samedi 16 avril 2011

Le dépassement de soi...

Ah! voilà enfin un peu de calme après une semaine à me faire crépiter les neurones. J'ai bien cru que je passais plusieurs fois à la limite de l'apoplexie! Organiser la même semaine le loto de l'école et le cross, quelle erreur de débutante!
Enfin, ces deux activités hautement relationnelles m'ont permis de constater la vaste palette  des "techniques" éducatives des jeunes parents actuels. 
Le loto, tout d'abord. En fonction de la place des mouflets à la table de jeu, je pouvais, de mon perchoir, observer ce microcosme et déterminer les valeurs (ou les non valeurs) de chaque famille, les Duquesnoy et les Groseille en pleine action, ou leurs avatars modernes: les Boulay et les Lepic.
De la rigueur catho bon enfant pleine de grands principes guindés et un peu obsolètes,  à la démission complète de la famille Bidochon, en passant par les bobos ex soixante-huitards permissifs mais bon chic bon genre, les enfants restaient soit sagement assis, tresses nouées, culs serrés et sourire aux lèvres, soit se levaient pour se dégourdir les jambes entre deux parties, sans quitter le  regard admiratif et attendri de leurs géniteurs, soit (et c'est le pire) échappèrent complètement à la surveillance de leurs parents pour aller se masser en grappes sur le parking extérieur, où les attendaient les joies ineffables de pénétrer dans un chantier interdit au public et hérissé d'énormes dangers, genre trou béant, pelle mécanique ou câbles électriques sous tension. 
Cette dernière catégorie de parents était paradoxalement la plus attentive au tirage des numéros, il s'agissait de la gagner, cette sacrée télé écran plat haute définition! Mais ils devaient penser que le loto étant organisé par l'école, c'était forcément l'école qui se chargeait de surveiller leurs lardons. Euh...à neuf heures du soir, ce n'est plus de la conscience professionnelle, c'est de l'apostolat là, du catéchisme laïque! "Faut arrêter!" comme dit l'expression populaire en vogue qui me donne des gerçures.
Cette dernière catégorie de parents étant (il faut le noter) également la plus hargneuse à nous rappeler notre devoir de surveillance dans la cour, une façon pratique de nous faire croire qu'ils ne lésinent pas sur la sécurité de leur progéniture. Soyons zen! Je m'entendis pourtant faire un beau discours d'ouverture sur les valeurs de l' École et le partenariat avec les familles...mais il faut croire que les esprits étaient  davantage troublés par les odeurs de hot-dogs et la vision des alléchants gros lots que par ma prose vibrante de conviction .

Le cross d'hier me donna une fois de plus matière à observer les mœurs étranges de certains parents. (En gros, un peu toujours les mêmes).
Nous dressâmes préalablement une liste des parents dévoués qui avaient répondu présent dans les jours précédents, pour donner un coup de main: installer et baliser le parcours, assurer le guidage des courses, et veiller à ce que tout se déroule bien. Nous attribuâmes donc un rôle à tous ces bénévoles précieux. C'est là que je vis sortir de derrière les fagots des "volontaires" de la dernière heure qui ne venaient là en fait que pour regarder courir leur petits rois et princesses, des papas bardés d'appareils photo, des mamans certes très gentilles mais bardées, elles, d'une poussette, ce qui prouvent qu'elles n'avaient pas tout à fait  intégré le rôle de commissaire de course...L'une d'elle me demanda même une chaise pour pouvoir allaiter bébé, qui s'est bien pris le vent, le bruit  et la poussière tout l'après midi mais bon, c'était pour aider l'école, quand même!
Le matin, j'avais assisté abasourdie à un festival téléphonique d'excuses bidons pour ne pas faire le cross (petite coursinette de 950 mètres il faut le préciser au cas où vous penseriez qu'on les entraîne pour le marathon) Je ne vous raconte pas le nombre de fatigues soudaines, de chevilles foulées, de fièvres inexpliquées et subites, d'intempestifs maux de ventre , de dents, de cou,  de dos et autres migraines ravageuses, et même une éruption géante de boutons obligeant cette pauvre enfant à ne porter que des tongs. Humiliant! on ne peut quand même pas courir en tongs, vous pensez bien! Je me demande si on nous prend pas un peu pour des quiches, de temps en temps...
Puis quand à l'issue de l'après midi, je leur demandai ce qu'elles en avaient pensé, l'une d'elles me dit qu'elle avait vu beaucoup d'enfants pleurer et que ça l'avait choquée. Les pauvres choux! je dus faire là encore un petit speech sur les valeurs du sport, l'école de la volonté et du dépassement de soi, et le souvenir formidable qu'ils garderaient tous d'avoir "surmonté" l'épreuve et d'être"comme les autres".
Moi, il y a des jours, j'ai l'impression d'être une extra-terrestre.







