hasard sur la prestation du couple français qui monte en ce moment, et j'ai trouvé cela magnifique, cette osmose, ce beau symbole d'amour, avec une musique émouvante de deux voix qui s'entremêlent au rythme des corps. Vraiment artistique. Voilà la grâce, quoi.
      Bisous ma chère Den
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Ce baiser léger et volatile je l'ai gardé en moi... C'est tout un art ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un art que possède François Morel...et quelques autres.
      Les amoureux du patin, en somme ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. J'avoue que Depardieu me touche, son hommage à Barbara montre sa sensibilité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as l'occasion, écoute son spectacle entier, c'est magnifique.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. C'est mon épouse qui aimait (et aime toujours) regarder le patinage artistique. Du coup, je regardais également, nous n'avons jamais eu qu'une télé (et qu'une voiture). Je ne me suis jamais intéressé aux noms de ces créature virevoltantes, pourtant je m'en rappelle une : Katarina Witt. D'accord, ça ne me rajeunit pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, très grande et belle patineuse katarina tchitchi...
      Et aussi Irina Rodnina, Annette Poetzsch, et Peggy Flemming, voilà les noms qui me viennent à l'esprit.
      Et l'omniprésence des couples russes de 1964 à 2002 aux JO...
      Meuh non t'es pas vieux...;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. moi aussi le patinage artistique, m'a fait rêver quand j'étais encore qu'une enfant. Pas de vie, ni de jeunesse pour ces jeunes sportives

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, comme pour les gymnastes roumaines qui ont fait couler tant d'encre au temps de Comaneci...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Le surnom que ton dab, j'le connais bien chui-là) avait refilé à Nelson, le chaussait comme un pied beau. Pourquoi tu m'attendris comme ça ma Céleste ? L'émotion ça évolue c'est tout, ça se perd pas. La preuve Depardieu, passer des Valseuses à Nantes, imagines l'aigle noir se faire colombe. Sa force de comédien l'embrouille quelquefois lui-même, mais ce mastodonte a du sentiment qu'il planque.
    Je t'embrasse tu sais comme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mon paternel avait de ces fulgurances...
      Toi aussi, tu m'émeus, comme disait l'autruche.
      Je pense tout comme toi à propos des mastodontes au coeur tendre
      Tendres bises mon zoizo
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Je suis beaucoup plus touché par un gérard Depardieu dans "Mammuth" que dans son expression Barbaresque alors que le françois Morel m'émeu à chaque instant. La grâce des patineuses, je l'évite (sans faute d'orthographe)

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depardieu m'a touchée dans beaucoup de films, un que j'ai adoré c'est la Tête en Friche. Encore un moment de grâce avec Gisèle Casadessus, la centenaire qui a disparu récemment.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Je vieillis. Voilà deux heures j'avais écrit un commentaire beaucoup plus lourd, j'ai réfléchi deux minutes et juste au moment de "publier" me suis censuré... je vieillis, grave.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beufh non, tu vieillis pas grave. Tu vieillis léger, au contraire.
      Et ça c'est cool. Pourquoi se prendre la tête ? Maintenant si tu t'es censuré parce que tu as eu peur de blesser, comme la dernière fois, c'est dommage. Parce que j'ai appris à ne pas faire des opinions des autres une affaire personnelle. Et je ne prends pas pour moi les goûts (et dégoûts) des autres.
      C'est dommage de se censurer pour ça.
      RV en MP comme disent les djeuns'
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Depuis que Candeloro commente la patinage artistique est insupportable ...
    Bon, mais je n'ai jamais été passionné de ces exploits annotés....

