samedi 23 février 2013

Un instant d'égarement

LOGO PLUMES2, lylouanne tumblr com
Asphodèle nous propose avec bonheur le thème de la Passion

17 mots plus chauds les uns que les autres...

obsession – fruit – calvaire – égarement – film – érotique – feu – intense – gouffre – fusionnel – folie – rouge – vertige – fulgurance – danser – délicieux – dément .

***


Mademoiselle se fait des films


-A quoi rêvez-vous, mademoiselle Hortense ? Je vous vois toute songeuse.
-Mon Dieu, Lison, mes rêves ne sont pas dicibles, je serais rouge de confusion si seulement tu connaissais mes obsessions…
-Dites, voyons, Mademoiselle. C’est Monsieur Henri, n’est-ce pas ? C’est vrai qu’il est joli garçon…
-Ah, Lison, Monsieur Henri est délicieux, je ne te dis pas le contraire. Il a un sourire charmant, il m’emmène danser le dimanche dans les guinguettes du bord de Marne…
Mais vois-tu, ce dont je rêve, Monsieur Henri ne saurait me le donner, avec sa petite moustache ridicule, ses cheveux séparés en deux et gominés sur son crâne, et ses mains blanches.
-Mais alors ? De quoi rêvez-vous ? Mademoiselle, dites…
-Je rêve… Ah, Lison! Je rêve d’un homme fascinant au regard incandescent qui m’enlèverait dans ses bras forts. Ses cheveux flotteraient au vent. Il m’emporterait serrée contre lui sur son cheval dément,  de landes échevelées en calvaires dressés sur un ciel d’encre. Nous vivrions une folie fusionnelle, dans un vertige incessant qui mettrait du désordre à mon cœur. Je rêve, tu comprends, de connaître la fulgurance de la passion, le gouffre amer des nuits blanches, et le feu érotique qui dévore le corps. Je rêve…de fruits défendus, Lison. Je veux perdre la tête, me rouler dans l'herbe, impudique et lascive. Je veux vivre l’Amour...intense et épuisant.

- Eh bien, vrai, Mademoiselle Hortense…Vous êtes toute pâle ! Allez-vous tout à fait bien ?... Mademoiselle !?

-…Un instant d’égarement, Lison… Mais viens donc, donne-moi mon ombrelle, je vois Monsieur Henri qui vient…

80 commentaires:

  1. Qui sait ? Sous ses dehors placides et poussiéreux d'expert-comptable, Monsieur Henri cache peut-être un volcan qui sommeille ?... ou pas. :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comptable ? Mais je m'étais laissé dire que quand on aime, on ne compte pas...

      Supprimer
  2. Elle ne devrait pas lire DH Lawrence...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est peut être moi qui ai trop lu " femmes amoureuses". Mes lectures finissent par m'influencer gravement!

      Supprimer
  3. Très jolie ombrelle impressionniste.A quoi rêvent les jeunes filles?Bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une question très mystérieuse, a laquelle nous n'avons depuis des centaines d'années que des bribes de réponses...car les rêveries restent souvent secrètes...
      Merci Eeguab !

      Supprimer
  4. Question à 100 balles, question de... Candide :
    Ne sachant pas puisque n'écrivant pas, je me pose une question : l'écrivain vit-il les situations qu'il dépeint ?

    :o)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr! Est - ce que ça ne sent pas le vécu tout ça?
      Mais il est bon qu'un Candide pose la question, car au moins les choses sont claires! ;-))))

      Supprimer
  5. J'aime bien rentrer dans les rêves de jeunes filles. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, voyons si tu peux passer l'examen . Il te faut répondre oui à ces trois questions:
      As-tu des yeux de braise?
      As-tu un cheval (attention, un fier destrier, hein, pas une carne roumaine qui risque de se retrouver transformé en lasagnes au beau milieu d'une cavalcade effrénée...)
      As-tu des bras suffisamment forts pour emporter une jeune fille même si elle vient de se taper un plat desdites lasagnes?
      À ces trois conditions, tu pourras entrer dans le rêve d'Hortense...

      Supprimer
    2. Voyons voir, j'ai :
      Des yeux de braise...éteinte, si tu vois ce que je veux dire.
      Des chevaux de bois au fond du jardin, héritage de mon grand-père.
      Et j'ai perdu mon bras gauche dans un accident de voiture...
      Il ne me reste qu'à prier alors !

