jeudi 21 décembre 2017

Altitude




Viens. Prends le temps. Ajuste ton pas au mien. Laisse-toi  pénétrer par les effluves bienfaisantes que l'air pur transporte sur l'aile des graminées sauvages, des pins cembros, cette fois à leur juste place,  et par la douce mélodie des torrents apaisés baignant les pâtures.
Prendre de l'altitude, bien sûr, tu sauras le faire littéralement, de ton pas de marcheur attentif. Tu graviras les adrets lumineux et les ubacs d'ombre et de givre. Tu écouteras le vol puissant d'un rapace trouer le silence. Tu sentiras tes pupilles trouées au laser par le scintillement des névés, et le chaos grandiose des séracs gonflera tes poumons.
Là-haut, tout là-haut, le monde t'apparaîtra comme neuf, lavé, dans sa prodigieuse lumière baignée de paix bleue et de joie ineffable.
Mais sais-tu prendre de l'altitude sans bouger, même au fond de la plaine la plus grise, juste par le pouvoir de ton âme ? De ton esprit en éveil, de ta conscience en pleine aptitude ?
Ecoute battre le coeur de tes paumes ouvertes vers le soleil, tels ces gypaètes sur le rebord du temps, prêts à l'envol. Observe comme tes petits soucis matériels, qui te paraissaient si grands, ne sont en fait que des rognures d'ongle, des taillures de crayon, des chiures de mouches. Même pas des cailloux. Plus tu t'élèves et plus les rochers de tes essentiels t'apparaissent, brillants et droits vers le ciel, couronnés de blancheur et de force. Ta respiration ralentit. Ton souffle s'évase en corolle. Ample et profond comme un manteau d'étoiles. Comme pour mieux goûter l'air neuf de tes cellules. Comme pour mieux te dire que ta vie est un somptueux paysage, et que rien ne saurait l'altérer quand tu connais enfin la beauté des chemins escarpés et rugueux qui la traversent.
Ne laisse plus personne l'abîmer. Elle est ton bien. Ta source. Ton trésor.


Viens, écoute, si tu le peux, cette musique. Tu la trouveras, peut-être, aussi belle que moi.
Je suis heureuse d'avoir pris de l'altitude avec toi ce matin, dans la magnificence de l'aube.



100 commentaires:

  1. L'ascension virtuelle me convient très bien pour le moment et si mon âme n'est pas trop arthrosique, je devrais pouvoir atteindre ce sommet et contempler ce monde dans une vision globale en faisant fi des écueils et des petits tracas.
    Ti abbraccio Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce sommet là est fabuleux, et je sais ton âme suffisamment souple pour y parvenir.
      Mille baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Voilà qui est autrement plus plaisant à lire que les pesanteurs des cyniques, blasés, empêcheurs de jouir des joies simples, qui tapent comme des aveugles sur tout ce qui s'émeut, surtout si c'est joli.
    Je les laisse à leur ronron morose et je monte avec toi ma Céleste, je ne porte pas de cuirasse, mais j'ai des ailes que je déploie, je vole, je voltige, et je prends des pieds comme des arcs-en-ciel... Avec toi je change d'air, d'espace, et c'est toujours vivre plus.
    Merci pour cet appel à la joie, à la liberté, à la révolte douce et à la tolérance. Merci.
    Tendresse ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un appel surtout à prendre du recul, de la hauteur sur les petits bobos, les querelles dont on ne se souviendra plus dans un mois, les choses qui nous paraissent affreuses et qui ne sont que fâcheuses.
      Un appel regarder plutôt les choses telles qu'elles sont, pou ce qu'elles sont, sans leur donner plus de pouvoir qu'elles n'en ont.
      Une vraie randonnée de sagesse en somme.
      Tendres pensées en retour
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Ajuster mon pas au tien me semblerait bien séduisant et je crois que même les mots ne nous seraient pas trop nécessaires. Certes j'ai l'habitude de hanter plutôt les chemins de halage et les vastes plaines picardes, loin d'être sans beauté à mon avis, mais je m'adapterais à certaines dénivellations, surtout aussi poétiques et vibrantes. Grace Matinale pourrait être ton nom "à l'indienne". Kisses my dear friend. Pas accès à la musique hélas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le gentleman des plaines a su me faire aimer les arides désert que traverse la route 66, les Rocheuses, le Minnesota et la province de Saskatchewan...J'en passe et tellement d'autres éblouissements littéraires et cinématographiques, musicales, tant de paysages, tant d'embellies, tant de haltes sensibles dans des décors beaux à pleurer, beaux à crever.
      J'ai remis une version plus accessible. Mais je ne comprends pas que tu n'aies pas eu accès à d**zer.
      Kisses and atttb my delicate friend
      Miss W
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Coucou. Alors je contrôle: les chaussures, les pansements pour les cloques, la gourde remplie de thé, les petits fruits secs (très important pour les fringales), les bâtons, la crème solaire, etc. etc. et surtout la bonne humeur et surtout la capacité à s'émerveiller de tout et de rien. Même depuis son fauteuil. Allez, je te sers un thé aux Herbes des Alpes? :-) Bises alpines

