jeudi 18 octobre 2012

Rendez-vous

Tu marcheras dans le matin poudré de givre, et le soleil naissant fera briller tes yeux. 
Tes doigts auront toute la nuit tracé des vitres et des coeurs de buée brillante pour apaiser tes tam-tams intérieurs .
Tu ne comprendras pas très bien ces sursauts tremblants de ton corps, cet envol de tes pieds sur le chemin,  ces si petites ailes invisibles accrochées à tes chevilles...
Tu ne comprendras pas pourquoi le monde ce matin te semblera aimable et scintillant. Pourquoi les blés paraîtront d'or au milieu du mois de novembre.
Mais à quoi bon analyser tes sensations, tes sentiments? Tu te laisseras porter par une silencieuse jubilation.
 Bien sûr le doute empoignera tes os, te transira comme une pluie glacée. La lente valse hésitation te saisira dans ses bras gourds, et soufflera sa musique fade.  Bien sûr, tes pieds bégaieront un retour, ralentiront ton pas.
Mais tu penseras à sa lumière. Tu imagineras ses yeux. La dernière étoile de la nuit jettera sur ta trace une poudre d'airelle et de cumin fleuri pour donner un parfum à ton envie de bonheur éphémère. Les arbres se pencheront vers toi pour te pousser de leurs longs bras grisâtres, et toi, tu les verras opalescents.
 Les boutiques auront froid et toi, tu transpireras de ce sentiment flou qui  te malaxe et qui t'étreint. Le monde s'arrêtera, tout entier suspendu à tes lèvres impatientes, à ton ventre palpitant. Au fond d'une salle qui vibrera de ta hâte, et résonnera de murmures et de bruits de fourchettes, tu apercevras ton rendez-vous. Alors, ton regard aura l' éclat du diamant,  juste pour ces  quelques heures volées à l'absurdité.



A  tous ceux dont le coeur bat en allant à un rendez-vous.

59 commentaires:

  1. Joli texte... Passes une blle journée. Bises x 2

    RépondreSupprimer
  2. Ah ce premier rendez-vous !
    Quand un homme se demande si il va inviter une femme à dîner...
    ELLE sait déjà qu'elle l'épousera ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton (excellent) commentaire me rappelle l'affiche d'un certain film culte" ...

      Supprimer
  3. Excellent le commentaire de Andiamo
    Mon coeur a vibré de la sorte pour un rendez vous , cette sensation que la ville vibre sous mes pieds ... cette petite ville là , étrangement , je n'ai jamais pu y remettre les pieds
    c'est tellement bon et douloureux à la fois certains rendez vous ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, les commentaires d'Andiamo sont souvent excellents (mais il ne faut pas le dire trop fort sinon il va avoir les chevilles qui gonflent)
      Tu es une passionnée, et le tien (de commentaire) ne m'étonne pas du tout , du coup. Bises émues.

      Supprimer
  4. Récit très puissant, on frissonne d'un passé qui soudain reprend vie, du coup la respiration se fait plus courte.

    Une chamade.

    Bravo et merci.

    ps : les "bras gourds", les "pieds qui bégaient" et bien d'autres métaphores particulièrement délicates.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ces très beaux compliments qui me touchent énormément.

      Supprimer
  5. La lumière que je préfère, c'est celle de ses yeux jaloux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, j'm'en fous, nous avons définitivement les mêmes références, mon cher Saoul- Fifre.

      Supprimer
  6. Un beau texte !
    Je le prends pour moi, pour certains rendez-vous qui m'attendent…
    Il est des rendez-vous d'amour qui ne sont pas toujours avec un/une partenaire espéré(e)
    il est des rendez-vous qui tiennent d'une sorte de transcendance, d'une sorte de foi.
    (Je me comprends…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quand même l'essentiel, finalement, que tu te comprennes. Moi je sais que tu me fais le plus beau compliment que tu puisses me faire en me disant que tu le prends pour toi. Merci!