      Supprimer
    3. Ca va être un peu juste...bon je note ta candidature, et je transmets à mademoiselle Hortense. Et comme ils disent a Pôle Emploi, on vous rappellera...
      :-)

      Supprimer

  6. N'as-tu jamais souhaité
    De revoir en chemin
    Cet ange, ce démon
    Qui son arc à la main
    Décoche des flèches malignes
    Qui rend leur chair de femme
    Aux plus froides statues
    Les bascul' de leur socle
    Bouscule leur vertu
    Arrache leur feuille de vigne
    Arrache leur feuille de vigne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et compter de nouvelles étoiles...oh, combien de fois...
      Très belle chanson de Monsieur Brassens

      Supprimer
  7. je n'ai pas eu le temps de faire les plumes cette semaine, mais quelque part, j'ai parlé à ma manière de la passion !:) Quant au beau chevalier blanc, tu sais ce que j'en pense :p ;)) cela n'enlève en rien de la beauté passionnelle de ton passage de l'homme sauveur des désirs inassouvis :)) bon week end, bisous :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien n'empêchait d'écrire un texte sur la passion des timbres ou des oiseaux...
      Cela n'enlève rien a la beauté de ton chemin personnel ma chère Ava...mais comme disait ma grand mère, tout le monde a une place au soleil..

      Supprimer
  8. euh, çà se voit que mon cerveau est en mode off depuis ce matin, ma phrase est d'une lourdeur stylistique :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, elle était très bien ta phrase, j'ai tout compris. ;-)

      Supprimer
  9. Et parfois on se brûle...... Beau samedi. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait partie du jeu! Bon dimanche a toi...

      Supprimer
  10. Il faut toujours rêver dans la vie, sans ça la vie est bien triste ;)
    Le rêve c'est aussi l'espoir :)
    Bon week-end bises :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rêve, c'est vital pour garder les pieds sur terre tout en tutoyant les étoiles...Merci Laure de ton passage...

      Supprimer
  11. ah!!! j'espère qu’Hortense va réfléchir à deux fois!
    la raie au milieu et la petite moustache!
    il y a peut-être un juste milieu ......
    la moustache , mais aussi le cheval fou ,
    Pas de raie au milieu,
    mais des mains blanches de pianiste.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que si on pouvait faire un panachage des deux, ce serait pas mal...Moi je prendrais quand même le cavalier en rajoutant les mains de pianiste...

      Supprimer
  12. De jolis rêves d'amour...
    Bizzz Laure
    http://suivre-mon-etoile.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh amour sage contre amour fou...un choix difficile!
      Bises Laure.

      Supprimer
  13. Un joli texte "proustien", les rêves des jeunes filles en fleur... Le prince charmant n'est jamais celui dont elles rêvent et la raison les rattrappent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah le moment fatal ou le vilain mari tue le prince charmant, comme dit monsieur Nougaro...

      Supprimer
  14. M' inspire pas trop ton Henri ! Mais l' est coquette, l' Hortense, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus, il ne m'aurait pas inspirée si j'avais vécu au XIX siècle...coquette? Pourquoi? Parce qu'elle a des rêves fous? Ou parle qu'elle finit par se résigner à épouser son " beau parti"?

      Supprimer
  15. Que ce serait la vie sans ses charmants égarements...

    RépondreSupprimer
  16. Je crois que c'est bien vrai pour tout le monde, ce genre d'égarement. Mais la Raison veille au grain ! Sinon, ça déborde...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! L'éternel combat entre le cœur et la raison...parfois, il est bon que cela déborde un peu. L'essentiel est de ne pas se laisser submerger...

      Supprimer
  17. Il ressemble un peu à Hercule Poirot monsieur Henri non ?
    Faudrait juste que Hortense n'oublie pas de garder les coordonnées du Prince dans ses contacts , elle peut en avoir besoin un jour ... Et pas que dans ses rêves

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tes paroles sont empreintes d'une sagesse qui me laisse coite!
      Bises ma Jeanne!

      Supprimer
    2. Hercule poirot, oui, mais en plus mince...

      Supprimer


  18. Film : Un délicieux calvaire

    ILS dansent jusqu’à l’intense vertige
    Celui aux abords de leurs gouffres au goût de fruits rouge
    elle jusques à l’égarement
    lui en démentes fulgurances
    elle dans l’obsession d’un feu érotique

    Un délicieux calvaire.

    Lui en folie
    …Et elle, fusionnELLE



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi ne pas avoir participé au concours? Tous les mots y sont, et avec un brio incroyable...

      Supprimer
  19. ah le mythe du prince charmant et de son cheval blanc .....
    Cela ne fait pas de mal d'y rêver , allez Hortense , pars à la recherche de l'amooourr !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que tu as saisi la substantifique moelle de ma petite fantaisie...