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que mon billet parlerait à ton coeur d'alpine.
      Je savais que tu m'emboîterais le pas aussi pour cette randonnée immobile, quand la vie nous dit « va voir là-haut si j'y suis »
      Et je savais que je pouvais compter sur ton grand coeur autant que sur tes mollets.
      Bises célestes et montagnardes (en ce moment)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Merci Célestine pour ce texte splendide.
    Je ne connais pas la Montagne.. je l'ai si peu fréquentée.
    Tout ce que tu décris tu peux le ressentir ailleurs.. Moi c'est la mer et sa vastitude, ou la profondeur d'un bois, d'une forêt... L'essentiel étant d'être connecté avec Soi et la Nature.
    Bises Madame la Fée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, Suzame, tu révèles là un grand mystère qui sera peut-être hermétique aux pragmatiques : oui, on peut prendre de l'altitude même quand on est assis sur le sable ou sur les rochers, à zéro mètres au-dessus du niveau de la mer...
      La connexion avec soi est une des plus belles choses que la vie nous enseigne.
      Bisous ma douce
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Sais-tu qu'au cours de la lecture de ce si beau billet, que j'élève au rang de prière sans dogme ni credo, je me suis sentie littéralement en communion avec cet élan vers l'altitude ? Comme une prière vers le matin qui se lève. Prendre de l'altitude est un exercice physique ou mental qui est toujours une grande et belle aventure, spirituelle, méditative ou poétique.
    "L'immatériel est peut-être plus solide en nous que ce que l'on peut toucher." YD
    Belles et heureuses fêtes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah eMmA comme cette citation vient à point nommé, comme elle est importante à ce détour de ma vie.
      moi qui me sens tremblante parfois tel un fétu de paille, il me semble que de sentir enfin cette solidité au fond de soi, c'est le cadeau de toute vie.
      J'ai lu le parcours d'Yves Duteil, qui me semble correspondre à l'idée que je me fais de la spiritualité « sans dogme ni credo » Du coup, même les mots « prière » et « communion » perdent la charge négative qu'ils ont toujours eue pour moi, représentant une des choses qui m'ont blessée profondément dans mon enfance.
      Ils ne sont plus que l'expression de la joie que tu as eu à me lire, avec ton regard profond.
      Je m'en réjouis.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Texte et musique s'accordent à merveille pour nous amener jusqu'à toi l'Étoile qui éclaire et réchauffe les coeurs assoupis.
    Avec toi nous goutons cette marche vers la lumière et laissons ici bas tous nos soucis.
    Merci pour cette belle ascension.
    Bises des hauteurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse d'en faire profiter les copains, comme on dit joyeusement !
      Merci Petrus.
      L'étoile s'assoupit aussi, de temps en temps...mais vous êtes là pour lui secouer les branches ... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Dorian G.10:05

