dimanche 2 décembre 2012

Mode d'emploi (2)

Plusieurs d'entre vous m'ayant demandé la version "homme" de mon mode d'emploi, je me suis dit qu'il ne fallait pas faire de jaloux...N'y voyez aucune misanthropie, je vous aime trop, messieurs, je ne peux me moquer que gentiment.





Madame,
Vous venez de faire l'acquisition d'un homme.
Veillez à respecter les conseils suivants afin de prolonger cette acquisition dans le meilleur état et le plus longtemps possible.
Malgré sa carlingue en acier trempé, le modèle courant présente parfois des défaillances au niveau du processeur : attention ! les informations doivent être saisies l'une après l'autre.
En cas de surcharge cognitive, votre homme ne retiendrait que la première information saisie, ou pire, inverserait les données. Ce qui peut être gênant si vous avez demandé, dans l'ordre, de jeter les ordures et de changer bébé.

Votre homme est conçu pour aimer votre plastique même si vous la trouvez imparfaite. Là où vous ne vous voyez que des défauts, il manifestera un contentement évident, reconnaissable au signal « soupir d'aise ». Les mots rides, cellulite, petit ventre ou seins trop gros ont été volontairement supprimés de sa carte mémoire. Il ne les verra donc jamais sur vous. Une volonté de régime de votre part déclenchera automatiquement le message : « Tu veux perdre un os ? » tandis qu'une simple velléité de chirurgie esthétique même légère aura immédiatement pour réponse :  « Mais tu es très bien comme tu es ! »

Le modèle courant est en général proposé en version « économie de mots » pouvant aller jusqu'aux monosyllabes dans certains cas extrêmes. Ne pas s'inquiéter. C'est normal. Il est en train de réfléchir.  Cependant, vous pouvez opter pour une version « bavarde » dont la gamme se décline en « admirateur » « poète » ou « narcisse ». Ce dernier modèle est capable de parler de lui et de lui seul des heures entières, ce qui risque de vous lasser rapidement. Les deux premiers modèles, au contraire, s'adresseront exclusivement à votre cœur. Ils ont fait la preuve de leur qualité sur la durée. Dans tous les cas, ces modèles « parleurs » sont livrés avec un programme spécial appelé : « possède une certaine part de féminité et l'assume ».

Le mécanisme névralgique de votre homme est d'une grande simplicité d'utilisation. Le levier principal peut être commandé automatiquement à distance, mais parfois, le passage en manuel s’avérera nécessaire. Attention, contrairement au modèle féminin, l'activation du mécanisme (que ce soit en manuel ou en automatique) annulera aussitôt l'application « père de famille ». Les pleurs de bébé n'auront alors aucun effet sur le processeur, et vous devrez arrêter vous même le programme.

Bien que le modèle classique soit parfaitement prémuni contre les fuites de type lacrymal (en série seulement sur le modèle « poète ») l'application  «  nostalgie du ventre maternel» est présente sur nombre de modèles. Une défaillance au niveau du mécanisme névralgique (voir paragraphe précédent) lancera les applications « régression utérine », ou au pire, 
« angoisse de mort ». En cas de maladie ou de blessure, votre homme peut vouloir soudain se blottir contre vous comme un enfant. Ces phénomènes sont spectaculaires mais tout à fait normaux dans le cadre d'une utilisation sur le long terme.

L'application « père de famille » permettra à votre homme d'extérioriser ce besoin de retour à l'enfance par la pratique de jeux divers avec votre fils entre trois et douze ans, ce qui pourra vous donner momentanément l'impression bizarre d'avoir un enfant de plus et donc de vous être fait avoir sur les allocs.

Enfin, nous vous laissons le plaisir de la découverte des nombreuses fonctions de votre modèle, parmi lesquelles « lever-nocturne-pour-aller-voir-quel-est-ce-bruit-», « débroussaillage-du-jardin-et-tonte-de-la-pelouse » ou « rappel-régulier-que-la-voiture fonctionne-au-sans-plomb-et-non-au-diesel »...
Et bien sûr, celle qui a fait le succès de notre gamme depuis des années , la fameuse « Épaule rassurante ». Veuillez rapporter le modèle si vous constatiez l'absence de cette fonction indispensable.
En cas de non-respect de ces consignes, la maison décline toute responsabilité, et le S.A.V ne prend pas en charge le modèle « EX » résultant d'une utilisation erronée.
Nous vous souhaitons, madame, de longues années de bonheur en compagnie de votre homme.

