mardi 24 septembre 2013

Eh, vous! heures propices...



Dans les films (romantiques de filles), il y a souvent une séquence où, soudain, l'on regarde la vie des héros se dérouler en accéléré. Le son est coupé, l'on voit simplement des scènes de la vie quotidienne se succéder. En général la musique qui accompagne est belle et douce, et encline à la nostalgie heureuse...Un peu comme celle que vous entendez si vous avez laissé le son. 
C'est un moment du film où tout va bien, le couple s'installe dans la maison, le bonheur rougit les visages, les enfants se poursuivent dans le jardin, les ventres s'arrondissent, il y a des gâteaux qui gonflent tout dorés, des polochons et des batailles de plumes. Les projets prennent forme, se réalisent, les bougies se soufflent, et, toujours, le bonheur.
Et le tout, sans un bruit, sans une parole. Juste la musique.Cela donne à la séquence une magie cotonneuse. Je suis sûre que les experts ou les amoureux de cinéma voient ce que je veux dire, même si ce n'est pas très facile à expliquer...J'adore ce genre de séquence. Je noie mon regard dans la rêverie. J'ai un sourire béat. Ça me fait du bien. Pendant ce temps-là, j'ai un ami qui, lorsque sa femme fait comme moi,  en profite pour aller...enfin, vous voyez, quoi. C'est un poète.Il dit que c'est l'heure "pro-pisse".

Je vous entends, vous allez me redire que les films, ce n'est pas la vraie vie.
Heureusement! Vous imaginez si  la vie s’accélérait d'un coup, sans prévenir? Si tous les bons moments se concentraient en trois minutes, au son d'une musique suave et envoûtante?
Remarquez, c'est un peu la sensation que j'ai, parfois, en ce moment, quand je regarde en arrière. L'impression que les vingt dernières années ont filé comme dans un rêve. 
Ce qui m'a rassurée, aujourd'hui, c'est que Charlène m'ait dit:" Oh la la!  Ce que ça passe vite! je n'en reviens pas d'être déjà en CM2!" (à la réflexion, je ne suis pas sûre qu'elle ait respecté la négative).
Je croyais pourtant me souvenir qu'à dix ans, je trouvais le temps affreusement long...mais le temps est un ruban de guimauve et la mémoire un vrai marshmallow.
Ou alors, il n'y a plus d'enfants.


82 commentaires:

  1. J'aime tout au contraire lorsque le temps se ralenti, que la pesanteur n'existe plus lorsque l'une et l'un courent vers l'autre; qu'elle se jette à son cou et que revenant à vitesse normale, ils reviennent sur terre et se fondent en un baiser langoureux. Mais que vu le temps qu'ils mettent à se ramoner les amygdales, on peut se demander si la caméra n'est pas restée coincée en mode lent..... Parce que c'est pas pour dire, mais au milieu de la strasse, ce n'est pas le meilleur endroit...
    Plus sentimentique et poétal que moi, tu ne peux pas:-)
    Baci

    Blogspot a bien fait de modifier sa mise en page... Il nous fait rester en mode cinéma en pratiquant la surimpression.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la mise en page,je n'ai rien remarqué...A moins que tu ne fasses un jeu de mots dont tu as le secret... Sinon, pour la scène, y avait pas une musique genre "dabadabada" ?
      Se ramoner les amygdales...Audiard, sors de ce corps!

      Supprimer
    2. Tu verras si tu entres un commentaire comme un visiteur. Lorsqu'il faut inscrire l'URL, la fenêtre se positionne sur le texte du commentaire, d'où la surimpression.
      La case "Répondre en tant que:" n'est plus extensible.
      Pour une fois qu'il n'y a pas de jeu de mollet.....
      Pour la zique, quelque chose de lent et de puissant comme une vague irrésistible....
      Audiard: C'est déjà la deuxième fois que tu me le dis... fais gaffe, je pourrais finir par le croire.
      Baci Ragazza

      Supprimer
  2. T'as raison, y'a plus d'enfant : Tant-Bourriquet trouve également, du haut de ses neuf ans et demi, que ça passe trop vite et nous gratifie régulièrement d'un "quand j'étais enfant..." Peut-être est-ce parce qu'entre les milliers de sollicitations qu'ils ont, les gamins n'ont plus le temps de s'ennuyer, comme cela nous arrivait régulièrement à l'époque ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop mignon, Tant Bourriquet!
      Peut-être le temps a-t-il raccourci avec les distances...

