lundi 26 août 2013

Admireuse

 Je suis une admireuse. Je suis étonnée que ce mot n'ait pas une petite place dans le dictionnaire. Certes on y trouve  "admiratif" mais celui-ci ne traduit qu'un état, ponctuel, passager, alors qu' "admireur" donnerait l' idée précise d'une action, une activité continuelle, comme le métier de celui qui passerait son temps à admirer. Une sorte de vocation, sous-tendue par une volonté de porter son regard ici plutôt que là... 
Chaque jour de la vie est un nouveau cadeau, et chaque jour l'on peut admirer quelque chose. (Tiens, deux alexandrins! Ils sont involontaires...)
 La nature est le réservoir infini par excellence, la mine d'émerveillement. Difficile d'éviter d'être banal pour parler des fleurs ou des couchers de soleil, tant ils suscitent l'admiration depuis toujours par leur éternelle magnificence. Mais...ah! les perles d'eau luisant sur les fils de soie des araignées,  les moustaches d'un chat aux aguets dans un rai de lumière, comme un petit buisson d'oyats scintillant au soleil, le parfum du jasmin, le  galop d'un cheval dans une gerbe d'écume en Camargue, l'extraordinaire bond d'une sauterelle dans l'herbe chaude, le passage de Venus dans la constellation du Scorpion, tiens, voilà des exemples de tableaux du plus grand, du plus beau, du plus gratuit musée du monde. Les collections y sont permanentes et constamment ouvertes, de jour comme de nuit. 

J'aime que l'on m'admire, Moâ, que voulez-vous...
Et mes semblables... combien grandes sont les joies qu'ils me donnent!
 Oui, j'admire constamment les trouvailles quotidiennes, les bons mots des uns, les idées originales, farfelues, géniales des autres. Tout ce qui me fait dire" Mais pourquoi n'y ai-je pas pensé? " L'inventivité est une fontaine de Versailles jaillissante et somptueuse. Et jamais tarie. 

 J'admire les lieux inventés par les hommes, les flèches des cathédrales , longs doigts dressés dans le fol espoir de toucher le ciel, les marchés colorés de Provence, où l'on se sent quelqu'un d'important rien qu'en achetant une pastèque, les ponts enjambant le monde comme de fins oiseaux migrateurs, les théâtres d'ombre et de lumière ...

Merci Monsieur Alain M.  pour cette belle photo colorée
 J'admire que fusent des mélodies toujours nouvelles à partir de si peu de notes...
 J'admire les sentiments vaillants, nobles, courageux, impétueux, le panache, la gentillesse, l'audace, la générosité, la largesse d'esprit et de cœur.
 J'admire le savoir-faire du plombier, de l'électricien, du menuisier. 
J'admire tous les talents que je n'ai pas. Et mes parents de m'avoir donné ceux que j'ai. 
J'admire les pieds des danseuses, les mains des pianistes, les ventres des femmes enceintes, les yeux des enfants. Et accessoirement le cul de ma crémière, qu'elle a fort joli d'ailleurs.
 J'admire sans cesse, je m'émerveille, j'applaudis. La liste est trop longue!

 Je vous admire, oui, vous qui me lisez avec constance, avec bonhomie, avec compassion, avec exultation, avec tendresse, avec humour, et même parfois, avec un certain agacement, je le sais. Tss... tss..., ne le niez pas! J'admire tout ce qui fait vous, votre personnalité unique et qui n'est pas moi, et qui me comble et m'enrichit de jour en jour. Parce que je vous sens admireurs comme moi.   Cela n'empêche pas de voir les horribles affreusités de ce bas monde, n'est-ce pas? Au contraire, cela rend plus fort pour les affronter, pour les combattre ou s'en protéger.

O combien de marins, combien de capitaines...