      Supprimer
  20. dis-moi, à propos d'Henry... a-t-il des bras forts? hein?
    jolie histoire, à suivre j'espère

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une suite? Pourquoi pas...mais henri n'est pas spécialement un homme fort au sens premier...un genre de petit monsieur un peu frileux qui ne sait pas monter a cheval. Mais un bon parti, sûrement...N'oublions pas de replacer l'histoire dans le contexte des mariages arrangés...

      Supprimer
  21. Une évocation toute en douceur du gouffre qu'il y a parfois entre l'amour imaginé et la triste réalité. Car il est bien triste ce M. Henri avec sa petite moustache ridicule et ses cheveux gominés. L'avenir d'Hortense semble tout tracé : une petite vie étriquée, alors qu'il y a tant de passion dans son cœur. J'ose espérer que les mariages arrangés n'existent plus ici...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut espérer que non! Mais de toutes façons, les femmes finissent toujours par renouer avec leurs rêves de jeunes filles...merci de ce long commentaire.

      Supprimer
  22. Il y avait bien des façons d'aborder la passion amoureuse, et la tienne est imagée tout en restant de très bon ton, Célestine. J'ai apprécié ton texte une fois encore.
    Hortense & Henri, c'est une jolie association de prénoms.
    Prédisons leur une belle vie (sourires... ou soupirs !)
    Bon dimanche et bisous d'O.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je tente un commentaire. Blogger me refuse systématiquement ce plaisir depuis ce matin. Merci chère Soene pour tes mots. Je vois que tu ne me mets pas dans les égarements que tu n'aimes pas trop...
      En même temps, avec un texte promus tien, il y avait peu de risque de déborder les limites du bon goût...
      Bises

      Supprimer
  23. J'aimerai lire la suite, car Monsieur Henri, ... arrive ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La suite serait délectable malheureusement je ne peux
      Pas la dire et c'est regrettable...

      Non, je plaisante! La suite? Ils vécurent heureux et ils eurent beaucoup d'enfants...peut-être...

      Supprimer
  24. Et c'est monsieur Henri qui va bénéficier de tout ce que Lison ne pourra jamais saisir... ou alors il faudra qu'elle soit patiente et attende que le destin lui offre un peu de ces désirs bien légitimes... quand Monsieur Henri sera devenu Henri mon ennuyeux mari ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux dire Hortense, je pense...
      Lison n'est que la confidente, la suivante,nous somme au début du XIX siècle, ne l'oublie pas.
      Cela illustre-il bien ta théorie des mariages arrangés de jadis...

      Supprimer
  25. "C'est qu'un matin d'avril, un beau cavalier pâle,
    Un pauvre fou, s'assit muet à tes genoux !

    Ciel ! Amour ! Liberté ! Quel rêve, ô pauvre Folle !
    Tu te fondais à lui comme une neige au feu :
    Tes grandes visions étranglaient ta parole
    - Et l'Infini terrible éffara ton oeil bleu !"

    Arthur Rimbaud

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà en quoi réside le génie des poètes...on trouve toujours de soi dans leurs lignes. Mieux, on a l'impression qu'elles ont été écrites pour soi et pour soi seul.
      Avril? C'est aussi le mois de mon anniversaire....
      Merci pour ces belles lignes.

      Supprimer
  26. Croire quand on vous dit que vous êtes un prince....et savoir qu.en fait on n.est qu.Henri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne vous dévalorisez pas, cher anonyme. Le prince qui sommeille en vous se réveillera peut être un jour. Mais on a aussi besoin des Henri, je ne leur jette pas la pierre. Si l'on vous l'a dit, c'est que c'était vrai. Le cœur parle toujours plus sincèrement que la raison qui se fait une raison...
      En chaque homme ( et en chaque femme) il y a un peu des deux. Ensuite tout n'est qu'une question de feeling...
      Bien à vous
      ^^

      Supprimer
  27. Je suis passée, j'ai lu... et j'ai aimé.
    Des bises d'un dimanche après-midi très calme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir aime... Dis moi, c'est les vacances?

      Supprimer
    2. Oui, Célestine, les vacances sont arrivées... et je n'ai que la forcé d'hiberner. C'est terrible !

      Supprimer
  28. pour terminer dans mon theme blanc de la semaine passee: qu il est brulant le reve de hors piste de ces femmes d un autre temps mais rester sur la piste etait sans doute bien plus securisant et n empechait sans doute pas quelqueq derapages controles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes...le slalom et le hors piste sont des disciplines qui demandent de la dextérité...bien vue, Hélène, ta métaphore neigeuse...

