mardi 22 mars 2022

Nonante-neuf








Hier, c'était l'anniversaire d'Odette. Souvenez-vous, je vous l'avais présentée, il y a deux ans. La plus charmante des vieilles dames que je connaisse. Odette est née à l'équinoxe de printemps, en l'an de grâce 1923. L'année où Bernard Clavel est né, et Gustave Eiffel est mort. L'année où a débuté la fameuse « affaire Seznec » toujours pas élucidée...
Si elle était belge, on aurait dit : « Elle fête ses nonante-neuf ans. » J'aime ce mot. Les sonorités en sont douces. Plus douce qu'en français « de France »…
Depuis deux ans, Odette a traversé toute cette gabegie, les confinements, les interdictions, les injections, les injonctions, avec le même sourire. Résignée sans être triste. En prime, elle a même contracté « la maladie à la mode » comme elle l'a qualifiée avec son flegme tout britannique. Et elle est toujours là. Souriante. Heureuse.

Ah, Odette, quel est donc ton secret de longévité ?
 Ta bonne humeur ? Ton extraordinaire philosophie de la vie, faite de gratitude et de joies sans prétention ? Ton esprit pétillant ? Ta capacité d'émerveillement ? Ta spiritualité humble et joyeuse ? Ou ton petit verre de vin de noix pour fêter la vie à chaque occasion ?
Hier- t'en es-tu rendu compte? - c'était le premier jour de ta centième année. Tu as apprécié d'être entourée de ceux qui t'aiment. Tu as fait honneur au repas, simple et raffiné, tu as ouvert tes cadeaux, tu étais joyeuse comme on l'est à dix ans, quand tes yeux ont brillé devant « ta » bougie. Une grosse bougie scintillante remplaçant les quatre-vingt-dix-neuf qui n'auraient pas toutes tenu sur le gâteau. 
Tu as eu l'air d'avoir vingt ans quand cette cliente du restaurant s'est écriée en te voyant :
 « Comme vous êtes belle ! »  
Elle avait raison. Tu as tous les âges en même temps. Et tu es belle parce que tu connais le secret de l'Essentiel. Laisser glisser sur soi les choses sans importance, comme on s'ébroue après la pluie. Et savoir dire merci. Longtemps. Toujours. Souvent. 
Merci !


•.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸☆



59 commentaires:

  1. C'est toujours un bonheur de rencontrer de telles personnes. J'en ai une dans mon immeuble : nonante-sept ans, aimable, bon pied bon œil, qui conduit encore sa voiture et se met du bleu au bord des paupières. Elle aussi elle est belle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une vieille dame telle que j'aimerais en devenir une...
      J'en avais fait jadis un billet...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. C'est certain qu'il en sera ainsi, ce sera "merveilleux"!
      Mon seul regret, c'est que je ne serai plus là pour le voir.

      Supprimer
    3. Arrête, tu vas me faire pleurer, mon Boss. Je suis une sensible, moua ! ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Ah, savoir dire merci dans un monde du ayant droit, mais du moindre devoir, c'est tout un art.
    Coquette Odette (rime) :) c'est un crève-cœur de vous savoir à l'étroit dans une si petite pièce, vous qui débordez d'énergie.
    Heureusement, vous êtes entourée de vrais amis ;)
    Doux anniversaire Odette, gros bisous à partager avec Célestine :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sa petite chambre lui était surtout pénible quand elle était confinée dedans.
      Ça va beaucoup mieux désormais, puisqu'elle peut sortir comme elle le désire...
      Bisous chère Julie, merci pour elle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Connaissant son environnement, force est de constater que si Odette est belle, c'est aussi grâce à toi, à lui, bref à vous deux qui prenez soin d'elle, qui la recevez, la soutenez, la stimulez et "l'entretenez" intellectuellement. Vous êtes le terreau de son troisième âge (3 X 3) + (3 X 3) = 99 . Tu sais mieux que quiconque Célestine que l'Amour est un humus de choix qui ne peut mener qu'à l'apanouissement. Bises printanières.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ton calcul savant.
      Et pour ce qui est de l'humus fertile de l'amour, tu ne saurais trouver plus belle image.
      Une image de jardinière...
      Allez, on croit au printemps !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Elle a de l'allure, mamie !
    Et elle n'a pas "perdu la boule", c'est évident.
    Un chouette cauchemar du COR, cette dame... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Purée, j'ai dû aller voir ce que c'était que le COR (aux pieds)
      Ça donne froid dans le dos, toutes ces projections. J'aime pas trop qu'on statue sur notre sort avec l'empathie d'une calculette...
      D'ici que les propos fictifs d'Aurore Bergé soient pris au sérieux...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Je suis venir voir qui avait nonante-neuf ans.
    En fait, nonante-neuf, c'est du français de Belgique et de Suisse. Huitante-neuf, ça se dit uniquement en Suisse, mais c'est aussi du français.
    😀
    Maintenant, puisse ma remarque ne pas gâcher votre journée car si c'est un bonheur de connaitre des personnes comme Odette, c'est aussi un bonheur de venir vous lire.