      Supprimer
    2. Tant Bourrin, si, justement, ils ont le temps de s'ennuyer, parce qu'ils ne savent pas occuper leur "temps libre" avec des choses simples comme on le faisait autrefois. Et je trouve ça très triste qu'on leur atrophie comme ça la créativité ...

      Supprimer
    3. Oui, je pense que s'ennuyer a une vertu éducative certaine: cela pousse les enfants à s'inventer des jeux. Vous avez donc raison tous les deux. Mais de nos jours, on a une sainte horreur de l'inaction: il faut proposer constamment aux enfants des "activités" plus le temps de se poser...Et ne parlons pas des parents qui croyant bien faire, charge l'emploi du temps de leurs chers mignons comme celui d'un ministre. Et après on s'étonne qu'ils deviennent hyperactifs...Ciel!

      Supprimer
    4. Le désoeuvrement est dangereux pour la stabilité de la société. Un enfant qui s'ennuie doit s'inventer des jeux, des activités, des histoires à se raconter. S'il y prend goût, il devient créatif et curieux. Peut-être alors que devenu grand il doutera des poncifs qui lui sont rabâchés. Il peut même développer la faculté de penser. Imagine alors qu'il doute que la société soit au service de tous les humains....
      Baci

      Supprimer
    5. Oisiveté est mère de tous les vices...cette maxime avait été établie par ceux qui avaient évidemment intérêt à ce que les futurs citoyens ne réfléchissent pas trop, et se contentent de travailler sans rien dire...

      Supprimer
  3. Et plus ça va, plus ça passe vite ! Normal question de perception relative du temps. À 2 ans un an est la moitié de la vie, à 68 ans ce n'est plus qu'un soixante-huitième de notre vie et à 100 ans...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'embauche pour venir expliquer les fractions à mes élèves, tu m'as l'air doué!

      Supprimer
    2. Là je me porte volontaire (normal sans doute entre jean-mi) Ressors les grains de riz ou les buchettes, redessine les parts de gâteau ( Chui pas vache je te demande pas de leur amener les tartes pour de vrai). Avec une explication simple la fraction restera enfantine. Le problème est que l'explication est devenue tellement alambiquée après les "math modernes" (comme si les math pouvaient être à la mode ! ! ! ) que les mômes ne suivent plus. Mais p.....urée, réapprenons leur à compter avec les jeux de société et le ludique forgera l'esprit !
      À ta décharge, il serait intéressant que les parents y mettent aussi du leur...Mais maintenant que tu me connais tu sais que je suis un rêveur.

      Supprimer
    3. Les rêveurs sont à l'origine de toutes les grandes choses dont l'homme a été capable..tu viens quand tu veux!

      Supprimer
  4. Si le son est coupé et les séquences, accélérées, c'est qu'elles ont peu d'intérêt pour la suite du scénario !!
    Les gens heureux n'ont pas d'histoires, à ce qu'on dit !!
    A chacun d'entre nous de savoir repérer les instants heureux de la journée et de les déguster, en maraude, comme une délicieuse guimauve moelleuse à souhait et fondant dans la bouche !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors toi,tu fais partie de ceux qui vont soulager leur vessie pendant les scènes muettes...
      Les gens heureux n'ont pas d'histoire? Ben qu'est-ce que je raconte à longueur depuis quatre ans?:-))
      Pour la guimauve, miam, j'aime tes propos de connaisseur. C'est un peu comme ça que je comprends la vie.

