vendredi 5 mai 2017

Faites entrer l'accusé...







Ah mes chers lecteurs ... Quelles expériences ébouriffantes la vie nous offre parfois ! Je ne pensais pas que j’aurais un jour la chance de faire partie d’un jury populaire dans une Cour d’Assises...
Me voilà prise dans un tourbillon. Des journées longues, fatigantes, passionnantes, et une foule de mots qui dansent devant mes yeux. Procédure, experts, témoignages, dossier, procureur, instruction, avocats, accusé, partie civile...au bout de trois jours d’audience j’ai déjà la tête comme un gros char...
Un énorme service d’ordre, car le premier cas est celui d’un tueur dangereux et récidiviste. Le verdict a été difficile à établir, plus de trois heures de délibérations.
Serai-je tirée au sort, demain, pour le deuxième procès ?

Bref, je vous délaisse un peu, mais je vous raconterai tout ( enfin, presque tout ce que j’aurai le droit de raconter ) dès mon retour de ce drôle de voyage dans les rouages de notre république. Une leçon de vie et d'humanité que je goûte tant que je peux, de tous mes pores et mes neurones. En pleine conscience d'assister à quelque chose de rare.



108 commentaires:

  1. Voilà un truc qui doit sacrément remuer. Très impatient de te lire, pour ce que tu pourras en raconter ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de te voir, Hopla !
      Oui ça remue...me voilà en week-end avec une tonne de mails et de commentaires à rattraper...
      Une façon pour moi d'évacuer ce que j'ai vu et entendu tout au long du procès...

      Supprimer
  2. Bonjour, Célestine.
    Ce doit être passionnant mais émouvant et éprouvant. Et la dimension collective rassurante maos parfoos difficile a gérer.Faites au mieux et soyez ce que vous êtes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une injonction qui e fait plaisir à lire : être ce que je suis, oui, je ne crois pas pouvoir être autrement...
      Merci cher ami.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Une expérience intéressante à coup sûr ! Profite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends que certains soient épouvantés ou simplement inquiets à l'idée de vivre une telle expérience. Moi j'aime trop la vie dans sa richesse et sa diversité pour faire la fine bouche devant le hasard.
      Le tirage au sort est admirablement juste.
      Et les citoyens d'un pays se sentent ainsi partie prenante dans la vie de la Nation.
      C'est quelque chose de formidable.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Une chance, dis-tu ? C'est aussi ce que je pense lorsque, chaque année, le conseil municipal tire au sort sur la liste électorale de la commune trois noms susceptibles d'être convoqués en cour d'assises…
    Une expérience humaine certainement riche et forte, qui propulse au coeur des réalités et confronte, je suppose, doutes et certitudes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui une chance, je persiste et signe.
      Une plongée au coeur de l'humain dans ce qu'il a de plus vil (le crime), et en même temps de plus admirable (la justice)
      J'ai beaucoup de choses à dire, mais elles sortiront petit à petit...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Ah chère Célestine. Moi qui ne suis pas passible de tes yeux bleus, je récuse ce tirage au sort ! Qu’on m’extraie et qu’on me défère, qu’on me traîne au parquet ! Car je m’ennuie de te lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reviens bientôt, cher magicien des mots.
      Merci de ce clin d'oeil humoristique.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. "Je ne pensais pas que j’aurais un jour la chance de faire partie d’un jury populaire dans une Cour d’Assises..."

    C'est une chance aujourd'hui -encore qu'il faille attendre la salle de délibération-.
    Je t'assure qu'à l'époque où le massicot était encore une option, ce n'était pas une chance.
    Après les avoir entendus, tu regardes tes petits camarades de délibération avec un certain effroi en te disant que tu n'aimerais pas leur voler une orange...
    Cela dit, c'est effectivement une expérience plus qu'intéressante et passionnante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement le massicot, comme tu dis, a disparu des tribunaux, car outre son ignominie, il n'a jamais dissuadé quiconque de commettre ses forfaits...
      Et puis la réclusion à perpète n'est pas la mort, mais elle lui ressemble...Que vaut une vie sans futur ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. L’exemplarité de la peine de mort a toujours été un leurre, ça n’a jamais empêché que la récidive…
      Et il serait bon que la population des justiciables soit renseignée sur le rôle réel de la justice dans un pays civilisé.
      Qu’elle ne soit pas utilisée par les politiques pour servir leurs intérêts électoraux en tirant sur les ficelles les moins reluisantes de l’âme humaine.
      Qu’on enseigne enfin que la justice est là pour dire la loi et mettre la société à l’abri des agissements de ceux qui y contreviennent.
      Qu’elle n’est pas là pour assouvir la vengeance des victimes.