    Somptueuse écriture, somptueuse élévation, somptueuse musique... et somptueuse nostalgie de paysages que je n'ai jamais connu et ne connaîtrai jamais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ça jamais ?
      On ne t'a pas appris à dire « fontaine » ?
      Que ce soit au sens propre ou au sens figuré, ton bâton de pèlerin est là, à portée de tes mains, et la route s'ouvre, majestueuse, vers les contrées inexplorées.
      Pense à ces Chinois centenaires qui parcourent encore leur montagne à la recherche de baies...
      On a de la marge, une bonne grosse marge... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. de là ou je suis, je ne peux écouter la musique :( mais ton texte me fait penser à une chanson de Brel (tiens, miracle du woueb, celle là) :

    https://www.youtube.com/watch?v=bBaF6JYx7TM

    et l'image fait écho à une petite page que voilà : https://carnetsparesseux.wordpress.com/2016/04/23/assoiffe/

    joyeux presque Noël !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne résiste pas à faire partager un extrait de ton somptueux texte. je me souviens très bien de cette liste de mots des Plumes.
      Je t'embrasse cher Dodo.

      Le ruisseau commence sans doute tout là-haut, sur l’adret jaune et rêche où un aplat vert trahit la présence d’une source. D’avoir dévalé en longues arabesques argentées les prés rocailleux qu’arpentent quelques vaches, ce rien d’eau s’est creusé un petit chemin entre deux rives herbeuses. Son affaire est d’agir : il a bientôt son sillage d’aches, de menthes et de fougères en accroche-cœur ponctué de noisetiers. Là, il court au frais dans une bande d’ombre trouée d’abeilles d’argent au gré du soleil qui se faufile entre les feuilles tremblant au vent.

      Un coude le ralentit sur une gravière qu’ambre la mousse, l’allonge sur un sable où il ferait bon s’agenouiller. Il glisse contre les racines où s’agrippent des piafs qui chantent, trillent et sifflent avant de s’abreuver de trois gouttes volées du bout du bec. Sur le rocher que polissent les eaux du printemps, une longue couleuvre redouble son zigzag.

      Puis il repart dans la pente, plein d’énergie, actif au point que lorsque les grandes pluies ajoutent leurs eaux aux siennes, il doit aimer s’offrir quelques belles vaguelettes et rouler bruyamment les galets brillants. Je ne sais pas où il file ensuite. Est-ce encore lui, dans la vallée, cette rivière cossue qui paresse sous un pont où les automobiles scintillent comme une procession de scarabées ?
      Qu’importe.

      Il ferait une assez facile image d’Épinal – ornée d’un loup maigre entourloupant un agneau alléchant et un peu ahuri. D’autres y verront sans trop d’efforts une métaphore de la vie qui coule, court et se répand inexorablement. Les plus affirmativement azimutés sont même libres d’y déchiffrer l’anamorphose singulière et approximative d’à peu près tout ce qu’il leur plaira de rêver.

      Pour moi que la soif ne quitte plus, c’est tout simplement l’ami qui tient au frais le cidre que j’essaie de garder pour tout à l’heure.»



      Oh, et puis, je ne suis pas parvenue à choisir j'ai tout pris.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "Oh, et puis, je ne suis pas parvenue à choisir j'ai tout pris."

      Oh, choisir de tout prendre, c'est encore choisir :)

      bonnes fêtes !

      Supprimer
    3. Tu serais pas un peu du genre coupeur de cheveux en quatre ?
      Oui tu as raison. Et ne rien choisir aurait été choisir aussi...
      Mais j'ai préféré tout plutôt que rien. ;-)
      Je suis comme ça... 🌸
      ¸¸.•*¨*• ☆


      Supprimer
  10. Dans le silence, laissons nous bercer par les vibrations de la beauté de la vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le silence intérieur, si important.
      Faire taire les troubles, les idées tordues, les mots mauvais, les problèmes, toute cette agitation nébuleuse qui nous empêche de prendre de la hauteur au-dessus de ce brouillard.
      Si chaque homme sur terre le faisait, la paix règnerait.
      Merci Marie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. La montagne a ce quelque chose de plus que la mer ou la forêt, ou tout autre coin de la nature...

