vendredi 17 juin 2011

Cap Horn


J'ouvre fébrilement la porte: les dossiers ont envahi mon bureau. Leur ombre menaçante se dresse jusqu'au plafond, occultant les fenêtres en une nuit glauque et opaque. Il en coule un jus noir, fétide, dégoulinant jusqu'au sol spongieux qui se dérobe sous mes pas. Les emails bondissent de l'écran d'ordinateur en poussant des cris de gremlins grimaçants, et se perdent dans l'innommable fatras. Je tente de les récupérer  à la pince à épiler, derrière une plante verte anémique, transpirant sous les néons blafards.Ils contiennent des dates butoir, des délais de rigueur, des formulaires B112 que je dois absolument récupérer, sinon la Reine de Coeur hurlera "qu'on lui coupe la tête!"


Voilà le cauchemar que je n'ai pas fait une seule fois au long de cette semaine noire. Pourtant, j'aurais pu le faire dix fois, mais j'ai décidé de ne pas me laisser entamer moralement par le boulot.  Parce qu'au final, il vaut mieux en rire. Les exigences de l'Administration confèrent tellement  à l'absurde! Comme si j'avais plongé au coeur du royaume d'Ubu, ou bien dans les méandres labyrynthiques du Meilleur des Mondes.
Avez-vous déjà vu ce passage d'Astérix et Obélixils cherchent, dans la maison-qui-rend-fou  le laisser-passer A38?

C'est par respect pour mes lecteurs que j'ai mis ce blog  en pause. A mon grand regret.
Mais ainsi, que je vous explique,  j'ai pu régler mes petites formalités sans être obligée d'aliter mes formes (ha ha!) et me voilà toujours vivante après 73 dossiers d'entrée en sixième, 10 heures de réunions, de concertation, d'organisation pédagogique, 3 heures de rédaction de projet "musique" , 4 rapports d'accident , le  bilan financier de l'année, les commandes de l'an prochain, la préparation du Conseil d'école, l'alerte incendie et le rapport de sécurité, les inscriptions des 63 nouveaux élèves, à raison de 10 minutes minimum par élève, la liste des travaux faits (et surtout à faire dans cette école vieillissante), la préparation de la fête, les répétitions de ma petite chorale, les dernières évaluations de mes élèves, les 30 bulletins de notes,  4 voyages scolaires à organiser, des centaines de coups de fil de parents inquiets, curieux, indignés, compréhensifs, angoissés, des rapports de réunion, des tableaux de pourcentage, sans compter tous les délicieux imprévus qui émaillent chaque journée,les petits bobos, les petits conflits, les pannes, les fuites, les chagrins, les disputes, les pères énervés, les mères surmenées, les crises de larmes des uns et les erreurs de jugement des autres. Et bien sûr, quelques ratons laveurs...
Je sais que certain(e)s d'entre vous apprécieront en connaissance de cause cet indigeste inventaire à la Prévert.
J'ai l'impression d'avoir passé le Cap Horn. Un mélange d'épuisement et de fierté, les poings serrés, crispés sur le bastingage, le visage  ruisselant de tous ces paquets de mer, et de l'écume du temps, mais à la fois une rage de vivre décuplée et une sereine jubilation.

Merci à tous pour vos mots et votre patience
Célestine

24 commentaires:

  1. je sais pas comment tu fais ... moi, je me serais noyée :) tu dors quand ?

    RépondreSupprimer
  2. Je dors par tranches de vingt minutes, comme sur les bateaux! d'où la métaphore...
    Nan, je rigole...Mais c'est vrai que les petites siestes réparatrices m'aident à tenir.Cela dit, je n'imaginais pas le mois de juin si terrible...

    RépondreSupprimer
  3. et tu as réussi à écrire cette note ? ;-)) Chapeau bas petite étoile ! ;-)) allez, bientôt les grandes vacs !:-)

    RépondreSupprimer
  4. tu tiens le bon bout..tu vois la terre!
    plus que quelques jours...courage!

    RépondreSupprimer
  5. ah oui être prise dans cette tourmente, essayer de maintenir le cap en sortir lessivée, c'est tout à fait ça!
    courage et bravo Célestine!