Photos internet

23 commentaires:

  1. En course, le dépassement de soi consiste à dépasser les autres d:^) !

    Je connais oui ces activités scolaires en extérieur, et les "responsables parentaux" dont tu parles. Il m'est même arrivé d'en faire partie un jour d'apéro inauguratif où une maman est venue me dire : "C'est à vous le petit garçon qui finit tous les verres des adultes ?" d:^)

    RépondreSupprimer
  2. chataigneraie5816 avril, 2011 20:36

    le cross s'etait super...une journée consacrée a l'ecole, la veille c'etait la matinée a la piscine, toujours avec l'ecole et ou une excuse bidon a faillit me faire bondir:piscine et cross..c'est trop!!!! quand au loto (activite dont j'ai horreur!)j'ai l'impression d'avoir passe le temps a faire le gendarme..sous les yeux meme pas consernes des parents!!!faut etre motivée..et puis y a mon Amie Cel et ses convictions..alors j'y crois a l'ecole!!

    RépondreSupprimer
  3. continu à être ce genre d'extraterrestre.;j'adore.

    RépondreSupprimer
  4. Les directrices d'école ne sont-elles pas toutes des extra-terrestres? J'adore ce billet, il montre combien notre société est devenue gnagna.

    RépondreSupprimer
  5. Il faut croire que le dépassement de soi, c'est dépassé ! :~)

    J'adore ce genre de billets qui dissèque notre époque... et j'essaie de repérer dans quelle catégorie de parents je me situe ! :~)

    RépondreSupprimer
  6. Peu de ces gens amènent leurs mouflets à 16 ans se tanner la couenne sur les chantiers....

    Tu sais, je dis toujours que nous avons les enfants que nous méritons.

    Chez nous, ils se sont tous payé leur permis (moto et auto pour les garçons) et aussi les motos et voitures. Ils savent ce qu'est la valeur du travail et de l'argent....

    Bises et belle journée.

    RépondreSupprimer
  7. Et oui, que veux-tu, je te l'ai déjà dit je crois, les parents d'aujourd'hui (pas tous heureusement) n'ont que des "Albert" à la maison :
    -Albert Einstein ou..
    -Albert Camus.
    Enfin tu as bien du mérite ];-D

    RépondreSupprimer
  8. Ton article m'a bien fait rire car cela me rappelle d'autres anecdotes du même genre (on devrait les noter et en faire un livre en fin de carrière). Mieux vaut en rire...d'autant que nous sommes en congé ici en Belgique! Je te souhaite un bon dimanche. A bientôt Célestine.

    RépondreSupprimer
  9. ah! là! là! je compatis! je n'aurais jamais supporté d'être "directrice" j'en ai mâme le poil qui se hérisse!
    ça me suffit de faire chanter , comme hier soir , un groupe de tout-petits dans une salle campagnarde avec rideau troué qui coulisse à la main : 7 chansons d'animaux ..
    je suis partie avant le gros du spectacle qui suivait ..

    RépondreSupprimer
  10. Oh comme ton billet est frais et drôle !!! Rire plutôt que pleurer, c'est toute la force de l'absurde;
    Cela me rappelle la mère d'un élève qui ne fait que deux heures de philo par semaine,quand il pense à en faire ... un jeune homme au tempérament plutôt mollusque. Et elle de me confier, vers 21 heures, après déjà 3 heures de réunion parent/prof : "Quand même le professeur de français de mon fils était très bien, lui, parce qu'il amenait ses élèves au théâtre le soir", qu'elle habitait à une demie-heure de Toulouse, qu'elle le déposait au théâtre, et qu'elle le récupérait après la pièce ... Et moi interloquée de lui dire que le théâtre n'est pas interdit aux parents. Et que son mollasson de fiston pourrait bien venir réveiller ses neurones au buffet philo mensuel animé par mes soins au lycée. Et elle de me répondre que ce n'est pas possible, car il lui faudrait venir le chercher tard ... Et moi de lui répondre que ce serait encore mieux que pour le théâtre, car elle n'aurait qu'un trajet à faire au lieu de deux ... Voilà, voilà où nous en sommes ....Ah les parents !!!

    RépondreSupprimer
  11. pfffffff j'avais écrit un commentaire, l'a disparu... ça arrive assez souvent ces temps-ci avec blogger!
    Bon je disais qqch comme:y a des parents qui attendent de l'école qu'elle surveille leurs enfants...
    ouais bon... et plein d'autres choses encore...;-((

    RépondreSupprimer
  12. Tu es admirable. SI, je t'admire.

    RépondreSupprimer
  13. Ton billet réveille de très vieux souvenirs. J'adorais faire le cross de l'école. Et c'est vrai, j'en garde depuis toutes ces années, le sentiment de dépassement de moi et de fierté.
    Les problèmes de "logistique" et d'organisation étaient probablement les mêmes que ceux dont tu nous racontent si bien mais j'étais une enfant, je ne les pas devinés...
    Pauvres enfants ?
    Oui, après tout quand on voit le comportement de certains "pauvres parents", faut pas s'étonner de celui de leurs mioches.
    ;-)

    RépondreSupprimer
  14. J'ai commencé ton billet hier, et suis revenue le savourer aujourd'hui - et le terminer. Oh que je m'y vois! Oh que je ronge mes ongles pour toi, que j'ai envie de dire leur fait aux parents... Mais non tu n'es pas extra-terrestre... ce sont EUX, ha ha ha!

