dimanche 10 février 2013

Rupture







Je crois qu'il vaut mieux
S'aimer un peu moins
Qu'on s'aimait nous deux
C'était merveilleux
Ton cœur et le mien



C'était un grand feu
C'était une flamme
Jusqu'au fond de l'âme
Jusqu'au fond des cieux


C'était un programme


Très ambitieux.



Aujourd'hui le drame
Pour toi et pour moi
C'est que notre émoi
C'est que ce mélange


Du diable et de l'ange
De chair et de cœur
De rires et de larmes,
C'est que ce bonheur
Soit monté si haut
On a eu si chaud
Là-haut dans l'espace
Que le temps qui vient


Que le temps qui passe
Le tien et le mien,
Ne nous promet plus

A sa table ouverte
D'autres découvertes
Nous sommes tout nus...


On n'est pas déçus


On n'a pas déchu
Nous sommes honnêtes
Ni marionnettes
Ni comédiens



On sait qu'un mensonge
Parfois fait du bien
Mais celui qui plonge
Jamais n’en revient
C'est une autre vie
Il faut tout revoir...



...


...

On a été fous


On redevient sages
On a pris de l'âge
On s'est beaucoup dit
Très peu contredit
Nos rêves plafonnent
Le pied au plancher




Ils se téléphonent
Sans être branchés

Il faut être artiste
Jusqu'au bout des doigts
Pour sculpter des joies
Quand la chair est triste...


...



...



...




Pourtant je redoute
Donne-moi la main
L'endroit où la route
Part en deux chemins



Que nous allons prendre
Et, chacun le sien
Chacun va reprendre
Chœurs et musiciens...
Car nos vies s'arrachent


Nos corps se défont





Nos cœurs se détachent
Notre rêve fond.
On n'a plus de prise
On ne triche pas
Sur la neige grise
Chacun va son pas
On va décrocher
Au gré des caprices
D'un trop grand bonheur


Qui s'est amoché
Dont la cicatrice
Plus tard dans nos cœurs
Marquera la place
Car le souvenir
Va l'entretenir
Aviver sa trace
Avec en secret
L'immense regret


Que cette aventure
Ce moment parfait



Soit déjà défait
Et que rien ne dure.



Serge Reggiani




















La semaine dernière, ce cher Antiblues m'a gentiment taguée sur son billet "le musée des coeurs brisés"...Un drôle de musée où les gens apportent leurs souvenirs d'amours enfuies. Moi je ne sais garder que des mots...les miens, les siens, des lettres rangées au fond d'une boîte grise...ceux des poètes qui chantent les sentiments mieux que soi-même quelquefois...Rupture, ça rime avec blessure, fracture, déchirure. Ça fait toujours mal. Après, avec le temps, on s'habitue...Enfin, c'est ce qu'on dit...

48 commentaires:

  1. Difficile en fin de compte de répondre à ce tag , si personnel
    Vois tu , j'ai aussi essayé ... mais je ne peux pas publier , trop personnel
    rompre , c'est soi disant arrêter quelque chose
    mais si c'était simple de tourner la page

    balayer les sentiments , j'ai jamais su faire ça
    toi non plus , il me semble ?
    bisous d'un dimanche gris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, c'était un cadeau qui venait du coeur de la part d'Antiblues, et j'ai tenu à l'honorer. mais c'est vrai, ma plume ne se sent pas d'écrire toutes celles que j'ai perdues dans mes histoires successives...Non, je ne sais pas balayer les sentiments d'un revers de main. C'est la rançon des passionnés. Si on veut les hauts, il faut accepter les bas...

      Supprimer
  2. On ne tourne jamais les pages... On écrit à la suite, un long, long serpent fait d'une écriture plus ou moins serrée avec de çi de là des grands soleils, qui font oublier l'encre bien noire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhôôô la la , comme c'est beau ce que tu dis! Et c'est tellement vrai...

      Supprimer
  3. Le temps panse les chagrins d'amour, j'aime a repenser à l'un avec bonheur et revivre intérieurement cette adrénaline là de l'époque, le temps a effacé le chagrin. Mais écrire, non , j'aurai l'impression d'étaler mon coeur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Note bien que je n'ai rien écrit...J'ai juste effleuré un souvenir avec une magnifique chanson de Reggiani.

      Supprimer
  4. Il ne faut pas se priver d'une belle histoire au prétexte qu'on sait qu'elle va se terminer mal...
    Alors oui, ça laisse des blessures qui se teintent de nostalgie avec le temps... même si on a rien gardé de matériel.

