jeudi 20 août 2009

les ombres s'allongent imperceptiblement

Le mois d'août flamboie sur les collines, la canicule broie toute envie de bouger le petit doigt. Les soirées s'étirent moites et sereines.
Et pourtant, quelque chose a changé dans le jardin: la lumière de l'après midi est plus ceci, moins cela...difficile à expliquer, on voit bien que la table n'a pas bougé, il y a toujours autant de feuilles sur le figuier, et pourtant l'ambiance n'est plus la même, et on se prend à évoquer septembre comme une réalité qui s'approche.
Et puis on s'aperçoit que les gyneriums pointent timidement leurs premiers plumeaux annonciateurs d'automne, et que les ombres, imperceptiblement se sont allongées, celle du cyprès de Florence vient maintenant nous lécher les pieds quand on s'allonge sur la chaise longue, alors qu'il y a un mois elle était ridiculement petite, comme un manchon autour du pied de l'arbre.
Et là, d'un coup, on se dit que les vacances peut-être bien, ont une fin, même pour les instits qui, comme chacun sait, en ont beaucoup trop, et de beaucoup trop longues...

9 commentaires:

  1. Et le soleil se couche de plus en plus tôt et se lève de plus en plus tard, ce grand fainéant !

    RépondreSupprimer
  2. Plus longue est l'ombre, mois les rayons du soleil sont nocifs, paraît-il !!
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  3. rire
    Tu sais il y aura toujours des gens pour jalouser les autres, mais ces gens là ne voudraient pas faire ce que vous faites.
    Votre métier est l’un des plus nobles.
    Qu’il y a-t-il de plus beau que d’apporter le savoir aux générations futures ?
    A mes yeux c’est un sacerdoce.
    C’est aussi un métier bien difficile et je vous admire pour le faire avec tant d’abnégation.
    Laisse parler les langues de vipère.
    Moi aussi je vois avec amertume les vacances s’étioler, elles ne seront bientôt plus qu’un souvenir mélancolique…
    Mathéo

    RépondreSupprimer
  4. ooh mon commentaire a disparu dans la cybersphère. Super poétique et tout et tout mais en résumé, je te souhaite des derniers jours sereins, CARPE DIEM, comme on disait chez moi, et une excellente rentrée: une instit telle que toi la mérite :-)

    RépondreSupprimer
  5. wouaouh! merci les amis pour tous vos encouragements, grâce à vous il m'a semblé que le soleil brillait davantage sur les gyneriums.
    Bises à tous
    Célestine

    RépondreSupprimer
  6. J-pas beaucoup... les insomnies (re)commencent ici ... signe annonciateur de rentrée plus encore que l'ombre du cyprès chez toi...

    RépondreSupprimer
  7. Le jour où j'ai arrêté de faire des rêves d'école fin août, je me suis dit qu'enfin, j'étais arrivée à un certain contrôle de la situation qui s'appelle l'expérience (doux euphémisme pour désigner la vieillerie). Mais je ne dis pas que ça ne m'arrive pas, de temps à autre, de ne pas dormir en pensant à la classe...Je compatis donc avec toi, du plus profond de mon âme
    Bonne journée chère F
    Célestine

    RépondreSupprimer
  8. Je suis TZR... je ne sais pas à quelle sauce je serai mangée dans 10 j : lycée ? Lycée pro ? collège ? EREA ? Mystère et boule de gomme... Bon, depuis le temps j'ai fait le tour des situations et ne peux avoir de surprises mais quand même un léger trac...

    RépondreSupprimer
  9. je comprends!
    moi je vais avoir un élève handicapé à la rentrée, et j'ai aussi le trac.
    Bises
    Célestine

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.