mardi 11 février 2014

Vos mots pour moi

Ceci n'est pas une bigotelle














Le cinq février, vous m'avez fait un énorme cadeau pour mon bloganniversaire.
Un splendide collier de mots, dont je vous avais promis de faire une histoire. 
Ce n'est pas tout à fait la pleine lune, ce soir, mais elle est déjà bien ronde...Et puis c'est ce soir que j'ai envie de vous offrir ma petite friction...euh, fiction auto-dérisoire.


***
REMERCIEMENTS:









Epamine
Tant Bourrin
Adrienne
Anonyme
Eeguab
Ambreneige
Andiamo
Pastelle
Coumarine
Walrus
Nuageneuf
Zosio
Alain X
Marie Marmotte
Mind The Gap
Saoul-Fifre
Blutchiamo
Bizak
Petite Marie
Asphodèle
Co de Contes
Candide
Stella No
Latil
Jeanne
Bernard M
Anne
Marie-Madeleine
Mammilou-Mijo
Ileana
Soène
Myosotis
Lauriza
Louisianne
Zoé
Bof
Hélène
Pierre
Edmée
Jak
Milune
Brizou
Prudence
Yolanda
Den




Harmonie, bigotelle, cousine, auburn, contrepoint, légèreté, tarabiscotée, clair-obscur, sensible, intelligence du coeur, regard, épantelée, délicatesse, incandescente, persévérance, tendresse, douceur, saucisse, céleste, riche nature, licorne, authentique, brodeuse, lumineuse, maternante, lune, lunaire, vivante, candide, multi facettes, féminine, étincelante, enchantement, particulière, étoile, fleur de sel, rêve, sucrerie, encore, excessiveséductricemagnétique, casse-dalle, pépite, Pchiiiiiiiiit!  Passionnée, confidences,  veloureuse, et guerrière de velours.



***





Il y a longtemps que je traîne mes guêtres dans la blogo, aussi souvent que me le permet mon job de Numéro Deux chez Dwarf Corporation, entreprise spécialisée dans la fabrication et l'exportation mondiale des nains de jardin authentiques. L'autre jour, j'ai découvert un blog atypique et multi facettes. Une douceur particulière,  et parfois un ton de guerrière, mais une guerrière toute de velours, délicatesse et harmonie, m'ont attiré de façon magnétique en ce lieu virtuel. Un jour de pleine lune, j' ai entrepris de vérifier si quelqu'un de la boîte la connaissait. 
Mieux valant commencer par Dieu plutôt que ses seins, à l'occasion d'un brain storming avec le Boss,
 j' ai évoqué cette incandescente et céleste personne.
- Rita Hayworth? Mylène Farmer? Scarlett O'Hara? a-t-il répondu en frisant ses belles bacchantes qu'il a coutume d'enfermer dans une bigotelle chaque nuit, à l'ancienne.
- Euh...Non, moins auburn!

Je suis descendu à l'étage au-dessous, continuer mon enquête. Les managers de l'équipe de direction  ne voyaient pas trop trop...
Mais si, voyons, j'ai dit, une riche nature sensible... 
- Lady Di?
- Assez Maternante.
- Françoise Dolto?
- Et un peu tarabiscotéee...
- Mère Térésa?
- Non, non, toujours vivante!

Je suis descendu au service des contentieux. Ils ne connaissaient pas. M'enfin! Vous ne voyez pas, je me suis énervé, un regard lunaire et candide...souvent dans les étoiles...
- Alain Souchon?
- Gérard Lenorman?
- Rimbaud?
- Frodon?
- non, plus...féminine!

Je suis descendu à la compta, et autour de la photocopieuse, je me suis dit que les nanas avaient sûrement entendu parler en confidences de cette brodeuse de rêve et de contrepoint, séductrice et étincelante...
- Coco Chanel?
- Chantal Thomass?
- Sonia Rykiel?
- Mais non, moins... excessive!

En descendant encore dans les étages inférieurs de la Tour, je me suis aperçu que les lumières généreuses avaient fait place à un clair obscur de néons blafards, j'étais là chez les exécutants, les Deltas du Meilleur des monde, visiblement les fastes du staff dirigeant ne nimbaient que les derniers étages mais oubliaient le bas du pavé. Prenant chaque jour directement l'ascenseur jusqu'au sommet, je  n'avais jamais remarqué cet état de fait.


A la machine à café, des subalternes faisaient leur pause casse-dalle, empâtés par l'abus des saucisses de cocktail, des sucreries au caramel à la  fleur de sel ou aux pépites de chocolat et des boissons gazeuses qui font  Pchiiiiiiiiit!  quand on leur défonce l'opercule .

