lundi 27 décembre 2010

Mystère et boule de gomme

J'ai toujours adoré le mystère. La sonorité de ce mot déjà m'émoustille. 
M Y S T E R E......D'où me vient ce goût pour les énigmes, les détectives, les armoires à double fond, les malles mystérieuses? Aussi loin que remontent mes souvenirs, je crois, je pense que c'est mon père qui m'en donna le goût. Je l'entends encore kiffer grave aux aventures du commissaire Bourrel qui trouvait la solution dans les cinq dernières minutes. "Bon sang, mais c'est bien sûr!" 
Mes héros d'enfance s'appelaient Mandrake le magicien,  Fantomas, Belphégor, Fantômette, Alice la détective. Je me rappelle avoir passé des heures roulée en boule dans mon lit, jusqu'à m'arracher les yeux à la lampe de poche, quand je devais dormir et  éteindre la lumière, et que je suffoquais planquée sous mes draps pour terminer l'enquête de la blonde Alice et de ses amies Marion et Bess. Sans oublier son chevalier servant, le beau Ned Nickerson...Fantômette (ah ce que j'aurais aimé être comme elle aventurière la nuit, et écolière  le jour !) flanquée de ses deux copines, la grosse Boulotte et la grande Ficelle, ça ne vous dit rien? J'aimais aussi les sagas des bandes de potes, le Club des Cinq, les Six Compagnons et le Clan des Sept, qui résolvaient des affaires compliquées avec l'air de pas y toucher. Et, tonnerre de mille sabords, j'allais oublier Tintin!
Adolescente, entre deux parties de Cluedo, je dévorais Agatha Christie , ses ambiances familiales pesantes, ses châteaux hantés, ses énigmes passionnantes au dénouement inattendu et implacable . Ah! le flegme d'Hercule Poirot, la fausse innocence de Miss Marple...c'était pas rien! Sherlock Holmes, élémentaire, et puis, Alfred Hitchcock, et ses petits détails qui tuent ...Ou comment rendre épouvantable le quotidien le plus banal. Une paire de ciseaux, une poignée de porte, une pendule...La mort aux trousses, le crime était presque parfait, sueurs froides...et bien sûr ses satanés "oiseaux" qui me firent regarder ensuite d'un  sale œil la moindre perruche, le plus misérable petit canari, autant de films qui m'ont scotchée dans mon fauteuil, et ce  d'autant plus qu'au scénario haletant s'ajoutait toujours une histoire d'amour entre deux êtres beaux comme des dieux... Cary Grant, Grace Kelly, James Stewart, Kim Novak.Le mystère et l'amour...cocktail à la réussite jamais démentie.

Alfred Hitchcock, c'était aussi un choix de nouvelles hallucinantes réunies sous le titre "Alfred Hitchcock présente", petites histoires très effrayantes ciselées au scalpel et terriblement efficaces.
Et les séries!  Rhooo! Vous vous souvenez? "Chapeau Melon et Bottes de cuir, tout en humour anglais et raffinement," Amicalement Vôtre" et ses deux héros antinomiques mais si attachants...
"Le Saint" avec le somptueux Roger Moore, et Columbo l'excellent anti-héros au costard élimé, voilà qui me procura des heures de  suspense et de frisson cérébral.
En France, nous n'étions pas à la ramasse avec  Rouletabille, Chéri-Bibi, Arsène Lupin-Georges Descrières, le gentleman cambrioleur, et Vidocq-Claude Brasseur et sa délicieuse amie Roxane de Saint-Gély-Danielle Lebrun qui se tiraient la bourre, pendant que les Brigades du Tigre montaient dans les sondages... Ce que j'ai pu tomber amoureuse de tous ces gars-là! Même Nestor Burma et son charme latino-parigot, Maigret et sa pipe, et Navarro et ses mulets...De quoi se mettre  du beau monde sous la dent pour une affamée de mystère comme moi. Jusqu'à Joséphine Ange gardien qui résout des mystères épais comme une crêpe mal cuite...(les mystères, pas Joséphine)

N'oublions pas le Da Vinci Code, et dans la même veine mais à mon avis largement supérieur , l'inénarrable "Nom de la Rose" ...Et très récemment, Huit Femmes d'Ozon, Petits Meurtres en famille avec le charmant Antoine Duléry, et les très délicieusement british Prudence et Bélisaire Beresford, Catherine Frot et André Dussolier au mieux de leur forme. Loupe et kilt à tous les étages...Mon sang anglais ne fait qu'un tour.
J'aime les secrets impénétrables, les phrases sibyllines, les affaires ténébreuses... Les meurtres inexpliqués, les codes indéchiffrables, les détectives intrépides et perspicaces, les trésors dissimulés, les clés de l'énigme, les cryptes enfouies et  les aiguilles creuses, les signes cabalistiques et les empreintes digitales.
Et le tout, bien sûr, sans jamais voir verser une goutte de sang. Tout en suggestion et en finesse. Rien à voir avec les thrillers modernes à la sauce tomate, les experts FBI à la mords-moi-le-nœud, légistes aux mains sales, violeurs pédophiles et autres psychopathes en série...
J'ai dit mystère, pas grand-guignol...