      Supprimer
    3. Absolument d'accord.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. oui, c'est énorme comme expérience, ça m'a fait passer une semaine "hors du temps" et dans une sorte de drame simenonien... mais tu seras très limitée dans ce que tu auras le droit de raconter ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En l'occurrence, c'est même trois semaines, durée de la session d'assises.
      J'aurai le droit de raconter tout ce qui s'est passé dans la salle d'audience, puisque c'est public.
      Ça fait déjà pas mal de choses ...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. c'est vrai...
      j'ai tenu un journal de bord (fallait que j'écrive ;-)) mais je n'en ai quasiment pas parlé sur le blog, je n'ai pas osé
      mais je peux absolument recommander l'expérience, même si elle va au fond du fond de toi-même ;-)

      Supprimer
    3. J'ai pris des notes, oui, pendant le procès, tellement c'était intense.
      C'est dommage que tu n'aies pas osé en parler.
      Moi j'ai vu que l'avocat parlait du procès sur FB je me suis dit que ça devait être légal, donc... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. ...Certainement une expérience unique, qui interroge et brandille !
    bon courage Célestine "en pleine conscience" !
    bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joli, brandiller ! Je reste une adepte de tes mots poétiques, malgré ma présence en dents de scie...
      Merci chère Den
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Merci Célestine... une expérience, plus simplement, remuante....
      bonne journée à toi.
      Bisou.
      Den

      Supprimer
    3. Mélangée (hasard du calendrier) avec le remue-méninges des élections, et tout ce que l'on entend d'affreux en ce moment, et qui n'aide pas à la sérénité des choix...
      Belle journée quand même.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Cette expérience civile et humaine laissera des traces indélébiles dans ton coeur et ta conscience.
    Prends ton temps, nous t'attendrons...
    Je t'embrasse,
    eMmA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je profite de la pause de ce long week-end pour revenir un peu par ici.
      Mon blog me manque, comme un ami que j'ai envie de retrouver de temps en temps.
      Bisous eMmA
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Pas de remake de douze hommes en colère en perspective donc, puisque tu es une femme.
    Comment ça, les femmes sont des hommes comme les autres ? :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je rêve du jour où on ne sera plus obligé de se poser des questions sur le mot "homme".
      Cette ambiguité vieille de plusieurs millénaires commence à me courir sur le haricot.. ;-)
      Comment ça, je me répète ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Ouah ça doit être une sacrée expérience !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fabuleuse !
      Et le mot est faible.
      Mais tu sais bien que j'exagère toujours un peu... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Etre en contact avec la réalité des délits est une expérience difficile, ébouriffante comme tu le dis et très remuante. Il faut savoir se préserver tout en donnant la place à l'autre et à sa part d'humanité. C'est quelque chose que je connais bien...Bisous ma douce Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'autant que là, il ne s'agit pas de délits, mais bien de crimes.
      Et c'est ce qui fait toute la différence...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Dure épreuve, surtout au moment de la décision J'ai connu par mon mari qui a été juré, les moments d’inquiétudes que ce devoir civique crée
    Bon courage chère amie, je sais que ta lucidité te sera d'un grand recours.
    Affectueusement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie est une succession de choix, et certains sont très difficiles à faire.
      Doutes, inquiétude de mal juger, peur, certitudes, intime conviction...
      Dans une période pas très sereine politiquement de surcroit, pas facile à gérer émotionnellement...
      Bises de même
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Le bonjour Dame Céleste. Drôle de remue-ménage dans les étagères de la conscience. Le bon courage. Il en faut, dans un tel contexte.Je ne sais plus si j'ai déjà posté le bidule ci-après, mais il colle, je pense, à l'expérience. Poème :