 C'est qu'admirer est un  médicament anti-morosité. Puissant.  Un anti-dépresseur de suprême génération. Aucune contre-indication, aucun effet indésirable. Aucun danger d'overdose. (ou si rarement...)
Regardez autour de vous. Chaque objet, chaque être, portent en eux quelque chose d'admirable. Une histoire, une somme de passions, d'efforts, de renoncements et de pugnacité. Combien de gestes a-t-il fallu, combien de litres de sueur, de larmes, combien de nuits blanches, d'espoirs déçus, de vies gâchées, de papiers écrits puis froissés rageusement, de muscles endoloris, de conquêtes et de luttes intestines, de migraines et de victoires, de marches forcées, de trains, de bateaux et d'avions, pour que votre café et son morceau de sucre arrivent brûlants dans votre tasse?


 Etre un admireur, une admireuse,  c'est se laisser pénétrer, inonder par la beauté intrinsèque des choses. Et en éprouver une joie simple, une sorte de réjouissement intense.

Vous avez vu ma beauté "intrinsecte"?


Photos admirables prises sur le net



91 commentaires:

  1. Là où je t'admire le plus , c'est aussi dans cette capacité à décrire ton admiration , ces choses banales , tiens , oui , tellement photographiées , toi tu les évoques avec une telle grâce que ... j'admire ton écriture aussi

    évidemment , c'est excellent pour combattre le blues , voir le doux , le beau , les yeux d'un chat , et plein de merveilles du quotidien
    et admirer le coeur de l'autre aussi ...
    On se comprend Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, Jeanne, j'admire aussi beaucoup de pouvoir se comprendre à distance, les yeux fermés, ou sans parler...Les petites antennes..
      -Quoi, on parle de moi?
      -Mais non, la sauterelle!Je parlais à Jeanne des choses ineffables de la vie...

      Supprimer
  2. Une ode... Un hymne... Un chant.... Une ballade... Un grand merci à la vie tout simplement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou un peu de tout cela à la fois? ...peut-être...
      Pourquoi choisir?

      Supprimer
  3. En cette rentrée, je fais voeux de rejoindre la confrérie des admireuses ! Quelle belle idée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as toutes les capacités pour faire partie de cet admirable aréopage...
      Telle que je te connais, a travers tes écrits et ton chemin, tu me sembles admireuse des belles choses du monde, il n'y a aucun doute!

      Supprimer
  4. Ces derniers temps, j'ai perdu un peu ma capacité d'admireuse
    Que je suis pourtant, tu le sais...
    Alors te lisant, tu m'as donné la ferme envie de me remettre à admirer, le moindre petit détail comme le petit morceau de sucre dans la tasse de café du matin (ou de thé, quoique je mets plutôt une petite cuillère de miel...
    Bonne rentré, ma chère Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'imagine tellement en train de touiller ton café avec ta cuillère de miel, dans ta jolie cuisine avec vue sur les grands arbres....

      Supprimer
  5. ces temps ci, j'ai un peu oublié ma capacité d'admireuse
    que je suis pourtant, tu le sais Célestine
    (zut, j'avais écrit un long commentaire te faisant part de mes bonnes résolutions, mais il s'est perdu dans la toile dévoreuse des bonnes intentions
    vite, vite quelque chose à admirer...
    Ton beau texte par ex...
    Je t'embrasse fort, ma chère Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel bonheur que ton commentaire se soit provisoirement évanoui pour réapparaître.
      Ainsi, je bénéficie de deux commentaires pour le prix d'un de ma chère Coumarine.
      Et cela, me porte naturellement à admirer la vie, jamais avare de bonnes surprises...
      Merci, merci Coum
      <3

      Supprimer
  6. Tapez "admireuse" sur Goodgirl pour voir si ça existe et on arrive où ? Sur le site de l'admireuse en chef, Miss Troussecotte elle-même. Je pense quand même que l'admirosité est un don du ciel contre la morosité et que ce serait péché de ne pas en abuser.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'admirosité contre la morosité...j'admire ton talent de commentateuse géniale...
      Et, quelle merveille, je suis allée, sur ton injonction tacite, taquiner Goodgirl.
      Ça fait drôle d'avoir invétéré un mot( même si, pour être tout a fait honnête, ce mot m'a été inspiré par un ami très cher...)
      C'est simple, je ressors de ton commentaire , ma chère Myo, légèrement titubante comme après quelques verres d'un délicieux champagne. Épantelée.