    Merci pour ce bel hommage et bonne journée à vous et à vos lecteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai corrigé, madame Chapeau. Merci pour cette précision, je m'étais mal exprimée.
      Votre remarque a embelli ma journée.
      Je suis toujours contente de vous voir ici, vous le savez.
      D'autant que vous vous faites rare !
      Merci à vous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Le huitante helvétique devient octante en Belgique et un dérivé d'octante est encore utilisé en France pour ne pas dire qu'une personne est quatrevingtsgénaire... :-)
      Salutations à Mme Chapeau e baci per te

      Supprimer
    3. D'après ma propre expérience, en Belgique, on dit « quatre-vingts » mais ça n'a pas d'importance.
      Merci à Dame Célestine pour la correction et bonne journée à vous deux.

      Supprimer
    4. Ah bon, j'étais persuadée que les Belges disaient Octante...
      Ce doit être un effet de l'uniformisation européenne ... ;-)
      Des bises, madame Chapeau.

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    6. Si on ne dit pas octante, on dit octogénaire mais je suppose qu'en France aussi, on dit ça...
      Bien à vous.

      Supprimer
    7. Allez, je vais mettre tout le monde d'accord: en Belgique on dit "quatre-vingts", en Suisse Romande "huitante" et "octante" est totalement désuet.
      Voilà. Dixit une Belge dont la soeur vit en Suisse ;-)
      Bonjour chez vous

      Supprimer
  6. Les secrets de la longévité que tu mentionnes avec des points d'interrogation, ils me semblent être l'essentiel de que j'ai vu voir vivre chez ma belle-mère qui s'est arrêtée à 95 ans. Et pourtant elle a dû traverser de lourdes épreuves, la guerre, le décès tragique de deux enfants, la mort prématurée de son mari. J'ajouterai une sorte de force déterminée du vivre. Il émanait d'elle une énergie contagieuse. Je crois qu'elle a transmis cela à sa fille qui partage ma vie et dès lors ma gratitude envers ces deux femmes est intense et permanente.
    Il est des personnes avancées en âge dont on ignore que tout cela qui cependant réside toujours en elles. C'est pourquoi on préfère les parquer « en EHPAD. « Tu verras, tu seras bien ! » Comme chantait Jean Ferrat.
    Certes c'est parfois une nécessité… mais pas toujours…
    En revanche, un grand merci pour ton billet et ton engagement auprès d'elle. Toi aussi tu sais perpétuer et demeurer porteuse de vie et des vivants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La force du vivre.
      Tu trouves toujours de belles expressions, et très justes.
      En tout cas, celle-là qualifie aussi bien Odette que ta belle-mère.
      L'énergie contagieuse, elle la possède, et sans me vanter, je pense la posséder, à titre personnel, et je crois, en effet, que les gens m'apprécient pour cela.
      C'est pourquoi, m'entourer de personnes qui vibrent de la même façon me semble la meilleure manière de la cultiver. J'aime tellement vivre !
      Odette a la chance d'être dans une structure moins stressante et moins triste qu'un Ehpad, et puis c'est de son propre chef qu'elle a décidé de s'y installer, quand elle a compris qu'elle ne pouvait plus vivre seule dans sa maison. mais je crois que sa force vient aussi de ce qu'elle est très bien entourée.
      Merci pour ta dernière phrase, mon Babar.
      Bises émues
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Odette ressemble à ma maman qui j'espère fêtera, elle aussi, un jour ses nonante-neuf ans ! Bel hommage à cette jolie dame et aux chiffres belges....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta maman doit être une bien belle personne, petite miss.
      Je lui souhaite de tout coeur d'y parvenir.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Quel beau billet Célestine. Bravo à cette merveilleuse personne belle comme un nouveau printemps car elle se sent bien entourée.
    C'est un bien joli hommage pour Odette :-)
    Bisous printaniers

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Odette Printemps...Ce nom lui irait comme un gant.
      merci Denise, ma chère rêveuse.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Savoir vieillir est tout un art.
    Comme le disait avec malice le dernier centenaire de mon village de Suisse: Pour devenir centenaire,il faut beaucoup de patience.