      Supprimer
  5. Que voilà un billet doux, enfin un doux billet. Et le plaisir de René Aubry. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai flashé sur cette musique que j'ai découverte il y a peu. J'aime beaucoup.

      Supprimer
  6. J'adore les réflexions des mômes, et bien sûr étant moins habitué que toi à les côtoyer je suis d'autant plus surpris. Je me souviens d'une gamine d'environ cinq ou six ans qui regardait sa sœur de deux ans sa cadette jouer sur mes jeux en bois, me dire : "Bin moi aussi quand j'étais p'tite j'aimais bien çuilà."
    Mais bon le temps, même s'il se mesure au millième de seconde, a la faculté d'être long ou court. Le cadran solaire facétieux que nous avons monté volontairement sans aiguille au Mollard,
    http://gardedumollard.canalblog.com/archives/2012/09/23/25169113.html
    en atteste. Sa devise latine signifiant « Les heures sont lentes aux affligés et rapides aux heureux ». Me semble bien illustrer ton sympathique billet.
    bizzzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça, c'est sûr qu'un minute n'a pas la même valeur selon que l'on est pendu par les pieds, ou que l'on échange un baiser de cinéma! ils avaient raison, pas si fous, ces romains!

      Supprimer
  7. T'inquiète pas, c'est qu'elle n'est pas encore tout à fait dans l'âge bête, mais ça va venir :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non non,je ne m'inquiète pas, je n'aurai pas à l'élever, celle-ci, c'est une élève de ma classe...

      Supprimer
  8. ..."Au temps suspends".. ton rythme... elle a raison Charlène, le temps passe si vite.. enfant je n'avais pas cette impression, comme toi j'étais.. mais cette notion n'est plus la même.. les enfants sont tellement sollicités... et moi, maintenant j'aime ralentir mon tant...
    En souhaitant que la vie ne file pas trop vite entre tes doigts, ...n''accélère pas trop sa cadence...
    Joli ton billet Célestine. Comme d'hab.
    bisous de la Provence presque gelée ce matin.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai du mal à imaginer que ta Provence était gelée...Chez moi, il faisait déjà 14 degrés, et c'est monté à 22° l'après-midi...
      Merci de ton passage, Den. j'aime bien comme tu as écrit ton "tant"...^^

      Supprimer
  9. Qd ils me disent "Ca passe vite" je leur dis alors "chouette tu grandis!"
    Te repasses tu parfois le film de tes vingt dernières années, je suis sure que tu prends le temps de savourer quelques épisodes, le passé nourrit le présent aussi , le futur nous met parfois en appétit.
    Je suis comme un petit Camarguais, je fonce tout droit mais quanD je sens le passé , enfin ,certains épisodes, qui cogne à mes postérieurs, j'accélère le galop. Pour d'autres épisodes , je ralentis , m'attendris et je ris!
    Bon sur ces paroles .... Bonne journée Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est fascinant la façon très personnelle que chacun a de concevoir et d'exprimer sa relation au temps.
      J'aime beaucoup ce que tu dis de ce cheval qui freine ou accélère en fonction de la douceur des événements, ou de leur dureté...

      Supprimer
  10. Ah oui, je vois très bien ce genre de scène : les films de kung fu ; ou les séquences de la saga Matrix, et aussi l'homme qui valait 3 milliards ?
    Ah non ? C'est pas ça ?
    Arf, faut que devienne Rome antique... C'est en bonne voie.. de garage...

    Quant à l'accélération du temps, t'inquiète ! Tu arrives juste à l'âge où ça va se précipiter grave !
    bonne chance !
    :-)
    :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Alain, de me rappeler délicatement que je vais vieillir bientôt, et me ratatiner comme une pomme flétrie...je sais, je sais.
      Effectivement, tu es très romantique quand tu t'y mets!
      :-* :-* :-*

      Supprimer
    2. Tu sais bien que tu seras toujours belle dans mes yeux ! ....

      Supprimer
    3. Oui, mais ça fait un bien fou a entendre!