      Supprimer
    2. Invétéré un mot...pourquoi pas invertébré? Non, en realité je çrois qu'elle voulait dire inventé un mot...
      Entre nous, elle a peut-être réellement abusé du champagne...

      Supprimer
  7. Que dire de plus ? Tu suggères si bien quelques uns des milliers de merveilles que l'on peut admirer à chaque instant si seulement on se laisse porter par nos sens.

    Et la musique que tu as admirablement choisie accompagne fort bien cette ode à l'admiration !

    Hmmm... il fait bon venir chez toi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ooooh, ta dernière phrase, Pierre, est comme ces délicieuses friandises dont quelque chose nous dit que l'on ne doit pas abuser...et pourtant, on la tourne sous la langue comme un bonbon à la violette...
      Se laisser porter par nos sens: voilà un programme admirable!

      Supprimer
  8. J'admire ta personne qui donne sans attendre en retour :-)
    Merci pour cet hymne à la vie ma chère Célestine ;)
    Bisous et bonne nuit ... Marie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai, je le disais il y a peu à Candide ( quel admirable concours de hasard) j'ai appris à ne rien attendre de personne, à ne pas être dans l'attente. Le don de soi se fait gratuitement ( et avec grâce) sans calcul ni espoir de retour. Ainsi, tout ce qui arrive devient une bonne surprise, et l'on se prend à crier "youpi" dans l'air du soir qui tombe.
      Bonne journée chère Marie!

      Supprimer
    2. Chère Célestine, "ne rien attendre de personne" me semble être totalement désespérant ! Le don n'existe pas sans l'échange.
      Je crois comprendre que tu ne donnes pas, en vue de recevoir. Ton premier élan est spontané ? Est-ce bien le sens de tes mots ?
      Rester capable de s'émerveiller est certainement un élément indispensable du bonheur, à partager sans modération, comme tu le fais ! Bonne journée Célestine.

      Supprimer
    3. Je me rends compte de ce que ma phrase est sujette à contresens! Ciel! Je m'en excuse... Tu as bien sur compris que donner sans rien attendre en retour est ma ligne de conduite. Cela ne m'empêche nullement d'échanger, tu me connais je ne vis que de cela, j'aime es échanges, j'aime mes semblables. Lâcher les attentes, ses propres attentes, permet d'être plus réceptif pour prendre en compte celles des autres. Le don se suffit à lui même, le bonheur est dans le don de soi, tout ce qui arrive en retour est du supplément. Du cadeau de la vie. Le soleil n'attend rien des fleurs pour briller, les fleurs n'attendent rien des abeilles pour dispenser leur nectar,
      Et le désespoir ne fait résolument pas partie de mon vocabulaire. Rassurée, chère Anne étoile étoile?

      Supprimer
    4. Les fleurs attendent tout des abeilles ! Sans les abeilles, pas de fructification, pas de reproduction, le nectar ne sert à rien d'autre qu'à attirer les abeilles. C'est un échange permanent, comme pour les humains, où chacun a besoin de l'autre pour vivre, grandir, se reproduire .... et échanger comme ici ! Mais rassure-toi, j'ai bien compris ton propos, je pinaille.

      Supprimer
    5. Oui, oui, tu pinailles... Mais je n'attendais pas de toi que tu me comprennes forcément, et pourtant tu m'as comprise: que du bonheur!
      ^_*

      Supprimer
    6. Hum... j'ose m'immiscer dans ces intéressants pinaillages (terme un peu péjoratif pour nommer la précision qui, on le sait, est essentielle pour se bien comprendre).

      Donc, entre les fleurs et les abeilles il n'y a pas d'attentes : la fleur s'épanouira même si elle n'est pas butinée. Elle s'offre, mais n'attend pas. Elle est prête à recevoir. Et c'est précisément ce qui est intéressant dans la métaphore ; ne rien attendre, ce n'est pas ne rien donner. Au contraire, c'est donner "gratuitement". Un don qui attendrait un retour pourrait-il encore être qualifié ainsi ?