Avec persévérance, je leur ai demandé s'ils avaient entendu parler de cette lumineuse légende, de son intelligence du cœur, de sa légèreté profonde et de ses billets passionnés. Une espèce de fée, quoi, mieux encore: une veloureuse... Ils m'ont regardé comme si je leur avais parlé de la licorne, ou du dahut. Et ils ont disparu  comme par enchantement, en se vissant l'index sur la tempe.

Il était tard quand  je me suis retrouvé au rez de chaussée dans le monumental hall de stuc blanc, déserté à cette heure de la soirée, et qu'une femme sans âge astiquait en se hâtant lentement.
- Pfioouu! Je suis épantelée, a-t-elle murmuré en s'épongeant le front.
- D'où tenez-vous ce mot? ai-je dit, plein d'espoir.
- Je l'ai lu chez Célestine.
- Vous...connaissez Célestine? Dans mes bras ma cousine!
- Ben pour sûr! Qui ne la connaît pas?

Je n'ai pas eu le cœur de lui dire " personne, à part vous et moi" mais je l'ai regardée avec tendresse.

Veloma by Fabrizio Paterlini on Grooveshark











68 commentaires:

  1. Chapeau ! Tout y est, même la bigotelle ! :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'aime cette bigotelle, je l'ai même citée deux fois du coup...

      Supprimer
  2. Joliiii !
    Je suis toujours autant scotché par ta capacité à marier les mots avec grâce, et ici, humour...
    Bravo !
    Juste une chose : Dieu ayant souvent la tête dans les nuages, je préfère, pour ma part, m'adresser à ses seins. J'en connais qui, au contrôle technique, s'avèrent tout-à-fait émouvants...

    ;o))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi, associer contrôle technique et émouvant dans la même phrase c'est possible.

      Supprimer
  3. Une belle histoire que je découvre en reposant mes pieds sur un sol que j'aime. Je vous embrasse , brune...aussi
    Hscb

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous posez les pieds sur le sol quand je m'envole sur mon goéland...
      On s'est croisé.

      Supprimer
    2. C'était donc ça. Je croyais avoir fait un revé.....

      Supprimer
    3. Certains rêves semblent plus réels que la réalité elle-même.

      Supprimer
    4. 💭💭💭💭💭💭

      Supprimer
    5. Blogspot m'a volé les dessins....
      Alors ** ** ** etc.....

      Supprimer
  4. "épantelée" a , pour la coquine que je suis, un p' tit côté "Hou...j' en suis toute décoiffée ..." et "veloureuse" ...aaaaahhhh veloureuse ....que c' est joli, ça !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un joli mot inventé pour moi par Yolanda.
      Épantelée est estampillé Celestine, et comme je le disais, pour l'instant personne ne me l'a piqué.
      Petite coquine...je veux bien te croire! C'est déjà coquin de ta part, en pleine réflexion sur la théorie du genre, de jouer l'ambiguïté en t'appelant Pierrot...

      Supprimer
    2. J' ai devancé l' appel !!! En fait, Pierrot Bâton est le nom que donnaient les "anciens" à la maison du Bout du Monde.

      Supprimer
  5. Du début à la fin, j'aime...
    "auburn", voilà une jolie manière, rapide et colorée, d'évoquer la délicieuse Audrey Hepburn...
    J'adore ta description des flatulences sodatesques...
    Inattendu le lien entre la licorne et le dahut...
    Et Mère Térésa tarabiscotée, fallait le faire!

    Bref, on en a dit des choses sur toi... et ce texte tout brodé de bigotelle prouve que tu le valais bien.
    Sourire d'Ep'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La licorne et le dahut ne sont ils pas des animaux fabuleux?
      Excellent le raccourci avec Audrey Hepburn...
      Merci pour tout, Ep!

      Supprimer
    2. "auburn" oui, délicieuse!, surtout auburn noir avec beaucoup de câpres

      Supprimer
    3. Quand la délicieuse est aux câpres, elle devient capricieuse... ;o)

      Supprimer
  6. Idole des techniciennes de surface, quelle belle destinée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais absolument. C'est mon côté Odette Toulemonde.

      Supprimer
  7. Mon Dieu qu'avec talent tous ces mots sont bien dits ! J'en suis bouche bée ! Cet esprit créatif est loin d'être " au ras des pâquerettes et des nains de jardin authentiques " quoique tu sais te mettre à la portée de tous car jusqu'à la fin tu nous fais descendre pour retrouver ta cousine qui est aussi la mienne. Belle leçon d'humilité dite avec humour .......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je ne craignais de paraître prétentieuse, je dirais que l'humilité est la marque suprême de l'intelligence.
      Dans mes bras, ma cousine.

