samedi 6 octobre 2012

Le chaudron


Résultat de recherche d'images pour "mick jagger"Il faisait une chaleur à crever. Nous attendions, Brigitte et moi, depuis des heures, en plein soleil, les lèvres sèches de soif et de fébrilité. Il y avait des fleurs dans nos cheveux et nos jeunes corps vibraient sous la soie indienne.
La file d'attente n'en finissait pas. Mais rien n'aurait pu nous atteindre. Nos quinze ans avaient triomphé de nos parents, de leurs appréhensions, de leurs peurs de la drogue, des garçons, des mauvaises rencontres. Nous avions nos billets « for heaven ».
Nous pénétrâmes enfin dans le chaudron incandescent, le cœur battant. Un incroyable couvercle de fumée âcre flottait au-dessus de la foule en délire. Des substances plus ou moins licites qui piquaient les yeux et enrobaient nos pensées d'un voile flou. Enfin, quand je dis nos pensées...le peu de raison qui nous restait s'avanouit dans la rumeur sourde de ce creuset infernal.
La tension était palpable. La scène restait désespérément vide. Les énormes enceintes grésillaient dans l'attente. Des filles se pâmaient au premier rang, étourdies de leur douce folie et de longues heures de jeûne forcé.
Une brume artificielle tenace et opaque avait investi les moindres interstices de l'espace. Brigitte se ferait sûrement une élongation des mollets à force de se hisser sur la pointe des pieds. Moi, j'appréciai pour la première fois mon mètre soixante-quinze qui me permettait d'apercevoir les projecteurs sous lesquels Il ne tarderait plus à apparaître.
Les sifflets se firent plus stridents, la rumeur enfla, un tremblement agita les gradins derrière nous. Des milliers de pieds frappaient le sol en cadence comme des marteaux-pilons. L'air s'emplit d'adrénaline.
Et soudain, au paroxysme de la surexcitation, les premières notes de guitare s'élevèrent...
Il apparut, mythique, dans son halo de brouillard qui le nimbait d'une sorte de divine aura.
Ce fut la seule fois où je vis Mick Jagger.

30 commentaires:

  1. Le chaudron est le stade de foot de Sant-Etienne

    belle journée Bises;

    RépondreSupprimer
  2. So, you can get satisfaction,
    eh eh eh !
    J'ai assisté il y a peu à un concert de Trio, dans une salle fermée. Le même genre de nuage épais flottait dans l'air !
    Je n'en revenais pas qu'on laisse les gens fumer ainsi à l'intérieur...
    Suis ressorti la tête lourde, les yeux rouges genre lapin-myxomatose, un enfer :(

    RépondreSupprimer
  3. Bon souvenir.
    Divine aura ? C'est plus de l'amour c'est de la vénération. :D

    RépondreSupprimer
  4. C'est merveilleux d'avoir pu le voir sur scène!! Qu'elle satisfaction :-)

    RépondreSupprimer
  5. Je ne sais pourquoi mon IPhone fait des fautes :-( je voulais écrire Quelle satisfaction!

    RépondreSupprimer
  6. your sympathy for the devil is so cute... ;-)

    RépondreSupprimer
  7. J'étais en Terminale , tous les samedi , nous allions au café "le Moderne " avec ma copine après nos heures de philo
    nous écoutions Angie
    en ouvrant ton blog ce matin , dès les premières notes , j'ai reconnu

    souvenirs ..
    Mick Jagger , pff ... un mythe

    les salles embrumées , j'aime ça

    RépondreSupprimer
  8. Enfin, tu en es revenue saine et sauve. Pas d'intoxication ni de coup de chaleur. Mais le souvenir t'est resté. Amitiés. dinosaure80.

    RépondreSupprimer
  9. Du brouillard ? ne me dis pas que Keith Richards avait encore fumé un oinj avant d'entrer en scène ? :~)

    RépondreSupprimer
  10. TANT BOURRIN "un" joint? t'es gentil...à ton avis, pourquoi ils s'appelaient les rolling "stones"?

    HENRI Oui j'en garde un souvenir brumeux mais très présent...

    JEANNE On aurait pu se croiser dans une autre vie, au café le Moderne...

    RépondreSupprimer
  11. FLEUR DE SEL

    Tell me, baby, what's my name
    Tell me, sweetie, what's my name
    Ooo, who, who ...