    Odette, c'est le prénom de ma marraine qui était aussi de 1923, partie à 95 ans de n'avoir pas supporté la mort de son fils.
    Que la vie préserve Odette temps qu'elle en a envie.

    Ti bacio Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il avait beaucoup d'humour, le centenaire de ton village...
      Et il est vrai que la joie de vivre, ça conserve.
      Les gens torturés du ciboulot font rarement de vieux os. Et ne parlons pas des gens négatifs...Quelquefois, ils deviennent vieux, mais après avoir empoisonné tout leur entourage 8
      Bref, vive l'humour.
      Mille baci caro
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Merci Odette de nous réapprendre à dire "merci". Et merci à toi Célestine de nous montrer que la vie peut être belle à tous âges. Si on le veut bien. Bises alpines reconnaissantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A la fin de la journée, après le restaurant, les cadeaux, les bougies, elle n'arrêtait pas de dire
      « merci ! merci ! » Et quand elle a vu que cela me faisait sourire, elle a rajouté : « je ne sais plus dire que cela...»
      Ça m'a émue, ma frangine. Au plus haut point.
      Bises en retour
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Elle est très belle, Odette. Il émane d'elle une infinie douceur mais aussi un sourire coquin et complice. Par ce billet, par tes mots, tu lui rends un très bel hommage. Elle me fait penser à ma tante Rose qui s'est éteinte il y aura six ans en août mais qui était la bonté même, qui aimait tant la vie et qui adorait rire et plaisanter.
    Merci de ce si joli billet, Célestine. Bisous de fin de journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse d'avoir eu « l'autorisation » de publier sa vraie photo.Et mon canapé par la même occasion ;-) ;-) ;-)
      Elle est bonne comme le bon pain, dit souvent son fils en parlant d'elle...
      Merci pour tante Rose, et pour toutes les adorables vieille dames qui nous font du bien.
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Ah, Célestine, il faut que je t'avoue avoir quelques doutes sur un éventuel « secret de longévité » qui, s'il existait, pourrait bien être rendu inopérant par moult maladies et désorganisations internes, quelles que soient les prédispositions morales et philosophiques, éventuellement additionnées d'une excellente hygiène de vie mentale et physique.

    La vie étant par nature injuste, je crois plutôt à la chance d'Odette et de tous ceux qui vivent très longtemps en bonne santé et/ou avec une vivacité d'esprit intacte. Mais je te suis totalement avec chacun des ingrédients que tu fais suivre d'un point d'interrogation : assurément, en faire usage ne peut que rendre l'existence plus gaie, pour soi et pour l'entourage. Et ça, ce n'est peut-être pas un secret, mais assurément une recette de vie heureuse :)

    Merci pour ce récit revigorant.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi il faut que je t'avoue que j'aimerais voir le jour où la pensée cartésienne et la conscience de l'infiniment subtil se mettront enfin d'accord...
      On peut penser en effet que les maladies proviennent d'une loterie parfaitement aléatoire, et donc injuste.Mais ce n'est qu'un postulat.
      On peut aussi penser que la vie n'est pas injuste, mais simplement parfaite dans son organisation et son équilibre. Et que ce sont les hommes qui ont introduit les déséquilibres, et tous les maux qui s'ensuivent. Les maux de l'âme, et leurs corollaires, les maladies.
      Mais là n'est peut-être pas la place d'un tel débat philosophique. Quoique, je suis sûre que tu aimerais cela ;-)
      Merci en tout cas pour ces remarques enrichissantes, comme toujours.
      Je t'embrasse moi aussi, cher Pierre
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Aussi belle qu'un enfant cette dame là ! Je lui envoie tout mon amour. kéa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a cette fragilité et cette fraîcheur des enfants, en effet.
      c'est fou quand on pense à tout ce qu'elle a traversé.
      Merci ma Kea. Je suis sûre qu'elle a ressenti toutes ces ondes positives à son égard.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Il y a tant d'amour du "vive les femmes" et de la vraie vie dans tes billets que les autres et toi, eh ben, c'est que du bonheur !

    (Je devrais avoir honte de ce commentaire de kleptomane ! Eh ben même pas !) ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je trouve que c'est la preuve d'une lecture très attentive de mes petits « libellés » appelés
      « tags » sur certains blogs...
      J'aime bien libellé, ça fait libellule.
      (Je devrais avoir honte de cette réponse d'évaporée...)
      Bises cher Oncle Joe
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Soixante, septante, octante, nonante, cent,....

