mercredi 8 octobre 2014

De drôles de petites bêtes

Entérobactérie productrice de beta-lactamase à spectre étendu...





























Vous connaissez les barrières municipales en métal, n'est-ce pas?  
Mais si, celles que l'on voit partout, chaque fois qu'une manifestation de grande ampleur nécessite que l'on contienne la foule (en délire) ...C'est traître, une barrière municipale.  C'est fourbe. Avec ses pieds qui dépassent largement de chaque côté, elle attend que l'on soit captivé par les coureurs cyclistes,  ou l'harmonie de Fleurville les Ponts, ou le président qui passe et paf!  on se prend les nôtres dedans (les nôtres de pieds, je veux dire). 
Pourquoi je vous raconte ça, moi ? 
Ah! oui. C'est qu' au printemps, subséquemment, mon paternel s'est pris les pieds dans une barrière susdite. Non content de s'être cassé la margoulette, enfin le fémur, mais alors bien comme il faut, hein, le dabe, ne faisant jamais les choses à moitié,  s'est chopé une nosocomialerie pas piquée des doryphores. Une operie. Une sale operie, de celles qui se planquent derrière les scalpels en ricanant.

C'est là que j'ai appris qu'on était tous foutus. Si, si. Ne riez pas. Le toubib, qui avait l'humeur primesautière, m'a fait un tableau résolument optimiste de la situation.
"-Vous comprenez, qu'il me dit, on ne peut pas soigner votre père tant que la bactérie ne déclenche pas de signes cliniques.
-Ah bon.
-Oui, en fait, sur la vingtaine d'antibiotiques connus, les BLSE (comprenez Beta-Lactamase à Spectre Etendu) ne sont plus sensibles qu'à quatre d'entre eux. Il nous faut le feu vert des bactériologues pour pouvoir traiter."

Quand je pense qu'il y a des types dont le métier est bactériologue...c'est beau mais ça doit être déprimant de regarder toute la journée dans les yeux ces sympathiques bébêtes...
De là, il me sort une carte du monde pour illustrer son propos, avec une légende du vert au rouge en passant par le jaune et l'orangé,  sur laquelle le vert est censé représenter les zones encore protégées, et le rouge la cata absolue. 
J'ai beau regarder et nettoyer mes lunettes, je ne vois qu'une mappemonde aussi rouge qu'un gratte-cul. Il doit rester un peu de vert dans les pays scandinaves, et au pôle nord...
Je me déconfis. 
"-La situation est dramatique, m'explique le sémillant docteur, résultat de quarante ans d'antibiothérapie anarchique et incontrôlée, voilà où nous en sommes... nous avons créé des souches résistantes à (presque) tout...Les médias ne disent rien pour ne pas affoler les populations, mais on va tous crever... "
Fin psychologue, le gars. Il a dû louper son UV psycho à la fac.
Oui bien sûr, les souches résistantes c'est plutôt bien quand c'est un village de moustachus qui bouffent du sanglier en buvant de la cervoise. Mais les BLSE ça fait pas rigoler...
J'ai hésité à vous faire cette révélation de la plus haute importance. Craignant de déclencher une véritable psychose. Vous vous rendez compte, si j'affolais les populations...
Dans mes cauchemars, le spectre étendu des beta-lactamases vient me chatouiller les doigts de pieds  Je me fais arrêter par le KGB et  la CIA tombés d'accord (pour une fois)... 
Bref, on est peu de choses, comme disait ma grand-mère. 
Mon paternel, lui, pendant que je flippais ma race avec les prédictions du Nostradamus des salles d'Op, a réussi à se débarrasser de son microbe tout seul comme un grand. 
C'est lui la souche résistante de la famille, faut croire.