    Lorsqu'on tente de s'y rendre à pied, elle nous oblige à trouver le courage, l'énergie nécessaire, pour ne pas abandonner, aller de l'avant, de se dépasser... Et arriver en haut... C'est toute cette élévation que tu décris ensuite...
    C'est une métaphore de ce que nous éprouvons dans la vie, face à ses obstacles, et à notre capacité aussi à élever notre âme...

    C'est un magnifique texte.

    Ju'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'élévation de l'âme, du moi intime, est sans doute difficile, c'est se distancier par rapport aux événements, ne pas donner trop de pouvoir à nos émotions négatives, mais se servir au contraire des psitives, la joie, la gratitude, l'amour, comme de prises solides qui permettent l'ascension.
      Merci Ju'Lyn, pour ce commentaire plein de bienveillance.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Que j'ai aimé cette montagne, quand je pouvais encore le gravir, y laisser les sillons de mes skis au petit matin, m'enivrer de l'odeur de la sapinière aux premières caresses du soleil.
    Mais l'(odeur du métro à la station Javel c'est bien aseptisant aussi ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...les longues queues aux tire-fesse, la trouille sur les télésièges et les raclettes d'enfer dans les chalets...
      Toute une époque ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'ai toujours pensé que les longues queues plaisaient aux Dames... Mais bon, on dit également que les plus courtes sont les meilleures.. Hein ?

      Supprimer
    3. Dans la série, on dit:
      « Qui se ressemble s'assemble » mais aussi
      « Les contraires s'attirent »
      Contradictions...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Tu as une façon très convaincante de parler des paysages.
    J'aime la montagne et j'irais volontiers mais hélas, c'est plein de pentes et il faut avoir les éponges qui suivent...
    Mais tu en parles si bien.
    Et j'avais beaucoup aimé le film "Brokeback Montain"
    Je me souviens m'être demandé si le titre n'était pas un mauvais jeu de mots... ;-)
    J'aime aussi beaucoup ta façon de donner aux choses leur véritable importance.
    Cette façon, de ne pas faire "d'une merde de chien un pain de sucre", comme disait ma grand' mère.

    RépondreSupprimer
  14. Aller au Sacré Cœur, ça compte pour la hauteur ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 130 m d'escaliers et de rues en pente raide, ça doit compter quand même, non ?

      Supprimer
    2. @Le Goût
      Bon d'abord t'aurais pu me laisser répondre à la Lumière de tes jours.
      Mais comme tu dis plein de jolies choses sur moi, je passe l'éponge, comme dit Bob.
      Pour le jeu de mots, c'est osé, mais j'avoue y avoir pensé aussi...
      Merci pour ce moment, cher ami.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @heure-bleue

      Le Sacré Coeur pour l'élévation de l'esprit ? Ça me semble parfait !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Mes paumes tournées vers le soleil ? T'en as de bonnes ! Ici, nous sommes en passe de battre le record du mois de décembre le moins ensoleillé depuis 1956 (3 heures sur le mois à l'époque) :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel pays ! déjà que je déprime dans le Midi de la France...alors là, je ne sais pas comment je ferais.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Bah, quand on est né dedans, c'est assez facile ! ;-)

      Supprimer
    3. Ah oui, je me disais bien que tu n'avais aucun mérite ! ;-)
      Mais non, j'rigole !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Je viens tout de suite, j'arrive, je te suis et comme le disait Walrus je prends aussi le soleil, beaucoup de soleil....il fait bon sur ton chemin de vie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as une place, petite Miss, avec ta joie de vivre et ta bonne humeur.
      Je t'offre tout le soleil que je peux !
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Voilà un beau billet. Si je ne suis pas un homme des montagnes, né sur le granit d'un port de commerce et si je vis dans un plat pays par choix, j'aime la montagne la montagne à vaches pour être précis, la montagne d'été pour apporter un avis supplémentaire. Marcher lentement mais avancer jusqu'au sommet de la bosse là pour apprécier un pli une autre bosse et puis respirer, respirer encore...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle poésie dans tes plis et tes bosses.
      J'adore positivement ! ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Célestine, cowgirl in the sand !
    Is this place at your command ?
    Old enough now etc.