      Supprimer
  8. Y'en a des pas fastoches à placer ! Mais tu as été placeuse au grand Rex ce me semble ? Si je t'y ai vue, dans une autre vie dis-tu ? Ah oui ! Il est vrai que les chats, et à fortiori les chattes ont plusieurs vies.

    RépondreSupprimer
  9. Tu jongles avec les mots comme d'aucuns avec des balles. L'avantage ici est que l'on peut revenir, relire tes acrobaties, alors que le numéro du jongleur se termine dès qu'il rassemble et range ses balles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai que je ne range jamais mes balles. Tu ne crois pas si bien dire!
      http://funambulles.blogspot.fr/2013/11/la-jongleuse.html

      Supprimer
  10. Réponses
    1. Un griot qui brille vaut mieux qu'un brio qui grille.

      Supprimer
  11. Madame Celestine c'est l'estime de vous qui m'autorise à m'enflammer d'amadou pour vous déclarer que tout n'est que poésie dans cette "à vous" déclaration de tous ces admirants à m'en rendre jaloux. Oui tout n'est que luxe, calme et volupté ( il y en a un qui je crois m'a piqué cette expression) . Une toute petite infime réserve à propos de saucisse et de casse-dalle mais il n'y a pas que les nourritures spirituelles. D'ailleurs "Un griot qui brille vaut mieux qu'un brio qui grille", certes mais vaut-il mieux qu'un graillon qui brûle? Bingo,telle est la question.
    Je t'embrasse quand même, conscient de bien peu le mériter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que voilà un commentaire réjouissant! Le graillon qui brûle, ça c'est une trouvaille...
      Ce fut un plaisir en tous cas d'essayer d'offrir à tous mes "admirants" un texte à la hauteur des mots qu'ils m'ont donnés.
      Je t'embrasse même si tu crois ne pas l'avoir mérité. C'est quand même bien d'apprécier la poésie dans ce monde de brutes...

      Supprimer
  12. En voilà bien une idée de toi de nous faire sourire avec émotion, de nous offrir un pot au feu de mots... et puis cette musique!! Merci belle Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un pot au feu de mots, voilà une jolie expression! Merci Brizou.

      Supprimer
  13. Mais c'est qu'elle l'a fait, celle ( estine ) - la, mais qu'il me semble qu'elle l'a fait en racontant au masculin? Est ce qu'elle pourrait expliquer à une brute avinée, du genre masculin, celle - ci? C'est bien dommage que l'école soit fermée dans le village, sinon j'irais pendant mes R T T.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je peux me permettre, mon bon Bof, c'est bien dommage que l'école soit fermée tout court.
      Comme disait Victor Hugo, ouvrez une école et vous fermerez une prison...
      T'expliquer pourquoi mon personnage est numéro deux dans une grande entreprise?
      Parce que j'aime bien les rôles de composition... Et que lorsqu'on écrit, on fait ce qu'on veut.
      Je pourrais bien encore me prendre pour un homme dans quelques jours. C'est ma façon de
      Traiter le sujet a la mode.
      Celle Estine

      Supprimer
    2. T'as raison, Celle, une bâtisse en granit comme celle-ci, muette, sans gamins dedans, ça fait pleurer.
      A Diù siatz.

      Supprimer
    3. Tu me vois heureuse de ta réponse, mon Bof.
      Et très triste aussi, de par le fait.

      Supprimer
  14. T'es trop forte !
    Superbement bien joué ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jouer est un plaisir avec de tels partenaires!

      Supprimer
  15. « par les moustaches de Plekszy-Gladz » !
    elle a placé tous les mots !
    Tu mérites une nuit avec moi au big-hotel de Szohôd !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Woauouuuuuuuuuuu! une nuit avec toi et au big hotel en plus...Mille sabords!

      Supprimer
  16. La pleine lune te va bien, Célestine !
    J'adore ton défilé de mots, on se croirait au cinoche !
    Tu as dû te régaler et te faire rire à écrire ce texte ! Tellement réaliste cette pyramide !
    Et les 3 dames excessives, j'adore aussi !
    Tu avais mis la barre haute, mais à te lire, tu as manié les mots avec une facilité déconcertante ! Bravo !
    Bisous♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que j'ai un peu pensé à toi en décrivant une...tour!
      Les excessives? Je parle du prix bien sûr! Un tailleur qui coûte six mois de salaire...
      Merci merci merci ma Soène. Quand tu es enthousiaste ça fait chaud au coeur!