Fernando Sor - Etude No 2 in A major by Andrés Segovia on Grooveshark

102 commentaires:

  1. je flippais ma race avec les prédictions du Nostradamus des salles d'Op : ah ben ça alors! Je vais arroser de ce pas ce morceau que je choisis entre les autres.
    Merci, Celle. Putain, j'en reviens pas de te lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton enthousiasme fait plaisir à voir, Bof. Et ton cri du cœur, que je découvre ce matin, me met en joie.
      Je me demandais où vous étiez passés, tous, et là j'ai droit à un bouquet de blogbos, c'est génial.
      Bises

      Supprimer
  2. Nous n'avons jamais donné d'antibiotiques à aucun de nos enfants. Ya juste la fille qui y a eu droit : le pédiatre a lâchement profité de sa présence innocente et sans défense dans un berceau à la maternité pour lui en filer un, d'autorité et par abus de pouvoir, ce terroriste institutionnel ! J'imagine que le jour où ils en auront vraiment besoin, face à une amputation ou autre, le produit fera son effet correctement ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as bien fait, mon chou: on avait les pires inquiétudes aujourd'hui pour ton puis - né qui était invité à midi, et il a trouvé la route tout seul pour arriver. Moi, j'étais à la mine, mais rongé par l'inquiétude justement: le Souf junior, perdu, entouré de sangliers et de renards...enfin, j'ai suivi les péripéties aller, mais je n'ai pas de nouvelles depuis son départ d'ici...Pourvu qu'il ne soit rien arrivé...
      Dis donc, c'est pratique ces blogs pour discuter. Tu crois que l'hôtesse va râler?

      Supprimer
    2. Mon bon bof, s'il se fait mordre par un sanglier, menez-le chez le Maréchal-Ferrant pour cautériser la plaie. Surtout pas d'antibiotiques ! Et merci encore de partager tes châtaignes et tes racines avec lui !

      Supprimer
    3. @ Saouf
      Le terrorisme pédiatrique, j'ai connu, j'ai eu trois enfants et pour chacun d'eux, la mode du coucher qui était préconisée était différente:: pour l'aîné, c'était sur le ventre, pour la cadette sur le dos et pour le benjamin sur le côté évidemment. Je me demande ce que l'on m'aurait obligée a faire si j'en avais eu un quatrième.
      Quant aux antibios, j'ai decouvert bien avant la télé qu'ils ne devaient pas être automatiques...

      Supprimer
    4. @Bof
      Râler, moi ? Peuh...!

      Supprimer
    5. "Nous n'avons jamais donné d'antibiotiques à aucun de nos enfants."
      TB, mais ça change pas grand chose.... ou presque.... Ce sont les antibio que nous bouffons tous les jours sans le savoir qui sont en cause.... dans l'alimentation, les boissons etc....
      Et si c'est pas ça ce seront les métaux lourds pour la génération à venir.
      La mienne de génération aura bénéficié de la plus longue espérance de vie.... vu qu'il y avait pas encore trop d'antibio donnés aux bestioles qu'on bouffe... mais la courbe est en train de s'inverser....
      De toutes façon Ebola nous tueras tous..... Parait que le Sida à coté c'est du pipi de chat....
      on nous serine qu'il n'y a AUCUN DANGER en France.
      C'est comme la radioactivité.... le virus s'arrête à la frontière il sait lire les panneaux, heureusement,
      - Ebola interdit sur le sol français - Faites demi tour !

      "Nous vivons une époque moderne"

      Supprimer
    6. Si tu connaissais Saoul Fifre tu saurais qu'il ne mange que du naturel, produit par lui-même...
      Moi perso je ne mange plus de bestioles...je ne sais pas si ça aide, mais en tous cas je me sens bien comme ça.
      Ah oui, toi aussi tu as remarqué l'extraordinaire étanchéité des frontières françaises ?
      Qu'est-ce qu'on est bien en France, bien a l'abri de tout!

      Supprimer
    7. La pharmacologie nous a inventé le H5N1 pour vendre du Tamiflu en pagaille. Ils ont récidivé avec le H1N1, pour une facture française de 2 milliards d'€, sans compter le reste du monde.
      Ils récidivent avec le virus Ebola pour foutre une trouille monstre à la planète qui réclamera d'urgence un vaccin à nos trop chers empoisonneurs.
      Ebola, en chiffre, c'est 500 fois moins de morts que le paludisme, soit approximativement (pour l'ensemble de l'Afrique) le nombre de morts sur les routes françaises.
      Dans les faits, les seuls remèdes possible sont de surveiller l'hydratation des malades et de transfuser lorsqu'il y a une phase hémorragique. La majorité des morts est due à l'absence de ces soins élémentaires.
      Mais qu'on se rassure, même sans le secours du virus Ebola, il finiront par détruire l'humanité; ne serrait-ce que par les perturbateurs endocriniens (genre Biphénol A) qui ont déjà réduit de 50% la production moyenne de spermatozoïdes français...
      Autre scandale à venir avec la joyeuseté des ondes numériques en hyper-fréquences (la téléphonie).
      Vous avez aimé l'hécatombe due à l'amiante, au sang contaminé, à la vache folle autant que celle du tabac, vous allez adorer celle des hyperfréquences...
      Molto baci