    RépondreSupprimer
  6. Bravo Capitaine ! Et maintenant, cap sur les plages tranquilles et dorées de Tahiti !

    (enfin, métaphoriquement, s'entend !) :~)

    RépondreSupprimer
  7. Bravo ! En connaisseuse , je te dis simplement bravo!

    RépondreSupprimer
  8. Oh la la, oh la la !
    Et tu ne parles pas des obligations familiales qui se greffent, forcément nombreuses en cette fin d'année.
    3 semaines...

    RépondreSupprimer
  9. Face au vent, le visage mouillé par les embruns (et les chagrins ?) Notre Célestine campée sur le gaillard d'avant (et quel gaillard !) Hurle dans la tempête : " administration ... Je t'emmerde !
    Et ça fait du bien nom de Dieu ];-D

    RépondreSupprimer
  10. Andiamo bien résumé!!!!! Mais pas de chagrin, seulement des gouttes de transpiration...

    RépondreSupprimer
  11. BERTHOISE bien sur il y a eu aussi l'orientation du petit dernier, le déménagement de la seconde, et le coryza du chat...

    RépondreSupprimer
  12. Imagine si tu t'occupais de quatrièmes rugissants d:^) !

    RépondreSupprimer
  13. Bientôt les vacances et un peu de repos et de vie en famille....

    RépondreSupprimer
  14. T'appelles ça des "petites formalités" ???
    Et bien, quel courage, comme le dit K.sonade, franchement, je ne sais pas comment tu fais.
    Bon week end ma douce.

    RépondreSupprimer
  15. Pourquoi tu as pas demandé un coups de main (enfin de main... j'me comprends !) à DSK ?
    il s'ennuie ce brave homme, depuis qu'il n'a plus rien à branler...
    (enfin j'me comprends)

    (c'était le commentaire nul du samedi...)

    RépondreSupprimer
  16. Et bé ! Mes mois de juin ne sont pas tristes mais à côté des tiens, moi, c'est un lac de montagne :-)
    Tu mérites des vacances... à la campagne ;-)

    RépondreSupprimer
  17. Whaa! ça donne pas de regrets d'avoir loupé le concours ;)

    Heureusement qu'il y a les grandes vacances... c'est juste et mérité!
    Bisous :)

    RépondreSupprimer
  18. Chaque phrase de ton texte m'évoque bien des choses... sauf la partie administrative dont je ne me mêle pas. Vite les vacances...

    RépondreSupprimer
  19. C'est un métier de forçat que tu fais ! Contrairement à l'instit uteur, le prof de philo vit le mis de juin comme une fin apaisée et moins besogneuse, les cours sont finis et ce sont les élèves qui travaillent seuls ...
    Amitiés
    Zénondelle

    RépondreSupprimer
  20. Oh la la, que de souvenirs!! et comme je suis reposée depuis que je n'ai plus de fin d'année à boucler! mais quelle joie quand on a tout fait et bien fait. Félicitations madame la directrice!

    RépondreSupprimer
  21. suis encore en plein dedans , mais ça vient..le bon temps bien long sans repères , et alors.... à bientôt!

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour, Celestine.
    je ne trouve même plus le temps de venir lire les blogs des copines, toute accaparée que je suis par mon forum des Françoises et de Thomas Fersen.
    Tu te souviens de ce que tu m'avais suggéré , au sujet de notre histoire, à Thomas et à moi ?
    J'y songe toujours, tu sais. Si ça doit se faire, je penserai à toi... Mais seulement si Thomas accepte l'idée, bien sûr.

    j'espère avoir ta visite là bas, un de ces quatres; dis le moi, si tu viens lire.
    je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  23. Aaaaaaahhhhhhh ! Les nombreuses heures passées en réunion... alors que l'on serait si bien ailleurs (avec les élèves, ou en train de préparer nos cours !).

    RépondreSupprimer
  24. Une longue série de misère qui auront eu au moins le mérite de nous donner quelques belles lignes d'écriture.
    Maintenant les vacances ! Profitez- en bien ...et rapportez nous de belles pages !

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.