mercredi 18 mai 2011

Pour une amie

Nous, les vivants pensons que nous sommes éternels. Nous devrions pourtant être prêts à affronter l'absurdité de la mort.
Pourtant on n'est jamais prêt. L'homme a toujours les mêmes réactions depuis des millénaires: stupeur, incompréhension, révolte, refus d'admettre, apparente inutilité des paroles réconfortantes. Seuls le poids de la société, les rites, les croyances, la sagesse des Anciens  permettent d'adoucir un peu la peine en la sacralisant ou an la banalisant au contraire. Il est même des sociétés où la mort n'est pas triste, on l'on danse autour des tombeaux, parce qu'elle est considérée comme faisant partie de l'inéluctable cycle de la vie, comme les saisons ou la naissance.
Mais il n'empêche que lorsqu'en tant qu'individu, on est confronté à la mort d'un proche, on se retrouve seul et désarmé comme l'agneau qui vient de naître. On voudrait redevenir un tout petit bébé, remonter le temps, arrêter les pendules. On fait son chemin tout seul, on se bat tout seul, et l'on ressort laminé, lessivé mais pas plus sage. Et l'on pleurera à nouveau de la même façon, la prochaine fois.  C'est le mystère de l'humanité, que de découvrir sa finitude, et d'avoir la présomption ou l'inconscience de croire qu'on va y échapper. On découvre que non, et on n'a même pas  la consolation de se dire que la mort est la seule vraie égalité de traitement pour tous les hommes. Une mesure sociale de premier ordre, en quelque sorte. Elle n'en reste pas moins un énorme manque de savoir-vivre.
Et  les amis dans la peine ont  besoin qu'on les soutienne, même si cela nous semble dérisoire.

27 commentaires:

  1. Alors, je viens te soutenir, pour ce passage difficile.
    Parce que, c'est tout sauf dérisoire…

    Je dépose donc ici quelques mots d'affection.
    Et puis, ceux/celles qui ne sont plus là, sont souvent redonné(e)s, autrement.
    C'est cela aussi le Mystère de l'humanité des hommes.

    RépondreSupprimer
  2. Oh oui! je sais de quoi tu parles et je pense à toi...

    RépondreSupprimer
  3. Je t'envoie plein de soleils lorrains, rien que pour toi. Cette année, nous sommes gâtés et voilà des jours et des jours que le soleil brille exceptionnellment pour notre région. Alors je pense à toi et t'envoie moult rayons pour te réchauffer et éclairer ta maison.

    RépondreSupprimer
  4. Je te dépose une fleur, une pensée douce, et un chat avec un papillon sur le nez. Je l'ai trouvé !

    RépondreSupprimer
  5. j'ai cueilli quelques simples coquelicots... pour toi pour ceux que tu aimes...

    RépondreSupprimer
  6. Les amis sont faits pour ça, être présents quand ça va bien et surtout quand ça ne va pas ! Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  7. chataigneraie5818 mai, 2011 14:39

    merci de ton soutien!là, on voit la force de l'Amitie:merci Cel, Flo et Fanfan mes soeurs de coeur qui de pret ou de plus loin me,nous soutiennent

    RépondreSupprimer
  8. Hélas, je ne peux que joindre mes pensées aux tiennes face à l'indicible... et offrir une chanson...

    And long after we're gone
    The light will stay on...

    RépondreSupprimer
  9. Nous le savons au fond de nous, mais la réalité rattrape notre savoir et le devance, toujours. Dis bien à cette amie qu'elle est soutenue par de nombreux amis dans ces moments de déchirement. Bises Cel

    RépondreSupprimer
  10. Chère Célestine, ton billet est beau,tout à la fois à toi et à l'humanité toute entière ...l'endroit de l'écriture juste. J'aime "l'énorme manque de savoir-vivre" ...
    Merci pour ton billet, mille pensées,
    Zénondelle

    RépondreSupprimer
  11. touchée par tes paroles sensibles et sages. C'est vrai que le sacré qui entoure ce moment de la mort d'un proche aide au recueillement. même si on ne croit pas en Dieu, dans ces moments là, on aimerait qu'il existe.... je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  12. Juste un sourire et une pensée... Prends soin de toi :)

    RépondreSupprimer
  13. Je ne sais jamais que dire dans ces conditions. Même lorsque ce fut des gens très proches, comme mon père ou ma mère. Je garde tout en moi.

    Bises.

    RépondreSupprimer
  14. C'est vrai que notre rapport avec la mort est souvent compliqué et parfois contradictoire !On souhaite parfois la mort d'un proche parce qu'il est atteint d'une maladie qui le fait souffrir et le détruit, mais une fois qu'il est parti on se dit : Pourquoi?
    Je pense bien fort à toi!