      Supprimer
    8. Je n'ai à vous soumettre que la devise du colibri de Pierre Rabhi : "j'ai fait ma part" ;-)

      Supprimer
    9. @ Blutchiamo
      Détruire l'humanité me semble une entreprise vouée à l'échec....depuis le temps qu'elle est sur terre, il y en a eu pourtant, des empoisonnements, des hécatombes, des shoahs, des épidémies, des ravages, des guerres civiles ou non, des tortures, des exterminations, des Huns et des Attilas sans parler des catastrophes naturelles, séismes, tsunamis et éruptions volcaniques, et pourtant on n'a jamais été aussi nombreux.
      On est peut être comme les bactéries finalement : on résiste...

      Supprimer
    10. @saouf
      J'aime ce mouvement, un peu d'espoir dans ce monde de brutes...

      Supprimer
    11. @ Célestine
      L'humanité a résisté jusqu'à présent, mais elle n'avait jamais eu à faire avec les manipulations génétiques. Avant 1900, elle n'avait jamais subi les champs électromagnétiques alternatifs, etc.
      Mais tout va bien et pourvu que ça dure :-)
      Ti bacio en version bio.

      Supprimer
    12. En fait mon bon S-F ça n'est pas la personne qui devient auto immunisées aux antibiotiques, ce sont les bactéries qui ont mutées, et résistantes aux antibiotiques ! Que tu en aies avalé ou pas !
      CQFD : nous sommes baisés ))

      Supprimer
    13. @Blutchiamo

      C'est un peu désespérant, en fait...
      je prends tes bisous bio, c'est déjà ça !

      Supprimer
    14. Comme Andiamo, me semblait bien aussi que c'étaient les bactéries et autres virus qui avaient muté en devenant plus résistants. Nous devenons donc tous soumis à un risque croissant.

      Sur le fond, et assez cyniquement, ça ne serait pas forcément une mauvaise chose que l'humanité décroisse. Après tout c'est une espèce très invasive qui ne fait qu'appauvrir la biodiversité de son milieu…

      Le problème c'est qu'une espèce invasive est difficilement contrôlable.

      Supprimer
    15. Le problème, c'est que je fais partie de cette espèce, et c'est super dur de tout le temps culpabiliser d'en faire partie... j'essaie juste d'aimer la vie, d'apprécier les quelques rencontres que je peux y faire et qui me nourrissent, et de regarder la beauté des choses plutôt que leur laideur.
      Je n'ai pas envie d'être invasive, personnellement. Je ne tiens pas beaucoup de place, je veux juste contempler la nature et essayer d'apporter un peu de bonheur autour de moi.
      ;-)

      Supprimer
    16. @ Andiamo
      Il y a un double problème avec les bactéries.
      - C'est vrai qu'elles mutent pour devenir résistantes aux antibiotiques.
      - La vaccination à outrance et les antibiotiques ont, de leur côté, désarmé le corps humain. Il faut toujours se rappeler qu'antibiotique veut dire contre la vie. Ils tuent les bactéries pathogènes, mais aussi celles qui nous font vivre, ainsi que nos anti-corps.
      Gavés de chimie, on se présente désarmés devant le moindre microbe.
      Ceux qui ont gardé intact leurs défenses naturelles ont la chance de voir leurs anti-corps muter en même temps que les bactéries.
      Mais si on n'est plus foutu de supporter un rhume, une grippe ou une angine sans recourir aux petites pilules miracles, alors oui, nous sommes foutus.

      @ Pierre
      Ce n'est pas le nombre d'humain qui détruit la biodiversité et les ressources de la planète; ce sont juste quelques centaines de millions de couillons qui se laissent appâter par la course à la consommation qui, elle, profite à quelques milliers de personnes.
      Cyniquement, des scénarios de réduction de population ont été faite. Ce ne sont hélas pas les prédateurs qui sont visés par ces prévisions...
      La France a fait sa part dans ces scénarios en laissant se faire le génocide rwandais alors que l'armée française était sur-place et qu'elle pouvait neutraliser les assassins.
      L'usage d’adjuvants dans les vaccins est une source d'énormes problèmes.
      L'hystérie collective avec le virus Ebola tue beaucoup plus que la maladie. Ce n'est pas le virus qui tue, mais la déshydratation et les hémorragies. Or on sait parfaitement traiter ces problèmes, mais l'eau ne se fabrique pas dans les usines pharmacologiques...