    Je les connais aussi, t'en fais pas... Enfin si, au fond... il y a de quoi s'en faire!

    Edmée

    RépondreSupprimer
  15. J'aime beaucoup ton billet et je comprends mieux une instit de mon petit dernier qui avait recruté 4 mamans en tout début d'année ... et ne nous a pas laché jusqu'à la fin de l'année. Elle m'avait dit que c'était sa manière de procéder, repérer les mamans, les tester et les garder jusqu'à la fin de l'année scolaire comme volontaires attitrées ... ça lui évitait des surprises :) Point positif, on connaissaiit les gamins, négatif, il y avait des mamans pas contentes du tout ! Mais elle faisait vraiment ça à la tête du client au départ et on a passé une super année :)

    RépondreSupprimer
  16. Rien ne m'étonne dans ce que tu écris hélas et je crois bien que la majorité des instits sont des extras terrestres! Mais pourvu qu'ils le restent encore longtemps!
    Mon petit fils 5 ans a couru 500m au crosse de son quartier dimanche! Il était le plus petit, il a fini 18ème et il était très fier:-)! C'était son premier et je crois qu'il s'en souviendra longtemps comme d'un bon moment!

    RépondreSupprimer
  17. J'adore ton billet.
    Ca me rappelle d'excellents souvenirs, quand mon mari et moi même étions bénévoles, le samedi matin, pour les activités.

    Mais il me semble que j'étais bien plus coopérative que les parents que tu décris, sans vouloir me flatter !
    Mais je comprends ton regard. Il est vrai que la comparaison avec les "fais pas ci fais pas ça", c'est à mourir de rire. J'ai fait un billet, à une époque, sur cette série, absolument désopilante, mais il n'égallait pas la qualité du tien.

    RépondreSupprimer
  18. hé oui il y aurait plein de billets à écrire sur les contradictions chez certains parents, comme ceux qui se tuent dans des salles de fitness mais font un mot d'excuse pour leur enfant dès qu'il y a un effort physique à fournir...
    et bien sûr chacun voudrait le sien en haut du podium...
    de tout coeur avec toi!

    RépondreSupprimer
  19. petit âne gris20 avril, 2011 15:23

    La casse systématique de la droite française contre la fonction publique et des petites phrases assassines et dernièrement le gel du point d'indice (annonce en même temps qu'un soit disant coup de pouces pour le pouvoir d'achat) a pour but le découragement de faire carrières vers la fonction publique.
    Si nous manifestons notre mécontentement, cela sert leurs idées dont celle de bénéfices par la privatisation (in the pocket), ils nous ont savamment cadenassé.
    Les conséquences sont ces sociétés d'adultes que tu décris, qui ne comprennent plus leurs rôles et leurs responsabilités, ce sont eux les extra-terrestres, ils se sont fait entu.....,ils n'ont pas les capacités pour analyser et ils sont nombreux!!!
    Nous, dur, dur, d’être réalistes !!!
    Mais nous ne baisserons jamais les bras et en 2012 nous VOTERONS contre.

    ET DANS LA RUE NOUS COMBATTRONS EUX ET LES EXTREMES.

    Et, félicitations, excellent ton texte à réactions.

    RépondreSupprimer
  20. ... Un brin cynique et bourré de clichés et d'étiquetage je trouve, ce qui au final va à l'encontre de cette "bonne volonté" d'organisatrice ? :O

    Et puis les "écrans plats" et autres c'est aussi pour faire vendre les billets de tombola alors faut pas s’étonner que certains aient envie de les gagner ;O

    RépondreSupprimer
  21. Arf ! je rigole bien ! cet après-midi nous avons fait notre 2è demi-journée "pour les vieux" (je me comprends !) et réunion-décorticage du socle commun de compétences (gnagnagnagna, ça te parle ?!) et élaboration des grilles de validation desdites compétences par discipline. Manque une rubrique : celle des parents. Pas mal de compétences du socle relèvent des parents, nous semblait-il. Dingue, non ?!
    Quant au cross, ça ne les traumatise pas outre mesure après coup, les nains, mon Zébulon a toujours été bon dernier (avant-dernier les bonnes années ! une vraie brêle en sport !) mais il adorait l'ambiance et le fait de participer à un grand tout collectif. La honte d'être dernier en était atténuée. Continue d'être une extra-terrestre, ça habitue les parents au collège, tu peux leur dire : on est bien pires !

    RépondreSupprimer
  22. Il est plus difficile de gérer les parents d'élèves que les élèves!

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.