    L'est drôlement belle la chanson !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, très belle. Tu vois, j'ai quand même réussi à honorer mon tag...

      Supprimer
    2. De rien , beau merle! Ça a un peu fait fuir mon lectorat.(trop triste...)
      Mais je suis heureuse que ça t'ait plu.
      Et puis, deux coms d'Antiblues sur le même billet, c'est mon record (pour l'instant!) ;-)

      Supprimer
  5. Ce qui m'étonne c'est que des gens donnent à un musée des souvenirs si personnels... J'aurais l'impression, si je devais me séparer de ce genre d'objets, de renier ce qui a été et qui demeure vivant en moi. Mais je sais que je ne suis pas du tout un homme de rupture ! Chez moi cette idée n'a pas de sens. Je reste "habité" par tout ce qui s'est passé de bon, oubliant peu à peu ce qui a pu être douloureux pour ne garder que le doux, le lumineux, le chaleureux, l'unique. L'essentiel. Je ne sais pas trop si je le fais par choix ou si ça se fait tout seul...

    Je garde, mais en même temps "j'oublie" que je garde et ce n'est qu'occasionnellement que je retrouve des traces, des objets, des mots. Je n'en fais pas usage mais je sais qu'ils sont là, quelque part et qu'ils reviendront de temps en temps donner corps aux souvenirs.

    Merci de m'avoir fait découvrir cette chanson que je ne connaissais pas :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une belle façon de gérer les ruptures, Pierre. Très optimiste, puisqu'elle ne garde que le bon," le doux, le lumineux, le chaleureux, l'unique"...J'ai un peu la même approche, il me semble que ma mémoire sélective ne retient que les bons souvenirs (mon fameux voile rose)
      Mais des objets, des traces, je n'en ai pas trop. A part les mots, comme je le disais. Je crois que j'ai gardé toutes les lettres d'amour de ma vie.Celles q'on m'a écrites, et celles que j'ai écrites.
      Il n'empêche que tout de suite après une rupture, on se sent fragile comme un oiseau mazouté.

      Supprimer
  6. Il est des ruptures où l'un veut détruire tout ce qui fut. Difficile alors de savoir où mettre le mot "fin" si l'on veut préserver quelques bons moments.

    La mort de "l'autre" est aussi une rupture, mais qui n'aura jamais de mot "fin". Un jour, on referme doucement le livre et il restera là au coin de la bibliothèque à prendre la poussière, ni délaissé, ni vénéré comme une relique. Juste présent parce qu'il a été. Sans déranger la résurgence de la vie.
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien l'idée du livre dans un coin de la bibliothèque.
      Mais tout dépend à quel moment l'autre meurt...Je connais un homme qui ne se remet pas de la mort de sa femme. Fauchée à 38 ans...pas facile.
      Il y a aussi les ruptures de relations en pointillés, ou secrètes. Encore pire, parce que l'on ne peut en parler à personne...

      Supprimer
    2. On doit manquer de réalisme sur l'impermanence des choses, des situations et des gens.
      Agir comme si les choses et les gens sont éternels en ayant pleine conscience de demain tout peut s'arrêter.
      la Camarde ne se laisse pas facilement apprivoiser.
      Dans la mort, l'âge est secondaire. Certes, c'est "injuste" de mourir jeune, mais le survivant a aussi plus de vie, d'énergie pour se récupérer.
      "Celui des deux qui reste se retrouve en enfer" disait Brel dans les vieux. Je crois que passé un âge certain, c'est le cas.

      Pour les relations secrètes, c'est assez particulier, surtout s'il reste un lien social avec "l'autre" et conséquemment l'obligation de maintenir des relations...
      Baci Ragazza

      Supprimer
    3. Sans doute l'idée de la mort est-elle tellement insupportable qu'on aime se faire croire, oh juste un petit peu, que l'on est éternel. Mais comme tu le dis, la façon la plus belle de vivre est encore de s'émerveiller chaque jour d'être encore en vie...

      Supprimer
  7. Tu as raison de rester pudique : ça ne se fait pas, d'exhiber ses blessures aux yeux de tous...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chez les Blogbos, vous êtes tous de grands pudiques, finalement, sous vos dehors bravaches.J'aime bien.