    Le Bien et le Mal


    Je voulais tout être à la fois
    Juge et hors-la-loi
    Dieu tout puissant et Maître sans foi

    Je voulais tout être à la fois
    L'oiseau prenant son envol
    Le misérable qu'on épaule

    Je voulais tout être à la fois
    Gladiateur dans l'arène
    Lion qu'on entraîne
    Justice qu'on bafoue
    La vengeance du fou

    Je voulais tout être à la fois
    L'éclat du diamant
    La fosse du serpent
    La lumière qui se déplace
    Le miroir qui casse

    Je voulais tout être à la fois
    Note d'un rêve mélancolique
    Pilier apocalyptique
    Songe et mensonge
    D'un conte de fées qu'on prolonge

    Je voulais tout être à la fois
    Contour de l'infini
    Astre démuni

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A défaut de pouvoir être tout à la fois, je me contente d'être moi.
      Un être humain avec ses forces et ses faiblesses.
      En toute humilité.
      Merci pour ce beau poème, Rod.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Ouille. En son temps, j'ai été convoquée à la police pour être inscrite sur la liste... Je croyais (enfin c'est une façon de parler) que c'était une plaisanterie. Mais je n'ai jamais été appelée. Des amis m'enviaient, moi, je trouvais ça une responsabilité écrasante, (même si à l'époque cela aurait été sans doute plus passionnant que le métier que je faisais à temps plein).

    Effectivement, heureusement que la peine de mort n'est plus de mise (prions pour que Marine ne passe pas et que son damné parti ne revienne sur sa décision d'essayer de la remettre à l'ordre du jour).

    Oui, sans doute que tu ne pourras rien raconter (surtout par écrit et surtout par le net). Cela vaut mieux je pense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si si, je pourrai donner des impressions, des ressentis, relater l'ambiance, tout ce qui est déjà dans les journaux, car le débat est public. Seule la délibération est secrète et inviolable.
      La responsabilité est lourde, c'est vrai.
      Mais, relativisons, pas plus que de mettre au monde un enfant, ou de choisir par son vote un type de société.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, c'est curieux, les impressions. Personnellement, mettre au monde un enfant m'a d'abord paru être un grand bonheur (un des plus beaux jours de ma vie)... Et puis, j'ai vécu au jour le jour. La responsabilité de juger quelqu'un me paraît énorme (un collègue m'avait dit à l'époque que du coup, j'aurais fait une bonne jurée!) mais évidemment, je suppose que quand les preuves sont là, c'est différent et puis, on n'est pas tout seul (je crois que dans mon inconscient, la peur est d'envoyer un innocent en tôle). Et évidemment, le type de société, bien sûr. Finalement, tout ou beaucoup est une responsabilité.

      Supprimer
    3. Oui, l'éco-responsabilité pèse beaucoup sur nos épaules...Chacun de nous doit en être conscient.
      Nous allons à l'effondrement, mais tout le monde s'en fout...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Tu as la tête de l'emploi, fais gaffe qu'elle n'aille pas rouler dans la sciure! On appelait la guillotinez : "la bascule à Charlot" en référence à Charles-Henri Sanson qui raccourcit le bon Roye Louis.
    On disait également "éternuer dans l'sac" ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces précisions historiques, cher Andiamo.
      Mais en quoi ai-je "la tête de l'emploi" ? A moins que ce ne soit que pour faire un bon mot ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Quelle expérience !
    Profite, nourris toi et reviens nous raconter !
    Douces pensées :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai vécu la première semaine comme dans une sorte de bulle, complètement coupée de l'extérieur.
      C'est pour cela que je parlais de pleine conscience, au sens méditationnel.
      Parce que l'on est immergé dans un présent tellement prenant, que l'on oublie tout, passé et avenir, problèmes et joies personnels.
      Pensées douces à toi aussi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Un moment rare, une expérience sûrement difficile, où, là, rien n'est un jeu. J'ai été juré aussi. Beaucoup moins lourd, c'était pour le Festival ciné-jeunes 2013. Bises et bon courage Angel B. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assez rare, en effet, dans mon entourage il n'y a pas beaucoup de gens avec qui je puisse partager de l'intérieur cette expérience.
      Ton jury à toi était éminemment sympathique !
      Kisses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Ca doit être vraiment perturbant de "toucher du doigt" ce genre de fait "divers"... De comprendre que oui, il s'agit de gens réels. D'un assassin réel. Gloups...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, perturbant, et très interpelant au plus profond :
      Comment un être humain peut-il en arriver à multiplier les meurtres ?
      Quels mécanismes humains, sociétaux, psychiques peuvent faire basculer dans cette horreur ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Curieux moment de vie, à coup sûr...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tellement enrichissant au final... ;-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Tes sentiments/impressions/réactions m'intéressent évidemment ayant gravité dans ce milieu judiciaire dans une vie antérieure et assisté à des audiences d'Assisses, entres autres. (pas comme juré...).
    Je parle de tes impressions globales, puisque tu seras muette sur le délibéré.
    Ne fait pas comme Thierry Allègre condamné à 2 mois de tôle pour violation du secret du délibéré !!...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...avec sursis, non ?...