    Peu importe l'âge auquel on parvient, l'essentiel ou plutôt le formidable c'est lorsque nous sommes encore capables par notre prestance, notre dynamisme de provoquer ce cri du coeur " Que vous êtes belle, que vous me semblez beau...".
    Odette est merveilleuse en cela.....

    Telle était Mme MARTIN , voisine de Marguerite ma mère : partie dans son 105 ème printemps cette femme faisait l'admiration de tous comme Odette. Nonante neuf fut son âge limite de conduite : elle renonça alors sagement à utiliser sa voiture .
    Dans ses 2  à 3 dernières années elle sortait aux alentours hardiment avec son déambulateur pour faire ses courses.
    De manière très avisée elle avait organisé son maintien à domicile jusqu' au bout en adaptant son appartement au fur et à mesure de sa baisse de mobilité....
    Je suis sûr que, comme Odette elle laissait de côté tout ce qui n'en valait pas la peine.....

    J'ai toujours cru que mon frère cadet était de cette trempe : petit tout semblait glisser sur lui...... Mais je m'étais largement trompé : en fait très tôt il a été hanté par des fantômes que j'ignorais.

    Mais Odette est formidable en cela aussi : savoir accorder d'importance aux seuls vrais moments heureux de la vie,  et vivre intensément.

    Bravo à toutes les Odettes que nous connaissons.

    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces personnes-là donnent beaucoup d'espoir et d'énergie autour d'elles.
      Et nous avons vraiment besoin de cela, dans ce monde.
      Merci pour tes mots cher Petrus. Une fois de plus tu fais mouche...
      Douces pensées
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Dame Odette semble avoir tiré le bon numéro, avec un sourire malicieux faisant contrepoint aux ronchons de service.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si on considère la vie comme une loterie, alors oui, on peut dire ça... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Derrière la coquetterie du sourire, qui saura la volonté , chaque matin convoquée ,pour s'extirper du creux du lit ?
    Tels, Clo, si jeune et éphémere fiancée de l'été 42 , qui par son irréfragable humanité n'a eu de cesse , à sa modeste mesure , de porter secours , et promue 80 ans plus tard par sa vétérinaire, " mère " d'accueil pour chats à socialiser ...
    Robert ,même millesime , au terme d'un parcours humaniste de chef d'entreprise( jamais aucun de ses salariés ne s'est retrouvé sur le carreau , tant il faisait jouer la solidarité entre entreprises quand les marchés manquaient )vif au volant de sa Fiat abarth 500, qui , pour continuer à se baigner dans le Léman , a seulement fait ajouter deux barreaux à l'échelle de son Zodiac, parce que la poussée d'Archmède ne suffisait plus à la traction de ses bras sans muscles...

    Croyez moi, l'un et l'autre me l'ont dit il y a peu.
    Aussi ce miracle du consentement à l'aube , n'empêche pas la félure des ces rassasiés de jours dont l'intêret au monde ne s'est pas démenti , mais que toute notre tendresse accompagnante ne porte plus assez...
    Je leur dédie mon admiration et me culpabilise de quelques unes de mes impatiences.

    Merci célestine de venir le dire à la suite de ton texte , pour ne pas oublier un jour qui ils furent , par ailleurs bien plus que ce que nous en savons .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des rassasiés de jours...L'expression est assez terrible. Il me semble, quant à moi, que je ne serai jamais rassasiée de la vie. Mais certes, je n'ai pas 99 ans...
      Merci pour ton témoignage, Lucile.
      Clo et Robert sont assurément de belles personnes, à n'en pas douter.Quelle chance de connaître de tels êtres...
      Quant aux impatiences, tant que nous en avons c'est que nous sommes jeunes encore !
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Chère Cėlestine , cette formule récurrente dans la Bible était à mettre en lien avec la volonté convoquée..
      Quant aux impatiences éprouvées
      elles sont de même nature que celles qui nous prennent, quand parents, nous nous irritons envers nos enfants maladroits..
      Oui c'est une chance et parfois une tristesse pour leur intime solitude...
      La grande longévité de mes proches aînés m' a enseigné tout cela.c'est aussi un cadeau de la vie au regard du grand âge
      trop souvent délabré.
      A la vita !
      Je t'embrasse