      Supprimer
  8. Chère maitresse,
    Nous, dans la classe, on ne comprend pas bien les histoires de cœur des grands. Nous on reste fidèles. On est là. On travaille. On écoute. On est parfois distraits. On se demande parfois pourquoi, pour les grands les choses ont l'air si difficiles. On se dit que quand on sera grands on fera les choses différemment. On sera plus habiles. On n'oubliera jamais celles qui nous font rêver et qui nous donnent des vertiges. On essaiera d'être délicats.
    Bon courage pour votre semaine...avec les petits.
    Le petit nouveau

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, petit Nouveau, que tu es gentil...Mais tu sais, tu es petit, tu ne sais pas ce que tu feras plus tard.Tu es si touchant. Tu crois que tu feras différemment...mais les passions humaines sont toujours les mêmes, et les blessures feront toujours aussi mal, les choses seront toujours aussi compliquées, et les hommes se débattront toujours dans les mêmes difficultés quand tu seras devenu un grand.
      Oui, n'oublie pas celles qui te donneront des vertiges, qui te feront rêver, et surtout, sois très délicat. Ce sont de bonnes résolutions qu'une maîtresse d'école aime entendre.

      Supprimer
  9. Serge Reggiani.... Un très bon chanteur.... et très belle chanson !! merci ! C'est Simone Signoret qui l'a poussé à chanter....

    Bises et belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a bien fait Simone! On aurait perdu gros! Quelle voix...il me fait littéralement craquer.

      Supprimer
  10. Je ne sais de quel tag il s'agit.
    Les mots d'amour sont éternels, ils sont à l'instant t le reflet des sentiments qu'on a pour l'autre.
    Avec le temps (comme dirait l'autre...) les sentiments disparaissent, les mots restent avec les souvenirs, ceux qu'on veut garder. Les autres, les douloureux on les rejette à l'océan, juste au moment où la vague va refluer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, ce tag, c'est Antiblues qui l'a proposé,et le plus drôle c'est qu'il t'a tagué aussi... (clique sur Antiblues dans mon billet...)
      J'aime l'image des mots douloureux que l'on rejette dans l'océan. On m'a dit un jour de les écrire sur une pierre, et de la jeter très loin dans une rivière...mais la douleur a mis du temps à s'en aller.

      Supprimer
  11. Rupture ou brûlure, il ne reste que les cendres de cœurs consumés.
    Ne pas aimer pour ne pas souffrir: impossible. Ne pas croire à l'amour, c'est ne plus croire en la vie. Ne pas oublier que si l'amour peut être un point de départ, il faut surtout que ce soit un point d'arrivée. Un but à atteindre.
    Mais se blottir dans les bras d'un autre, y trouver le réconfort en laissant apparentes nos faiblesses, sans calcul aucun, voilà "LA" chose de la vie incontournable.
    La solitude n'offre pas ce privilège.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bel hymne à l'amour partagé. On est bien d'accord. Le hic, c'est quand il est dissymétrique.(oups, ça rime!)

      Supprimer
  12. Et si la rupture était un acte de mise en liberté.....
    Bien au delà de la souffrance du rompre.

    Il est parfois des êtes qui rament dans une barque attachée au quai, où à d'autre bateaux trop ancrés pour bouger....
    rompre des amares est parfois nécessaire pour rejoindre son phare et trouver son Vendée-Globe personnel....

    On l'aura compris je suis un homme des ruptures libératrices des attaches parfois mortifères...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhâââ c'est beau, le Vendée Globe personnel. J'aime quand tu es positif comme ça, tu as entièrement raison.Et puis, je vois que tu connais mon faible pour les métaphores marines...alors oui, ça mérite réflexion. Il y a rupture et rupture. Par exemple on pourrait se demander pourquoi ça fait toujours moins mal quand on plaque que quand on est plaqué...(et ce n'est pas une métaphore rugbystique...)

      Supprimer
    2. Sacha Guitry disait que les blessures d'amour sont souvent des blessures d'amour...propre?
      Mais autrement, il n'y a pas toujours consensus sur la fin d'un amour. L'autre est parfois encore dans l'illusion.
      Baci

      Supprimer
    3. Sacha Guitry, c'est pas celui qui était contre les femmes? Tout contre?

      Supprimer
    4. C'est cela même.
      5 fois marié et copieusement cocu, il fut toujours incapable de rompre avant que l'infidèle parte.
      On le croyait misogyne alors qu'il se moquait de lui-même comme seul un Poissons sait le faire...
      Baci

      Supprimer
    5. Il devait bien avoir quelques arguments pour les attirer...