      Supprimer
    17. J'ai conscience en lisant tes remarques, cher Blutchy, que la mienne manquait sérieusement de densité et de réflexion...C'était plutôt une réaction épidermique au discours généralisateur qui consiste à dire que "les hommes" dans leur ensemble, sont une espèce à bannir de la planète.
      Quand on essaie de faire sa part de colibri en réduisant sa consommation, en se nourrissant le plus sainement possible (ce qui est déjà en soi un tour de force) en triant ses déchets et en roulant à vélo, c'est décourageant de se voir toujours mis dans le même sac que Monsanto, Mac Do et consorts.
      Mais en même temps, je comprends, lorsque Pierre dit cela, qu'il ne cherche pas à me culpabiliser, moi,Célestine.
      Ce sentiment, de culpabilité m'est personnel, j'aimerais bien qu'il soit juste un peu partagé par ceux que j'ai cités plus haut, mais là, c'est de l'utopie naïve...Un financier et un grand capitaliste n'ont pas d'état d'âme.

      Supprimer
    18. Ce n'est pas tant les individus d'une espèce qui sont invasifs, Célestine, que leur nombre dès lors qu'il n'y a pas de limites à l'expansion d'une population. Notre culpabilité n'a donc de raison d'être que collectivement. Je crois cependant que certains individus sont beaucoup plus "agressifs" que d'autres avec leur milieu, en quête immodérée d'expansion, quitte à le détruire…

      Savoir contempler la beauté des choses, favoriser les échanges, respecter notre biotope et en refuser l'envahissement, c'est aussi une façon de ne pas nourrir les appétits des invasifs.

      @ Blutch
      Je crains que la prolifération des couillons ne nuise gravement au reste de la population humaine qui, semble t-il, se fait contaminer par le virus de la consommation à une vitesse galopante. C'est vrai : ce n'est pas l'humain en tant que tel qui est "nuisible", mais sa propension à vouloir toujours davantage.

      Et tu as raison : les plus redoutables prédateurs n'ont pas grand chose à craindre...

      Supprimer
    19. Loin de moi l'idée de bannir les hommes de la planète ! Comme il a été dit c'est leur comportement *collectif* qui est nuisible. Chacun aspirant à sa part de confort et de bonheur, illusoirement synonyme de consommation, nous allons collectivement vers les limites qui mettront fin à notre expansion. Et ça ne se fera probablement pas sans douleur…

      J'ai un peu peur de ce vers quoi nous allons.

      Supprimer
    20. Je te remercie, Pierre, pour cet éclaircissement. Je ne doute pas que tu ne sois farouchement opposé à toute généralisation intempestive. Lutter individuelement n'est pas un repli frileux ou un égoïsme je m'en foutiste, mais une façon effectivement de refuser un système en souhaitant que les petits ruisseaux finissent un jour par faire de grandes rivières.

      Supprimer
    21. Oups nos commentaires se sont un peu téléscopés...

      Supprimer
    22. Si l'hôtesse râle pas trop, je vais me permettre de rappeler à mon chou que la probabilité de se faire mordre par un sanglier existe bel et bien. Il est en effet bien établi et connu depuis longtemps, que dans notre province, le pourceau niaque...
      Bof, venant de croiser des chasseurs en battue.

      Supprimer
    23. Tu m'as rappelé cet excellent sketche de Bigard (Clic!)
      , qui date du temps où il me faisait vraiment rire...

      Supprimer
  3. Le climat a une toute petite chance mais ce sont plus vraisemblablement ces microbestioles qui auront la peau de notre race, comme tu dis. On ne sait pas qui l'emportera entre les virus et les bactéries mais ça n'a pas grande importance, c'est le résultat qui compte. Faut dire que, côté bactéries, on l'aura bien cherché.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peste, choléra, typhus, scorbut, grippe espagnole, sida, ebola...
      Il ne manque plus qu'une bonne pluie de sauterelles.