    https://youtu.be/jai6AykXW9k

    Mais non, Céleste nièce, t'es plus belle que la musique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vas rire, j'ai un trou de mémoire, je n'arrive plus à savoir dans quel commentaire j'ai pu te dire un truc qui te fasse dire ça...
      Bon en tout cas ça fait très plaisir.
      Bisous mon oncle adoré !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Merci Célestine pour tes mots qui coulent comme ce ravissant ruisseau. J'aime les balades en montagne, entendre siffler les marmottes mais j'apprécie aussi les doux moments à la maison en écoutant de la musique comme ce morceau magnifique.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette photo me fait penser à ce très beau titre de roman « Et au milieu coule une rivière »
      Et si tu n'as pas vu le film Brokeback Mountain, j'espère que tu auras l'occasion de le voir, car c'est une belle histoire et les paysages sont une splendeur.
      Je t'embrasse chère Denise 🌸
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Hé oui, la montagne est belle...la soeur jumelle de la mer sauf pour l'apparence...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joli, ça, la soeur jumelle de la mer.
      Je dis toujours que ce sont des paysages équivalents en contemplation, l'un en verticalité et l'autre en horizontalité...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Merci pour cette belle leçon de plénitude, de "zénitude" ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle leçon n'est donc pas un oxymore...j'en suis ravie, cher Loïc.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Comment maintenant dessiner le ciel avec tous ces mots jaillis de Toi, Toi qui utilise la langue des utopistes, de la symphonie et du rêve. Tu as défriché les sentiers pétris de beauté qui sommeillent dans les montagnes, les vallées et les cieux. Quand je te lis, je vois tes traces indélébiles que tes mots avaient déjà façonnées dans la neige, les routes que les amants avaient empruntées. J’ai même vu, un bout de ton sourire dans le reflet des névés au coucher du soleil sur l’adret encore lumineux que tu avais dessiné avec tes mains de fée. Je ne sais comment tu fais pour scintiller les mots, mais je sais que tu as la fièvre au cœur et au corps pour prendre de l’altitude et danser avec les mots.
    Je t’embrasse scintilleuse des mots

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton enthousiasme fait plaisir, cher Bizak, on te dirait agité par les alizés !
      Il est vrai que le sujet invite au lyrisme et à l'emphase.
      Merci pour ce texte poétique en forme de miroir à celui que j'ai posé là-bas, sur tes mouettes rieuses environnées d'embruns.
      La mer et la montagne sont des soeurs jumelles, comme dit Mind un peu plus haut.
      Je t'embrasse cher poète fiévreux.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il me tarde de lire tes envolées magnifiques que tu détrousses du sommet des étoiles pour les répandre joliment à nos yeux et tendrement à nos cœurs. Bisous la taulière