      Supprimer
  7. Ton personnage a beaucoup de chance...enfin sur le papier, sur ton papier!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous ceux qui se rendent en frémissant à un rendez-vous ont la même chance que mon personnage, qui pourrait être moi, être toi, être n'importe lequel d'entre les lecteurs qui me font l'honneur de venir me lire aujourd'hui...Les personnages de papier sont souvent les plus crédibles parce qu'ils permettent de s'identifier à eux.

      Supprimer
  8. Tu dis parfaitement, et fort joliment, l'émotion de ce moment exquis où l'on s'avance vers la rencontre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie-Madeleine, je n'oublie le moment où je t'ai vue dans ton manteau rouge feu...Quel que soit l'objet du rendez-vous, on y arrive toujours le coeur battant.

      Supprimer
  9. Faudra que je m'en souvienne pour mon prochain dentiste...

    RépondreSupprimer
  10. Et il se prénomme RV, forcément ? :~)

    Magnifique tableau pointilliste, tout en petites touches...

    RépondreSupprimer
  11. vivent les rendez-vous et le cœur qui bat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, puisse la vie nous donner encore souvent de délicieux rendez-vous...

      Supprimer
  12. j'ai cru que tu parlais pour moi.
    excuses moi d'être égoïste mais je ressens cela depuis ce vendredi,oh le rendez-vous n’est pas vraiment une personne,juste un but ,un défi..mais tes mots sonnent si justes
    bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite le meilleur pour ce rendez-vous avec toi-même, ma douce amie du Sud...

      Supprimer
  13. Andiamo, extra! Et tellement vrAI...Enfin perso, trop vrai.
    J'aime les regards jaloux, les regards d'envie, mais là je m'égare !
    Joli texte, je revivrais bien les instants de ton texte ! Moi ça me fait penser à Ouverture de Daho !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prends ça comme un compliment extrêmement gentil! Chaque fois qu'un lecteur dit que je lui fait penser à un (vrai) auteur, je kiffe. Merci Hélène.

      Supprimer
  14. Je découvre un blog "livresque" et bien ordonné...signe d'une grande passion!Bon dimanche.

    PS: dans uen autre vie: je fus aussi "enseignant"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue par ici, Fethi! ordonné...euh...il ne faut pas se fier aux apparences!

      Supprimer
  15. Comme tu dis bien ce pincement qui vous met le cœur à l'envers, terrible et délicieux,terriblement délicieux... ce soir, j'ai rendez-vous avec mon amoureux de retour d'une semaine de voyage professionnel. Ce n'est plus tout à fait le premier rendez-vous mais j'ai hâte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La magie, je pense, réside dans ce mot "rendez-vous"...Comme s'il contenait à lui seul toutes ces chamades, tous ces pointillés, tous ces intermèdes et au final toutes ces promesses haletantes que je décris dans mon billet.
      Tant que l'on se donne rendez-vous, la vie est là, sublime.

      Supprimer
  16. Réponses
    1. Je crois que je serai dans le même état au matin du 2...

      Supprimer
  17. Célestine : tu me casses la baraque ... C'est pas glop !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon? mais qu'est-ce que j'ai dit? me souviens pas... ;-)

      Supprimer
  18. Ces rendez vous, ou l on commence à batir des phrases, à s imaginer des situations, à developper des stratégies, et quand l autre est en face, tout s écroule en poussiére, alors il faut improviser et essayer de sauver ce qui peut encore l étre.
    Bonne soirée Célestine
    Latil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu ça. La rencontre avec un être fantasmé nous fait atterrir soudain et l'on se retrouve en face d'une réalité de chair et de sang qui nous surprend.

      Supprimer
  19. Oh si je connais le velours et la soie d'un rendez-vous qui hâte mon pas et mon coeur... si je connais ça! Et il ne se passe jamais exactement comme on l'avait prévu, et on a deux joies: celle que l'on a imaginée et vécue à l'avance et puis celle que l'on savoure...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le velours et la soie...que c'est bien dit!

      Supprimer
  20. Le coeur palpitant d'un premier rendez-vous, comme tu en parles bien !!! (j'ai pu entrer aujourd'hui, yeeesss !!) Bises Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours un miracle quand blogger te laisse entrer chez moi. Sinon tu peux toujours l'envoyer tes commentaires par mail, je me ferai un plaisir de les publier...