    RépondreSupprimer
  15. Croire qu'il y a quelque chose après....
    Juste pour ne pas mourir tout à fait.

    RépondreSupprimer
  16. ANDIAMO Oui, je pense que c'est essentiel à l'homme. Croire pour ne pas sombrer, même si l'on ne croit pas forcément aux dogmes établis...

    MAMMILOU tu as raison on n'est pas clair bien souvent avec nos sentiments dans ces cas-là. C'est que la mort est la chose la plus irrationnelle qui soit.

    PATRIARCH tu es d'une génération où il m'était pas de mise de montrer ou de dire ses sentiments. Mais tout garder en soi, il a été prouvé que ce n'est pas très bon!

    Merci, Julia, mon Amie en a plus besoin que moi...Je lui transmets ta pensée.

    K.sonade, exit Miss K, j'aime bien ton nouveau pseudo sucré qui me rappelle une chanson de l'excellente Maurane... Mettre du divin dans chaque fleur, dans chaque miracle de la vie,dans chaque émerveillement, c'est déjà un peu croire en dieu même si on n'y croit pas.

    Zenondelle, cette phrase est un hommage à l'excellent Pierre Dac, qui a dit avant moi que "mourir est un manque de savoir-vivre"...
    le reste est de moi, je te rassure, et je te remercie d'apprécier...Venant de toi, ça me flatte.

    RépondreSupprimer
  17. DELPHINE, je lui dirai...elle appréciera

    TANT BOURRINOU merci pour cette belle chanson, je suis très émue (d'autant que je ne savais pas qu'on pouvait mettre des liens comme ça dans les commentaires)

    LI merci...

    VERO tu vois ils sont tous là quand on a besoin d'eux, mes amis pas si virtuels que ça...

    MS ca me fait plaisir de te vir de temps en temps au détour de la toile. j'espère que tu vas bien ma belle, ainsi que ta tribu...Le feuilleton des numéros me manque un peu.

    COUMARINE ohh des coquelicots ta fleur aimée, quelle délicate attention...

    PASTELLE, quelle rapidité! j'ai hâte de voir ça!

    RépondreSupprimer
  18. CHRIS merci pour ce bonheur ensoleillé que tu m'envoies de ta Lorraine.

    MARIE MADELEINE je sais que l'on se comprend à demi mots...Je pense fort à toi. Le soleil de notre rencontre brille toujours derrière mes paupières.

    ALAINX merci de ton soutien et de tes mots, comme toujours précieux car faisant mouche.
    Sous ta plume, les mystères de l'humanité deviennent des énigmes passionnantes à étudier, même si l'on ne parvient pas à les résoudre. Bises
    Célestine




    A TOUS merci de vos commentaires toujours chaleureux et pleins de délicatesse. Mon amie passe une période difficile avec son papa et chaque témoignage d'amitié est comme une luciole dans la nuit de sa peine.

    *************Célestine*******************

    RépondreSupprimer
  19. POST SCRIPTUM


    Et pardon de n'avoir pas répondu à vos commentaires sur mon précédent billet, vous aurez compris que la nébuleuse m'avait anesthésié le clavier aussi...

    RépondreSupprimer
  20. chataigneraie5820 mai, 2011 11:07

    a tous les blogeurs, merci de votre soutien; merci cel d'etre a nos cotes!!!tous ces mots me vont droit au coeur...aller toujours de l'avant, pour ma maman(qui aura 80 ans demain), mes enfants et l'homme de ma vie qui me supporte avec force et amour...malgré tout la vie continue...et on va accompagner papa du mieux possible
    MERCI A TOUS

    RépondreSupprimer
  21. C'est un joli billet. J'adresse aussi ma sympathie à Chataigneraie.

    RépondreSupprimer
  22. Il paraît que le temps est le seul allié dans ces cas là. On n'oublie pas mais on devient plus serein.
    Pensées à vous

    RépondreSupprimer
  23. BAF Bienvenue chez moi et merci pour ton petit mot! ;)

    RépondreSupprimer
  24. Rien ne console face à la mort, mais les mots d'apaisement finissent par trouver leur chemin une fois les remous se font-ils bercements... C'est une douleur atroce que nous ne pouvons éviter, à laquelle nous ne nous habituons pas.
    Alors que ton amie prenne la souffrance en plein, et puis qu'elle se laisse toucher par tout ce qui suit...

    RépondreSupprimer
  25. Dérisoire et pourtant si important...
    Bisous
    Mathéo

    RépondreSupprimer
  26. MATHEO ça me fait plaisir ton petit mot, j'espère que tu vas bien.

    EDMEE Chouette tu es revenue!

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.