vendredi 16 septembre 2011

Le retour



Cela fait dix jours maintenant que je marche dans ce désert...Mes jambes ne me portent plus comme avant, dans ma jeunesse. J'espère ne pas me tromper...Il me semble bien reconnaître cette dune : c'est là que je l 'ai vu , la première fois.
Ça me fait drôle de revenir, après toutes ces années...malgré les mises en garde de mes proches contre ce « pèlerinage ». Je n'aurais, soi-disant, aucun sens de l'orientation...
Je me demande où il doit être...Il est peut-être mort. Pour autant qu'il m'en souvienne, il ne savait pas très bien se servir d'un crayon. Quoi qu'en réfléchissant bien, il avait fait un portrait de moi assez ressemblant, il faut le reconnaître.
Il fallait que je revienne, c'était vital pour moi. Si j'ai bonne mémoire, il devait se tenir par là : oui, voilà un morceau de métal qui ne trompe pas ! Il y a une inscription dessus, à moitié effacée : « P-38 Lightn**g »
Un bout de sa carlingue.
Et là, un peu plus loin...mais oui, c'est bien un terrier de fennec...Mon dieu, le renard des sables! Mon renard...j'en tremble! Se pourrait-il...mais non, soixante ans terrestres ont passé!
Oh! Tout me revient, les baobabs, les volcans, les planètes, les réverbères et surtout, le souvenir d'une terrible brûlure : c'était là, exactement là, au pied de ce muret, que la morsure du serpent-minute m'a emporté à tout jamais...Voilà que je pleure maintenant, quel sentimental je fais ! S'il n'y avait pas eu ma rose, et ce satané mouton, je n'aurais pas eu besoin de partir, et j'aurais passé le restant de ma vie avec lui...
Je l'aimais bien.Il m'aimait bien, je crois.
Je suis heureux d'être revenu.
Je n'avais pas eu le temps de lui dire adieu. 






Pour le défi du samedi, il fallait avoir (ou pas) le sens de l'orientation...

20 commentaires:

  1. Mais hélas, comment ne pas penser que Saint-Ex eut péri entre-temps ?

    Bel hommage ! :~)

    RépondreSupprimer
  2. Heureusement que dans le monde merveilleux de Saint Ex on ne meurt pas. On disparait, on change d'endroit. On observe. On continue d'aimer et de faire vivre les plus beaux sentiments qui existent. On peut même lui donner un complément d’âme, un complément d'esprit en écrivant de si beaux textes.

    RépondreSupprimer
  3. Association d'idées :
    http://www.youtube.com/watch?v=lOZPWpiNUWQ

    RépondreSupprimer
  4. Comme le petit Prince, tu t'es habillé le coeur ce matin ];-D

    RépondreSupprimer
  5. Quel bel hommage !!
    Ce petit homme tombé du ciel, sauve la vie des tristes adultes que nous risquons de devenir : il nous aide à garder cette part d'enfance intacte. Tu te souviens du film E.T. : pour moi c'est un petit prince nouvelle manière.
    Bon week end...

    RépondreSupprimer
  6. Ton âme transparait tellement dans tes écrits : belle .. et grâce à tes écrits, tu nous transmets de véritables émotions.. Dis, ton roman est publié? ;-)

    RépondreSupprimer
  7. ELLA pff, toujours pas, il paraît qu'il y a eu un bug chez l'éditeur, il m'ont redemandé ma maquette...ce roman, c'est l'arlésienne!

    K.GIBI j'adore ton nouveau blog. Tu es vraiment protéiforme!
    J'ai adoré la poésir d'ET quand je pense que les enfants d'aujourd'hui ne le connaissent pas! A leur faire découvrir d'urgence!

    ANDIAMO comme c'est joli, je suis rose de plaisir.

    RépondreSupprimer
  8. ANONYME merci

    JACQUES c'est un de mes livres fondateurs. Je le connais par cœur, je pourrais vous le réciter.Il m'a appris à regarder avec le cœur

    TANT BOURRIN tu es le roi du calembour, j'adore!!!

    RépondreSupprimer
  9. Je collectionne les différentes versions du Petit Prince (-:
    Même en Thaïlande, j'en ai rencontré un...mais moins joli que la version originale de St Ex...

    http://kty1963.canalblog.com/archives/2009/08/20/14793778.html

    Bon week-end Célestine

    RépondreSupprimer
  10. Merci BERTHOISE, et tant mieux.

    CATHY je suis allée voir la version thaïlandaise...c'est l'apanage des très grands d'être traduit au bout du monde...

    RépondreSupprimer
  11. Il ne reviendra pas mais dorénavant, lorsque je verrai les champs de blé, je penserai à lui, mon beau-frère, ami, complice plus encore que mes frères...

    RépondreSupprimer
  12. Chère MARIE MADELEINE nous sommes donc de la même famille...il a toujours la même place dans mon cœur.

    RépondreSupprimer
  13. Cette parabole, ce conte philo, initiatique, mais non , ce n'est pas un conte, ce texte , je l'ai redécouvert l'année derniere et l'ai relu en version "pop up". A present , il est mon livre de chevet à côté de Rilke et Suskind.
    Chaque paragraphe invite à la méditation.
    Vous écrivez très bien .

    RépondreSupprimer
  14. Merci Hélène, ça me touche. J'aime beaucoup ta façon de peindre, mais je crois que je te l'ai déjà dit...

    RépondreSupprimer
  15. Célestine, ton texte est si plein d'espoir. J'ai adoré.

    Comme toi, Le Petit Prince me suit (je l'ai déjà dit souvent...) Je ne le connais pas par coeur, mais je le relis régulièrement, aime à le citer très souvent et son Auteur me fascine...
    Bonne semaine et bises de Lyon

    RépondreSupprimer
  16. t'ai-je dit que mon mémoire de maîtrise traitait de St Ex? de ses romans et de la mort mais quand même???

    RépondreSupprimer
  17. DELPHINE oui il me semble que tu m'en avais déjà parlé...hasard ou synchronicité?

    PLUME Bonne semaine au pays de Gnafron.

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour Célestine.
    Votre blog me plaît beaucoup et nous avons des amies en commun : Delphine et Edmée. J'écris aussi et termine mon 14 ème ouvrage : un roman. J'ai deux blogs désormais : "La plume et l'image" qui se consacre au 7e Art et à l'humeur vagabonde ( dont une lettre au petite prince ) et "Interligne" réservé à la littérature et aux voyages. Je vous place de préférence dans mes favoris d'Interligne car vous êtes une amoureuse des mots pricipalement, me semble-t-il. Alors à bientôt et merci de votre visite.

    RépondreSupprimer
  19. Oh la la! quel honneur chère Armelle!
    je suis confuse. 14 romans...alors que j'attends toujours la sortie de mon premier, qui tarde, qui tarde...
    merci de me faire figurer dans votre blog littéraire.J'apprécie.

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.