    RépondreSupprimer
  12. MARIE MADELEINE vilain Iphone qui ne connaît même pas le cultissime tube des Stones...et pas non plus la grammaire!

    BERTHOISE mouif...je crois qu'il a été un peu trop déifié, en effet...

    RépondreSupprimer
  13. ANTIBLUES La loi Evin n'est pas allée jusqu'aux concerts rock, apparemment...Tu dois être mignon en lapin myxomatosé...

    RépondreSupprimer
  14. PATRIARCH
    Tu penses si je m'en souviens! L'époque des verts (qui c'est les plus forts évidemment c'est les Verts) avec un père et trois frères fans de foot, j'en ai regardé des matches et la récompense suprême , c'était d'aller au chaudron encourager Janvion, Tigana et surtout Rocheteau l'ange vert...

    RépondreSupprimer
  15. Là, je suis jalouse... :-) . Il y a deux trois ans, ma soeur a offert des places de concert des RS à l'Homme et moi et la veille du concert Keith Richards est tombé d'un ... cocotier parce qu'il avait trop fumé la moquette. Concert annulé....

    RépondreSupprimer
  16. MYOSOTIS pas de chance en effet...j'avais entendu parler de cette tuile.

    RépondreSupprimer
  17. Wouahhh!!! Comme j'aimerais avoir de tels souvenirs... Bon sang qu'il était beau et sexy!!!

    RépondreSupprimer
  18. J'aimerais aussi avoir de tels souvenirs .
    Cet été au concert de Nolwenn, c'était l'excitation de ma puce qui était à son paroxysme !

    Toujours magnifiquement écrit, on s'y croirait même si ANgie N'est pas ma préférée.

    RépondreSupprimer
  19. C'est génial d'avoir vécu ce moment d'euphorie, il laisse des souvenirs impérissables...

    RépondreSupprimer
  20. J'ai James Brown à l'Olympia dans les années soixante, pas dségueu !

    RépondreSupprimer
  21. J'ai apprécié les fumerolles tant que racontées par toi!

    Un régal un peu sulfureux, moi c'était... (ne ris pas !) Claude François!

    RépondreSupprimer
  22. Moi c'était Joan Baez dans les années 70 à la bourse du travail à Lyon au profit des anarchistes espagnols. Il y a eu beaucoup beaucoup d'autres rencontres avec elle au fil du temps mais il n'y a jamais eu de ... brouillard !

    RépondreSupprimer
  23. il y a un problème avec mon pseudo, l'adresse url enregistrée avec mon com. précédent ne redirige pas sur mon blog.

    RépondreSupprimer
  24. SABLE DU TEMPS puis je te suggérer de revoir ton adresse de blog (sur le site "chaud" où l'on arrive en cliquant sur ton pseudo, l'adresse est "canalbog" au lieu de canalblog...Cela vient peut-être de là. Un bug?

    EDMEE Je ne me moque pas, j'aimais bien Claude François aussi...Certaines de ses chansons ont traversé le temps...

    RépondreSupprimer
  25. ANDIAMO Oui, c'est pas mal, en effet, comme souvenir! Ca vaut largement mon Mick Jagger...

    MTG Et toi, tu as la chance d'aller voir Mylène... ;)

    RépondreSupprimer
  26. HELENE Je suis toujours extrêmement touchée quand on me complimente sur mon écriture...Je ne sais pas pourquoi, je ne suis jamais vraiment persuadée d'avoir du talent, et pourtant tout le monde me le dit. Et ce n'est pas de la fausse modestie, il est rare que je m'extasie sur moi même...même si ça arrive parfois.

    RépondreSupprimer
  27. BRIZOU Oui, quand il était clean, il avait de bons côtés!

    RépondreSupprimer
  28. "Et soudain, au paroxysme de la surexcitation, les premières notes de guitare s'élevèrent..." Avec une bonne sono, ça vous prend aux tripes... (attention, je n'ai pas dit trip hein !)
    Loin de moi, l'idée de dire que c'était mieux avant, mais faut bien reconnaître que ce n'était pas mal du tout ;-)

    RépondreSupprimer
  29. SKLABEZ eh bien moi, j'ose le dire un tout petit peu. On n'invente plus grand chose ces temps-ci musicalement.Les grands mythes ont été fondés entre 1950 et 1980. Depuis...hum comment dire...

    Merci d'être passé. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  30. Je découvre à l'instant ton Blog, excellent billet, bravo.

    Bleck

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.