      Supprimer
    2. De plus en plus difficile à cause des pesticides :-)

      Supprimer
    3. Une pluie de sauterelles!
      Il parait que ce sont de très bonnes protéines en pagaille...
      Plus digeste en tous cas que les virus.
      Baci

      Supprimer
    4. Oui enfin, si elles ne sont pas pleines de pesticides, comme dit Walrus !

      Supprimer
    5. Elles n'en auront jamais plus que le maïs ou le soja OGM résistant au Roundup... :-(
      Ti bacio

      Supprimer
    6. Quelle horreur ! Pourquoi les hommes s'ingénient-ils à enlaidir la vie de leurs diaboliques inventions...

      Supprimer
    7. Pourquoi ? Parce que y'a des sous à gagner !
      Ce ne sont pas les inventions en tant que telles qui posent problème, mais l'usage mercantile qu'on en fait.

      Supprimer
    8. La plus diabolique invention de l'homme étant l'argent, ma question reste posée...
      ;-)

      Supprimer
    9. Sur ce point précis tu peux être rassurée car à moyen (ou court) terme, les phynanciers nous auront débarrassé de cette engeance en la monopolisant toute. Il y a déjà un retour au troc et il va s'intensifier par nécessité de survie.
      Nous avons, dans cette société agonisante, le rare privilège de pouvoir préférer l'être au paraître et à l'avoir.
      être et aimer sont peut-être les verbes les plus beaux...
      Ti bacio forte

      Supprimer
    10. Comment ça, peut-être ?

      ;-)

      Supprimer
    11. Je ne voulais pas prendre le risque d'en oublier un autre comme donner, transmettre :_)
      Baci

      Supprimer
    12. Oui, tu as raison...
      Et chanter aussi...avec des amis.

      Supprimer
  4. Juste assez vieux pour avoir échappé à la plupart des vaccins et aux antibiotiques-pour-tout-et-rien, j'ai apprécié ces derniers le jour où j'avais embarqué par inadvertance quelques staphylocoques dorés au sortir d'une salle d'opération...

    Bien content que ton paternel ait pu faire le ménage tout seul...
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est sûr que pour certaines choses, les antibios c'est quand même bien.
      Mais les anticorps, ça s'entretient aussi, par l'hygiène de vie,
      Et sur ce dernier point, je pense que tu te places assez bien!
      Contente de te revoir, tu m'as manqué.
      Molto baci

      Supprimer
    2. "Juste assez vieux pour avoir échappé à la plupart des vaccins"
      Moi j'aurais bien aimé que mes parents ne fassent pas les cons et qu'ils m'aient fait vacciner contre la polio...
      Ça m'aurait évité de passer la moitié de ma vie à me trainer pour marcher aves des cannes et des orthèses, et l'autre moitié à la passer dans un fauteuil roulant, certes magnifiquement électrifié, mais pour monter les escaliers, aller dans les magasins, chez mes amis etc.... ben c'est niet !!
      Merci papa, merci maman !

      Supprimer
    3. J'ai juste envie de te prendre dans mes bras quand tu dis ça... :-(

      Supprimer
    4. J'ai pensé à toi, Alain, en voyant un reportage sur des parents condamnés pour avoir refusé de faire vacciner leur enfant…

      Supprimer
    5. @ AlainX
      Je ne place pas la vaccination anti-polio dans la liste des gadgets médicaux. J'ai bien heureusement été vacciné, ainsi que contre la variole et c'était justifié.
      Par contre, j'enrage de voir que des maladies bénignes comme la rougeole sont devenues dangereuses parce que la chaîne de transmission des anti-corps a été rompue.
      La mère transmettait à ses enfants les anti-corps qu'elle s'était fabriquée en contractant la maladie. L'enfant les utilisait pour se guérir et à son tour il fabriquait de nouveaux anti-corps qui l'immunisaient à vie et qu'il pouvait retransmettre à son tour.
      Maintenant, la vaccination n’immunise plus à vie et ne transmet pas d'anti-corps aux enfants. La maladie devient alors dangereuse et les cas graves deviennent de plus en plus nombreux.
      Tout bénèf, la vaccination doit être renouvelée tous les 15 ans.
      Sans parler de grippes H5N1 et H1N1.
      Il y a des vaccinations indispensables en un temps donné, et il y a tout le reste à ne pas mélanger.
      Voilà le sens de ma phrase.