      Et pour ce qui est de la désespérance, elle va de pair avec le don. Si je donne en espérant un retour... alors c'est que j'attends d'être nourri. Je ne donne qu'en contrepartie. Tandis que si je donne "désespérément", c'est à dire sans espoir, sans conditions, là, oui, je suis vraiment dans le don.

      Il faudrait lire Comte-Sponville (et d'autres aussi, probablement), qui en parle admirablement bien.

      Supprimer
    7. Tu exprimes si bien ce que je voulais dire, Pierre. Tu as raison, bien sûr , je plaisantais, nous plaisantions en parlant de pinaillage...en réalité de cette discussion jaillit une lumière dont je ne doutais pas, connaissant les protagonistes hors pair...

      Supprimer
    8. Pierre, ce n'est pas du tout le sens de mon propos ! Mais je renonce à essayer de me faire comprendre .... c'est trop compliqué d'échanger ainsi. Célestine donnera sûrement d'autres occasions pour relancer cet intéressant débat. Amicalement.

      Supprimer
    9. Oh chère Anne étoile, je sais ce que c'est de ne pas parvenir a se faire comprendre...mais rassure toi, j'ai compris ce que tu voulais dire. Et tu es toujours la bienvenue dans ces pages j'aime ta sensibilite profonde et ta délicatesse.

      Supprimer
  9. C'est exactement ce que j'essaie souvent d 'expliquer (moins joliment cependant).
    Et parfois j'aimerais pouvoir faire un "imprim écran" de la façon dont je vois les choses afin de partager cette beauté queje vois et que je ressens.
    Je suis admireuse de ton texte Célestine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne idée, l'imprim écran... Écrire, c'est faire en quelque sorte un copie collé de ses images mentales sur du papier ou bien sur un écran...
      Merci Stella pour cette cyber-métaphore ...bises!

      Supprimer
  10. Je suis une admireuse professionnelle , j'ai une médaille même. Contemplative serait un bon synonyme en fait. Mais n'oublions pas de nous admirer un peu nous même aussi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une médaille? J'aimerais bien la voir!
      Et alors, pour ce qui est de d'admirer soi-même, tu me scotches: toi, la reine du manque de confiance en toi... Je suis fière de toi!

      Supprimer
  11. Passionnée effectivement tu es. Un plaisir de te lire.
    C'était une photo prise sur le marché de Bédoin, au pied du fantastique Ventoux, le Géant de Provence. Je l'avais un peu oubliée cette photo, chaude en couleurs.
    Bien à toi et bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour cette belle photo, en grand elle est géniale!
      Très jolie région, les alentours du Ventoux...
      Et merci également d'être venue me lire, et en plus d'en avoir éprouvé du plaisir...
      Tu reviens quand tu veux. Tu fais désormais partie de mon célèbre totem!

      Supprimer
  12. Ma nièce de 6 ans avait dit : "elle me regarde avec admirité" . Depuis, on emploie ce mot (quelquefois, l' interlocuteur fronce les sourcils ...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a une chose qui est certaine, c'est que j'adore les néologismes! Et les enfants en sont friands...
      Admirité , c'est magnifique!

      Supprimer
    2. Mais les néologisme, c'est abracadabrantesque !

      Supprimer
    3. Complètement, cher ami! Je dirais même que c'est bouleversifiant!

      Supprimer
  13. C'est une faculté que je partage avec toi mais qui m'a un peu laissé tomber ces derniers temps (à moins que ce ne soit l'inverse), alors, haut mon coeur, et qu'elle me revienne ! ;-)
    Merci Célestine pour ce gentil rappel à mes ordres intimes ;-)

    PS la photo d'Alain est magnifique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, une photo très belle et pleine de toutes les couleurs que j'aime...
      Me pencher sur les beautés du monde est une thérapie pour moi. Cela me soigne de tous mes petits bobos.
      Et en plus, le plus souvent, c'est gratuit...

      Supprimer
  14. PS maintenant que je connais bien la couleur de tes yeux, ce serait possible de voir quel rouge à lèvres tu te mets ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhooo ben mame Ambreneige, vous en demandez des choses vous alors...
      Mais comme je ne peux rien te refuser, c'est ici!