90 commentaires:

  1. Comparé au modèle féminin, c'est de la camelote.
    Et je sais de quoi je parle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prends ça comme un beau compliment.
      (A moins que tu ne parles de mon exercice de style...) ;-)
      Mais ne vous dévalorisez pas trop messieurs, vous avez bien des qualités, quand même, malgré tout.

      Supprimer
    2. Alors éclaire-nous, Soène et moi: quand tu dis "c'est de la camelote" tu parles de mon billet, ou des hommes en général?
      Le doute m'habite.

      Supprimer
    3. J'adore tes exclamations muettes, Nuageneuf!!!

      Supprimer
    4. Moi je n'avais pas de doute sur la qualité de ton billet, Célestine !
      Tu crois que Walrus va repasser pour nous rassurer ? lol !
      Tu crois qu'il le fée-rat ?

      Supprimer
  2. Si vous n'avez pas de distributeurs de ce côté de l'Atlantique, j'aimerais devenir concessionnaire! Ça se vendra comme des p'tits pains chauds!

    Grand-Langue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Volontiers, alors. Des petits pains chauds...miam!

      Supprimer
  3. Bravo Célestine pour ce mode d'emploi qui me parait bien complet en options. Sauf que.... je te propose d'ajouter : option ménagère : pour nos hommes qui font la cuisine et les courses. C'est le cas du modèle que j'ai à la maison et que j'ai acquis il y a 30 ans. Certes, il n'est plus garanti. Mais ces options marchent d'enfer ainsi que certaines autres que je ne détaillerai pas ici (mdr!!!). Toutefois, il faut savoir qu'avec le temps, certaines options peuvent se dérégler comme "économie de mots" mutant en "bavard". Mais bon, l'expérience fait que peu à peu on sait régler finement les différentes options et éviter ainsi de bloquer les mécanismes par le désastreux signal clignotant "ex" ou "j'me casse", très difficilement réparable à moins de jouer les bricoleuses de génie....
    En tout cas, tu m'as bien fait sourire. Bises salines

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureuse de t'avoir fait sourire. Garde ton modèle précieusement, on ne le trouve plus beaucoup...Souvent les femmes seules se demandent pourquoi elles ne parviennent plus à trouver l'oiseau rare. Mais ils sont tous pris, c'est ça l'ennui.

      Supprimer

  4. Y a t-il toutes les options ??? Et le rodage est-il bien fait ?
    Bonne fin de journée ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est à ta chère et tendre qu'il faut poser la question. Mais il m'est avis que la réponse sera oui aux deux questions...
      Bonne semaine à vous deux.

      Supprimer
  5. Ma compagne à rajouter l'option « se poiler en couple »
    Ça booste le processeur.
    Téléchargeable sur Apple.

    Attention, ne pas confondre avec l'option piratée de Microsoft, bourrée de virus :
    « me chatouille pas avec ce truc-là… Sinon gare ! »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et dis moi, est-ce que vous vous êtes poilés de concert (ou de conserve, les deux sont équivalents) en lisant mon billet?
      Serais-tu un "apple addict"? Bienvenue au club, en ce cas.

      Supprimer
    2. Je suis résolument MAC !
      Pour le reste.... iPhone, iPad, and so on..... très peu pour moi...
      comme disaient les Guignols : "C'est une révolution ! Il rend indispensable ce dont vous n'avez pas besoin ! "

      Mon bon vieux Nokia de 5 ans d'âge me suffit amplement...