      Supprimer
    6. Ce n'était pas qu'il ait été beau, je l'ai vu car je viens de regarder "Si Paris nous était conté", mais quel talent et quel esprit.
      Pour la 5e comment résister lorsque le Maître dit de toutes vous êtes différente, elles ont été mes femmes, mais vous, vous serez ma veuve. C'est ainsi qu'il a séduit Lana Marconi.
      Sipario et Baci

      Supprimer
    7. Wouaou "Vous serez ma veuve"...c'est engageant! Il avait le sens de la formule.Tu m'as appris un mot en italien...Alors je tire le rideau, comediante, tragediante...

      Supprimer
  13. Insupportables les ruptures, me semble-t-il, avec le temps le vide se creuse un peu plus. J'ai l'immense chance d'être accompagnée par un être à l'amour véritable et grand, les ruptures se creusèrent à un autre endroit, à l'endroit de l'enfance, nourrissant l'abandon, thème très -trop- largement évoqué sur mon blog.
    Ravie de tes nouvelles Dame Célestine, pardonne ma négligence ...
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime assez l'approche d'Alain, en regardant le côté positif de la rupture comme acte libératoire... Très vrai en ce qui concerne les relations mortiferes de l'enfance...
      Négligence? Quelle négligence? Quand on sait pour quelle bonne cause tu t'es absentée... Mais je suis très heureuse de te voir revenue, et en bonne forme en plus, dame Zenondelle.

      Supprimer
    2. Je ne parlais pas en effet que des ruptures « amoureuses ».

      Supprimer
  14. Très jolie chanson...
    Bisous, Laure
    http://suivre-mon-etoile.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu triste, mais très belle, c'est vrai.
      Merci d'être passé, Laure.

      Supprimer

  15. "Rupture, ça rime avec blessure, fracture, déchirure", oui mais pas que... La rupture, tel une sculpture ou une peinture en confiture de mûres, peut être l'ouverture vers une nouvelle progéniture (!)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très jolie allitération...et d'un optimisme qui me ravit!

      Supprimer
  16. Beau et lent ce rythme qui déroule l'aime haut de Rupture de Reggiani, merci, j'ai aimé le lire ainsi.

    Moi aussi je suis ( j'ai cru ) monter très haut dans les nuages, pour avoir enfin today les pieds sur le plancher, heureuse de m'être envolée un peu pour mieux apprécier la terre ...

    Je t'embrasse Célestine !

    RépondreSupprimer
  17. Je ne connaissais pas cette chanson de Reggiani, donc merci.
    Suivant la période de jachère durant la lente résilience, surtout, surtout, ne pas faire porter à celle(s) du regain, l'anée* des rancunes, la charge des souvenirs
    ".....des (grandes)lèvres absentes,
    de toutes les belles passantes,
    que l'on n'a pas su retenir"...
    dixit G.Laloose spécialiste ès-rupture.
    * spicheul cruciverbistes (ou en français: spécial verbicrucistes).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as une façon très "spichel" toi, de citer le poème d'Antoine Pol.

      Supprimer

  18. Les lutins sont-ils passés dans la nuit ? Nouveaux atours en gris taupe et lilas mauve du plus bel effet. Nouvelle police. Nouvelle mise en page bien lissée comme le cahier d'un élève appliqué ! Oui, décidément, votre peau lisse ainsi mise en page est du meilleur effet ! Nous vaudra-t-elle quelques Interludes inédits ?...



    Pour lire Pol in extenso, c'est ici : http://nuageneuf.over-blog.com/article-pol-les-passantes-57585136.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le meilleur moyen de se sortir rapidement d'une situation c'est de faire peau neuve. C'est très symbolique,mais ça marche.
      J'irai lire Antoine Pol. J'avoue que je ne le connais pas très bien, à part les Passantes qui est quand même un chef d'oeuvre, il faut le reconnaître.

      Ici un interlude (pas) inédit...en attendant que l'inspiration revienne.

      Supprimer
  19. Quel talent, Célestine.
    Le coeur peut se briser de peine, mais il continue à battre quand même.
    Ton approche pour ce tag pas facile et très intime est remplie de pudeur, et ce duo Reggiani/Célestine en dit long...
    Mon Dieu, il y avait tant de temps que je n'étais pas venue chez toi ?...
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Soène, pour ce beau compliment.
      Il y avait quelques jours que je ne t'avais pas vue, et je suis heureuse que tu aies pris la peine de venir poser ton petit caillou...
      Non ,le tag d'Antiblues n'était pas facile.
      Le duo Reggiani/Celestine...tu me flattes!

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.