dimanche 22 avril 2012

Qui êtes-vous donc?

Messieurs les beaux parleurs, les décideurs, les ministres, les députés, les sénateurs,  les généraux, les "managers", les présidents, les directeurs académiques, les maires, les inspecteurs, les chefaillons,  vous qui vous pavanez dans vos costumes de bonne coupe ou vos tailleurs droits, cette lettre s'adresse à vous. 
Qui êtes-vous donc , avec vos visages serrés jusqu'à étouffer par vos ridicules cravates, cramoisis par l'abus des cocktails où règnent l'hypocrisie et la bien-pensance ?
Qui êtes-vous pour vous croire investi d'une sorte de  légitime supériorité, parce que vous avez des galons ou des étoiles, ou que le peuple vous a confié un mandat démocratique ? Croyez-vous que je sois dupe de vos sourires carnassiers , que je sois prête à  avaler n'importe quoi, et surtout d'infâmes couleuvres ?
 Qui êtes-vous pour me dicter votre vision des choses, décider du degré de pénibilité de mon travail, de l'âge auquel je dois tomber malade, de mon espérance de vie, me rajouter des strates et des strates de tâches iniques et inutiles, bourrer mon emploi du temps, de peur sans doute, que je m'ennuie, sans vous préoccuper de ma santé ?
  Comprendrez-vous un jour, comme cela se fait dans certains pays tellement plus en avance sur nous, que  favoriser le bien-être des employés, des petits, des subalternes, ce n'est, à terme, que du bénéfice ?
Qu'attendez-vous pour donner aux gens le goût du travail dans la joie et le respect de chacun ? Est-ce vraiment une utopie ?
 Pensez-vous qu'en pressant les gens comme des éponges vous rendiez service à la sécurité sociale ?
En tous cas, je vous le dis tout net. Votre délire mégalomaniaque ne passera pas par moi. Terminé le burn-out. J'ai trop d'exemples autour de moi, de gens qui ont craqué, somatisé, ou développé des pathologies. Ne comptez pas sur moi pour  payer à la France le lourd tribut d'une "longue maladie", ou augmenter les statistiques du suicide au travail. Ne comptez pas que je m'immole sur l'autel de la hiérarchie. Je ferai de mon mieux, certes, mais je ne sais pas pourquoi, quelque chose me dit que "mon mieux" va sérier les problèmes et déterminer les priorités. Encore plus qu'avant. Plus que jamais.
Ce sont des clous dont je n'aurais jamais dû sortir, une ligne de conduite que je m'étais fixée, et mon corps vient de me le rappeler, par toute une série de petits signes discrets que j'ai su écouter. Il était urgent que je me souvienne que, mes beaux messieurs, vous ne serez pas là pour me tenir la main  le jour où je me morfondrai sur un lit d'hôpital environnée de tuyaux, ni vous occuper de ma famille s'il me prenait la fantaisie d'aller grignoter les pissenlits par l'autre bout.


Coucher de soleil sur Osiris, la première exoplanète observée
grâce au télescope Hubble.

Sur ce, je vous laisse, j'ai un coucher de soleil à photographier, laissez, vous ne pourriez pas comprendre.







31 commentaires:

  1. Eh ben dis donc quelle synchronisation! Je viens ici un petit coup pour voir si tu n'as pas écrit un petit mot d'encouragement pour la reprise de demain et hop je tombe sur ton long texte.
    J'ai envie de te dire bravo.
    Bravo Célestine!
    Je ne suis pas sortie de mes clous. Je me suis également fixée une belle ligne de conduite (belle pour moi bien sûr!) et je réussis de mieux en mieux à la suivre. Alors je suis vraiment très contente de lire que tu vas retourner à cet état où tu vas bien penser à toi avant de penser à tous ces beaux messieurs.
    Je t'embrasse très fort. Sois forte. Et n'oublie pas de t'offrir de jolis cadeaux. C'est important.
    Occupe toi bien de toi. A tout bientôt.

    RépondreSupprimer
  2. Cel, ça va? Je suis heureuse de lire ce billet tout en m'inquiétant beaucoup. Tu te balades le long de la ligne de démarcation c'est ça? Please, lève le pied et ne passe pas la frontière, sois vigilante. Trop de gens ont besoin de toi et toi-même tu as besoin de te retrouver sereine et en forme. Appuie-toi sur les tiens et tiens bon. Bises pleines de force de Belgique où les giboulées se réveillent avec force.

    RépondreSupprimer
  3. on reprend le sentier des classes demain..... bises et tiens bon!
    toi aussi tu craques pour Sébastien Tellier!! terrible avec sa dégaine de gourou échappé des 70' !! mais super planant décalé !! j'adore!

    RépondreSupprimer
  4. C'est brillant ! Et cela fait un bien fou de te lire !!!
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  5. Tu as entièrement raison. Pour eux nous ne sommes que des pions et il est salutaire que les pions se rebiffent ! Nanmého !

    RépondreSupprimer
  6. Et le Ventoux est encore couvert de neige. Et le soleil va briller aujourd'hui sur ces deux faces. Et la vie va s'écouler, tranquille, calme et sereine, et ce sera tant mieux.
    Alors d'accord, on ne pense plus qu'à ça !
    Bonne reprise et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  7. Trions, trions.
    Et gardons l'essentiel, le fondamental.