      Supprimer
  5. Mes amis il faut bien mourir de quelque chose... Mon côté cynique ou pessimiste voit que la planète est surpeuplée d'humains qui la détruisent consciencieusement... ou inconsciemment plutôt... et donc la vie qui est plus forte que tout, doit travailler pour rétablir un équilibre... Mon côté optimiste espère que les humains vont comprendre le plus vite possible et se ranger du côté de la vie en respectant la nature et ses lois... et ça veut dire aussi accepter de passer l'arme à gauche, accepter qu'on ne peut tout prévenir ni tout guérir.
    En attendant ravie de savoir que cette histoire là se termine bien, c'est toujours plus agréable !
    Anne (je publie en anonyme car ce soir mon fils a squatté mon ordi et j'ose pas le déconnecter car son travail n'est pas fini :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne ma chère Anne, il était temps que je vienne te prêter main forte dans cet aréopage exclusivement masculin!
      Tes paroles sont pleines de sagesse, et moi qui suis souvent ambivalente, ça me parle que tu sois à la fois optimiste et pessimiste. La position du milieu en quelque sorte.
      Bisous

      Supprimer
  6. Après la planète des dinosaures, puis la planète des humains, vous adorerez la planète des bactéries ! :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as oublié la planète des singes et la nuit des vers géants dans les années 70 !

      Supprimer
  7. Mouais mouais, mouais et mouais... c't'assez complexe tout ça. On va peut être tous crever à cause des antibio, on aurait pu crever plus tôt sans les antibio, il y avait la grosse gamelle en moto dans le catalogue t'as aussi le bon vieux coup de lame dans le bide, le gaz moutarde (ah, non c'est interdit ça...) l'oubli de respirer c'est con mais ça saigne pas trop. T'as aussi le suicide collectif pour celui qu'à peur d'être seul et puis le vieux cliché dit du passager du Titanic : la mort frisquette mais confortable et plutôt classe tout de même. Ceci étant dit, on va peut-être tous crever quand même !!

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme disait le grand philosophe du XX° siècle, Pierre Péchin, dans son inenarrable sketch la cigale et la fourmi, "Ti bouffe, ti bouffe pas, ti crève quand même"

      Supprimer
  8. Si j'osais je dirais "Ebola hé, tout doux les bactéries", comme mon grand-père briard derrière Gamin dans le champ de Tante Georgette. Mais félicitations au dabe de Celestine. A propos depuis pas mal d'années on a remplacé cubitus par ulnae et péroné par fibula et je ne le sais que depuis peu. Heureusement que je ne suis plus actif (comme les antibiotiques). Pour le fémur et la margoulette ce n'est pas encore homologué mais tu sais,je ne suis plus très au courant. Par ailleurs il est bien le petit guitariste là... Grosses bises picardes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ulna et fibula ? tu m'en apprends une tiens, je ne savais pas.
      Dis donc, mais c'est quoi ce ton de p'tit papi ?
      Toi, pas très actif? il va falloir te remettre d'urgence à la guitare !

      Supprimer
  9. La Souch' qui chante avec Voulzy, ça n'a rien à voir ? Tant pis ];-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon père est plus Brassens et leo Ferré que Souchon et Voulzy.
      Moi j'aime bien Souchon, mais qui ne le sait pas déjà...

      Supprimer
  10. Bravo au daron ! A lui tout seul il est venu à bout de cette bébette ! Super daron là où les antibios sont un peu léger le brave homme a gagné tout seul.
    Donc ces jolis serpentins sont des prédateurs, quelle vie !

    RépondreSupprimer
  11. Félicitations au Papa!
    Nous voici donc bien partis entre "ton" enterobactérie et le virus Ebola !! Soupirs ...
    Certains auront la chance de survivre à tout ça, mais est-ce vraiment une chance???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon entérobactérie...enfin plutôt celle de mon papa! Heureusement que tu as mis des guillemets...
      Une chance ? Euh des qu'on parle de ces saletés, le mot chance fait incongru.
      Et si on n'y pensait plus a tout ça, qu'on va finir par se plomber le tempérament, peuchère!

      Supprimer
  12. Ton père, ce héros :-D

    (pis de toute façon, il a raison le toubib: on va tous crever!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce héros au sourire si doux...
      Oui il a raison. Mais de mort lente, ce serait mieux, comme dit le grand Georges...
      Bisous ma douce étoile.
      Buvons du vin clairet pour oublier l'outrage...