      Supprimer
    2. bah vi, suis-je bête, avec des yeux clairs, du "rose" à lèvres !
      Merci Célestine !
      et du vernis sur les ongles ? (ben quoi ?)

      Supprimer
    3. @ Ambre
      Dans la foulée, tu ne risquais rien de demander aussi pour le fond de teint... :-D
      Bisous mon amie.
      Baci à Célestine

      Supprimer
  15. Je te sais douée pour écrire (et être en toi-même) un hymne à la vie. Là, tu t'es surpassée.
    Baci Ragazza e bella giornata

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que tu as écrit dans la parenthèse qui me touche le plus ^^
      Molto baci bello

      Supprimer
    2. Ben oui, chez-moi les parenthèses se conjuguent de façon désordonnée, atypique, multiple. Elles peuvent même être gigogne ou passer du complément anecdotique à l'essentiel...
      En effet, le texte n'était que l'écrin de la parenthèse... ;-)
      Ti bacio mia amica

      Supprimer
  16. Trés beau billet merci et bravo.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci a toi d'être passé, ce n'est pas souvent mais cela fait grand plaisir!
      Enfin, je dis ça, mais il ne faut pas que j'oublie que lire et commenter sont deux choses bien distinctes.
      Merci donc pour tes mots positifs.

      Supprimer
  17. Voilà un mot qui devrait effectivement trouver place à l'académie.
    Je pense être souvent aussi un admireur, bien que parfois critiquableur ;-)
    Bizzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'aime bien les critiques hâbleurs...^_*

      Supprimer
  18. Quand je ferai un court métrage ou un texte sur toi je l'intitulerai "L'admireuse admirée" Méfie-toi, ça pourrait vraiment se faire. Enfin pour le texte. "SSSSSSSSSSSSSSS" Ca c'est le sifflet d'admiration. Tu vois, j'ai gardé l'admireur pour la fin. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh la la, Claude, tu vas me faire rougir! Un texte sur moi? Un court métrage...wouaou, je me sens quelqu'un d'important tout a coup...
      Je te prends au mot, tu t'en doutes...

      Supprimer
  19. Quand je cherche dans le Larousse le sens du mot "néologisme", je tombe sur ça:
    "Mot créé par le malade mental par déformation de phonèmes, substitution, etc. (Les néologismes renvoient au diagnostic de psychose ou d'aphasie sensorielle.)"
    Tu avais l'air "normal" pourtant la dernière fois que je t'ai vue !!
    Ainsi donc tu serais sereine, passionnée mais ... Néo-logique ??? ;)

    Mais si mais si, je l'aime bien ton billet !!! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai regardé dans mon Larousse à moi, je n'ai pas trouvé cette définition, pourtant j'ai la dernière édition flambant neuve...mais sur le net, oui, j'ai vu ca! Cela fera plaisir à Breton, Queneau, Prevert, Desnos et tous les autres inventeurs de mots d'apprendre, post mortem, qu'ils étaient des malades mentaux!
      Pfiouu! Tu as pris des risques finalement, à partager un moment avec une psychotique invertébrée et aphasique de surcroît! On est peu de choses...

      :-D

      Supprimer
  20. Il n'y a qu'au volant qu'on n'est pas admis rond ! Bravo pour ce texte, la demi-rieuse ! :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La demi-rieuse qui ne fait pas dans la demi-mesure, pourtant, surtout quand il s'agit de rigoler...

      Supprimer
  21. Ma gni fi que ! comme dirait Cristina Cordula s'exclamant devant la jeune fille relookée par ses soins ! rires
    Oui, nous sommes des admireuses, et je t'aime de l'être de tout ça !
    Admireuse de bonne volonté !
    Oui je l'ai vu ton intrinsecte !!! rires, il me plaît bien aussi et j'admire la vie nouvelle qui nous est donnée, en corps et en choeur en ce jour nouveau ...