      Supprimer
  17. Belle idée ce texte avec plein de petites références cachées il me semble...Bises et bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui,oui, plein plein de références cachées...Un vrai film à tiroirs...
      Merci d'avoir aimé

      Supprimer
  18. J'arrive comme la grêle après les vendanges....
    Que te dire encore après tout ça....
    Ben je ne suis pas étonné du tout. C'eut tété impossible que tu ne nous fasses pas une belle histoire avec ta collecte de mots.
    Tu saurais scénariser le bottin téléphonique pour y mettre du suspens...
    Baci bella Ragazza

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, le bottin, tu exagères, quand même!
      Euh, si je peux me permettre, c'est bien, la grêle après les vendanges. C'est mieux que pendant...
      Alors ta métaphore prouve simplement que tu étais attendu.Impatiemment.

      Supprimer
  19. Arriver comme la grêle après les vendanges est une métaphore typiquement vaudoise. Comme j'ai pu te le montrer avec Gilles, les Vaudois sont champions de la litote et des images a contrario. Le Vaudois n'est pas enchanté, il est déçu en bien...
    Baci

    RépondreSupprimer
  20. Ah! ma cousine comme ton texte est charmant et bien brodé! Tu as su mettre les mots, les glisser à chaque étage sans être essoufflée le moins du monde! je voudrais bien te donner une bise sur ton front...licorne!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci monsieur mon cousin pour cet enthousiaste réponse.
      Faire une bise à une licorne? Attention les yeux!

      Supprimer
    2. C'est moi qui vous en remercie, madame ma cousine!

      Supprimer
  21. Tu tiens tes promesses ... C'est bien ...
    Bisous et bonne nuit :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une longue fréquentation des élèves m'a appris cette règle essentielle: ne jamais promettre si l'on n'est pas sûr de tenir. Je suis une maîtresse qui tient ses promesses. C'est le secret de toute ma carrière.
      Mais je m'égare.
      merci Petite Marie

      Supprimer
  22. Contente de faire partie de ceux qui connaissent Célestine :-D

    Tu nous livres encore un texte magnifique dont je salue la difficulté d'écrire! J'en suis bien incapable alors je suis toujours épatée. Un peu comme quand je regarde un tour de magie!
    Et cette musique... waouuuu j'en ai les poils des bras tout dressés!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Stella. C'est pour des gens comme toi que j'ai sans cesse envie d'écrire.
      Écrire est un miroir et si l'on n'aime pas l'image qu'il nous renvoie, il vaut mieux arrêter.

      Supprimer
  23. J'adore ce jeu d'écriture où il faut "caser" des mots mélangés. J'aime encore davantage cet exercice en improvisation orale et l'ai souvent pratiqué sur scène avec bonheur. Si tu as l'occasion de voir un spectacle d'impovisation théatrale qui ne soit pas un match d'impro, tu te régaleras

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En improvisation ce doit être très difficile! J'ai toujours été beaucoup plus forte a l'écrit qu'à l'oral!

      Supprimer
  24. si tu as l'occasion de venir un lundi à Paris, avec ou sans moi, va voir certains de ceux qui furent mes profs http://www.palaisdesglaces.com/le-cercle-des-menteurs/spectacle/57

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec toi, ce sera beaucoup mieux. Je te fais signe des que je monte.

      Supprimer
  25. Alors là je dis chapeau bas madame Célestine ! "Étincelante" n'était décidément pas assez fort pour toi:-)!
    Le mot qui m'a le plus surpris: Pchiiiit :-)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme un pétillement de bulles! Il me va bien ce mot!

      Supprimer
  26. Au pays des rêves, il doit bien y avoir aussi une saint Valentin. Non? Alors bonne fête.

    RépondreSupprimer
  27. oooh Cel, pardon, je l'ai oublié cet anniversaire, alors que nous en avions parlé. Comme je suis triste. Ton blog est un moment important de ma vie, tout comme ton premier commentaire chez moi, tu le sais. Mais les combats de ces derniers jours m'ont un peu accaparée, et j'avais la tête ailleurs, à ce qui en fait est essentiel, la vie, la mort, l'enfant, la fragilité etc. Je ne tiens pas à entamer un débat ici, j'ai horreur de ça, tout ce que je veux te dire, dans le respect des convictions de chacun, c'est que j'ai été un peu détournée de cet anniversaire si important et que je m'en veux de l'avoir oublié. Pardon!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne t'en veux pas du tout Delphine. Je sais que chacun a ses obligations. Et le monde des blogs n'est pas soumis a la contrainte.
      C'est d'ailleurs ce que j'y apprécié le plus.
      Je t'embrasse ma premier commentatrice!

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.