      Supprimer
  11. Alors croquons le temps, le vie et buvons à petite gorgée nos souvenirs heureux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien, Mindounet, quand tu fais ton Philippe Delerm.
      Ça me parle!

      Supprimer
    2. Ha....Célestine non...j'ai lu un Philippe Delerm cette année et je n'ai pas du tout aimé...j'ai trouvé ça creux et vieux mais vieux...cela ne m'a du tout parlé...et je n'ai pas de talent pour écrire ni la patience...le blog c'est pour les loisirs....bises.

      Supprimer
    3. C'était juste par rapport à la "petite gorgée"...Ça m'a rappelé un de ses titres, le seul que j'aie lu....

      Supprimer
  12. Bon Dieu nque ça a été long pour avoir 20 berges ! Mais après Pfiuuuu ça fiçloche !
    Nous avons deux vies en fait : l'enfance et tout le reste, l'enfance c'est véritablement (pour moi en tous cas) une vie dans ma vie, une parenthèse qui au fil fdes ans s'est chargée d'étoiles la parenthèse enchantée...
    Mais pas de regrets, la vie réserve toujours des bonnes surprises...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui heureusement que la vie n'est pas avare en bonnes surprises, surtout pour ceux qui savent ouvrir les yeux sur les beautés du monde.

      Supprimer
    2. Ouvrir les yeux sur les beautés du monde ou les fermer sur les mochetés ?

      Supprimer
    3. Cela ferait un beau sujet de philosophie!

      Supprimer
  13. Il y a 5 ans je me suis vraiment sentie au bord du précipice ... prête à sauter ??? et j'ai reculé ... non pas pour revivre le passé, mais pour mieux comprendre le présent et laissez venir le futur tranquillement ... je n'aime plus courir ... j'essaye de savourer chaque instant de cette vie qu'on m'offre et qui est si belle = vivre l'instant présent le plus intensément possible sans penser au lendemain !!!
    Ton billet est si doux et rempli de vie, merci Célestine ... mais ne cherche pas à comprendre, continue de rêver "le sourire béat" ... cela ne t'apportera que du bonheur dans ta vie ...
    Bisous tendres de ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça me fait plaisir que tu aies quitté ton costume d'anonyme, petite Marie! tiens, rien que ça, ça me donne un sourire béat...Savourer la vie, voilà un programme qui me plaît!

      Supprimer
    2. C'est grâce à toi et Veronica, c'est elle qui m'a appris à signer de mon joli prénom ...
      Bisous tendres ma douce Célestine

      Supprimer
  14. On passe sa vie à attendre l'étape suivante et chaque fois que l'une d'elles se terminent, n se dit "ça a passé si vite!". Nous sommes toujours dans l'attente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non , justement. Pas toujours. Un jour, on se réveille, et on se dit: " la vie c'est maintenant" . Moi,j'ai eu de la chance, ça m'est arrivé tôt dans ma vie. Vers trente ans. J'ai élevé mes enfants dans l'idée qu'il ne fallait surtout pas avoir hâte que les choses arrivent, qu'elles arrivent toujours bien assez vite. Et qu'attendre du plaisir, c'est déjà du plaisir. Désormais, je vis vraiment au jour le jour, je kiffe les bons moments et je n'en refuse aucun...je suis désormais dans l'urgence de vivre. Cela donne un goût fabuleux à l'existence, et une douceur particulière.
      donc tu peux commencer Stella. Tu as le bon âge. :-)))

      Supprimer
    2. En fait je m'en rends compte depuis ma grossesse et la naissance de mini-moi. J'ai vécu ma grossesse avant des "vivement que" (je la sente bouger, mon vente s'arrondissent...) et une fois qu'elle a été née, je me suis dit que c'était passé drôlement vite.
      En plus, je côtoie des personnes très âgées tous les jours et elles m'ont appris que la vie passe en un clin d'oeil et qu'il fallait profiter de chaque instant. Je les crois :-))