    J'embrasse l'admireuse et tous ses admirés ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, oui, je l'entends Christina, d'ailleurs elle prononce ma-gni-faïque et cela me fait toujours beaucoup rire.
      Et j'admire, moi, tous mes admirateurs, et ils sont nombreux, et elles sont nombreuses, et cela me remplit d'énergie et de joie profonde des le matin!

      Supprimer
    2. Tu as raison elle dit comme ça ! dans son beau sourire sympathique ! rires

      Bon, je vais chausser maigre haut ça beau now !!! pour aller tayer !!! mes rosiers !
      à bienmots ma d'âme !

      Supprimer
    3. Moi je suis sur mon bateau en train de vérifier les entreponts et les cordages avant la grande traversée...

      Supprimer
  22. ( je ne pars pas, je cartonne :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je n'ai aucun doute la-dessus, chère Veronica. Tu cartonnes chaque fois que tu écris!

      Supprimer
    2. Tu veux m'aider à cartonner, tu cartonnes si bien :))))

      Supprimer
  23. J'admire ton antre hein et ta voix de givre, ta joie de vivre pardon !
    J'admire que tu doutes et ne doutes patent ...
    J'admire que tu acceptes les rots ( héros ) blêmes et les contournes même !
    Admireuses du sensible et le reconnaissant ...
    Admireuse du petit, de l'oublié, du discret ...

    Réjouissons-nous, tout simple aimant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La voix de givre et la joie de vivre... Géniale contrepèterie!
      Quant aux rots blêmes, j'avoue que rien que de dire ces mots, on a déjà désamorcé le stress!
      Je le ressortirai en réunion avec mon inspectrice adorée, qui a laissé son sourire au vestiaire avant d'entrer dans la carrière...
      Je t'embrasserre

      Supprimer


    2. Quel feu d'artifice !

      Notre hôtesse admireuse n'est pas admiheureuse, il s'en faut !

      Un régal, tout ça, un régal.

      Supprimer
    3. Naisse pas ! Je suis sur un nuage neuf ! rires ...
      Oune d'elle hisse ! âme-mireuse du beau, du bon, du qu'on plisse avec le coeur ...

      Supprimer
    4. Non, je ne suis pas à demi-heureuse, bien qu'admireuse...moi aussi, j'aime flotter dans la brume légère d'un nuage neuf.^^

      Supprimer
  24. Cette admireuse la, je l'appelle amoureuse. Car c'est l'amour qui donne cet état d'émerveillement dans lequel je suis et que tu décris si bien, celui d'amoureuse de la vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'osais , j'inventerais bien le mot " admoureuse" si je ne craignais qu'Antiblues ne jugeât mon cas définitivement désespéré...

      :-)))

      Supprimer
  25. Moi je suis admireuse de ta jolie plume ;-)
    Bisous, Laure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très gentil, ma chère Laure. Te revoilà après des vacances qui furent merveilleuses, je n'en doute pas.

      Supprimer
  26. Si "admireuse" est reconnu dans votre académie, il luis faut un masculin, auquell cas je suis "admireur" de ce blog...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À tout féminin un masculin...donc je prends cet " admireur" dans lequel beaucoup se reconnaîtront sans doute...
      Merci beaucoup Jean-Mi!

      Supprimer
  27. ...Que rajouter à toutes ces mères veilleuses et pères veilleux par mil et millet perlé à deux mirés en odes et ballades
    je dors embrumée, je contemple les cieux fermés, je mémère veille en hymne
    je recarde et démêle l'haleine
    quand les alizées regardent en corps les nuages comme s'ils étaient des flocons de sommeil
    Jade mire en éclat vert le mot admireuse de lavis bistre ou de sépia... je regarde étonnée, éveillée je mets l'ange d'aise, délectée, contentée, par ce qui me semble beau, bel, ou merveilleux andant'aile portée, et y voit les beautés de ce monde.. j'apporte pour cela mon regard embrasé et sensible ici et maintenant, traversé de l'entre parenthèse...