    Depardieu chanteur est presque aussi émouvant ...presque... que Serge Reggiani chanteur.
    L'émotion est parfaitement mise en scène...
    Ça doit être ça le talent, feindre avec conviction...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Feindre ? Je ne crois pas que son émotion soit feinte, sincèrement.
      J'ai cru comprendre quand même qu'il y avait une relation très forte entre l'acteur et la chanteuse.
      Quelque chose de l'ordre des liens subtils.
      Bon peut-être bien qu'un producteur s'est dit: « y a du blé à se faire ». Mais je ne crois pas que Depardieu l'ait fait pour ça. Honnêtement.Je le sens.
      Mais dis moi, toi que je trouve si plein de talent, tu ne feins pas avec conviction, au moins ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est peut-être aussi que tu commets l'erreur de me trouver plein de talent…

      Supprimer
    3. Oui c'est vrai que tu n'en as aucun... :-P

      Supprimer
  19. c'est curieux de comparer la grâce de ces danseuses à la grâce sans tutu des deux artistes que tu cites! Bien sûr je comprends ce que tu veux dire: la grâce de ces jeunes filles est avant physique: elles sont belles, gracieuses dans leur recherche d'harmonie. Morel et Depardieu, c'est d'un autre registre: je dirais plus volontiers qu'ils nous mettent en état de grâce, en état d'émotion par leur interprétation...
    (j'aime la dernière phrase d'Alain: le talent, c'est feindre avec conviction, y croire soi-même

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la grâce de ces jeunes filles est avant tout physique... (le tout est resté dans mon clavier ;-)

      Supprimer
    2. Non, je crois que la grâce ne vient pas que du physique. je connais des personnes très belles et sans grâce, et d'autres au physique ingrat pourvu d'une grâce indicible.
      La grâce, c'est justement ce qui nous met en état de grâce, il y a à la fois le geste, le regard, la lumière, l'émotion, certaines patineuses l'ont, et d'autres ne l'ont pas, elles ont simplement la technique mais ne sont pas habitées. C'est pareil pour les chanteurs, les écrivains, les artistes en général... Et je dirai que c'est pareil pour tous les êtres humains.

      Et surtout il y a quelque chose de l'étymologie du mot qui a donné « gratuit ». Et « gratitude »
      Un état de don, et d'échange pour la beauté du geste... La grâce c'est tout cela pour moi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. oui Célestine! une grâce, une présence...quelque chose qui passe...:)

      Supprimer
    4. Un je ne sais quoi que les autres n'ont pas...
      ;-)

      Supprimer
    5. La grâce c'est l'élégance de l'âme qui se laisse voir par instants…

      C'est sans doute pour cela que l'on peut être reconnaissant envers la personne qui vit cette délicatesse raffinée.
      La grâce peut-elle s'apprendre par des heures d'entraînement intensif ?
      Il me semble plutôt que c'est un état subtil et fugace qui se révèle naturellement et que l'autre cueille parce qu'il lui est offert.

      Supprimer
  20. Ah bon ? C'est comme ça que tu maries l'odalisque et l'Obélix, toi ? ;-)

    Ok, je sors !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais exactement, c'est énorme ! Tu es quand même fortement un génie, j'espère que tu en as conscience...
      D'ailleurs j'aurais pu participer au défi, du coup...
      Non, reste !!!
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. l'émotion qui brise, ce n’est pas tant la joliesse, qui est du premier degré, mais la faille qu'on découvre dans les cuirasses, par laquelle on aperçoit le cœur battant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme c'est vrai, et si bien dit.
      C'est une chose que l'on apprend avec le temps.
      Merci, emma, pour ce très beau commentaire, plein de grâce.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Chère Céleste,
    Bien souvent j'ai éprouvé ce sentiment de vouloeir dire et de n'en rien faire. Je me redoutais seul en ce cas.....
    Alors ton texte me rassure : il y a peut être dans la nature de quoi faire un bon plat de nouilles.
    Mais qu' elles soient ou non 'al dente' peu importe : l'essentiel est effectivement d'en sortir. Une fois réalisé que l'on ne risque rien à oser le champ des possible

    Quoi de plus beau pour illustrer la grâce que ces spectacles auxquels tu nous convies par ce billet ?
    La Grâce est beauté, finesse , légèreté comme le vol d'un bel oiseau.
    Alors , ce spectacle d'une patineuse sur la glace est l'image la plus juste pour illustrer le concept. L'artiste dans ces exercices imposés ou libres donne au corps l'élégance de l'oiseau.
    Qui plus est ,si je m'imagine la scène sous la musique du Lac des Cygnes.
    Mais tu renforces encore le propos par cette évocation de Gerard chantant Barbara , comme un dialogue ininterrompu au dela du temps . Cette merveilleuse interprétation de l'acteur aux mille talents m'a également ému aux larmes tant il est sincère quand il interroge : "Dis , quand reviendras tu, dis , au moins le sais tu ?"