      Supprimer
  15. Tout comme petite Marie, je n'aime pas courir si tant est que j'ai jamais aimé courir. Mais en société, s'activer est bon signe... signe d'efficacité, d'énergie, d'investissement personnel dans l'activité professionnelle. Je freine tant que je peux, je résiste à l'angoisse du petit matin où il faut vite se préparer, vite partir, vite parcourir le chemin vers le travail, vite se mettre au travail... Je n'en puis plus de ce stress de la rapidité. De toutes les manières, on y arrive vers LE but.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh, Lou, ce que tu dis me serre le coeur! Il y a tant de gens qui, dans notre société, perdent de vue les choses essentielles de la vie, en courant après on ne sait quelle chimère. En t'écrivant, je regardais Terre Inconnue, la magnifique émission ou l'on va à la rencontre de peuples du bout du monde qui savent vivre en respect et en amour. Et je me disais que l'on aurait quand même bien besoin d'appuyer une bonne fois sur le bouton "reset". En attendant, la course folle, pour pouvoir la gérer, il faut se recentrer, respirer, méditer, et se répéter que l'on pourrait être plus malheureux...Même si ce n'est pas facile tous les jours...

      Supprimer
    2. Je suis tout à fait d'accord avec toi Célestine ... S'aimer tout simplement et se rappeler tous les jours les vraies valeurs de la vie !!!! Certains les ont oubliés de puis si longtemps :( dans quelle société vit-on ?

      Supprimer
    3. une société du matérialisme et de l'individualisme où la sur-consommation (y compris du temps) servent de valeur de vie...mais heureusement les temps changent...j'ai comme l'impression qu'un retour aux valeurs humanistes se dessine et j'en suis fort heureuse...allez les filles ! on déguste la vie ça c'est tout bon mais surtout on n's'retourne pas sur le passé, seul compte le moment présent...tiens je réponds à Célestine en passant par Petite Marie et voilà je suis tout simplement heureuse d'être là... en lien avec vous.... Bises

      Supprimer
    4. Bisous Malou :-)

      Supprimer
    5. @ Célestine
      Touche pas au "RESET", ce sont les réglages standardisés qui se réactivent. Tu vois le boulot pour réajuster les paramètres.....
      C'est juste que le logiciel "Croissance" a aussi une option d'objection (de croissance). Elle est en auto-partage, comme Linux ;-)
      Comme pour Lou et Petite Marie, la vie n'est pas facile. Elle ne fais que les cadeaux que l'on se prépare à recevoir...
      Baci per tutti

      Supprimer
    6. Je suis comme Lou et comme Marie, et comme tout le monde: moi aussi j'ai des journées de folie, des horaires, des réunions, des choses stressantes à faire. Mais j'essaie de profiter du moindre instant de répit pour me "remettre à niveau". Qu'est-ce qui est plus important que ce lever de soleil que m'offre la vie ce matin sur le chemin du travail? Ainsi, je m'emplis de joies simples et ça m'aide à accepter les soucis.
      Molto baci

      Supprimer
  16. Le temps coule vite mais heureusement il s'arrête parfois le temps d'un souffle, d'un soupir, d'une parenthèse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, de ces moments inestimables ou le temps s'arrête carrément...
      Un souffle de soleil, une pinède, quelques pas mêlés dans le couchant flamboyant.

      Supprimer
  17. La perception du temps , la perception des gens...
    L'autre jour, un élève ( cp) a dit à la classe que je n'étais pas une maman. Sans doute suis-je trop vieille dans son esprit. Alors, je lui ai dit que si, mais que mes enfants étaient grands et n'étaient plus des enfants.
    Ahhh !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout a fait vrai, Berthoise, les enfants sont merveilleux mais ils n,ont pas encore appris a ménager les susceptibilités. Et puis d'abord, les maîtresses, c'est pas des parents comme je l'avais écrit dans le billet "les enfants sont merveilleux"...