      Supprimer
    3. Bisous cher Bizak.
      Te voila exaucé, j'ai commis mon petit billet de noël.
      A tout bientôt, ici ou là.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Prendre de l'altitude sans bouger... C'est une volonté, c'est un exercice, ça roule, on s'habitue vite aux bonnes choses. Et puis un matin, une goutte de trop et tout s'écroule !!! Est-ce une mise à l'épreuve, un test ? On ne sait pas, on met quelques heures à s'en remettre parfois. Alors il faut trouver un truc pour reprendre le fil là où il s'était rompu. Dans mon cas c'est la montagne l'été, une marche en particulier, au glacier noir, tous les éléments se sont mis à chanter lorsque j'ai vaincu un vertige, tout était splendide, juste mon mari et moi dans un spectacle visuel féérique et tout a coup, l'apparition d'une hermine qui m'a chuchoté "même pas peur", c'était magique. Oui, prendre de l'altitude au sens propre comme au figuré est magique. Je te souhaite des fêtes de fin d'années magiques elles-aussi, bises étoilées céleste Célestine, à l'année prochaine. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie nous offre ainsi des dizaines de mises à l'épreuve pour tester notre humanité, nos limites ou simplement nos forces mentales.
      Et la montagne est une bonne école de vertige, certes, mais aussi d'équilibre.
      Et je suis heureuse que tu aies fait cette expérience avec ton mari.
      Bisous ma chère Plume, à l'année prochaine alors, passe de bonnes fêtes de fin d'année.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. L'idée de gravir cette montagne - que j'imagine la tienne, celle de Giono - pour aller quérir un air pur et vivifiant me ravit.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ai pur et vivifiant était aujourd'hui à moins cinq degrés en altitude, mais le soleil éclairait la neige et c'était de toute beauté.
      Bises cher Patrick.
      Merci de ton indéfectible fidélité.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Prendre de l’altitude, s’élever à la juste hauteur qui donne aux choses la juste valeur qu’elles ont…
    S’élever sans jamais être saisi du vertige des grandeurs.
    Faire de sa vie une montagne en se disant qu’il faut toujours gravir, attentif aux sentiers, attentif à nos pas, pour en mériter le sommet.
    Ne pas être ébloui, mais humble, en l’atteignant.
    Quel beau billet. Quel beau cadeau de Noël.
    Bises tintinnabulantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tintinabuler... le mot de la chanson d'enfance... Entends tu les clochettes tintinabuler ? Et demain matin petit garçon tu trouveras dans tes chaussons...
      Jolie métaphore que tu as divinement tricotée cher Etienne.
      Bises scintillantes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. C'est sûr, je ne saurais décrire comme toi tout ce qu'une marche en montagne peut faire vibrer dans le coeur et dans les jambes mais hiver ou été c'est toujours le même bonheur de se sentir allégé, corps et esprit.
    Et ta proposition de balade dans un fauteuil, le bol d'oxygène et de paix qu'elle apporte ....
    chapeau bas, madame. Elle va rejoindre, dans mon petit carnet, les trésors glanés ça et là.
    Te connaissant un peu, je ne sais si tu es allée réellement marcher mais en tout cas, te voilà sûrement avec les couleurs du bien-être aux joues .

    Merci, Celestine, bonne soirée.
    Nicmo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se sentir allégée... Comme tu as raison, si tu savais...Tu ne crois pas si bien dire.
      Toute ma vie, en ce moment consiste en cet allègement magnifique.
      Simplifier, faire le tri, se délester de toutes les encombrantes choses du passé, s'envoler...et ne garder que l'essentiel...
      Légère comme un papillon après sa mue.
      Merci, Nicmo.
      De tout coeur merci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Bonsoir Célestine,
    Ton billet, autant que la musique que tu proposes me fait planer... Merci de nous faire sentir plus légers.
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, c'est ce que je viens d'écrire à Nicmo.
      Bienvenue au club, ma douce jardinière.
      Bisous légers
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Tu réveilles mes envies de montagne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis très heureuse, miss. 🌺
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Xoulec22:47

    Ce matin, j'aurai bien aimé prendre de l'altitude, au sens propre, pour échapper au brouillard persistant depuis une semaine; que nenni.Seule la lecture très matinale de ce billet,résolument optimiste, m'a mis en joie et m'a permis de m'élever un peu, au sens figuré.
    Sans bouger, il est des endroits que l'on affectionne particulièrement pour laisser l'esprit vagabonder à sa guise.Une musique stimulante y aide, aussi.Une sorte de jardin secret sans avoir à y jardiner.
    Je dois reconnaître qu'il est plus facile de se libérer des petits tracas quotidiens quand on ne vit pas dans l'urgence, dans le besoin.