      Supprimer
    3. Bouhhh j'aime pas quand tu fais ton vieux ronchon ringard!
      Mais je t'aime quand même. ;)

      Supprimer
  6. Ce mode d'emploi écrit d'une main féminine me fait sourire : drôle et tendre mais partial bien sûr!!
    Je m'aperçois en outre que ces deux modes d'emploi sont hétéro. Soumis à l'influence de l'actualité, je réclame les deux autres versions !! Juste pour voir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " drôle et tendre mais partial bien sûr!! " Excuse moi d'être une femme, j'ai pas été trop méchante, quand même...Non, c'est gentil mais je crois que je vais me calmer sur les modes d'emploi...les plus courtes sont les meilleures disait ma grand-mère...Et puis, je ne parle de ce que je connais pas trop mal.Tu veux pas t'y coller, toi? Je suis sûre que ça pourrait être pas mal. ;)

      Supprimer
  7. Je suis d'accord avec Walrus !
    Belle observation, Célestine, mais je te trouve bien clémente avec ce modèle... Il y aurait tant de mises en garde à rajouter... surtout après des dizaines d'années de vie... ça devient vraiment trop fragile et pas du tout résistant...
    Bonne semaine & bisous d'O.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je sais, tu voulais que ça saigne, mais je n'ai pas l'âme belliqueuse.Les hommes m'émeuvent. Mais sans doute n'en ai-je pas rencontré qui aurait pu me faire changer d'avis...

      Tu penses donc que Walrus parlait de mon billet, et pas des hommes en général...Et si on lui demandait?
      Bisous ma swapounette
      Bonne semaine.

      Supprimer
    2. antiblues06@hotmail.fr03 décembre, 2012 05:38

      Reusement, y'a des cas particuliers, n est ce pas chère Soene ? :-)

      Supprimer
    3. Tu en es sûrement un cher Antiblues...

      Supprimer
    4. Oui, il y a toujours l'exception !
      Bises à tous les deux

      Supprimer
  8. Ah oui , il fallait l'autre version , tu l'as faite !
    bravo , humour , réalisme , tout y est
    J'en connais des bavards , des intarissables plaintifs , je m'attache à eux même si parfois ils me gavent !
    c'est bizarre , comme quoi , on a une certaine compassion dans leurs petits malheurs
    Les hommes m'émeuvent aussi , beaucoup , je les fais rire , je les écoute , je ne suis rien sans eux ... Rien
    Les soirées filles , je peux vite m'y ennuyer ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il paraîtrait qu'on se ressemble, non?
      Je n'ai aucun doute là-dessus. Je n'aurais pas pu travailler en maternelle: trop de filles, pas assez de mecs.
      Bonne fin de soirée,ma Jeanne ;-)

      Supprimer
  9. Grand bravo pour cette analyse très pertinente.
    Je me retrouve bien sûr dans un de ces portraits... que je me garde bien de dévoiler.
    Mystère...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le jeu...chacun trouve ce qu'il veut dans les écrits des autres.
      Bonne soirée, chr (e) ami (e).

      ;)

      Supprimer
  10. J'espère qu'il est vendu avec un abonnement à Canal foot+ et à l'Equipe, sinon il va dépérir ! :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le pauvre, oui bien sûr!Et la réserve de bière dans le bac à légumes..bon sang, j'ai failli oublier!

      Supprimer
  11. je le trouve encore meilleur ! J'achète !!!
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous en mets une demi-douzaine, miss?

      Supprimer
  12. Si l'option "Canal foot et canettes" est standardisée, je ne doit pas être terminé... ou alors il y a eu des mélanges dans la dotation des fichiers.
    Quoi qu'il en soit, je vais de ce pas porter une protestation véhémente à qui de droit. Pourquoi ai-je été privé du logiciel ad-hoc qui m'aurait accordé le droit de m'égosiller de conserve avec les beaufs toujours prêt, pour un but raté, à roter leur guerre en entrant en bière... heu! à moins que ce ne soit l'inverse.

    Ce Sidi, tu as mis beaucoup de tendresse dans ce mode d'emploi:-)
    On peut peut-être regretter que l'option "cuisine" des hommes soit trop généralisée dans sa version basique, celle qui est dépourvue de la fonction "remise en ordre après usage" :-)
    Bises
    Blutch.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fort heureusement, L'option bière foot n'est pas montée en série. C'est certes une option, mais est-elle vraiment prisée par la clientèle?
      Bon pour la tendresse, j'avais prévenu. Je ne sais pas être méchante avec les personnes du sexe que j'ai pas. Peut-être pas envie de me mettre à dos 49% et des poussières de l'humanité.
      Ce Ladi (ça veut rien dire mais c'était pour faire comme toi) je suis d'accord avec toi: quand papa fait un gâteau avec Bibou,l'avantage, c'est qu'il fait aussi son éducation historique. Ben oui, la cuisine, après la confection du gâteau, donne une petite idée du Chemin des Dames et de la Tranchée des BaÏonnettes...
      -"Mais c'est Verdun, cette cuisine!" crie maman...
      Ah, vous voyez, je vous l'avais bien dit.