    ***

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi, j'admire ceux qui, comme toi ou Veronica, tressent les mots d'un autre fil , un fil qui leur donne une couleur nouvelle et surprend le lecteur par des sonorités cachées...
      Merci beaucoup pour ce passage poétique chez moi.
      Jade mire...quel beau jeu de mots...

      Supprimer
  28. Je me retrouve aussi dans ce regard derrière lequel le coeur se gonfle de bonheur... se posant sur tout ce qu'il y a de merveilleux. Un voile diaphane constellé de sourires, de beautés qui coupent le souffle, de souvenirs trop précieux pour oublier, de moments grandioses, de chants ...

    Merci Célestine!

    RépondreSupprimer
  29. C'est joli "admireuse". Il y a bien les liseuses, repasseuses, râleuses, moqueuses, etc !
    Il ne suffit pas souvent de regarder, il faut prendre le temps de voir. Et là, on est surpris par tout ce que l'on découvre dans un paysage familier. Je le fais souvent et je m'émerveille.
    En plus, c'est un remède idéal contre le blues.
    Moi, ce que j'admire le plus chez toi, Célestine, c'est ton optimiste !
    Je vois aussi qu'ils sont nombreux les flatteurs, ici !
    Est-ce dans ta cour d'école que tu as ruminé tout ça, Célestine ? dans un moment privilégié qui va se dissiper à l'arrivée de tes petits élèves.

    Et je pense que tant que tu seras une "admireuse" tu seras heureuse. L'un va avec l'autre !
    Bonne fin de semaine et gros bisous de ma tour
    @ demain pour les Plumes 14

    RépondreSupprimer


  30. Si l'unanimité s'est faite sur la nouvelle acception d' "admireuse", pourquoi se priver d'un autre néologisme comme "admireuseresse" par exemple ? Aussi écoutera t-on (laveuse) pour le plaisir ce moment d'anthologie :

    http://www.youtube.com/watch?v=2Oy6rogjdn0

    RépondreSupprimer
  31. Quel beau texte, et quel beau mot. Admireuse,les optimistes sont des admireurs, ou l'inverse, c'est une autre façon de regarder le monde !

    RépondreSupprimer
  32. Désolée de vous avoir oubliés mes chers lecteurs!
    Edmee, Soene, NuageNeuf et Zoé, merci pour vos mots et votre fidélité...

    RépondreSupprimer
  33. Le mot qui peut te convenir le mieux à la place d'admireuse: "l'amoureuse". c'est comme tu l'as défini pour "admireuse": Il donnerait l' idée précise d'une action, une activité continuelle, comme le métier de celui qui passerait son temps à admirer. Une sorte de vocation, sous-tendue par une volonté de porter son regard ici plutôt que là...
    Il y'a aussi:"l'adulatrice"!
    Mais je persiste : l'amoureuse!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Admireuse, amoureuse on dirait des mots jumeaux...Peut on admirer sans aimer, ou aimer sans admirer...
      Les deux sont intimement liés, je pense...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, peut-on admirer sans aimer ou aimer sans admirer?
      On admire parce qu'on aime et tant qu'on aime on admirerait! Le secret est là caché, enfoui entre ces deux mots jumeaux.
      Bise admirative, l'admimoureuse!

      Supprimer
    3. Joli mot-valise, tout en velours !
      Admimoureuse...j'adore.

      Supprimer
    4. J'adore aussi l'admimoureuse!

      Supprimer
    5. Oh! comme j'adore aussi la dernière phrase de ton billet: ...se laisser pénétrer, inonder par la beauté intrinsèque des choses. Et en éprouver une joie simple, une sorte de réjouissement intense.
      Ce n'est pas pour une admimoureuse ça?

      Supprimer
    6. Une phrase sensuelle, n'est-il pas ?...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. N'est-il pas beau,l'ange?
      Transi de louanges
      De ses ailes teintées
      Bleues et veloutées
      Il répand le beau
      L'amour en flambeau
      Dans le coeur d'une fée
      Rêveuse assoiffée,
      Une admimoureuse
      Aimante et chanteuse



      Supprimer
    8. Le bel ange fait partie du beau linge !

      Supprimer
    9. Ou le bel ange tire parti du beau linge!

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.