      ...'fin moi, Jdissa...

      Supprimer
    2. @Alain X
      Bien sûr que je serai muette sur le délibéré.
      C'est la loi républicaine, et je la respecte, comme tu le sais, avec ferveur.
      Mais mes impressions, oui, bien sûr, j'ai envie de les exprimer...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Jdissa
      Oui, deux ans avec sursis, un procès qui s'est soldé par un recours en appel, puis en cassation, puis devant la cour européenne des droits de l'homme.
      Je ne sais pas où ça en est depuis deux ans...C'est un combat perdu car anti-constitutionnel.
      Constitutionnellement, un juré, contrairement à un citoyen lambda dans une consultation électorale, n'a pas le droit de voter blanc.
      On a donc eu raison de le condamner.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Je ne suis pas sûre que j'aimerais être à ta place... bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi seule pourrait le dire.
      Sortir de sa zone de confort fait toujours un peu peur.
      On est plongé dans quelque chose d'entièrement nouveau...Mais au final, tu trouverais peut-être ça formidable.
      Bizou Brizou
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Une chance ? Peut-être.
    Une putain de responsabilité. Sûrement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je le dis plus haut, il faut relativiser : Si la responsabilité est énorme, parce qu'elle nous autorise à influer sur la vie d'un être humain, alors élever un enfant est une responsabilité aussi écrasante, et certaines personnes (nous en rencontrons beaucoup dans notre métier) n'en ont pas vraiment conscience ...Dans le box des accusés, on retrouve quand même beaucoup de gens qui ont eu une enfance de m...
      Même si ce n'est pas systématique, ça donne à réfléchir sur l'importance capitale de l'éducation...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ça, je ne doute pas que tu va remuer de la misère et de la souffrance, chez les plaignants victimes comme chez les accusés.
      J'espère ne pas avoir à être jurée un jour. Très égoïstement, pour me protéger de cette souffrance et de cette misère.
      Mais je comprends que ce rôle puisse passionner. Et si ça doit m'arriver, je ne me défilerai pas.

      Supprimer
    3. Je n'en doute pas une seule seconde.
      Tu n'es pas du genre à te défiler...
      Bisous bon weekend
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