    Merci Céleste pour cette gracieuse évocation
    Petrus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai remis à sa place la première partie de ton commentaire. ;-)
      Pour les reste je suis d'accord, bien sûr.
      Encore que la musique du lac des Cygnes me paraisse un peu « too much » dans ce genre de prestation.
      Trop d'oiseau tue l'oiseau...
      J'ai vu un jour une exhibition sur « Staiways to Heaven » c'était fabuleux.
      La grâce est aussi dans les groupes de hard metal...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. La grâce, ce rien, ce tout, cette chose indicible que l'on perçoit sans pouvoir expliquer pourquoi ni comment, cette élégance exquise qui vient du fond du cœur et de l'âme, cette délicatesse, "ce tout petit supplément d'âme, cet indéfinissable charme, cette petite flamme"...

    https://youtu.be/lgHGU8gqz9U



    RépondreSupprimer
  24. Bonjour Célestine, merci pour ton billet tout en grâce. Pendant longtemps, j'ai regardé le patinage artistique, libre dames ou couples et je dois dire que certains couples étaient en parfaite harmonie. Parfois, je regarde encore mais les juges gâchent tout.
    Quant à Depardieu, je ne regrette vraiment pas de l'avoir écouté. Je ne savais même pas qu'il chantait. Un grand merci.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es adorable, Denise, et d'une bienveillance rare et si agréable.
      Merci beaucoup.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. J'adore le patinage artistique. Comme tu ds, c'est un monde de rêve. Ça nous change des séries américaines, des fusils, des meurtres bref, ça fait du bien à regarder.
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu dis ! sorry !

      Supprimer
    2. Oui c'est vrai, de ce côté-là, j'avoue qu'un peu de rêve aérien fait beaucoup de bien...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Même sentiments quant au plaisir de voir évoluer si légèrement ces jolies patineuses et à l'émotion déclenchée par ces "chanteurs" au physique si différent, à la voix pas toujours bien posée. Barbara que j'adore a de singuliers chevaliers servants, mais tellement pleins d'elle qu'ils en sont touchants. Bonne soirée, je vais de ce pas, taquiner la baballe dans mon trinquet préféré ! Comme si c'était de mon âge ! J'avais juré que j'arrêtais ces bêtises et puis voilà... Bah, tant pis, mon coeur a l'air de tenir encore le coup, je vais tester sa résistance encore une fois ! (rires) Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien raison de t'en aller taquiner la baballe le plus possible. C'est ainsi que l'on t'aime, dynamique et drôle, c'est ta grâce à toi de savoir faire rimer le bonheur, le sort, les petits enfants et les gâteaux à la crème...
      Continue le plus longtemps possible, mariejo. Tes enthousiasmes font ma joie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Vous êtes la grâce, chère et douce amie.
    Et votre façon de vous exprimer, le choix de vos sujets, vos élans du coeur, vos émotions, tout cela fait que nous nous nous sentons bien en vous lisant.
    Vous irradiez une grâce délicieuse, je ne cesserai jamais de le dire.
    Merci, oserai-je dire que je vous rends grâce de tout cela ?
    Une expression bien ancienne mais qui dit tellement bien les choses.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grâce à vous, j'ai le sourire ce soir en lisant vos encensements.
      Merci une fois de plus pour votre indéfectible admiration.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Émouvante, sensible et touchante la chanson de François Morel. Très évocatrice. Je ne connaissais pas. Merci de me l'avoir fait découvrir.