Maintenant, qui saura  retrouver tous les personnages cités dans mon billet ? Mystère...




Bidouillage internet Célestine



14 commentaires:

  1. Je suis une fana des mollets de Dussolier.
    Connais-tu la série des grands détectives chez 10/18, miss Silver, Charlotte et Thomas Pitt, the Chapman, le juge Ti ?
    Tu vois comme toi, j'ai commencé avec Fantômette et j'ai continué les enquêtes.

    RépondreSupprimer
  2. Tout de suite après guerre, j'étais en fanatique de la "Série Noire" la vraie avec couverture cartonnée en jaune et noire. Je n'en ai retrouvé que deux et qui datent de 52 et 54.

    Bon lundi avec bises de nous deux

    RépondreSupprimer
  3. Le commissaire Bourrel, tu n' étais encore qu'une "gafette" comme on dit chez toi !
    Toute modestie gardée n'oublie pas le commissaire CHAUGUISE !
    http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/2009/10/29/1252-le-fecaloscope

    RépondreSupprimer
  4. Yeah!!! j'ai les mêmes goûtes que toi!! bravo pour la séries des fauteurs de frissons et autres héros aux multiples aventures ! comme Berthoise je suis fana des livres polars de 10/18 , surtout Patricia Wentworth et sa délicieuse miss Silver qui lucide en tricotant (!) et
    Anne Perry et son couple si romanesque , Thomas et charlotte Pitt,
    Lilian jakson Braun et ses chats fins limiers...
    ah!!! que de lectures palpitantes et distrayantes!!

    RépondreSupprimer
  5. Tu connais certainement le Chevalier Dupin, du génial Edgar Poe ? Les nouvelles les plus célèbres et les plus "casse-tête chinois" sont "Double assassinat dans la rue Morgue" ou "La lettre volée"... J'en aime aussi une où un gars arrive à suivre le cheminement de la pensée de son ami juste en l'observant et en en tirant des déductions. Poe est considéré comme l'inventeur du roman policier (inspiré par les mémoires de Vidocq, quand même)

    RépondreSupprimer
  6. Ah bien sûr! Mon billet est loin d'être exhaustif! Le genre que je prise a semé des fleurons dans tous les pays et à toutes les époques.Merci pour vos indications bibliographiques. Je cours m'acheter un 10/18 ou deux, ça rentre bien dans le sac à main...
    Mon père a gardé quelques exemplaires de série noire dont parle Patriarch, il faudra que j'aille fouiller dans son grenier.

    ******Bises à tous
    Célestine*********

    RépondreSupprimer
  7. Mon père aussi était fanatique des Série Noire qu'il achetait en seconde main pendant les vacances à la mer.
    Ah Célestine, quel billet évocateur de tous ces bons moments passés devant ces séries géniales et dans ces bons vieux Club des Cinq !
    J'ai rajeuni de 40 ans, là, le temps d'un billet :-)

    RépondreSupprimer
  8. Hi hi ma petite MYO, je t'imagine bien avec tes couettes!

    RépondreSupprimer
  9. Oui, oui, tout ça! (je te laisse la Mimi, c'est nul). Le juge Ti de Robert van Gulik, ce sont des must. J'ai encore tous les club des cinq et les Alice (ah, la liberté de ces donzelles...avec le Ned qui arrive à la fin), Dagobert et ses copains. J'ai aimé Arsène Lupin de Maurice Leblanc surtout l'île aux trente cercueils. Bon, j'arrête, j'en ai pleins ma bibliothèque. Bonne idée de mettre en valeur tous ces classiques...

    RépondreSupprimer
  10. Wouaouh Damien, tu lisais Alice! Tu es l'homme idéal...

    RépondreSupprimer
  11. ah oui moi aussi j'ai dévoré les Alice et les Fantômettes, et oui moi aussi je les ai enviées :-)
    merci pour ce billet!
    bonne fin d'année!

    RépondreSupprimer
  12. Tout ça tout ça, les mêmes qui nous faisaient vivre mille aventures et déjouer de nombreux pièges et rêver aussi... mais je ne vois pas Maigret? ou ai-je été trop vite?

    RépondreSupprimer
  13. Secret, surprise, mystère....des mots qui font rêver même les patissiers puisque ce sont aussi des noms de gourmandise!

    Ton bidouillage n'est pas mal non plus et moi je te bizouille

    RépondreSupprimer
  14. Ah! les filles vous me m ettez en joie!DELPHINE j'avais oublié Maigret, voilà c'est réparé...

    ADRIENNE tu ferais Fantômette et je ferais Alice...ou le contraire. D"ac?

    MARIE-MADELEINE je vois que la gourmande en toi a parlé...Tes références pâtissières m'ont fait sourire...

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.