mardi 24 novembre 2020

Auscultation

Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ;
Un trouble s’éleva dans mon âme éperdue ;
Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler ;
Je sentis tout mon corps, et transir et brûler.
Je reconnus Vénus et ses feux redoutables,
D’un sang qu’elle poursuit tourments inévitables.

Racine, Phèdre I, 3







Auscultez-moi, Docteur.  J'éprouve depuis quelque temps de petits picotements, là. Est-ce grave ?
- Voyons mademoiselle Célestine...Ces picotements vous grattouillent-ils, ou plutôt vous chatouillent-ils le bulbe rachidien ? 
- Vous n'y êtes pas, docteur. C'est beaucoup plus bas ! Du côté du poumon... là, voilà, nous y sommes. Au niveau de cette chose qui bat, là, dans mon caisson.
- Le coeur ? Ah oui, je sens en effet comme une légère tachycardie printanière... On dirait un murmure d'abeilles.  Avez-vous de la fièvre ?
- Une fièvre brûlante, docteur ! Et des frissons par tout le corps...
-Vos yeux se brouillent-ils ?
- De larmes d'émotion, oui.
- Vous êtes essoufflée aussi, je pense ?
- A bout de souffle, bien souvent. Comme estomaquée.
- Par manque d'oxygène...
- Que nenni ! De grosses bouffées d'air pur qui me coupent littéralement la respiration, vous voulez dire ! des vagues de sentiments débordants qui m'envahissent... Mon plexus qui se gondole.
- Des courbatures ?
- Plutôt une sorte de frétillement permanent de mes extrémités, une tension, un tremblement.
- Une perte de sensation ?
- Oh non, au contraire, je sens, j'hume, je regarde, je goûte, je touche tout avec bonheur !
- Perte de l'appétit ?
- Au début, sans doute un peu...Mais je suis une gourmande invertébrée, et je dévore désormais avec délices et orgues !
- Pas de doute...Vous êtes atteinte d'un mal étrange et pénétrant;  j'ai mon idée, mais ne nous prononçons pas hâtivement...... Faisons le test. C'est indolore.
...
...
...



- Alors, docteur, ce test ? Un résultat ?
- C'est bien ce que je pressentais : vous êtes positive.
- Ah oui ! Une vraie positive, docteur ! Je le sais, on me le dit souvent. Parfois même on me le reproche.
- Les idiots... Vous souffrez en fait d'une forme aiguë du virus le plus répandu de la planète. On l'appelle le syndrome de Vénus, ou encore le Cupidovirus.  Symptômes diffus, variables, souvent forts. Incubation incertaine. Guérison aléatoire, parfois spontanée. Peut s'emparer d'une personne à n'importe quel âge. Jambes qui flageolent, joues empourprées, mains moites et pieds poites...
- Des contre-indications ? 
- Pas que je sache. Vivez de toute votre âme. Profitez de toutes vos forces. Battez de tout votre coeur jusqu'à la chamade.
- C'est douloureux ? 
- Seulement quand ça s'arrête, alors, ne soyez pas pressée.
- Pas de remède donc ?
- Ce virus, fillette, est le seul qui soit en même temps un remède. Contre à peu près tout. Un véritable vaccin contre l'ombre, l'ennui, et la morosité ...C'est pourquoi l'on parle sans le percer jamais vraiment, du mystère de l'amour. 
- J'en ai pour la vie ?
- Je l'espère pour vous, jeune dame... N'oubliez pas que la vie est la première maladie mortelle sexuellement transmissible. Alors...Allez, courez, volez et nous vengez de la peur, du froid, du manque d’amour...
Aimez donc ! Tout le reste est lie, et ratures.

•.¸¸.•*`*•.¸¸


68 commentaires:

  1. Fuyez ce cabinet médical et vivez votre virus!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les docteurs aimeraient sans doute être consultés plus souvent pour ce genre de symptômes...
      Mais les marchands de pilules seraient moins contents !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Une bien jolie maladie, positivement !
    Je me ferais bien contaminer, un petit bisou ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi un seul ? Des grappes, des myriades, des papillonnades de petits bisous.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Jolis, la maladie comme l'écrit.
    C'est toi sur la photo ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Et bien sûr ! Ne reconnais-tu pas ma silhouette altière et alanguie à la fois ? ;-)
      En pleine méditation devant la mer, un vol de nuages passant au loin...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. Bien sûr Candide que c’est elle
      Et son charme incandescent.
      :)