      Supprimer
  13. Bravo Célestine. Et merci pour ce bol d'humour dès le matin.
    Mon modèle à moi que j'ai est un modèle unique. Il a bien quelques petits défauts mais il suffit de se rappeler qu'il y a des mots à ne pas dire, des gestes à ne pas faire si on veut éviter les désagréments ( légers).
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand même, quand on connaît bien une machine, ça se passe mieux.on apprend à s'adapter, c'est universel.
      Bises

      Supprimer
  14. J'ai un modèle très rare : version homme à la maison!
    Bravo pour cet exercice de style!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moins rare qu'à une époque, quand même!
      Si tu aimes mes exercices de style, je te conseille celui-ci, je m'étais éclatée à l'écrire!


      Supprimer
  15. Ha! La fonction "épaule rassurante"... je crois bien que c'est celle qui m'est la plus nécessaire!
    J'adore ces petites chroniques pleine de sourire et tellement bien vues... bonne semaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un homme, c'est avant tout une épaule. Je ne sais plus qui a dit ça, mais je trouve que c'est bien vrai.

      Supprimer
  16. AAAAH ! Je viens de lire et bien je suis le modèle "tout en UN " parfait donc !
    Mesdames pour toute démonstration consultez Andiamo and co. (colonne de droite)
    Qui a dit modeste ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dites donc, cher ami, ça va les chevilles? Et pis d'abord,c'est pas beau de se vanter!

      Supprimer
  17. Alors là ! C'est encore meilleur que le mode d'emploi féminin. J'adore ! Moi, j'aime bien mon vieux modèle, il est increvable et surtout surtout, je le connais par coeur, je ne dois même plus regarder, je sais où sont les boutons les yeux fermés. Il fonctionne surtout à l'énergie solaire mais je peux le brancher sur mon 100 000 Volt quand il fait moins beau :-). Bravo Célestine, tu es la meilleure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MMMMMMMMM ton 100 000 volts! je confirme, tu as de la fougue et du tempérament. Il en a de la chance ton homme. Est-ce qu'il le sait au moins? Quant au soleil, c'est vrai que ça recharge toutes les piles, surtout celui de la Grèce...
      Big kisses my sweet Myo

      Supprimer
  18. Merci Célestine :-)
    J'adoooore :-)

    Des bisous
    ❄✹❄ Laure ❄✹❄
    http://ptitesphotosdelolo.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles sont mignonnes tes petites étoiles à côté de ton nom...

      Supprimer
  19. Génial !!! je me réserve une meilleure lecture plus tard, j'aurai plus de temps, aussi je pensais à toi car justement suite au mode d'emploi des femmes, je t'avais trouvé quelque chose ! je reviens !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es rigolote, Véronica. Six commentaires à toi toute seule!

      Supprimer
    2. Je suis désolée, je me suis laisser aller !

      Supprimer
    3. Ne t'excuse pas, tu es ici chez toi!

      Supprimer
  20. Tiens, voici déjà ça !

    http://www.armandthiery.fr/e_commerce/homewear/homewear/tee-shirt-humour-affaire-a-saisir-p-21293.htm?coul_att_detailID=14&page=2


    Je vais l'offrir à mon frère !!! qui est un coeur à prendre !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent! allez-y voir, mesdames, c'est très sympa comme vêtement! et bien porté...

      Supprimer
  21. Pas de doute, j'ai la version la plus courante !!!

    "Le modèle courant est en général proposé en version « économie de mots » pouvant aller jusqu'aux monosyllabes dans certains cas extrêmes."

    ahahahahaha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que ma prose te fait rire, c'est un plaisir à voir!

