mercredi 28 novembre 2018

Trois bons petits diables


Photo du net





Trois adorables petits diablotins. 
Ils bougent dans tous les sens, expriment leur vitalité par de grands cris perçants de souris en train de se faire poursuivre par un chat. Batailles de jambes et de bras, hurlements, mouvements désordonnés, et du bruit, beaucoup de bruit.
Un petit supplice attendrissant certes, mais pénible pour mes oreilles délicates...et pourtant, le métier d'instit, et la fréquentation des préaux par temps de pluie,  m'ont donné une certaine endurance aux décibels. 
Une jolie fratrie de garçons très « vivants », écarts d'âge dans un mouchoir de poche, qui investissent tous les interstices de l'espace sonore, et dont la mère me confie que parfois le soir, elle est morte de fatigue et ne sait plus comment gérer ce trop-plein d'énergie.

C'est une erreur commune, dans notre monde agité, que de confondre énergie et hyperactivité.
L'énergie est une puissance concentrée au creux du ventre. Elle se cultive justement en dehors des mouvements désordonnés du corps, par la respiration, la méditation et la connexion profonde aux énergies cosmiques et telluriques. Tous les yogis, tous les aïkidokas, judokas et autres pratiquants d'arts martiaux le savent. Tous les élèves japonais ou chinois le vivent au quotidien.
D'où vient que, de nos jours, on assimile énergie et agitation ? Le mot clé de cette étrange croyance éducative s'appelle « le défoulement ». On pense qu'un enfant qui se dépense physiquement sera plus calme. On bourre leurs emplois du temps de ministres d'activités censées laisser s'exprimer leur énergie. En réalité, il n'en est rien. Au lieu de la convoquer, ils la dilapident comme des graines semées dans l'eau. 
Essayez de faire se concentrer des enfants sur un problème de mathématiques, au retour d'une récréation, par exemple. Et vous, essayez de dormir le soir, juste après une séance d'aérobic ou une partie de tennis. Ou de vous concentrer sur une partie d'échecs. 
 Comme je l'ai toujours fait, j'ai pris ma guitare, et les trois petits diablotins ont stoppé leurs batailles pour écouter la musique, en calmant peu à peu leurs petits corps tendus comme des élastiques. Le silence a pris une qualité extraordinaire, avec les notes glissant doucement sur le crépitement du feu, les respirations se mettant progressivement en résonance jusqu'à l'unisson. Le courant vital s'est remis à circuler.
« J'aurais adoré être un de tes élèves » m'a dit un ami quand je lui ai raconté l'anecdote. Vous savez quoi ? Ça m'a touchée, et sans fausse modestie, je pense que moi aussi, j'aurais adoré être une de mes élèves.

 •.¸¸.•*`*•.¸¸☆




73 commentaires:

  1. Coucou. L'hyperactivité et son corollaire, les médocs pour calmer. Foutaise! Tu parles des enfants. Mais quand on est adulte, c'est la même histoire. On court partout et quand on revendique un tant soit peu de calme, de rester tranquille un WE ou pendant une soirée, les gens ne comprennent pas. Ah bon? tu es malade? non, je ne suis pas malade mais j'ai besoin de calme et pas de devoir courir partout pour faire un tas de trucs qui ne me font pas du bien, juste pour la bienséance.
    ...
    Bises alpines frangine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demande depuis longtemps pourquoi on a décidé (il semblerait une fois pour toutes) que nous devions courir tout le temps...Et c'est vrai ce que tu dis : il y a une certaine culpabilité à ne rien faire...
      Comme si on devait attendre d'être malade pour se poser.
      Heureusement, nous connaissons le prix de cette course folle : un jour, on frise le burn-out et on arrête.
      Et alors quel bonheur !
      Bisous frangine des alpes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  2. Le bienfait de la musique, de la voix , pour canaliser cette énergie éparpillée, ou contre les coups de blues, la douleur, la musique a vraiment de belles propriétés.
    Bises musicales
    Mathilde **

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma douce, oui je sais que tu sais de quoi on parle...
      La musique adoucit les moeurs disaient nos ancêtres. Elle soigne aussi, quand on a le cafard.
      Et surtout, elle recharge en énergie positive, et ça, c'est bon !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  3. Quelques notes de musique sur un fond de silence et tous les diablotins du monde se font sages et écoutent la terre et le ciel frissonner