      Supprimer
  21. Et ça Célestine belles chasses : cé koitès ke donc ?

    Oui, les commentaires d'Andiamo sont souvent excellents (mais il ne faut pas le dire trop fort sinon il va avoir les chevilles qui gonflent)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi qui croyais que tu prendrais ça comme un super compliment... :/

      Supprimer
  22. Nous pensions n'être que des objets : moi, une table de bois, elle, une banquette de moleskine.on avait coutume d'être là et d'accueillir tous ceux qui voulaient se laisser aller au plaisir d'être rassemblés. Mais là, quelle tension. Il attendait depuis des heures. Parfois il s'agitait. D''autre fois, au contraire, il semblait abattu. Allait -elle venir ? Était-il dans le rêve ou était ce la réalité ? Allait-elle le rejoindre ou déserter et rebrousser chemin ? Moi la banquette, je brûlais de la chaleur de son corps. Elle, la table, tressautait à chacun de ses mouvements. Parfois, elle remuait avec violence. Souvent elle tremblait d'effroi. Pendant ce temps, que faisait-elle ? Tour à tour légère et rebelle , elle avait envie de courir ou de se laisser tomber sur le chemin. Il ignorait tout cela. Il ne vivait que l'angoisse. Mérite-t-on d'être l'ami d'une fée, d'une reine ? Il allait le savoir....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très jolie interprétation de mon texte, cher anonyme. Les objets participent évidemment de la réussite d'une rencontre, par leur matière, leur odeur, leurs formes. Je parierais volontiers quelle viendra, rien que pour l'idée de la moleskine brûlante, et de la table qui n'est pas de bois...Mais lui, n'aura-t-il pas au dernier moment une de ces hésitations qui font bégayer les pieds? Mystère...

      Supprimer
  23. Magnifique, mon amie Célestine, oui tout brûle dans le mot "rendez-vous" ...
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je rêve depuis longtemps d'un rendez-vous avec toi, au petit matin, dans la belle campagne du Lauragais. Un dimanche au bord de l'eau... Tu aurais ta robe blanche, moi mon knicker-bocker à carreaux...
      je t'embrasse aussi, ma belle.

      Supprimer
  24. Mais oui bien sûr, mais je joue les faux-culs ];-D Bises, et dis voir le portrait grand format en bas : c'est pour me faire regretter mes 20 berges en trop ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y est depuis un an mais avec la nouvelle disposition des commentaires, on arrive pile dessus Mais si ça t'ennuie je peux mettre un portrait de la reine d'Angleterre à la place...

      Supprimer
  25. Quelque soit votre rendez vous il a bien de la chance de rencontrer une telle finesse dans les mots, dans la poésie, une telle qualité. Merci à vous de nous donner ce plaisir qui draine notre intérieur et l'enrichit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup! Bienvenue dans mon petit univers, Marieswiss, toujours un plaisir d'y accueillir des amoureux des mots comme moi.

      Supprimer
  26. Toujours d'aussi jolis mots, des sentiments par petites touches. Je suis toujours là, souvent muette, lasse et fatiguée... mais bien présente. Je te souhaite une bonne semaine, Célestine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vacances arrivent, chère FD, tu vas pouvoir souffler! Merci d'être discrètement là.

      Supprimer
  27. Magnifique texte, cette première phrase est splendide. Bravo, bravo et merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La première phrase est comme une porte: il faut qu'elle donne envie d'entrer...
      Bises, Miss, continue à être Zen!

      Supprimer
  28. Pas facile d'apaiser les tam-tam intérieurs...
    C'est trop beau, non !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mien fait souvent un boucan de tous les diables...

      Supprimer
  29. Merveilleux, maintenant je sais comment aller à mon rendez-vous ... :)

    RépondreSupprimer
  30. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  31. Passant par là je découvre ce texte. Du grand Célestine, de la meilleure cuvée !
    Il se trouve que j'attends de rencontrer une dame, elle aussi fée de son état, et que tout ce que tu décris ici me parle au plus profond de la fleur de peau.
    Merveilleuse attente !

    :o))

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.