      Supprimer
  22. Je souris à tes mots ! quelle expérience de la vie cette femme me dis-je ... smiling

    "Bien que le modèle classique soit parfaitement prémuni contre les fuites de type lacrymal (en série seulement sur le modèle « poète »)" tout à fait cela mais option régressive langagière majeure parfois ! ahahahahaha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "option régressive" en qualité, ou en quantité?

      Supprimer
    2. en qualité plutôt ! sourire

      Supprimer
  23. ..."la fameuse « Épaule rassurante ». Veuillez rapporter le modèle si vous constatiez l'absence de cette fonction indispensable."

    Génial, j'ajouterai pour ma part, la main comme appendice, adjuvant ou suite logique non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La main, oui, douce, chaude, protectrice, caressante, exploratrice...

      Supprimer
  24. Le mâle tient de l'automobile c'est vrai ça ...

    Est-il livré avec télécommande ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, TU es censée commander à distance avec des mots ou des gestes évocateurs...C'est perfectionné!

      Supprimer
    2. Ah bon ok ! rires, pourtant on me l'a livré avec une accrochée à sa main droite ! curieux non ?
      :)

      Supprimer
  25. Mon fils m'a dit (il est très courageux et il clique n'importe où) qu'en suivant les liens de certains spams on arrivait sur des sites qui proposent des "codes secrets" pour améliorer le modèle standard. Ces codes, tu les fais avaler au logiciel quand tu es dans une situation bloquée ou que le joystick ne répond plus, et ils te permettent d'obtenir une réactivation de ton personnage, des munitions en plus, un additif original au scénario et même des vies supplémentaires... d8^p

    Je dis ça, je dis rien : j'ai jamais essayé.

    RépondreSupprimer
  26. Excellent, Célestine !
    Ceci dit, au risque de vexer le modèle haut de gamme que j'ai à la maison, je ne sais pas si je vais l'encourager à lire cette notice.
    Continue à nous faire rire ainsi !
    D'ailleurs, cela me rappelle une petite série que j'avais écrite il y a bien longtemps "10 ans, 10 leçons..."
    Bonne soirée et bonne semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu...non, fais lui plutôt lire la version féminine.
      Oui, je continue, j'aime bien faire rire.
      Tu devrais donner le lien de ta petite série...Ne sois pas timide!

      Supprimer
    2. Il a lu la version féminine, il est obéissant ! ;-)
      Sinon, pour la série puisque tu insistes et que, contre toute attente, j'ai retrouvé sa trace, tu peux cliquer ici : http://blogs.psychologies.com/chabada/10-ans-lecons-10188/2/ pour lire 10 ans, 10 leçons de vie commune... il faudrait d'ailleurs que je relise.
      Bon, je vais de ce pas faire le bisou du soir à Choupinette, finir de préparer et je terminerai par la lecture de ces leçons avant de me coucher !
      Bizzzzzzzz

      Supprimer
    3. Si je comprends bien, tu n'es plus avec l'homme qui t'avait inspiré ces leçons?
      Tu devrais en écrire dix radicalement différentes...

      Supprimer
    4. Oui, tu as bien compris. Ces leçons parlaient de mon expérience avec le père de ma fille qui n'est pas mon mari (heureusement !).
      Pour l'heure, je pourrai écrire 4 leçons.
      Et voilà, je nomme Célestine comme inventeuse d'inspiration pour mon blog !
      Et voilà que je n'ai toujours pas terminé pour demain, pffffffffffffff ! Je n'y arrive pas ce soir !

      Supprimer
    5. Merci Célestine de m'avoir donné l'occasion de relire...
      Il me restera à réécrire, maintenant !
      Bonne nuit !