    Quant à celle de Barbara, je crois que dans son répertoire c'est ma préférée. Parce que l'amour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es un homme comblé, donc... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Comblé, sans doute pas, mais disons un homme heureux :)

      Supprimer
    3. Je voulais dire de par le fait que tu avais aimé les deux extraits que j'avais proposés... ;-)

      Supprimer
  29. Le patin à glace,c'est comme la bicyclette...Encore faut-il avoir appris!Je ne suis pas patineur,ou alors dans la semoule, parfois.Je sais simplement me déplacer sans me tenir à la rambarde et sans grâce.j'aimais bien regarder le patinage en duo, parfaite communion de deux êtres en symbiose,parfaite maîtrise de la glisse,chorégraphie ad hoc.
    Pour avoir assisté il y a longtemps à un entraînement de patineuses,j'ai pu voir de mes yeux novices la beauté et la difficulté des exercices.
    Sur une glace vierge de toutes rayures,la professeure,dans un glissé harmonieux,traçait à la surface une succession de boucles à la façon de lettres alphabétiques avec leurs pleins et leurs déliés.De sa lame,avec beaucoup d'élégance, elle écrivait l'exercice à effectuer.
    Cela me faisait penser aux maîtresses d'école qui,sans compas, traçaient aux tableaux des cercles parfaits dans une rotation précise de leurs avant-bras.
    Une fois l'exercice posé,les élèves devaient reproduire à l'identique la figure jusqu’à l'automatisme,la perfection.La grâce viendra après...

    Ton billet aussi est un moment de grâce,de plénitude harmonieuse,ponctué de Zéon Litrone,d’haltérophiles russes,de Perrette et son manque de pot,de François Morel que j'apprécie de plus en plus.Du coup,cela me fait penser que je n'ai plus de référence musical à proposer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai, je sais toujours tracer un cercle (presque) parfait en faisant tourner mon avant-bras d'une certaine façon. Et il est vrai que ce mouvement a une certaine grâce...
      J'adore quant tu résumes mon billet, en fin de commentaire. C'est fin ! ça se mange sans faim.
      Dis-moi, aurais-tu reçu mon mail ou bien est-il parti relégué dans les spams. je m'inquiète de ta non-réponse...
      Bises du soir tard
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je vais y voir tout de suite,il faut dire que je"segmente" mes boites mails et donc,je ne relève pas mon courrier tous les jours.Je te prie de m'excuser.

      Supprimer
    3. Ah je ne savais pas...
      j'attendrai donc que tu relèves ton courrier... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Voilà qui est fait!

      Supprimer
  30. Je reviens écouter le Gérard. Je le trouve tellement fragile lorsque sa voix se casse un peu notamment sur les "dis" et puissant quand sa voix monte en crescendo. Magnifique. Allez. Je sèche la petite larme qui coule. Belle journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement tout le disque est de ce tonneau. c'est vraiment réussi.
      J'ai découvert certaines chansons de Barbara que je ne comprenais pas bien à cause de son phrasé quand même très particulier...
      Franchement, reviens quand tu veux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. J'aimais aussi beaucoup regarder le patinage artistique, une des rares disciplines sportives que je regarde. Mais comme pour la danse, qui donne aussi l'illusion d'un état semi divin, délivré de l'apesanteur, jamais touché par les bobos du corps, je savais qu'en fait c'était un talent terriblement exigeant que celui-là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous ces sports de «l'extrême difficulté » posent le même dilemme : pour être le ou la meilleur(e), il faut s'entrainer au-delà de ses propres limites. Un talent terriblement exigeant, si l'on en croit le destin de certaines gymnastes roumaines ou danseuses de l'opéra...
      baci sorella