      Supprimer
  4. J'aime Phèdre !
    Toi aussi bien sûr et
    Tu écris très bien ces tourments qui t'assaillent
    Tous ces tourments t'empêchent de livrer bataille
    A celui qui t'occupe depuis quelque temps
    Au point que tu le laisses prendre de bons moments
    A te regarder rire, aussi te voir bouger
    Et puis se demander comment il va t'aimer

    Bon, c'est le matin, alors je me réveille aussi, ne sois donc pas trop exigente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore Phèdre.
      Et j'aime beaucoup ta petite poignée de vers, qui loin d'être de mirlitons, sont un hommage brillant à l'amour, qui est, à n'en pas douter, exactement ce que tu en dis : regarder vivre, rire, bouger la personne aimée, et puis se demander comment on peut l'aimer...encore plus !
      J'aime bien ton humeur du matin.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Vivre et ressentir les tourments de l'amour, quelle belle sensation, profites-en Célestine, la vie est si courte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De bien doux tourments, je le confirme.
      Et un pied de nez un peu appuyé à la sinistrose...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Ah ! le CoronnaVénus !
    Viens vite, contamine-moi de tes « gestes manières »
    refaisons une cure de Kalins.

    Et quel texte splendide et qui fait tant de bien.
    Vite ! À la sécur'
    dans la nomenclatur'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Et quel texte splendide et qui fait tant de bien. »
      Ah, mon ami, vraiment, quel bel alexandrin.
      J'en suis toute ébaubie et je tombe des nues
      En termes plus chatiés j'en tombe sur le cul...

      Signé Zazie (dans le rétro)
      Bises joyeuses
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Chère Angel Baby, que voilà un bulletin de santé réjouissant. Vis, Miss W., vis! Mais je te fais confiance. A très bientôt. Kisses from the bench.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vis je vis ...My dear friend from the bench.
      I wrote a letter for you. Did you receive it ?
      Big kisses.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Va, Célestine, va, vis et profite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais, je cours, je vole et je sais profiter
      Avec un tel blanc-seing, je ne peux que voler.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. J'ai eu peur ! mais je te reconnais bien là, Célestine, tes mots à double lecture....,
    Merci pour ce plaisir du mât-teint !
    Profite belle Âmie "sans lie ni ratures".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La ficelle était grosse et le plaisir facile
      Mais je suis comme ça, j'aime me rendre utile
      Et dispenser aux coeurs un peu de joie futile

      Supprimer
  10. Vénus !? Parlons-nous de la même ? La planète amoureuse, la planète à l'envers sens dessus dessous, où le soleil se lève à l'ouest et se couche à l'est ? Il y a un mont, si je me rappelle, j'en faisais l'escalade quand j'étais jeune. Au sommet je plantais un bouquet, avec des lys. Je n'ai plus le temps désormais, ni les jambes, je jardine et nettoie le mur de granit rose, qu'envahissent les nombrils de Vénus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ça ? Tu me ferais croire que tu es vieux,
      Toi qui sautes à pieds joints dans les flaques du temps ?
      Qui danses dans les prés et allume des feux
      Aux ailes des lucioles, et joues avec le vent ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Les médecins disent qu'au bout de quatre ans environ les symptômes s'amenuisent, et qu'il faut attendre une cinquantaine d'années pour qu'ils laissent place à un mal moins brûlant mais tout doux et soyeux qui se nomme"tendresse" Allez, courage Céleste, je te souhaite de ne jamais guérir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les docteurs sont vraiment des idiots patentés
      Ils pensent que l'amour se met en équation...
      La tendresse et l'amour sont à jamais liés
      Le jour et l'amitié, la nuit et la passion.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Joli virus dont on ne se lasse pas, mais ne vas surtout pas donner le lien de ton blog à Pfizer ou Moderna, ils seraient capable de faire un vaccin et que Véran le rende obligatoire...
    C'est que c'est subversif l'Amour, ça tue le commerce des ersatz, ça rend heureux sans avoir besoin de consommer et ça rend hermétique à la stupidité.
    Les amoureux n'ont besoin de personne et c'est la porte ouverte à la déprime pour les politocards qui disent vouloir faire le bonheur du peuple, sans lui demander son avis.
    C'est un virus qui n'est jamais assez contagieux car c'est si bon de l'attraper.
    Toute la félicité que je peux espérer est que tu n'en guérisses jamais.
    Molto baci Cara e ti voglio bene.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime ton dernier voeu, il me remplit d'une aise
      Que tu ne peux imaginer mon doux ami
      Et là je m'aperçois de cette rime en « aise »
      Oups ! me dis-je en moi même, c'est une rime hardie...