      Supprimer
  27. "Ainsi c'était donc ça !" se dit-elle; et la femme s'assit au bord du grand lit, maintenant trop vide et trop froid. Elle venait de trouver cette notice, cachée au milieu de ces quelques papiers de celui qu'elle croyait parfois connaître trop et qu'elle avait quitté sans le connaître encore. Elle n'en avait pas eu connaissance de cette notice. Par quel mystère, elle l'ignorait mais elle n'en avait cure.D'ailleurs elle ne connaissait personne parmi ses amies qui se vanta de posséder une telle brochure. Elle lisait, article après article, et parfois on l'entendait soupirer : "Ainsi, c'était donc ça !" et sur sa lèvre fleurissait un soupçon de sourire.
    Au début, elle s'était dit qu'elle s'en passerait. Toute nouveauté était la bienvenue. Tout la faisait rire, ou pleurer, ou vibrer. Tout la transportait d'aise. Il y eut très vite quelques ratées, quelques erreurs dans la machine qui, certains jours semblait immobile, et d'autres fois paraissait s'emballer. Il lui était même arrivé de se demander si c'était bien à elle qu'elle était destinée cette machine masculine tant le fonctionnement lui semblait étrange. Elle avait eu ses doutes. Elle avait eu ses peurs. Elle avait eu ses envies. Parfois il lui fallait se blottir dans un coin et attendre sans comprendre, animée par la seule foi que c'était bien sa machine. Plusieurs fois, elle avait cru que la panne était définitive, mais elle s'était accrochée, elle avait tout tenté et la machine s'était remise en route. Il était aussi arrivé qu'elle renonça et que tout à coup sans que cela fut prévisible la machine se remit seule en route, meilleure qu'elle n'avait jamais été.
    Mais là, aujourd'hui, elle le croyait très fort, c'était la dernière panne. Celle que chacun savait inévitable mais qui ne trouvait sa place dans aucune notice.
    Page après page, elle découvrait, elle comprenait. Elle se prit à penser que si elle avait eu entre ses mains ce guide, peut-être qu'elle ne serait pas lancée dans cette aventure. Alors elle regardait, la photo des enfants, les objets autour d'elle et tout lui disait "Tu aurais bien eu tort !". Elle se troubla de savoir qu'ainsi, Lui, savait tout cela de lui même, qu'il n'avançait pas dans l'inconnu de lui. Quelques notes çà et là montrait qu'il avait voulu lutter contre quelques uns de ses principaux défauts et qu'il avait tenté d'améliorer ce qu'il croyait être ses qualités. Comme un homme avec force et maladresse. En lisant quelques larmes coulaient sur les sillons de ses joues trop vieilles, larmes de joie ou de douleur.
    Mais déjà les autres étaient revenus. On s'affairait dans la grande salle. il fallait rester maîtresse d'elle, des siens, de sa maison. Elle s’apprêtait à redescendre lorsque reposant la notice, elle en découvrit une autre, la sienne. Elle ne voulait l'ouvrir. Elle remit à plus tard cette incroyable découverte. Ainsi, Lui, il savait. Il avait fait la route. Il avait accepté. Il avait vu ses faiblesses...et il l'avait aimée.
    Elle la lirait plus tard...un jour...mais pas maintenant ! Elle saurait peut-être ainsi ce qu'elle même n'avait pas compris de son propre fonctionnement. Elle descendit tout à son devoir de maîtresse de maison qui reprenait en main les choses. Elle jeta un dernier regard. Surprise ! Les pages anciennes de la notice qui la concernait n'avaient pas été touchées : Comme tous les hommes il s'était dit qu'il pouvait bien se passer d'un notice (il disait un guide-couillon), qu'après tout ce n'était pas si difficile de comprendre tout seul.
    Et c'est sur ce dernier sourire, ou soupir, qu'elle entra dans le grand salon où l'attendaient les siens.
    Mesdames, messieurs, vous vous doutez bien que cette histoire est réversible. Alors bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est étrange, monsieur Jacques, mais contrairement à d'habitude, je ne suis pas parvenue à entrer dans votre histoire. Etrange, oui, sur un billet qui se voulait léger et amusant.Vous qui avez pourtant coutume de faire tant rêver vos lecteurs, avec vos contes de santons charmants et émouvants! Vous faites bien de préciser à la fin qu'elle est réversible, parce que je la trouve bien sombre, définitive et qu'elle me glace d'effroi. " La dernière panne. Celle que chacun savait inévitable mais qui ne trouvait sa place dans aucune notice." J'ai l'impression que vous parlez de la mort.Cette femme qui s'aperçoit trop tard,bien trop tard qu'elle se serait trompée, ça sent les remords éternels, les pires! La mort rôde au-dessus de la tête de votre héroïne.Ce n'est pas mon univers.Trop de tristesse, trop de larmes et de regrets. Pour vous dire le vrai, je suis désolée que mon billet vous ait inspiré de si noires idées.Mais sans doute n'ai-je pas compris le sens profond de l'histoire, et le temps gris et brumeux de ce morne jour d'hiver, départi de ses couleurs chatoyantes d'hier, a orienté ma lecture de façon pessimiste...-Je vais essayer de passer une bonne journée quand même, ne vous inquiétez pas! Et me remettre au travail après ce petit détour vers le monde des blogs. :-)