      Supprimer
  18. Les enfants sont à l'abri du temps et à nous, il nous fait souvent trop d'ombre! Et nous sommes surtout dans une mode furieuse qui refuse absolument l'âge au-delà de celui d'une maturité énergique, comme si l'âge était un handicap ou une maladie honteuse. Zou les rides, hop les lèvres plus pulpeuses qu'elles ne le furent jamais... on patauge dans un moment qui s'éternise et ne nous autorise pas à non pas vieillir mais enfoncer doigts et âme dans ... la vie. Vive les enfants qui ne savent pas encore et zut à tous ceux qui ne pensent qu'à ça... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien dit, Edmee! Mais toi tu as la chance d'avoir gardé ta beauté et ta ligne de jeune fille, et jje compte bien suivre ton chemin!

      Supprimer
  19. Beau texte, et on pense à Jean Tardieu :


    Le tombeau de Monsieur Monsieur




    Dans un silence épais

    Monsieur et Monsieur parlent

    c'est comme si Personne

    et Rien dialoguait.



    L'un dit : Quand vient la mort

    pour chacun d'entre nous

    c'est comme si personne

    n'avait jamais été.

    Aussitôt disparu

    qui vous dit que je fus ?



    - Monsieur, répond Monsieur,

    plus loin que vous j'irai :

    aujourd'hui ou jamais

    je ne sais si j'étais.

    Le temps marche si vite

    qu'au moment où je parle

    (indicatif-présent)

    je ne suis déjà plus

    ce que j'étais avant.

    Si je parle au passé

    ce n'est pas même assez

    il faudrait je le sens

    l'indicatif-néant.



    - C'est vrai, reprend Monsieur,

    sur ce mode inconnu

    je conterai ma vie

    notre vie à tous deux :

    A nous les souvenirs !

    Nous ne sommes pas nés

    nous n'avons pas grandi

    nous n'avons pas rêvé

    nous n'avons pas dormi

    nous n'avons pas mangé

    nous n'avons pas aimé.



    Nous ne sommes personne

    et rien n'est arrivé.




    in Monsieur Monsieur, 1951

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. e ne connaissais pas ce texte grave et drôle a la fois. Il résume bien nos misérables existences, point virgules dans l'océan, condamnés des la naissance à cette maladie mortellement transmissible qu'on appelle la vie.

      Répondre

      Supprimer

    2. Chère Célestine, ce poème de Jean Tardieu est dans la ligne de "La môme néant" que les écoliers se plaisaient à apprendre par cœur car il est simple, drôle et déroutant. Il est facile à apprendre et peut se réciter selon sa fantaisie du moment. Peut-être ne l'apprend-on plus désormais ? En même temps, c'est un poème affreusement troublant pour les adultes que nous sommes.

      W.Allen, lorsqu'il évoque la maladie, ne parle-t-il pas de maladie "sexuellement" transmissible ?

      --
      Et dans la même veine :
      "Tant que l’homme sera mortel, il ne pourra pas être vraiment décontracté." W.Allen.

      Follement gai tout ça ! Youpiiii, c'est l'printemps !!!


      Supprimer
    3. Ah ce cher Woody! Mon petit Juif New Yorkais préféré!
      Vous avez compris que je ne voulais pas le plagier tout à fait...

      Supprimer
  20. tic tac tic tac ... encore un billet sur le temps qui passe
    Ce n'est pas une critique , j'en écris plein aussi en ce moment
    L'autre soir , j'ai vu un film triste , "Le premier jour du reste de ta vie " oh la la , un film sur un famille comme la mienne , ou la tienne , celle des autres , avec des séparations , des déchirements et des flash back
    C'était bien interprété , mais c'est pas pour moi ces films là en ce moment
    Oui , les années passent , le temps file et on fait quoi ?
    On vit pleinement , chaque minute ...
    tu le sais bien Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, le temps qui passe...on en est quand même bien tributaires!
      Allez, promis, j'arrête d'en parler. Pendant au moins trois semaines.

