vendredi 22 avril 2011

Des frissons


Elle aime frissonner.  
C'est une sensation qui lui plaît. Elle frissonne d'émerveillement devant un tableau, elle frissonne de plaisir, d'attente, de joie, d'excitation, elle frissonne sous le regard insistant d'un bel inconnu, dans le train, elle frissonne à la pensée d'une soirée où le courant passera, elle le sait. Elle connaît ce sentiment jubilatoire qui soulève son cœur dans sa poitrine. Elle aime la connivence de certains yeux, de certaines bouches. Il lui suffit de fermer les paupières, d'imaginer...Elle sait terriblement imaginer, au point que les images en deviennent presque réelles: c'est cela qui la fait frissonner, depuis toujours. Dans ses rêves, certains baisers laissent sur ses lèvres, au réveil, un étrange goût de réalité.
La nuque de certains hommes, douce et émouvante, avec ce  creux juste fait pour accueillir la main , cela peut la faire chavirer.  Un lobe, aussi, parfois. Une commissure. La courbe d'une frange de cils. Un éclair bleu. Les hommes sont des puzzles dont chaque pièce peut emporter le frisson. le rêve lui suffit. Il l'emplit.
Pour peu que la musique s'en mêle, la voilà partie dans ses émois érotico-intellectuels, cette exultation des sens et de l'esprit. Elle vibre. Comme la corde d'un arc sous le souffle du vent.Son jardin secret est un champ de blé ondulant sous la houle d'un frisson permanent.

22 commentaires:

  1. oui, la nuque est un endroit de volupté... tout à fait en phase avec toi!

    RépondreSupprimer
  2. wouhhh arrête tu me donnes des frissons ;-)
    je reconnais tout à fait!!!

    RépondreSupprimer
  3. La nuque, la voix... et les mains. Certains tableaux, la mer, certains paysages. Et la musique, alors la musique, tu le sais déjà, je te rejoins au coeur du frisson de .... l'émotion pure....

    RépondreSupprimer
  4. Sourires .... Sais-tu pourquoi ? parce que c'est à cette endroit qu'Eliane aime m'embrasser quand je pianote ici et qu'elle passe derrière moi, c'est aussi là qu'elle y dépose sa bise du matin....

    Un secret: j'ai toujours ma peau de bébé.... Rires

    Bises

    RépondreSupprimer
  5. magnifiquement exprimé tout ça...
    ah la capacité de frissonner d'une femme, pleinement femme, une femme qui OSE frissonner!
    Bises à toi, chère frissonneuse..

    RépondreSupprimer
  6. C'est hyper sensuel...! j'ai adoré lire ça... Un instant j'étais dans le champs de blé ondulant... :)

    RépondreSupprimer
  7. La peau est chaude et la mer fraîche. J'adore ce frisson là.

    RépondreSupprimer
  8. Très beau texte. Je passe te souhaiter un bon week-end ensoleillé de Pâques.

    RépondreSupprimer
  9. Je frissonne avec toi. Entre volupté imagination et adrénaline. En plus la musique est parfaite... Agnès Obel me fait frissonner aussi. :)

    RépondreSupprimer
  10. Tant qu'on connaît de ces merveilleux frissons, on sait qu'on vit vraiment. Heureuse fête de Pâques Cel.

    RépondreSupprimer
  11. Pareil que Coumarine et Julia !:-)) Très doux, sensuel, caressant.. Bisous sur ta nuque.. ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Tu m'avais promis de ne jamais parler de moi...
    ;-))))))
    "Le jardin secret."
    C'est ça. Oui, ayons tous un jardin secret...

    RépondreSupprimer
  13. j'adore le commentaire de LI...
    je crois qu'on se retrouve dans tes mots, Cel... on est des frissonneuses et heureuse de l'être
    Ah les nuques des zhom! ;-))

    RépondreSupprimer
  14. c'est très beau ma chère Célestine. et cela me ressemble ... aussi. Il existe un conte étrange qui s'appelle je crois : celui qui cherchait à connaître la peur. Tout le long du récit il cherche le frisson, le frisson de la peur. rien ne marche, ni la nuit passé avec des pendus, ni la rencontre avec des fantômes... etc.. à la fin, quelqu'un lui apprend la peur en jetant dans son lit un seau d'eau rempli de poissons frétillants, et le jeune homme de se réjouir : ça y'est j'ai senti le frisson, j'ai senti le frisson. Accéder à la peur, c'est accéder à la conscience de soi, à son état d'être mortel, à ses limites. c'est en même temps franchir le cap de l'âge adulte par l'expérience sexuelle...

    Bises

    RépondreSupprimer
  15. C'est marrant, je viens d’écrire un truc à propos de frisson. Un tout autre frisson.
    J'aime bien bien frissonner comme tu le dis.

    RépondreSupprimer
  16. On a souvent comparé la femme ou son corps a un instrument de musique à cordes qui vibre sous les doigts de l’artiste talentueux.
    Comme ils peuvent être exquis certains frissons qui ne vont pas plus loin !
    Gros bisous Célestine pour ce dimanche pascal et pour tous ces doux frisons !
    Ton champs de graminées est divin !
    Florence

    RépondreSupprimer
  17. Bojour !
    j'adore ce que tu écris, comme tu sais si bien l'écrire; je frissonne, moi aussi, souvent, pour bien de s choses.
    le frisson est l'expression de l'émotion, non ? tu ne crois pas ?

    Bonne semaine!

    RépondreSupprimer
  18. petit âne gris26 avril, 2011 14:43

    Coucou PrinCelsse,
    prendre les mots de ton écrit pour les chevaucher autrement et......

    j'ondule sous la houle d'un frisson permanent dans l'antre de ton jardin secret

    POEME:

    La vie est un long frisson tranquille


    L’épi de blé ploie, et de ses cils longs
    La courbure danse à l’alizé chaud.
    Le champ, frange blonde, aux grillons
    Refuge des amours, chante en échos.
    Oh, douces mains de l’été caressons
    Les cordes sensibles des violes de pailles
    Et aux lobes de ma Princesse, frissons
    Emouvants de musiques divines, ne faillent
    A la commissure de ses lèvres, en creux
    Juste les fossettes de bonheurs disparaître.
    Qu’à sa nuque, Apollon l’homme preux
    Bande son arc et ce baiser secret apparaître.

    RépondreSupprimer
  19. Texte léger accompagné fort joliment d'une voix véritable.
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  20. Pardonnez moi de ne pas vous répondre. Je suis en vacances, et en plus j'ai des problèmes avec la publication des commentaires de mon blog.Je tente de restaurer la modération modérée...
    A très bientôt.
    Célestine

    ♥♥♥

    RépondreSupprimer
  21. Texte très sensuel. j'adore

    RépondreSupprimer
  22. marie-madeleine04 mai, 2011 19:51

    Et bien! j'en ai raté des textes, des histoires, des frissons dans vos blogs....et pourtant j'en ai vécu!!!

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.