      Supprimer
  29. Mam'zelle Célestine rivalise avec Maupassant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors la, oncle Dan, c'est le must du compliment...je suis rouge cramoisie...merci beaucoup!

      Supprimer
  30. Hum.... je me demande si nous ne sommes pas toutes des "Hortense(s)" qui s'ignorent (ou pas, d'ailleurs, parce que moi, je sais ;-))... j'en suis une !!!! )
    Bref... redescendons sur terre...
    à dans 15 jours.... entre temps, j'aurai peut-être rencontré un beau ténébreux ...
    hé... qui sait !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je te le souhaite, chère Teb, je te le souhaite...
      Je suis contente d'apprendre que tu es une Hortense au fond de toi, une femme qui rêve...

      Supprimer
  31. Mademoiselle Hortense...la jeunesse...quelle belle impression à le lecture de ton texte...quelle classe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, cher Mind, je suis heureuse que mon texte te plaise. Je ne c'est pas si c'est "la classe" mais en tous cas c'est comme toujours quelque chose qui est sorti de moi de manière spontanée...
      L'expression de vieux fantasmes enfouis?

      Supprimer
  32. moi, j'ai toujours aimé les bad boys, alors vraiment Henri... sans façon, il est tout à toi Hortense.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cavalier qui surgit hors de la nuit s'appellerait " bad boy" de nos jours...nous avons les mêmes valeurs, Berthoise, tu sais bien!

      Supprimer
  33. Henri Desterbecq26 février, 2013 21:03

    Un peu d'érotisme léger pour nourrir ses fantasmes. C'est subtil. Avantage de l'auteur de sublimer ses rêves. Je m'appelle Henri maij'ai dépassé la limite d'âge pour participer à tes rêves (82). Amitiés. dinosaure80.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dinosaure 82 alors? Mais voyons cher Henri, il n'y a pas d'âge pour rêver, vous le savez bien!

      Supprimer
  34. Juste un petit mot, un simple merci à quelques lignes écrites. Un peu de baume, un pansement. Pourquoi penser à soi lorsque l'on sait que d'autres y pensent ? D'autres qu'on aurait aimé ne pas faire souffrir.
    bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi? Parce que penser à soi, c'est penser aux autres. Et prendre le temps de regarder en soi-même, pour se demander s'il était bien utile de faire souffrir autant. Si cela apporte quelque chose de positif, si cela améliore les choses, alors oui, cela peut justifier une souffrance.Même si elle est terrible. Mais cela, c'est le point de vue de l'autre. L'autre qui n'est vraiment qu'amour pour admettre même une justification à sa propre douleur, et s'effacer, et se mettre entre parenthèse...Mais qu'en est-il de soi?Et si l'on se disait que les phalènes ne mettent pas la lampe en péril, mais qu'en éteignant celle-ci brutalement, on les fait mourir d'un coup? Pour rien.Peut-être se dira-t-on alors qu'une légère veilleuse pourrait en ranimer quelques unes...

      Supprimer
  35. Ah! Ce romantisme qui nous emporte ! Sorti de tes désirs enfouis sans doute, que l'on a tous,j'en conviens!Bien exprimé par ta plume qui rend ce texte si léger....Et les émotions si denses.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ethunelle. Ravie de te revoir par ici...je ne trouve plus le lien de ton blog. Tu me le redonnes?

      Supprimer
  36. C'est exactement ce que je désirais trouver lorsque j'ai tapé dans le moteur de recherche:"Cavalier m'emportant sur son cheval noir" !
    Je ne suis plus une jeune fille mais à 45 ans je continue à faire des rêves fou d'amour pour un homme que je ne connais pas mais avec lequel je correspond depuis quelques temps...
    Merci beaucoup pour ces mots si forts et si beaux...

    RépondreSupprimer
  37. Ravie d'avoir pu te faire rêver chère Guenievre. Et puis avec un tel prénom, la vie ne peut être que féerique... Bonne chance! Et reviens quand tu veux!

    RépondreSupprimer
  38. Ah! quel beau texte qui me donne des vertiges rien que d'y penser! Hortense serait-elle ainsi prête à être emporter serrée contre cet être mi-Dieu mi-homme sur son cheval dément, de landes échevelées en calvaires dressés sur un ciel d’encre ?
    Merci pour ce beau texte comme tu sais les faire;
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que c'est d'être une jeune fille romanesque...
      Toujours prête à suivre un beau prince pour une aventure...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.