      Supprimer
  13. Texte amusant. Chez nous, on appelle çà des barrières Nadar (ne me demande pas pourquoi. Peut-être la marque?). Tant mieux si ton papa va mieux. Bonne fin de semaine Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais le square Nadar, à Montmartre.
      Avec la statue du chevalier de la Barre, dont le nom n'est pas forcément une allusion à sa virilité...
      Bonne fin de semaine a toi, cher petit Belge. Cela faisait longtemps que je ne t'avais vu en ces pages.
      Bises

      Supprimer
  14. J'aime beaucoup l'humour de ton billet! Ça fait du bien de rire, non pas du malheur des autres, mais de ton espièglerie à mettre en évidence les incompétences de notre société, ses non-sens récurrents.
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, oui, Letienne, j'aime rire. Il me faut de temps en temps prendre un ton sautillant pour dénoncera es travers de notre époque, et si tu l'as trouvé drôle, je suis ravie.

      Supprimer
  15. Ton papa a bien de la chance dans son malheur....
    Perso je suis en sursis... Ben oui, je l'ai mon beau clou dans le fémur.... ça fait 10 ans... Le chir-urgent, manieur de burin et de chignole m'avait dit, à propos des machins naseaux-comme-Yale, après 15 ans sans infection il y a plus trop de risques.... (ah oui parait que ça peut couver sous la cendre).
    J'avions demandé, et comment c'est y que je saurasse si que le fuego se rallume ?
    Vous aurez une telle fièvre qu'on vous retrouvera aux urgences kil m'a répondité...
    Rassuré je suis, ai-je rétorquationné !
    surtout que le fils Depardieu avait déjà bien dégusté des staphylocoques dorés (offert gracieusement par l'hôpital) et allait par la suite rejoindre la dernière syllabe de son nom

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bigre, un mou dans le féclur ? Un flou dans le mécur ? Enfin, une ferraille dans la guibole!
      Ne serais-tu point celui que l'on nomme Iron Man ?
      Et en plus tu te ferais squatter par un hôte indésirable depuis quinze ans...
      Eh bien (de) par Dieu, tu vis dangereusement et tu es un miraculé...
      Ça me rappelle une blague très vaseuse de Coluche: chez les pauvres, le seul truc qui est doré, c'est les staphylocoques...
      Bisous

      Supprimer
  16. Perso : étiopathie, homéopathie et acupuncture, une trinité qui me plaît bien ! Tout le reste me fait fuir.
    Il existe aussi un autre risque de mourir prématurément : se fracasser la margoulette en tombant dans le trou abyssal de ... la Sécu ! ! !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ton trio gagnant.
      Et ton humour aussi, Sable!
      Toujours un plaisir de te voir par ici. Tu es rare et chère.
      Bisous

      Supprimer
  17. Contente que ton papa se soit rétabli ☺☺

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, moi aussi, c'est sûr!
      Je te souhaite prompt rétablissement, avec la kiné ça va aller...
      Bisous bisous.

      Supprimer
  18. j'aime tout dans ce billet , le cynisme contrôle , le ton et la lucidité face à un système fragile
    C'est vrai qu'il y a des métiers bizarres , des gens qui cherchent , qui trouvent , qui espèrent , qui attentent , qui donne le feu vert
    quel monde !
    Ton papa est un warrior ,y'en a !
    bises et bon week Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon père est un guerrier tranquille qui ne ferait pas mal à une mouche...mais il a une grande vitalité...
      Quel monde, tu l'as dit...le monde des hommes fous et inconscients, que dénoncent mes petits camarades plus haut dans le débat...
      Bisous célestes ma Jeanne

      Supprimer
  19. Ma petite sœur à été victime des même bactéries après ses opérations et la lutte fut difficile. Elle est la seule de la famille à ne pas venir à bout de toutes les maladies sans aide

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est mystérieux la résistance aux maladies...C'est souvent lié au mental, j'ai remarqué.
      Pauv' Tite soeur...
      Bisou étoilé

      Supprimer
  20. Très drôle ton billet et ravie pour ton guerrier de père. Va dire aux docteur d'aller s'allonger un peu de prendre des antidépresseurs ou fumer quelques coquelicots.