    Une élévation de ma personne que j'ai beaucoup aimée malgré une certaine indisposition pour "l'altitude" fut lorsque j'ai achevé la fabrication de la toiture de ma maison, il y a quelques années. Tout avait été préparé dans la tête, je l'avais fait dix fois en rêve.
    La réaliser en vrai a été une petite victoire sur moi, sur le vertige.
    Avoir laissé au pied de l’échelle les petits tracas quotidiens, juste pour avoir l'esprit libre et le pied agile et sûr. Quand j’eus terminé, je me suis assis au faîtage, je suis resté là une heure, peut-être deux, même; à contempler les montagnes au loin, à être fier de moi, à ne penser à rien,à me sentir en harmonie avec un tout. Et cela, sans bouger.
    Bon, mon coté un peu "sauvage" y a contribué aussi, à atteindre une sorte de plénitude.
    A cet instant, j'ai compris ce qu'éprouvent les couvreurs,les alpinistes,les aviateurs bref tous les gens qui s'élèvent, au sens propre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton histoire, bien qu'elle raconte une élévation au-dessus du sol, a les deux pieds bien dans le réel, et c'est ce qui la rend émouvante.
      Il n'est pas de petite victoire sur soi-même. Chaque pas que l'on fait est un grand pas, que ce soit pour vaincre une appréhension, une phobie, de vieux souvenirs encombrants ou des peurs paralysantes.
      Bien sûr, la contemplation semble être réservée, de loin, à de purs esprits qui n'ont pas vraiment de "soucis matériels" et ne vivent ni dans "l'urgence" ni dans "le besoin".
      Mais ce n'est pas vrai. Chacun d'entre nous est capable de prendre un peu de hauteur et de s'interroger sur le bien-fondé de continuer dans une voie sans issue.
      A partir du moment où l'on a un cerveau pour penser et réfléchir. Et un coeur à écouter.
      mais c'est un vrai travail que de ne pas se laisser happer par une sorte de fatalité, où l'on serait comme prisonnier d'une vie qui déciderait tout à notre place.
      Je reste convaincue que, au moins dans les pays privilégiés d'occident, chacun doit pouvoir saisir sa chance à un moment.
      heureuse de t'avoir mis en joie dès le matin.
      Il y a comme cela des phrases qui font du bien aux âmes endolories.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Xoulec23:21

      Je n'ai rien à ajouter, je suis d'accord avec toi et j'aime bien ta dernière phrase. ;)

      Supprimer
    3. J'aime bien quand tu n'as rien à ajouter et que tu reviens quand même me le dire ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Angela10:21

    Je suis tellement heureuse de te connaître !
    Quand je ne vais pas bien, je viens me plonger dans ta positivité, tes textes enthousiasmant qui nous obligent à nous pencher sur notre vie et font que, finalement on ne la trouve pas si mal que ça, notre vie...
    Avec ses hauts et ses bas.
    merci d'être toi, comme tu es.
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Etre moi, comme je suis est sans doute la chose la plus difficile pour moi...Car il n'est pas aisé de savoir exactement qui on est...
      Mais je te remercie pour tes mots encourageants et positifs. ♥︎
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. Lorenzaccio11:14

    C'est vous très chère délicieuse, qui élevez notre âme par vos textes toujours aussi réjouissants.
    On sent que la contemplation est chez vous une seconde nature, celle de tous les êtres profondément sensibles au monde qui les entoure.
    Continuez, ne vous arrêtez jamais de rendre grâce aux beautés de cette nature martyrisée par les hommes, et pourtant si généreuse envers eux.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'efforcerai de suivre votre conseil car je crois que là est ma route.
      merci cher Lorenzaccio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Effectivement, pas besoin d'escalader des montagnes pour prendre de la hauteur. Il suffit de trouver en soi, l'énergie nécessaire pour s’alléger et vivre en "altitude intérieure".
    Bises normandes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est un échange d'énergie, car la montagne, ou toute autre fréquentation du sublime, nous donne cette énergie nécessaire à nous élever l'âme.
      Merci JF pour cette pensée subtile. « Altitude intérieure » me plait bien... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Il y a longtemps que je n'avais lu aussi belle ode aux beautés mystérieuses et pénétrantes de la magnificence du voyage intérieur.
    il faut l'avoir quelque peu parcouru pour être à même d'en parler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai de bons maîtres... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Passez de très belles fêtes de Noel, en altitude ou pas! Il nous faut apprendre bien souvent à prendre de l'altitude dans nos comportements quotidiens et ce n'est pas toujours très facile! Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En prendre conscience est déjà faire la moitié du chemin !
      Belles fêtes à vous, cher Alezandro !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. A moi l'air pur, les grands espaces. De là haut, je baisse la tête et je vois en bas tout ce petit monde qui s'agite, se bouscule, joue des coudes......Hélas ce n'était qu'un rêve. Je fais parti de ce petit monde qui m'entoure !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh Daniel, je te connais plus optimiste !
      Ne prends-tu jamais de l'altitude en méditant, notamment ?
      Bonnes fêtes, mon ami, plein de bonheurs simples.
      Bisous étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Le regard encoeur embrumé par les rêves de la nuit, je me suis laissée emportée par la musique de Gustavo et tes mots magnifiques Célestine.... merci beaucoup pour cet envol vers des sommets hauts bien qu'immobiles...
    Bonnes fêtes vers ce bout d'an qui se profile douce-aimant ...
    A bientôt de te lire, ici ou là, avec grand bonheur, avec tant de profondeur, de délicatesse et de justesse.
    Je t'embrasse étoilée aussi.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hou ! laissée emporter par le R...!! pardon !

