samedi 2 avril 2011

Belles

Elles nous donnent une sacrée leçon  de courage en se battant contre ces vilains nénuphars qui leur mangent le ventre ou la poitrine. Elles n'ont plus de cheveux, elles subissent les misères de traitements très lourds, le cœur au bord des lèvres,  et pourtant elles sourient, leur voix est douce et enjouée au téléphone.
Elles connaissent maintenant le prix exact de la vie. Elles ont le secret. Elles savent combien ce fil fragile peut se rompre à tout instant. Elles ne pestent plus contre rien. Elles apprécient chaque minute de l'existence, chaque victoire, chaque petit rien. Elles utilisent leur faiblesse comme une force pour se reconstruire de l'intérieur.
C'est ma collègue de travail, et c'est ma belle-sœur. 
C'est sûrement quelqu'un dans votre entourage aussi. Le cancer a allumé au fond d'elles une petite lumière vive qui les rend belles malgré les cernes et leur crâne à la Nathalie Portman.
Elles sont admirables.
Discuter avec elles aujourd'hui a effacé mes peurs et m'a rendue étrangement sereine.
J' avais envie de leur dire merci.















 Photo Internet

18 commentaires:

  1. la maladie aussi a gagné sur mon amie, voilà un mois...
    mais tu as raison, elles nous donnent toutes une leçon de vrai courage...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai envie de t'en rajouter une autre, qui me sidère. Je suis allée la voir à l'hôpital la semaine dernière, pour une opération traumatisante, elle est sortie jeudi, et dès le lendemain, le vendredi elle était en randonnée !
    Sous le chapeau, là, c'est elle...
    http://passiondelanature.skynetblogs.be/archive/2011/04/01/devinette.html
    Une belle leçon, c'est clair...

    RépondreSupprimer
  3. Elles savent voir l'essentiel.

    (à la mémoire de ma belle-soeur)

    RépondreSupprimer
  4. hier j'étais à une réunion de famille d'un ancien élève, cinq ans déjà qu'il a perdu son combat et je ne m'en suis pas encore remise.
    Ses parents, ses frères, ses grands-parents, sa petite amie non plus.
    Mon père aussi a perdu ce combat.
    Si ça m'arrive, je ne me "battrai" pas...
    Mais j'ai beaucoup d'admiration pour ceux et celles qui le font

    RépondreSupprimer
  5. Nous avons une amie aussi dans ce cas. Eliane va la voir presque chaque jour. Elle a la clé de l'appartement, car elle ne se déplace qu'avec un déambulateur. Un infirmier vient même lui faire sa toilette, et elle joue au scrabble car elle n'a rien perdu de son battant..... Elle est en traitement chimio à la maison. Elle va juste au CHU ,une journée pour faire remplir la "chambre".

    Bises.

    RépondreSupprimer
  6. Oui, elles sont belles, sachons accueillir ces leçons de vie. Chacune, chacun de nous peut en avoir besoin ; même si ... je crois que je ressemble à Adrienne.

    RépondreSupprimer
  7. Et la petite souris ne danse plus dans la lumière...
    Beaucoup de copains dans mon entourage, ont été dans ce cas, ils sont toujours là, merci la vie.

    RépondreSupprimer
  8. Oui elles sont belles, et courageuses, et il faut se battre et les aider à se battre. Cela fera 23 ans à l'automne que ma mère a gagné le sien qui n'était pas gagné d'avance ! Certaines autres ont perdu la bataille, mais leur courage me porte !

    RépondreSupprimer
  9. Très bel hommage à ces femmes qui se battent contre la maladie !

    RépondreSupprimer
  10. Nul ne sait à l'avance, qui, pourquoi, comment. Là elle détruit et sépare, là elle rapproche et fait renaître.
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  11. La maladie rend certaines personnes aigries et amères, mais souvent, et tes proches en font apparemment partie, elle rend plus humain, plus profond plus vivant et plus aimant! Ces exemples de courage font toute mon admiration...