      Molto baci anche
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Quelle est cette crainte qui t'habita
    Quel besoin de visiter Carabin
    Quand ce noble sentiment ta vie occupa
    Et que nuits et jours devinrent divins ?

    A cette question je ne sais qu'une raison :
    Le mal à dire était si émouvant
    Que son transport exigeait vive contagion
    Et que seul  praticien dirigerait ce courant

    Heureux sommes nous toutes et tous
    D'être ainsi branchés au courant de l'Amour
    Par tes écrits magiques et sans secousse
    Tu nous inities au bonheur à ton tour.

    Sois en remerciée

    Bises reconnaissantes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petrus, poète et baladin, tu as compris
      Combien ce carabin n'était qu'une façon
      De donner une base à mon nouvel écrit
      Afin que d'exprimer ma délectation...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Bonjour Célestine,
    voilà une maladie qu'on souhaiterait plus contagieuse...
    Comme tu en as bien décrit les symptômes...
    Gros bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, quoi de plus facile, quand on l'éprouve en soi
      Que de décrire un mal plus doux que de la soie ?
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Magnifique texte Célestine. En lisant tes mots, j'ai souri et je souris encore. Profites de ces doux moments, c'est merveilleux.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Te voir sourire, et t'extasier, douce rêveuse
      Est un plaisir subtil pour qui est amoureuse ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. Quand le coeur palpite, faut consulter.
    Il m'a l'air bien ce docteur "Vivez de toute votre âme" Voilà un bon médicament
    J'espère que c'est remboursé par la sécu?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si cela ne l'est pas, il le faudrait dare-dare
      Car c'est un mal bien doux, qui fait du bien à l'âme
      Bien plus que ces poisons des praticiens de l'art
      Tous ces apothicaires qui vendent de la came.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Mais oui!! Aimer, aimer la vie, aimer les autres, aimer son amoureux, aimer l'inconnu, l'inattendu.....Vibrer, s'émerveiller, frissonner.
    En lisant ton texte, j'ai pensé au docteur Knok !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y ai pensé aussi, bien sûr, et mon hommage
      Se cachait (oh, si peu) derrière ces deux mots:
      Chatouiller, grattouiller, cette célèbre page
      de l'oeuvre de Romains est dans tous les cerveaux !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Oui, l'Amour est le meilleur virus qui puisse exister, personne ne lui résiste (sourire).
    Sois heureuse, Célestine, et continue à semer de l'Amour autour de toi comme tu sais si bien le faire.
    Bonne fin de soirée, et une douce nuit. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je sème l'amour comme d'autres les fleurs
      Et plus que la tempête et le vent qui détruisent
      Je préfère sourire et choyer mes lecteurs
      En leur faisant un peu oublier cette crise...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Y'avait pas un certain Michel qui a mis cette maladie en tube, il y a quelques décennies d'ici ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle surprend l'écolière sur le banc d'une classe
      Par le charme innocent d'un professeur d'anglais.
      Elle foudroie dans la rue cet inconnu qui passe
      Et qui n'oubliera plus ce parfum qui volait.
      ;-)

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  20. Je suis assez heureux que tu aies contracté une forme aigu du cupidovirus. Belle forme de cas contact ! Les radiations, quel que soit le niveau d'irradiation, ne sont pas mortelles, c'est même tout le contraire. Un booster de vie à la puissance infinie.
    C'est presque mathématique. Il ne suffit que de te lire pour comprendre.
    L'incubation est parfois immédiate, les bouleversements qui s'ensuivent sont considérables ; figure toi, que, outre les palpitations cardiaques, chaque millilitre de sang qui y est pulsé, est porteur de milliard de bulles d'un gaz mystérieux aux vertus euphorisantes qui se répandent dans tout le corps et le fait rayonner. Le plus, c'est que ce rayonnement se voit à l'extérieur, et, comme le chantait le fils de Françoise Dolto, l'amour, c'est tout bizarre, l'amour ça rend les laids beaux ; alors les belles ...!