      Supprimer
    2. L'R de la montagne évidemment ...
      Merci pour tes mots si beaux toi aussi. On ne dira jamais assez l'importance de la bienveillance, de l'amitié et de toutes ces choses qui embellissent le monde...
      Peut -être que c'est ça, le fameux "esprit de noël" et que je l'ai toute l'année... ;-)
      En attendant, je te souhaite de belles fêtes.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. l'avais pas vu le bel air !! toi oui.....

      Supprimer
    4. Oui, j'ai l'oeil... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Anonyme11:46

    Il fut un temps où celestine voyait les choses de plus haut encore....
    Lpn

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas que l'on puisse monter plus haut que dans l'élévation spirituelle... ;-)
      Je suis même à peu près certaine que non...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. ton beau texte est un support de méditation chère Célestine, de belles fêtes à toi et tes amours

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci chère Sylvie.
      Pour toi aussi !
      Bisous et joyeux Noël !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Je suis marrie, je n'arrive plus à prendre de l'altitude depuis 4 mois, comme si un mauvais génie m'avait coupé les ailes et ma capacité à relativiser, à positiver. Je ne peux pas. Mais je te souhaite de belles fêtes, ange venu des étoiles et un Joyeux Noël ma belle amie♥ Je t'embrasse♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça reviendra, j'en suis persuadée. Les printemps refleuriront, et la chance te sourira à nouveau.
      J'y crois très fort.
      Je t'embrasse de tout mon coeur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Anne**09:58

    Joyeux et doux Noël chère Célestine. Poursuis ta navigation céleste en frôlant les étoiles sans t'y brûler les ailes. Je t'embrasse. Anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, Anne avec une étoile. ;-)
      Passe de très belles fêtes et un beau noël.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Ah ce Noël passé à trois, Chantou (soeurette), Lou et Théo (lévrier afghan) dans un chalet perdu dans la neige à Bourg d'Oueil... Il y a si longtemps. Un enchantement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu en as gardé plein de belles étoiles dans les yeux chère Lou.
      Joyeux noël à toi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Il ne m'est pas difficile de prendre de l'altitude Célestine, moi qui aime la montagne et prendre de la hauteur quand il le faut, justement pour voir comme les soucis sont tout tout tout petits. Des chiures de mouches... Hi ! Hi ! Hi ! Tu m'plaît. Je te souhaite un Joyeux Noël très chère. Là-haut dans la montagne, on est encore plus près des étoiles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi aussi, tu me plais, Fille Stule !
      Et ton enthousiasme est rafraîchissant.
      Bises de Noël
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. Joyeux Noël Célestine et je te souhaite de passer de belles fêtes de fin d'année avec toute mon amitié.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te retourne le compliment, chère rêveuse.
      Mon amitié en retour.♥︎
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Il y a un bug en ce moment sur Blogspot. Les commentaires mettent quelques longues secondes avant d'être validés quand vous cliquez sur « publier »… Soyez patients !…

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.