samedi 16 octobre 2010

Mille et une occasions...

...de se réjouir. 

Je tombe par hasard (?) sur le blog d'une jeune institutrice belge qui raconte ses débuts , ses difficultés pour décrocher un poste, ses premières angoisses, ses premiers émerveillements avec une candeur et une fièvre qui me ressemblent. Lorsque cela m'arrive, je veux dire de tomber comme cela sur un blog,  et pour peu que je sois accrochée par le thème, les mots ou l'histoire, et je remonte dans les archives jusqu'au tout premier post, et ensuite, cela se lit comme un roman.. Ma déception quand j'apprends tout à la fin qu'elle est partie à Singapour suivre son époux!..mais cela n'enlève rien au plaisir que j'ai eu à me retrouver dans son quotidien.

Un reportage à la télévision m'apprend l'existence, en forme de conte de fées , d'une autre femme, Lucia Iraci, belle sicilienne orpheline de père à deux ans,  ayant quitté son île natale après la disparition volontaire de sa mère, et qui s'est installée à Paris. Elle tient désormais un salon de coiffure réputé où elle coiffe gratuitement un jour par semaine des femmes abîmées par la vie, détruites, pauvres et seules. Une coiffeuse du coeur, en quelque sorte.

Bernard Werber sort son nouvel opus. Wouaou, encore une bonne nouvelle pour moi, qui adore ses livres. Et il  lance cette fois ses héros  Lucrèce et Isidore dans une enquête passionnante sur les origines de l'humour et du rire, enquête dont la victime se trouve être morte...de rire. Pas besoin d'en rajouter, je cours le lire. Je suis convertie, plus la peine de me démontrer l'utilité physiologique du rire, qui masse les organes et fait sécréter des endorphines. 
Téléscopage  incroyable de l'actualité, en même temps sur une autre chaîne, un reportage sur Annie Cordy, l'octogénaire belge en pleine forme qui crée une pièce de théâtre en ce moment à Paris...Une pêche d'enfer due très certainement à un entraînement intensif de ses zygomatiques... Et Bernard Werber d'ajouter avec son petit sourire espiègle:  "on soigne certaines maladies graves en faisant regarder aux gens des films drôles, des comiques, des bandes dessinées..."Il paraît que certaines personnes sont incapables de rire. Cette pathologie  porte un nom savant mais je l'ai oublié.


Nos députés pleins de bons sentiments dégoulinants, qui nous font la morale sur les retraites en nous culpabilisant, et en prêchant la rigueur au nom de la "justice" ne pensaient pas (sont-ils naïfs?) que l'on serait mis au courant de leur dernier exploit: rejeter à la quasi unanimité un amendement (le n°249) qui prévoyait un alignement de leur régime de retraite sur le régime général. La nouvelle tourne en boucle sur le net. "Travaillez, longtemps, cotisez, très longtemps, pendant que nous toucherons 1500 € de retraite après tout juste cinq ans de législature..." J'espère que cette turpitude mise au grand jour fera pencher la balance du côté du peuple...


photo internet

10 commentaires:

  1. Il y a beaucoup de belles histoires, chacune de nos journées en compte des dizaines, mais sommes-nous capables de les reconnaître? Ou nous arrêtons-nous aux difficultés qui parsèment nos chemins... Amaury me reproche trop souvent de ne pas savoir rire, il a -en partie- raison.

    RépondreSupprimer
  2. Chère DELPHINE, ris autant que tu peux, le rire est le meilleur antidote contre la maladie, la déprime, c'est plein d'anti-radicaux libres, très bons pour la jeunesse de la peau et du corps...
    Très bon dimanche ma belle.
    célestine
    au fait, t'ai-je dit que mon fils a trouvé du travail chez un architecte parisien? Je suis super contente et soulagée...Dis-le à Amaury.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis allée battre le pavé hier après-midi. Il régnait dans le cortège une ambiance d'enterrement. Et moi qui aime encore un peu mon boulot, je ne me réjouis pourtant pas de devoir l'exercer pendant encore au minimum 13 ans.

    RépondreSupprimer
  4. Heureusement qu'il n'y a pas que les retraites dans la vie! L'autre jour, j'ai pleuré de rire chez l'acupunctrice, je ne sais pas pourquoi. Bonne semaine! Bisous

    RépondreSupprimer
  5. Contente aussi que tu émerges du brouillard avec, en prime, une belle envie de rire!

    J'ai des fou-rires aux larmes, parfois trop facilement, mais le bien que ça fait, c'est incroyable! Mon mari - le castor - riait peu, et j'ai mis des années à le contaminer, mais il y vient aussi. C'est si gai de rire ensemble et de se sentir bête en essuyant ses larmes de sottise ... :)

    RépondreSupprimer
  6. J'ai vu moi aussi le reportage sur Lucia Iraci et comme toi j'ai été émue par l'histoire de cette femme et son action auprès de celles dont la vie est difficile.
    Je ne suis pas vraiment surprise de constater que les députés aient rejeté cet amendement! J'espère seulement qu'on en parlera sur les médias!
    Au fait je ris beaucoup:-)!

    RépondreSupprimer
  7. coïncidences,rencontres, y a t-il un hasard? déductions, conclusions...on peut se croiser ou se cogner, tout dépend comment on s'y prend!

    RépondreSupprimer
  8. trop bien ce blog..un concentré d'humanité, de vérité..tout en laissant la place aux rires, aux belles histoires du quotidien...
    merci Cel! et j'ai envie de dire "encore"..comme une gosse qui n'en a jamis assez!!

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.