    Je suis certain que sur toi, la différence entre l'avant et maintenant doit être plus que frappante.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Il ne suffit que de te lire pour comprendre. »
      « Un booster de vie à la puissance infinie.
      Voilà de beaux alexandrins ! Et à tout prendre
      Je préfère Carlos à ces bonnets de nuit
      Qui viennent constamment nous jouer les Cassandre

      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. L'amour, une douce maladie dont on ne veut pas mourir.
    Une délicieuse fièvre, pas nécessairement présente en permanence, mais qui récidive pour notre plaisir.
    Ton texte est un bonheur d'humour et d'amour.
    La félicité des amis me fait du bien.
    Bises en comprimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon texte est un bonheur et d'humour et d'amour
      Dis-tu pour me combler, et j'en suis très touchée
      Car mon but est atteint : j'ai fait dans le velours
      Quand tant d'autres nous plongent dans la morosité...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. Comme c'est mignon, l'adolescence sans les portes qui claquent. Des bises joyeuses

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bon de ranimer sa folle adolescence,
      Les émois de jeunesse et le plaisir des sens.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. Ah... Phèdre la grande amoureuse ...que vous la citiez en exergue, cela ne m’étonne point de vous. Vous êtes de la même trempe, fougueuse, passionnée, et vous utilisez à votre façon le vocabulaire médical dont nous sommes abreuvés jusqu’à la nausée en une délicieuse pirouette espiègle.
    Quel bonheur c’est de vous lire !
    Quand je vous dis que vous êtes merveilleuse ...
    Ne changez pas.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez tout compris : tourner l'actualité
      morose et détestable, pour en faire un poème
      Voilà ce qui vous sied, et voilà ce que j'aime
      L'espièglerie n'est pas ma moindre qualité !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  24. Je souffre, je souffre, JE SOUFFRE AUSSI! Il nous faut une maison médicalisée par chère Célestine! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'il est bon de souffrir ainsi, douce frangine
      C'est, à n'en pas douter, bien meilleur qu'une angine !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  25. Quelle curieuse maladie n'est ce pas qui peut nous tomber dessus n'importe quand n'importe où et à n'importe quel âge. J'ai beaucoup aimé ton texte, ça fait du bien de sourire et de savoir que ça va bien finir.
    Je te souhaite effectivement d'en avoir pour la vie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu de fantaisie ne nuit pas, c'est un fait
      Et j'aime en disperser mes lignes et mes phrases
      Quand je sais mon public heureux, et à la fête
      Je me dis que sourire, vraiment, c'est la base !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  26. J'ai reçu de ça il y a bien longtemps, une notification d'exonération du ticket modérateur pour cette maladie...c'est mon affection de longue durée à 100%

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu ma Cathy !
      Excellente réponse immunitaire de tes cellules !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  27. Je rêve ou tu as répondu à tout le monde en faisant des vers ?
    Tu me donneras le nom de ta potion magique ?
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'ami Alain X qui m'a donné l'idée
      Ayant pondu un magnifique alexandrin
      Tu sais que j'ai ces vers dans la peau chevillés
      Je me suis fait plaisir à versifier un brin.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. Parole d'iatrophobe, il m'a l'air très bien ce docteur !
    Soigne-toi bien ou plutôt non : soigne-nous bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Soigne-toi bien, ou plutôt non : soigne-nous bien »
      Sur deux vers, cher tonton, un seul alexandrin...
      Iatrophobe, certes, mais pas illettré !
      J'attendais un quatrain, en toute vérité...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  29. Quel brio! Même au niveau des réponses!
    Cupidon a l'art et le malin plaisir de toucher deux cibles avec une seule flèche. Visiblement il a fait deux merveilleux heureux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cupidon, sans nul doute, a fait mouche en nos coeurs
      Et je vis chaque jour un insolent bonheur !
      Merci de ton passage ô marie la fidèle
      Je te souhaite le meilleur en ribambelle.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  30. Si les gens étaient un peu plus atteints de ce virus-là, ils auraient moins peur de l’autre...
    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est d'une logique imparable.
      Bisous chère bestiole
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  31. Comme c'est joli!!! Comme tu as l'air heureuse et comme c'est gai à lire un tel bonheur!!! Bisous

    RépondreSupprimer
  32. En temps normal, je te dirais que j'aime ce virus, mais "c'est douloureux ? seulement quand ça s'arrête"...
    Joli texte, sinon. :)

    RépondreSupprimer
  33. Mais comme ce texte est beau et comme il fait du bien. Si on pouvait inoculer ce virus, je pense que tout le monde serait volontaire mais ....

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.