      Supprimer
    2. Tss, tss, ... "le temps qui passe", "le temps qui passe"...

      - Ce n'est pas le temps qui passe, c'est nous qui passons.

      Supprimer
    3. L'essentiel est de ne pas passer trop vite...

      Supprimer
  21. J' aime le temps qui passe ,mais c' est vrai que ça file (ou c' est moi qui vais moins vite ...). Pourtant ma mère (94 ans) m' a encore dit :"c' est long ..."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a peut-être un moment où on en a marre de vivre...mais ce moment, il me semble que je ne l'atteindrai jamais.

      Supprimer
  22. Une jupe de satin doux, un caraco turquoise, les cheveux coupés plus courts avaient des reflets auburns. Elle avançait dans le soleil couchant. Le temps était figé. Plus de passé, pas de futur, juste le doux soupir du présent.

    RépondreSupprimer
  23. Coucou Célestine,
    Quand mes filles étaient encore d'adorables ados (juste comme il fallait !), de leur temps mais obéissantes, j'avais été surprise de leur entendre dire que le temps passait vite. Je pensais qu'en effet, ce phénomène était ressenti seulement par les personnes âgées... Et bien non, et pourtant le temps n'a pas changé, c'est plus subtil et plus sournois, cette "notion" de temps qui s'accélère.
    Quand je serai à la retraite, j'irai voir les films édulcorés à la séance de 11 h !
    Bonne fin de semaine et bisous-bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est certain que le raccourcissement des distances a raccourci le temps aussi. Au Moyen-Age, il fallait huit jours pour aller de Lyon à Paris; Maintenant il faut une heure...
      Pour les ados, je ne doute pas que les tiennes fussent charmantes... Ça existe encore, les ados bien élevés!

      Supprimer
    2. Mais un Collissimo met autant de temps qu'avec la malle-poste de nos ancêtres...;-)
      baci

      Supprimer
    3. Non, c'est vérifié. Soit, heureusement pas tous les colis tout de même..... Mais j'avais calculé une fois que le colis avait fait du 4 km/heure, soit la vitesse d'un homme au pas.
      * _ ^

      Supprimer
    4. Dois-je surveiller ma boîte aux lettres? est-ce un message subliminal? ;-)

      Supprimer
  24. Le jour de l'accueil des nouveaux à l'école, une prof très gentille était toute émue. Elle est dans l'école depuis sa création, il y a 30 ans, ils étaient 14, ils sont maintenant 1400 ... et elle recevait comme élève le fils de son premier élève ... Elle a réussi à tous nous émouvoir tellement elle était touchée et surprise aussi que le temps soit passé si vite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis émue rien qu'à la lecture de ces quelques lignes...
      Je pense que je pleurerai un peu le jour de mon départ en retraite...^^

      Supprimer
    2. ça me fait penser à des profs que j'ai eus au collège (trois exactement), qui avaient eu avant moi mon père et mon oncle .. et dans cette même école était allée leur maman, ma grand mère donc ..
      C'est vrai que ça devait être super émouvant, et gratifiant aussi. Je ne sais pas si de nos jours, les enseignants peuvent rester en place dans le même établissement tout le temps ..

      Supprimer
    3. l'école en question
      http://zenpourlesnull.canalblog.com/archives/2013/04/05/26840563.html

      la classe de ma grand-mère (1919 environ) = 52 fillettes !

      Supprimer
    4. Oui, ils le peuvent, à moins que leur poste ne ferme. Sinon, rien ne les oblige à demander leur changement...

      Supprimer
  25. Je préférerai que ce soit les sales moments qui passent en accéléré pour retrouver vite, vite, la douceur de vivre, les rires et le pouvoir de trouver le beau dans le gris.

    RépondreSupprimer
  26. Tu as raison, bien sûr...Pourtant la loi de Murphy nous fait malheureusement toujours trouver les mauvais moments plus longs que les bons. Mais heureusement, on sait qu'il y a une alternance entre les deux, depuis la Comtesse de Ségur...

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.