      Supprimer
    3. Chère Celestine,
      Je t'avais répondu ce matin et mon commentaire n'apparaît plus ��
      " Rassasiés de jours " est une formule récurrente ds la Bible, et elle n'est pas triste.
      Elle était à mettre en lien avec la volonté convoquée chaque matin.Qui dit bien l'effort pour vivre ....
      Nombre de mes proches aînés ont atteint un très grand âge.
      Quand j'écris les impatiences dont je me culpabilise cela relève de celles qui nous prennent quand nos enfants sont maladroits,lents , chiffonnés...
      Alors se réjouir de les avoir encore vifs quand tant d'autres n'en finissent pas de se désagréger dans les Epahd...
      Oui c'est une grâce et une tristesse pour leur intime solitude , en même temps.
      Je t'embrasse ��

      Supprimer
    4. Chère Celestine,
      Je t'avais répondu ce matin et mon commentaire n'apparaît plus ��
      " Rassasiés de jours " est une formule récurrente ds la Bible, et elle n'est pas triste.
      Elle était à mettre en lien avec la volonté convoquée chaque matin.Qui dit bien l'effort pour vivre ....
      Nombre de mes proches aînés ont atteint un très grand âge.
      Quand j'écris les impatiences dont je me culpabilise cela relève de celles qui nous prennent quand nos enfants sont maladroits,lents , chiffonnés...
      Alors se réjouir de les avoir encore vifs quand tant d'autres n'en finissent pas de se désagréger dans les Epahd...
      Oui c'est une grâce et une tristesse pour leur intime solitude , en même temps.
      Je t'embrasse ��

      Supprimer
  18. Un âge fort respectable, une très belle dame et un sourire à la fois plein de malice et de sagesse. Parfois ça fait peur de vieillir, mais quand on voit telles personnes on est tout de suite rassuré. Transmets lui nos pensées et compliments, et merci à toi de lui avoir fait une place ici.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lui transmettrai, avec grand plaisir !
      C'est vrai qu'elle donne beaucoup d'espoir, quand on la voit comme cela.
      Merci ma belle

      Supprimer
  19. Odette a traversé un siècle pas toujours facile...Et là voilà toujours calme et souriante.....Mais elle avait trouvé le secret du bonheur: accepter ce que la vie lui a proposé sans acrimonie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est en effet la base de la sagesse…
      Accepter ce que l’on ne peut changer, et changer ce que peut ne pas accepter.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. 99 bougies de soufflées dans une forme à couper le souffle !
    99 années de bouclées dans une journée aussi légère qu 99 ballons qu'on laisse s'envoler.
    Un billet de plus où tu rends hommage à une belle personne.
    Le secret de la longévité ? Eh ben, justement, c'est un secret ! Laisser glisser sur soi les vétilles en est sûrement un ; y en a aussi sûrement plein d'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 99 ballons… ouh la la tu me ramènes 49 ans en arrière !
      Que de souvenirs dans un simple air de musique…
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Heu, tu t'es trompée de dix ans !

      Supprimer
    3. Heu, tu t'es trompée de dix ans !

      Supprimer
    4. C’est cet idiot de portable qui a écrit n’importe quoi 😃

      Supprimer
  21. Elle est encore jeune Odette sachant que l'on peut vivre jusqu'à 120 ans comme Jeanne Calment qui adorait son verre de Porto rouge et son carré de chocolat. Et paraît il, on pourrait vivre jusqu'à 150 ans...A suivre...
    Il va falloir avoir beaucoup d'imagination pour alimenter son blog.
    Donc Odette a de beaux jours...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Envisage sous cet angle j’ai à peine dépassé le tiers de ma vie ! C’est réjouissant en ce matin neigeux !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Ma mère était déjà vieille de 45 jours quand Odette est née. Elle-aussi a fêté, cette année, ses nonante-neuf ans ou, comme on dit chez nous, l'indigeste "quatre-vingt-dix-neuf ans", chiffre que l'on a toujours beaucoup de mal à expliquer à l'étranger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Souhaitons lui de pouvoir fêter ses cent ans !
      Bises chère Euterpe
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. Merci Célestine pour ce petit clin d'oeil à la Belgique dans le titre. J'ai encore ma grand-mère de 91 ans chez qui je passe presque tous les jours. Avec des services à domicile, elle réussit à vivre seule dans sa maison depuis le décès de mon grand-père à 90 ans en 2020. Son secret ? Joie de vivre, non car elle est devenue assez mélancolique depuis qu'elle n'est plus autonome. Mais par contre, elle a toujours une grande volonté. Ses projets ? Faire bien ses séances de revalidation en espérant pouvoir remarcher seule (mais c'est utopique je pense), continuer à vivre dans sa maison où elle habite....depuis 1937, et y décéder.

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.