      Supprimer
  32. J'ai adoré aussi le patinage artistique dans ma jeunesse, ça me semblait irréalisable et je les admirais beaucoup, avant j'avais eu ma période tutu ... Je viens d'écouter François Morel, une jolie interprétation pour un beau texte, j'aime beaucoup ce monsieur et son humour. Depardieu m'a profondément émue dans Cyrano de Bergerac, depuis le charme s'en est allé.... Certains airs d'opéra me bouleversent également, mais certains tableaux aussi..
    Belle journée!
    bisous ( j'ai vu ce qu'était le matou rouge sur le net... une autre belle histoire d'amour)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère Maryline d'exprimer avec grâce ton avis sur tous les sujets.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Moi aussi je l'ai regardé pendant longtemps, impressionné par la danse sur glace en couples. Lorsque le danseur lançait sa partenaire en l'air j'avais toujours peur qu'elle s'envole et ne revienne pas !
    La grâce un don merveilleux et si rare ! La grâce se rapproche du don. J'ai pu l'apprécier dans le dernier spectacle du mime Julien Cottereau, un artiste issu du cirque du soleil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis allée voir qui était ce mime, et c'est vrai qu'il est très doué.
      La grâce est un don, assurément, un don de soi, gratuit (c'est la même étymologie) et d'ailleurs, gratuit est synonyme de gracieux...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. La grâce est là où nous savons la lire. La grâce nait quand nous savons en donner.
    C'est, peut être, une question de sincérité. Être juste, c'est être en grâce.
    Aujourd'hui, le monde manque de grâce. Et c'est triste.
    Bises du soir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est intéressant ton point de vue, letienne.
      Oui, sans doute y a-t-il beaucoup de sincérité dans la grâce...
      Il ne tient qu'à nous de la regarder, plutôt que de nous focaliser sur les choses tristes de ce monde.
      Mais cela, je sais que tu sais le faire, tout comme moi.
      N'est-ce point le fait des poètes, des saltimbanques, des artistes, des rêveurs?
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. J'ai quelques peines à trouver de la grâce à Gérard Depardieu, qui n'est jamais qu'un comédien et qui fait là son métier. Et s'il est fragile, il le cache bien, ce monsieur qui tient plus du sanglier que du papillon et qui se lie d'amitié à grand fracas avec un dictateur de l'est. De plus, j'ai la plus grande difficulté à avoir de la considération pour les artistes qui désertent le pays où ils ont amassé leur fortune pour éviter de participer à l'effort collectif qu'est l'impôt. Faire du fric, oui, participer aux côtés des français qui l'ont porté où il est, non. C'est écoeurant de mépris, et si ce monsieur se plaint de payer des impôts, qu'il sache que je suis prêt à échanger ma place contre la sienne.
    Alors je sais, on n'est pas dans le même registre. Mais je n'aime guère avoir l'impression qu'on se paye ma tête et c'est là ce que je ressens de la part de ce monsieur (et de beaucoup d'autres qui ne trouvent pas plus grâce [tiens ?!] à mes yeux).

    Ceci étant, la chanson de Barbara !... Elle me parle !... Et ça va chercher profond, chez moi !...

    François Morel, je ne connaissais pas. C'est léger, ça se boit comme une menthe à l'eau, assis à une terrasse face au port. C'est tout simple et on a l'impression qu'on l'a déjà vécu, ou qu'on est, nous aussi, en suspens avec ce baiser du fond du coeur et du temps au bord des lèvres...
    Et ça aussi, ça me parle. Décidément !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai toujours aimé les peintres, les écrivains, les poètes, les musiciens, les acteurs qui savent m'émouvoir.
      Qui savent faire vibrer au plus profond par leurs mots, leurs couleurs, leur jeu, leurs sons, quelque chose en moi du domaine du subtil, du divin, de l'impalpable.
      Gérard Depardieu est de ceux-là. Je ne le juge pas. je n'ai pas envie de le juger. Il m'émeut, comme il est. Plein de gens m'émeuvent, Baudelaire, Scott Fitzgerald, Chateaubriand, Rimbaud, Gainsbourg, Céline, et tant d'autres ....et pourtant, il y a parmi eux des alcooliques, des pervertis, des violents, des esclavagistes, des assassins.

      Nous sommes tous des humains avec des zones d'ombre, des turpitudes et des blessures.
      Ce que je ressens c'est qu'il ne feint pas dans ce spectacle. Il aimait profondément Barbara, et lui rend un hommage merveilleux tout au long des deux heures.. j'aurais aimé y être, en serrant la main de quelqu'un que j'aime pour éponger mes larmes.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. entre grâce et grasse, juste une histoire de lettres. Bizzz divine Céleste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux dire un peu comme chez Botero ? (voir sa formidable expo à Aix) ;-)
      bisous mes bestioles chéries
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. https://www.youtube.com/watch?v=ob8PLL4LzJU

    :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle grâce merveilleuse ! :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Fabuleux!
      Si cette dame se reconverti dans les affaires, elle serait championne des montages financiers acrobatiques ...
      Baci et accolade à Jdissa