      Supprimer
  28. Oh j'ai bien ri, car il n'y a en fait que bien de la tendresse dans ce billet... pour ces petites choses fragiles et fortes que sont nos hommes...

    Et c'est traités avec soin qu'ils offriront le meilleur d'eux-mêmes!

    Excellent billet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout dit, chère Edmée.
      Et en quelques mots bien pesés, comme toujours!

      Supprimer
  29. Trop géniaaaaal:-)!
    En ce qui me concerne j'ai un modèle version bavarde mais "poète et admirateur" et comme cela semble rare je le gaaaaaaarde!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouaou, oui, garde -le précieusement, c'est rare!

      Supprimer
  30. Ah bon !!!
    Ah bon????
    Ah... bon ?
    Bon? Ahahahahah bon?
    Ah?
    Bon?
    AAAAAAAAAAh? BOOOOOOOOOooooooooooooon!

    RépondreSupprimer
  31. tandis que j'écoute le fameux ungerer sur inter, je rigole en lisant cette notice ! mERCi de l'avoir déposée sur le blog. Je crois que celle du mien, je l'ai bien déchiffrée meme si bien sur je sais qu'il y a une partie du manuel qui n'est pas accessible , et inversement ET tant mieux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a en chaque être une part inaccessible, et c'est heureux...

      Supprimer
  32. Ma version prend de l' âge mais me fait toujours rire . Y' a même des fois où il rencontre le balai et je dois dire qu' il en a une utilisation toute personnelle quoique surprenante. Bon: y' a des fois, m' énerve aussi hein! Faut pas rêver!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon? Mais il fait quoi avec un balai???

      Supprimer
  33. C'est en effet l'épaule rassurante qui me manque un peu en cette période sans homme-qui-compte-dans-ma-vie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends. Mais l'épaule rassurante, c'est aussi le fils, l'amie, le voisin, et puis belle comme tu es, tu pourrais ravoir un "homme qui compte" rien qu'en claquant des doigts. ;)

      Supprimer
  34. Cette belle machine dans certains modèles se grippe de temps en temps, mais ta description est tellement réel....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh désolée Zoé, j'ai laissé passer ton commentaire sans te répondre...un oubli pas gentil, n'est-ce pas, moi qui mets un point d'honneur à répondre à tout le monde...

      Supprimer
  35. Haaa Célestine, tu m'as fait rire !!! Et c'est bon ! Je reconnais bien là le modèle dont tu parles et qui, malgré une certaine tendance au sexisme, voire au machisme n'est pas près d'être en voie de disparition !!! Surtout quand la touche "bébé pleure au milieu de la nuit" clignote ! Bravo et bravo également pour le choix de la photo, c'est pile-poil mon genre !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben oui, c'est mon chéri, normal!D'ailleurs je me demande si le succès colossal de ce billet n'est pas dû surtout à la photo...

      Supprimer
  36. J'adore... Si tous les modes d'emploi pouvaient être écrits avec autant d'humour, cela rendrait leur déchiffrage beaucoup plus agréable.
    Excellente idée d'avoir écrit les deux versions. Je pense que tu as très bien fait de rester "soft". Inutile de reproduire la hargne de certaines vis à vis de la gent masculine (l'inverse est également vrai, pour ce qui est de la gent féminine...). Bref, tes propos sont parfaitement dosés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, c'est absolument cela: j'aime les femmes et j'aime les hommes. Je déteste les guéguerres, même si je ne mets pas aux orties les combats des féministes car la cause est juste et avance lentement. Le juste milieu me semble donc parfaitement adapté pour parler des uns comme des autres.
      Dis moi, tu es un homme ou une femme?

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.