  24. Tu n'as pas fini d'être brassée !
    Pendant et après...
    Bises d'air frais dont tu auras bien besoin.
    Nicmo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En guise d'air frais, j'ai droit ce matin à une bonne douche du ciel, mais la nature frétille ! la pluie se faiait plus que nécessaire...
      Cela me permet de revenir avec plaisir sur les blogs.
      Peut-être pour évacuer ce "brassage" inévitable...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Une riche expérience....Et humaine.....Faut pas se tromper...Quelle responsabilité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intime conviction en son âme et conscience...
      Tout est là.
      Je dirais qu'il faut "essayer" de ne pas se tromper.
      C'est déjà énorme.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Je crois en fait je suis sûre que je n'aimerais pas du tout vivre une telle expérience ! Pourvu que je ne sois jamais être tirée au sort !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le premier réflexe... Après une fois que l'on est dans l'ambiance, on est presque déçu de ne pas être tiré...
      Qui peut savoir comment tu réagirais ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. J'ai beaucoup pensé à toi; tu devais être à ton affaire. Je te vois tout à faît avant , pendant , après , alors que je ne peux pas t'imaginer en avocate. Secret professionnel , bien sûr, mais j'espère que tu nous raconteras l'attitude des autres jurés et ton ressenti par rapport à la confrontation de vos idées. Bises non coupables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non ça je n'aurai pas le droit de le raconter.
      Mais pourquoi ne m'imagines-tu pas en avocate ?
      Défendrais-je si mal mes idées ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Heureux de constater que tu n'as pas disparu de la circulation!
    être confronté à la noirceur du monde!La voir,l'entendre,en débattre... quelle expérience!
    Heureusement que tu n'es pas comme un voisin,dans mon enfance!Mon père en parlait ainsi:"il ne faudrait pas qu'il soit juré d'assise ,sans quoi il ferait couper la tète à tout le monde"!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, moi, je ne coupe la tête de personne...
      Dans la vraie vie, j'essaie toujours de comprendre avant de juger à l'emporte-pièce (si j'ose dire, en l'espèce)
      D'ailleurs j'ai du mal à émettre un jugement.
      Tout au plus me contenté-je souvent d'exprimer mes opinions et mes ressentis.
      Mais, non, je n'ai pas disparu de la circulation... ;-)
      Et j'avais même hâte de revenir te le dire.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Bonjour Célestine, merci pour ton témoignage et ton ressenti. Cela doit être très prenant et doit remuer le coeur. C'est une magnifique expérience que tu n'es pas prête d'oublier. Merci chère amie pour tes mots et je te souhaite une belle continuation dans ce domaine.
    Mes bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je vais essayer de graver cette expérience avec des mots.
      Pour ne pas oublier.
      merci douce Denise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. J'attends donc de connaitre les sentiments qui t'auront agitée.

    J'espère que ce n'est pas Dupond-Moretti l'avocat de la défense. Tu sais qu'on conseille aux jurés de ne pas le regarder?

    Bises expectatives

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah maître Dupond-Moretti ! grand talent. Moi je ne cesserais de le regarder, au contraire ...
      Les sentiments qui m'agitent ce soir n'ont rien à voir avec le procès, néanmoins...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Personnellement, je n'aimerais pas être tirée au sort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant c'est quelque chose qui apporte beaucoup.
      Tu es peut-être encore trop jeune ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Il y a déjà pas mal d'années, et d'ailleurs je l'avais un peu oublié mais ton billet me l'a remémoré, j'avais été tirée au sort moi aussi comme juré. Je me suis rendue au Palais de justice du Puy-en-Velay. Là, on nous a tout d'abord expliqué comment cela allait se passer, et puis on nous a emmenés dans l'enceinte de la maison d'arrêt pour nous mettre dans l'ambiance sans doute. Moment un peu angoissant je dois le dire. Et puis nous sommes retournés au tribunal. Je n'en menais pas large, tout cela m'angoissait pas mal. Et d'ailleurs, au moment je me dirigeais vers les autres jurés qui avaient déjà été appelés, un juge a dit : "récusée !". Je n'ai jamais su pourquoi, évidemment, je ne devais pas avoir la tête de l'emploi (trop gentille... :-)), mais je dois dire que cela m'arrangeait... Le tribunal jugeait le meurtre d'un paysan par son commis, le commis étant l'amant de sa femme. Je suis restée sur place la première journée pour assister au déroulement du procès et voir comment tout cela se passait. Mais le procès devait durer trois jours, et je devais rentrer chez moi, le travail m'attendait. Ce fut néanmoins une expérience intéressante même si je n'en ai vu qu'une partie. Tu nous raconteras la suite, Célestine, cela m'intéresse fortement. :-)
    Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton témoignage détaillé, Françoise.
      Je suis assez surprise de la diversité des réactions, certains n'aimeraient vraiment pas, d'autres aimeraient vraiment beaucoup.
      On le voit à la vitesse avec laquelle ils vont s'asseoir à leur siège à côté du président.
      Ceux qui ralentissent souhaitent être récusés...
      Oui je vous raconterai, avec plaisir...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. C'est une expérience qui me tente! J'ai hâte de te lire... bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je parlerai même sans la présence de mon avocat, promis...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. J'avoue que je n'ai jamais eu cette chance. Et pourtant, j'aurais aimé cela.
    Prenez garde de ne pas vous laisser trop impressionner. Certains procès laissent des traces.
    Et je n'aimerais pas que vous ne soyez plus tout à fait vous.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil, je crois que j'ai appris à me protéger de mes émotions, rassurez-vous.
      Mais j'avoue que c'est quand même impressionnant.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Mon frère l'a fait. Il a été éprouvé par cette expérience et n'en a jamais parlé après.
    Je ne souhaite pas vivre cela.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends que par solidarité fraternelle, tu n'aies pas envie d'éprouver la même chose que ton frère.
      Mais chaque être humain réagit différemment, non ?
      Tu serais peut-être toute étonnée de tes réactions...
      Bisous ma suzame
      ¯\_(ツ)_/¯