    RépondreSupprimer
  8. Et voilà ! Garder la tête froide, car marre des promesses, de gauche comme de droite.
    AH ! Comme je voudrais écrire si j'en avais le talent :

    "JOURNAL D'INCURIE DE CAMPAGNE"

    Maintenant tant qu'il y aura "bagarre" afin d'obtenir la place du calife, tout ne sera pas perdu. Le cul posé sur un énorme pouf, on doit être bien ];-D

    RépondreSupprimer
  9. Heureuse de savoir que tu n'es plus borderline ! :) C'est vrai que l'on a vite fait de tomber de l'autre côté du miroir. Tu es forte, là est toute la différence ! Porte-toi bien...

    RépondreSupprimer
  10. Un coucher de soleil détient pas mal de vérités.
    Le blog n'existe plus, je confirme.

    RépondreSupprimer
  11. Eh bien je te vois là, les mains sur les hanches, prête à ne plus bouger de tes résolutions... Un peu de fumée qui sort des naseaux et des oreilles, mais c'est du tout bon ça: ça sort et ça va aller, au moins, leur roussir les sourcils.

    Et toi, peu à peu, tu sauras remplacer cette vapeur néfaste par le goût des choses...

    Un grand bisou et plein de courage...

    RépondreSupprimer
  12. C'est plein de santé tout ça !
    Bravo !

    RépondreSupprimer
  13. Oh! je t'embrasse Célestine
    J'aime ton billet plein de "force", même s'il me dit que tu as passé des moments difficiles

    RépondreSupprimer
  14. COUMARINE Oui c'est vrai,des moments très difficiles, mais tu vois, je remonte la pente!

    ZOÉ *_*

    ALAINX oui, c'est un bien précieux, personne n'a le droit de nous la confisquer!

    RépondreSupprimer
  15. EDMEE j'aime bien l'image de moi que tu décris là! Mon côté passionaria....

    DUSPORTMAISPASQUE...mais, pourquoi?

    ASPHODELE je vais mieux, même si ce n'est pas encore le grand top. mais borderline, non, plus du tout. J'aime trop la vie pour me laisser submerger.

    RépondreSupprimer
  16. ANDIAMO Je le leur laisse, leur pouf! je préfère m'étendre sur l'herbe verte un matin de printemps sous les cerisiers fleuris.

    PATRIARCH Voila comment va le monde. Les sages sont dans leur appart, devant leur ordi, et les fous dirigent le monde...Dans un monde idéal, tu aurais été conseiller ou ministre.

    RépondreSupprimer
  17. BERTHOISE c'est drôle,dans trions, il y a "rions"...

    JACQUES la sagesse est aussi dans une maison de Provence (si vous avez lu mon commentaire à Patriarch) quelque part au pied du Géant.

    http://celestinetroussecotte.blogspot.fr/2009/05/le-geant-de-provence.html
    bonne journée à vous.

    RépondreSupprimer
  18. CATHERINE Des pions qui pourraient bien leur damer le leur, à tous ces pleutres...

    ZENONDELLE Quel merveilleux compliment ma belle amie!

    CROUKOUGNOUCHE Ah oui, Jésus revient! (LOL)

    DELPHINE merci de m'envoyer de ta force, je vais mieux, ne t'inquiète pas, mais i est vrai que j'ai passé une période un peu sombre...
    Je t'embrasse du fond du coeur.

    RépondreSupprimer
  19. LES PETITS BONHEURS cela s'appelle la synchronicité...et c'est magique.Bonne reprise, ou bonnes vacances? (je m'y perd avec toutes ces zones)...

    RépondreSupprimer
  20. Oh toi tu es en manque de vitamine D !!
    Le soleil est bientôt de retour et avec lui, ta bonne humeur :)

    RépondreSupprimer
  21. si si je crois comprendre, je viens de terminer une période "couchers de soleil" ;-) comme cet autre qui un jour en a eu besoin quarante-trois fois ;-)
    mais ce serait trop grave si des gens comme toi se laissaient abattre!

    RépondreSupprimer
  22. Euh... Adrienne je m'adressais aux "beaux messieurs " en costume....

    RépondreSupprimer
  23. Bravo !!!
    Je me retrouve totalement dans ces mots et maux pour avoir connu le burn-out, toujours en accident de travail et qui m'a emmené en hôpital de jour.

    RépondreSupprimer
  24. NATHY Je te souhaite vraiment de retrouver un nouvel équilibre un jour. La vie est si courte!

    RépondreSupprimer
  25. Ah Célestine, que ne peux-tu être plus contagieuse que la grippe H1N1 pour contaminer la France entière...
    Le pouvoir enfin revenu à qui de droit. Un rêve.
    Blutch.

    RépondreSupprimer
  26. comme tu as raison! bien sûr qu'ils ne peuvent pas comprendre. Je suis bien contente d'être sortie du monde pendant deux semaines, mais le retour est abrupt

    RépondreSupprimer
  27. ELLA
    Je vais bien ma luciole♥♥♥ merci de t'être inquiétée de moi!

    MARIE MADELEINE moi aussi j'ai ait un break loin de l'agitation, mais c'est en moi-même que je suis entrée.

    BLUTCH il faut rêver! c'est important.

    RépondreSupprimer
  28. Merci pour m'avoir fait re découvrir ton article. Tu as raison: mais qui sont ils donc! Il faut arrêter de leur donner plus de pouvoirs sur nous qu ils n en ont réellement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse de pouvoir t'aider un tout petit peu dans cette prise de conscience nécessaire...
      Bisous étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.