    Hier soir, poussée à bout par bactérie résistante et ce matin je me demande si je ne vais pas sérieusement regarder ailleurs. Merdum, je vais retourner chez mon analyste.
    (ton point de vue en off sur cette "bactérie" m'intéresserait .)

    RépondreSupprimer
  21. Cela commence comme un texte apocalyptique, et cela se résoud en farce ... J'adore !
    Des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un mélange des genres que tu sembles donc me pardonner...
      Merci ma belle Zénondelle pour ce grain de sel si spirituel.
      Bises en retour

      Supprimer
  22. Très drôle cette histoire dans ta façon de la restituer. Tant mieux pour ton père, les anciennes générations sont résistantes en effet. Pour le reste, ce docteur à hélas raison...on n'est plus au temps où l'on opposait la connaissance et la religion...on sait qu'on va dans le mur, il y a juste une incertitude sur la date. Ceci dit on sera mort d'ici là alors positivons !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et comme dit la sagesse populaire, c'est au pied du mur qu'on voit le mieux le mur...
      Fort de la seule certitude de cette vallée de larmes, jouissons donc de l'instant sans trop nous poser de questions...

      Supprimer
    2. Tout le monde sait que nous allons droit dans le mur, mais c'est sans importance car le mur résistera au choc...
      Baci

      Supprimer
  23. L'entérobactérie productrice de beta-lactamase à spectre étendu ne porte pas de sandalettes. D'habitude, vous dessinez des filles en sandalettes. Pourquoi soudain ce choix pictural ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu l'opportunité d'en saisir un vol au sortir d'une matinée agitée, et soudain l'obsolescence du cuir de veau fleuri m'est apparue dans toute son évidence, compte tenu de l'évolution du marché du blé.

      Supprimer
    2. Si on écoute le marché, y a plus moyen de fourrager dans le blé. Il ne faut pas écouter le marché. Il faut écouter les oiseaux. D'ailleurs, un petit oiseau m'a dit que le cuir de veau fleuri reviendra à la mode l'été prochain.

      Supprimer
    3. Eh bien ce n'est pas malheureux ! Les croutes anatomiques ne valent pas les trilles des merles blancs, allongé dans le foin avec le soleil pour témoin, la bride de la sandale négligemment pendante sur le cou de pied.

      Supprimer
  24. Et que faire quand on est celesrino-dependant ?

    RépondreSupprimer
  25. C'est bien toi d'avoir mis tant d'humour dans ta façon de raconter ce qui maintenant est une anecdote mais qui a du te causer bien du soucis... bravi à ton Papa d'avoir su "résister" à ses envahisseurs!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue qu'au printemps je faisais moins la fiérote...

      Supprimer
    2. Il faut maintenant dormir

      Supprimer
    3. "Longtemps je me suis couché de bonne heure" disait Marcel P.
      Eh bien moi je préfère me coucher de mauvaise heure. Je suis une noctambule notoire...

      Supprimer
    4. moi je me couche plutôt tôt... et cela donne une rime rigolotte! Belle journée à toi et bisous pluvieux de Bretagne

      Supprimer
    5. Il faut de tout pour faire un monde, disait ma grand mère...

      Supprimer
    6. Ma mère me disait de ne pas me coucher tard le soir. En fils obéissant, depuis, je me couche tôt...le matin.
      Molto baci

      Supprimer
  26. Coucou Célestine
    Ton Papa a des anticorps solides.
    Une histoire pas drôle mais ton ton nous fait sourire.
    Et puis, tout est rentré dans l'ordre et c'est tant mieux.
    Tu me persuades encore plus qu'il ne faut pas aller chez les toubibs : dès qu'on y va, on est encore plus malade !
    Et puis dans les hôpitaux, c'est rempli de microbes, pas étonnant...
    Bref, je te souhaite un bon dimanche sous la pluie
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-on rire de tout ? C'est une question qui se pose souvent. La réponse en général est " oui, mais pas avec n'importe qui" heureusement ici mes lecteurs ont le sens de l'humour et de l'auto-dérision.
      Je partage ton sentiment par rapport aux médecins, ils sont utiles mais pas indispensables, il faut toujours garder une position intermédiaire entre le refus de soin et la médicalisation à outrance.
      Pas facile, mais la encore, danser sur un fil me semble être l'attitude la plus sage.
      Tu as vu, j'ai mis la fille aux roses en bannière.
      Kiss

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.