      Supprimer
  36. J'ai pu vivre cette expérience, mais en plus réduit.
    En Suisse, le tribunal correctionnel fonctionne avec des jurés. 3 en plus des juges.
    C'était aussi de petites affaires d'ordre matériel, dont une au moins en récidive.
    J'étais dans une situation de juré assez particulière, puisque j'avais aussi fait de la prison comme objecteur de conscience. Je savais donc dans quoi j'allais envoyer ces délinquants, pour l'avoir vécu de l'intérieur...
    Je ne suis pas sûr que ce soit une situation courante...
    Je n'ai pas non plus le droit de lever le secret du délibéré, même si c'était il y a plus de 20 piges. Je te laisse imaginer vers quoi j'inclinais et qui fut appliqué.
    Baci Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas être étonné (ou pas) mais je me suis mise à penser à toi, d'un coup, c'est bizarre, non ?
      Et hop, ton commentaire apparaît juste à ce moment-là...
      Tu crois qu'il y a eu télépathie ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. En quoi je devrais être étonné?
      a) Que tu penses à moi.
      b) Que j'écrive un commentaire.
      c) Qu'il t'arrive à ce moment là.
      Tiens, je vais jouer le Jésuite:
      Penses-tu que je crois en la télépathie?
      Ti bacio forte

      Supprimer
    3. Oui je pense que tu y crois, et d'ailleurs moi aussi j'aime y croire, bien que certains ne parleront prosaïquement que de coïncidences.
      C'est beaucoup plus poétique, et ça ne mange pas de pain.
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Bien sûr que ce sont des coïncidences dues au hasard... dans l'acceptation du terme défini par Einstein :-)
      Baci

      Supprimer
  37. "Je veux que vous écoutiez ce qui sera présenté dans cette salle d'audience avec une attention totale. Pendant que vous écouterez, il vous sera peut-être utile de vous asseoir dans une posture qui incarne la dignité et la présence, et de rester en contact avec la sensation de votre souffle qui entre et qui sort. Soyez conscients de la tendance de votre esprit à tirer des conclusions avant que tous les témoignages ne soient présentés et les plaidoiries finales prononcées. Essayez au mieux de suspendre en permanence votre jugement et d'être simplement témoins de tout ce qui se présente dans la salle d'audience moment après moment. Si vous constatez que votre esprit est trop distrait, vous pouvez toujours le ramener à votre souffle et à ce que vous entendez, encore et encore, si nécessaire. Ce n'est que lorsque tous les témoignages auront été présentés que vous pourrez délibérer ensemble en tant que jury et aboutir à une décision. Mais pas avant." Jon Kabat Zinn, L'éveil des sens, p.389.
    Belles pensées à toi, qui es en train d'accomplir une noble tâche, Célestine. Noble et pas évidente du tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est à peu de choses près ce que le président nous a dit avant le début du procès.
      La dignité et la présence...
      Et la conscience que la justice fondée sur un jury populaire est un trésor précieux.
      Il y a tellement de pays où les tribunaux rendent un simulacre de justice...
      Souhaitons de ne plus jamais connaître ça.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. $$$_______$$$_____$$$___$$$_______$$$_$$$$$$$$$$
    $$$_____$$$$$$$$$$$$$$$_$$$_______$$$_$$$$$$$$$$
    $$$____$$$____$$$____$$$_$$$_____$$$__$$$_______
    $$$____$$$___________$$$_$$$_____$$$__$$$_______
    $$$_____$$$_________$$$___$$$___$$$___$$$$$$$$__
    $$$______$$$_______$$$_____$$$_$$$____$$$_______
    $$$_______$$$_____$$$______$$$_$$$____$$$_______
    $$$$$$$$$___$$$_$$$_________$$$$$_____$$$$$$$$$$