      Supprimer
    3. Espérons qu'elle ne soit jamais récupérée par cette bande de filous...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Oui, la grâce, c'est au-delà des formes et des normes, c'est quelque chose qui touche une corde sensible, qui a trait à l'âme. Depardieu, en apparence gros ours malhabile, porte en lui quelque chose de profondément vulnérable et délicat. Il laisse voir part féminine en lui, ne la craint pas. La grâce, serait-ce cet équilibre entre ce que nous sommes profondément et ce que nous donnons à voir?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une très jolie définition, Dad.
      Un gros ours, un sanglier, une bête en apparence, et pourtant des fêlures et une vulnérabilité qui lui donnent cette sensibilité d'écorché vif. Se remet-on jamais de la mort de son enfant ? C'est la question centrale de sa vie. Celle qui a déterminé tous ses dysfonctionnements si décriés. D'autant qu'une culpabilité morbide doit le ronger en permanence.
      Bonne fin de semaine, belle dame
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
  39. La grâce se cache en beaucoup de lieux pour peu qu'on ouvre l’œil... Il faut un peu de temps, de silence et d'ouverture du cœur, alors dans des détails minuscules apparait une grâce qui nous éblouit. C'est la vie ! Bises et doux week end étoilé céleste Célestine. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie comporte une grâce naturelle, si l'on veut bien admettre que c'est un don merveilleux, un cadeau gracieux, gratuit.
      Si l'on se souvient de la phrase magnifique de Thich Nhat Hanh :
      Le miracle, c'est de marcher sur la terre.
      Bises ma Plume
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Bonsoir Miss Célestine !

    Excuse-moi, je ne suis pas venue depuis plusieurs jours mais les réunions parents/profs m'ont pas mal accaparée. Que tu écris bien dis donc, bravo à toi. J'adore ton style si délicat et si bien fixé. Moi aussi j'aime le patinage artistique et je regarde tous les shows et autres championnats télévisés. Je suis même allée une fois voir un spectacle de Holiday on Ice que j'avais adoré. Maintenant, en ce qui concerne les Babas Russes, c'est bien vrai, elles sont presque aussi horribles que les asiatiques. La perfection ne s'obtiendrait-elle pas dans la douceur malgré tout ?

    Très bonne soirée à toi chère Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La perfection s'obtient dans l'exigence, mais celle-ci empêche-t-elle une certaine bienveillance ? Il faut croire qu'à un certain niveau, la bienveillance s'éclipse, que ce soit en musique, en danse ou en gymnastique, on a tous des exemples de ces enfants écrasés par des entraîneurs, des coaches, des professeurs terribles comme des dragons...
      Ce que je me suis toujours refusée à faire dans mon métier. Les élèves avancent bien plus vite avec une maîtresse bienveillante.
      belle soirée chère Fille stule
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. La grâce et dans vos mots et dans cet humour taquin qui s'y love!

    RépondreSupprimer
  42. Réponses
    1. J'ai toujours aimé l'humour taquin kiss and love !
      Merci cher Alezandro.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. "Dis, quand reviendras-tu?", émouvante interprétation de Depardieu.
    J'ai un souvenir extraordinaire d'un concert de Barbara à Genève.
    "Dis, quand reviendras-tu?"
    Je vous souhaite un bon dimanche.
    Jean-Jacques'60
    Berne, le 25 novembre 2017

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez de la chance d'avoir vu chanter cette grande dame.
      Bien à vous, cher Jean-Jacques.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  44. Je rejoins certains de tes lecteurs, la grâce se trouve aussi joliment posée dans tes mots...
    Morel ! Je l'aime, j'espère avoir la chance de le voir un jour sur scène.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais le voir à Aix au printemps.
      Il est en tournée dans toute la France, il y a sûrement un endroit près de chez toi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  45. Bonsoir Célestine,
    J'ai des retards de lecture. Sans doute la Bretagne qui me gagne ou je deviens paresseuse.
    J'ai bien aimé ta prose aussi légère que les patineuses que tu décris.
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucun retard chez moi, Mo
      Tu viens quand tu veux et où tu veux...
      C'est toujours un plaisir.
      Profite bien de la Bretagne...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  46. J'ai vu Célestine... réponse pour toi dans mon petit univers... si le vent t'y emmène !
    Gratitude et bises Madame La Fée !

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.