    RépondreSupprimer
  12. petit âne gris04 avril, 2011 22:05

    Comment savoir, petites sœurs, vos ressentis ?
    Vous ’’nous dites’’ avec le plus de sourires possibles, vous poussez l'élégance à rester femme !!
    Comment puis-je vous comprendre, je ne suis pas vous et je n'ai pas de cancer ?

    Devenir ’’Profiler’’

    Un combat, une lutte, je ne pense pas !
    Vous essayez de savoir où il se trouve cet enfant de l'enfer ?
    Il est en vous et c'est vous, infiniment si petit et tellement géant à la fois !
    Vous voulez vous approcher au plus près de ses mouvements, vous le suivez dans ses ramifications.
    Et la chimie vous appuie de son doigt sec là où il se cache !
    Cette intrusion ne lui plaît pas, il vous le crie à sa façon.
    Vous pensez le vomir mais il reste.
    Vous faîtes le dos rond, vous franchissez ce petit espace de l'acceptation mais pas de la résignation !
    Par étape, prendre un peu plus de vie, changement pour penser, la pensée réduite à l’essentiel, trouver des forces, des ressources, un petit rien et c’est un grand mieux !
    Monter un échelon puis un deuxième, atteindre un troisième, dégringoler de deux, parfois quatre !
    Crier, pleurer, invoquer l’arrêt, mais sur un mieux reprendre cette ascension !!

    Tu es là nauséeux moi et je te toise, ne sens-tu pas mon regard brûlant désapprobateur, je te désavoue !

    ET NOUS ?
    Impossible d’être présent tout le temps,
    Nous étions tous présents, quotidiennement tous, au début pour vous aidez à accepter de subir,
    Nous étions… chaque semaine mais nous nous sommes étiolés, la vie, notre vie !!!

    Avons-nous eu le courage de vous dire que nos épaules ne sont pas assez larges !
    Mais avons-nous dit que nous pensions à vous quotidiennement et que nous emplissions notre envoi télépathique d’énergies positives.

    Nous vous aimons et sans le savoir vous nous sauvez,
    miroir de la vraie vie et du courage admirable.

    Merci


    Et la raison est en toi, PrinCELse

    RépondreSupprimer
  13. Discuter avec elles rend sereines. Je l'ai ressenti comme tel aussi. Mais rentrer chez soi après les avoir rencontrées efface la sérénité pour laisser place à la révolte. Non contentes de devoir se battre contre cette sale bête, elles doivent assumer de se voir retirer leur féminité. Nous les trouvons belles et émouvantes. Elles se trouvent nues et démunies. Un homme chauve est tendance, une femme chauve n'a pas que la boule à zéro. Mon amie a momentanément gagné la bataille et me donne la force d'y croire pour ma collègue qui a commencé la chimio la semaine dernière. Mais Dieu que c'est dur....

    RépondreSupprimer
  14. Souvent la maladie révèle des ressources qu'on imagine mal. c'est vrai que j'en connais plusieurs qui ont lutté et vaincu, ou qui luttent encore

    RépondreSupprimer
  15. http://www.youtube.com/watch?v=t6FVlfOgTo8

    supporte pas cette putain de maladie qui a emporté la plus belle de toutes :( son courage, sa foi, son amour, sa lutte, son énergie fabuleuse n'ont rien pu faire ! je suis dégoutée ...

    RépondreSupprimer
  16. @ tous le santé est le bien le plus précieux, et en même temps, quand on ne l'a plus, on s'aperçoit qu'il y en a d'autres auxquels on ne prêtait pas attention. cela s'appelle la résilience...

    Miss K je n'arrive pas à ouvrir ton lien, de qui parlais-tu?

    RépondreSupprimer
  17. Je vois que tu as lu Cyrulnik, toi :-))
    Je boucle mes valises et file à l'Espace! BONNES VACANCES

    RépondreSupprimer
  18. Merci pour ces mots qui donnent un éclairage différent à ce que j'ai écrit...

    Bonnes vacances à toi, chère MARIE MAD, avec ce que tu m'as racnté du centre, je pense que les tiennes seront bonnes...

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.