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh c'est joli !
      Il y a bien besoin d'amour dans ce monde de brutes...
      Dommage que ce soit anonyme.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Le Goût a eu "la chance" d'être "invité" deux fois, la deuxième fois, il a décliné, il partait à l'étranger. La première fois, il a assisté à tous les procès, choisi à chaque fois par la défense et par l'accusation, il lui arrivé de rentrer très tard, c'est une sacré responsabilité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Invité est évidemment à mettre entre guillemets, puisqu'il s'agit d'un tirage au sort.
      Oui c'est une grande responsabilité, qui demande de la disponibilité.
      Et il est vrai qu'il ne faut pas être pressé le soir, on n'interrompt pas la procédure et la continuité des débats.
      Donc il m'est arrivé de sortir à 20h30.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Comme beaucoup, je ne sais pas trop si j'aimerais. C'est vrai que toute expérience est bonne à prendre. Mais j'aurais un peu peur que mon âme et ma conscience soient mauvaises juges.
    En tous cas, je suis impatient de lire ton ressenti de cette expérience.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est étonnant le nombre de questions que l'on se pose à l'occasion d'une expérience comme celle-là.
      C'est sans doute ce qui s'appelle "se faire brasser"...
      Oui j'essaierai d'être au plus près de mes ressentis.
      Bises cher Patrick
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Bonjour Célestine,

    Ce doit être stressant, non?
    Tu n'as pas trop peur?
    Bon dimanche,
    bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peur non...plutôt ...le trac, comme avant un passage sur une scène.
      C'est un rôle, un rôle de citoyen à jouer...
      Bises mo
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Entre les élections et le Tribunal, ça en fait des émotions.
    J'espère que tu peux te reposer un peu.
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ne t'inquiète pas, je me repose...
      Bisous du soir
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. Kangourou Agilelundi, 08 mai, 2017

    J'ai été juré.
    C'était à la fois terrible et fascinant.
    Je ne regrette pas d'avoir vécu ça une fois dans ma vie.
    C'est difficile , surtout quand on est, comme toi, dans l'écoute et le non-jugement.
    Mais la conscience du bien et du mal n'est-elle pas un gardefou nécessaire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que les notions de bien et de mal sont sous-jacentes à tous les débats.
      Ne pas juger, oui, quand il s'agit d'amis...mais là c'est beaucoup plus compliqué : l'intime conviction confrontée à la loi...un gros brassage cérébral...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  44. Mon Dieu voilà un truc qui me stresserait énormément... mais y assister pourquoi pas.
    Hâte de connaitre tes impressions.

    Bises Blue :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le stress était palpable dans la salle...Certains sont tétanisés à l'idée d'être appelés.
      Mais l'expérience vaut vraiment le coup.
      Bises ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  45. Eh bien...voilà une expérience que je ne connais pas...
    et que j'ai hâte de t'entendre décrire.
    Pour ma part, je crois que j'aimerais écouter...mais pas trancher.
    On a droit au joker ??? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne question ! Eh bien non. Aucun joker possible. Le vote des jurés n'étant pas un vote politique, le vote blanc n'est pas permis. On n'a droit qu'à "oui" ou "non" en réponse aux questions posées par le président avant le délibéré.
      Le verdict est donc la réponse aux questions.
      Certaines questions sont plus faciles que d'autres...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  46. Levez la main droite et dites "Je, le juré... la jurée... la juré"...

    Bon courage !

    RépondreSupprimer
  47. OMG!! J'espère que cela ne m'arrivera jamais!!!
    Bon courage chère fée

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.