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très joliment dit, Marie.
      J'aime écouter, moi aussi, la terre et le ciel frissonner. ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  4. Voilà qui me conforte dans l'idée que vous êtes quelqu'un d'exceptionnel. Vous allez secouer la tête avec force pour me dire que je flagorne. Mais entendez-le, une bonne fois. Vous avez beaucoup de valeur et vous ne le savez pas assez. Même si votre conclusion me porte à penser que vous avez progressé dans ce domaine.
    Continuez à exprimer cette confiance en vous, elle est nécessaire et importante.
    Bon je suis un peu hors sujet, mais pas autant que cela, finalement, non ?
    Bien à vous précieuse amie
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, vous n'êtes pas hors sujet, cher Lorenzaccio. Vous êtes même carrément dans le vif de mon sujet, celui qui m'anime depuis des mois, des années: avoir confiance en moi, en mes capacités, moi qui suis un être de doute perpétuel... Heureusement, plus j'avance, et plus j'ai envie d'y croire.
      Merci de tout coeur de cette piqûre de rappel bien agréable.
      Bien à vous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  5. Moi aussi j'aurais adoré que tu sois l'institutrice de Clément. Quant à moi, nos 20 ans d'écarts m'ont privé de tes services !!!
    Tu te souviens du palindrome ? Le mot appris par Clément lundi dernier. Il a été déçu puisque lorsqu'il en a parlé à sa maîtresse (son prof de français puisqu'il est dans une école occitane) ce mot magique n'a eu aucune portée. Elle lui a dit : "ah oui, c'est bien" et est passé à autre chose. Elle était en train de leur apprendre l'imparfait des verbes principaux, elle avait autre chose de plus important à faire...c'est ce qu'on lui a dit pour lui faire avaler la pilule ! Finalement, après nous avoir regardés pour voir si on plaisantait ou non, et devant nos mines sérieuses, il a laissé tomber lui aussi et on est passé à la dégustation des crêpes qu'il avait largement sucrées ! lol Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mariejo !
      Pauvre Clément...En effet, il a dû être déçu. Je connais bien ce genre de déception, et j'ai toujours eu à coeur de ne pas décevoir un élève qui s'intéresse. C'est tellement important pour lui, à ce moment-là, qu'il ne peut pas comprendre que les adultes n'accordent pas la même importance que lui à la chose qui l'intéresse à l'instant T.
      Mais les crêpes sucrées ont sans doute un pouvoir consolateur exceptionnel... ;-)
      Bisous et transmets en un à Clément de ma part.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Heureusement, il est à un âge où les activités sont tellement nombreuses qu'il n'a pas le temps de s'appesantir sur celles qui sont déjà du passé ! Hier soir, nous sommes allés le voir, il jouait au tennis, en championnat, dans la série 11/12 ans, il n'a que 10 ans et ne pèse pas bien lourd, ils gagné en 3 sets, dehors, dans le froid, en s'amusant comme il fait d'habitude. Il aurait pu gagner plus facilement, mais il papillonne et s'amuse au lieu de se donner à fond. Le champion des amorties et des coups slicés ! Trop marrant. Il a fait tourner en bourrique son adversaire, plus âgé que lui. Le pauvre gosse pleurait à la fin du match. Oh bazar de... lol

      Supprimer
    3. ...Casserole !
      Dis-le, ça me fait tellement rire !
      Et puis j'imagine très bien ce petit surdoué de la balle jaune...
      Bisous ma belle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  6. Hélas, je ne voudrais pas faire d'infidélité à la mienne (tu te rappelles : http://presquentrenous.canalblog.com/archives/2008/04/23/8922985.html ). Pourtant, c'est bien tentant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, comment ne pas me rappeler ce si délicieux texte, qui me fait fondre comme un fancy fair à la fraise... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  7. Le bonsoir Dame Céleste. J'aurais tant aimé avoir une instite ! Hélas, je n'ai eu droit qu'à la férule d'un curé franquiste pendant trois ans pour apprendre le catéchisme. Obligatoire sous ces latitudes. Là s'arrête mon expérience scolaire.
    Tiens, tout autre chose, j'ai repris le clavier aux Cailloux. On ne peut pas rester éternellement en-dehors. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh quelle bonne nouvelle cher Rod !
      J'en suis bien ravie et je cours de ce pas lire ta prose...
      Un curé franquiste ? Bigre ! devit pas rigoler tous les jours, le bougre !
      Bises célestes
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  8. Bonsoir Célestine,
    tu es douée pour calmer les gamins.
    J'ai lu quelque part qu'il y avait plus de décibels dans une cour de récréation que ce qui est admis dans pas mal d'usines...
    Bises,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que les décibels d'une cour d'école avoisinent l'avion qui décolle...et on n'a pas de casque anti-bruit...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. PS : merci Mo, pour ta première phrase, et grosses bises belle jardinière !
      (j'avais cliqué « entrée » un peu vite.)
      .¸¸✿

      Supprimer
  9. J'ignore si ce billet donne le ton de la « Nouvelle Célestine », mais en tout cas j'ai beaucoup aimé.
    Notamment ce que tu dis à propos de la confusion entre énergie et hyperactivité (que j'appellerai ici plutôt suractivité).
    Je te rejoins tout à fait sur l'énergie en tant que potentiel.
    J'insisterai sur le fait que ce potentiel n'est pas la corne d'abondance perpétuelle. Et que si sa capacité de recharge est très grande, à force de tirer sur ce potentiel plus que de raison on s'épuise parce qu'on l'épuise.
    Bon, je te paraphrase quelque peu, (les graines semées dans l'eau) mais ce point me semble tellement important… que bis repetita n'est pas toujours inutile…
    Car ce que tu dis est aussi valable « pour les grands ». Combien d'adultes se vivent sur le mode de la suractivité, et pas seulement dans leur vie professionnelle. Comme si agir sans cesse, et agir encore, leur était nécessaire pour contourner leur intériorité, leur profondeur, là où justement réside l'énergie vitale.
    C'est bien triste de passer ainsi à côté du bien le plus précieux dont on dispose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nouvelle Célestine ? Je ne sais pas...je crois que je glisserai peu à peu vers autre chose, en douceur.
      En tout cas, merci d'avoir aimé.
      j'ai tellement travaillé sur mon énergie vitale intérieure, que c'est devenu pour moi comme une seconde nature, ou peut-être, mieux, ma première nature profonde.
      Impossible pour moi de vivre sans méditer, contempler, et ajuster mon pas à mon rythme intime.
      J'ai compris que c'était le bien le plus précieux dont je disposais.
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. L'hyperactivité n'est pas de la suractivité.
      Dans l'hyperactivité, il y a un dysfonctionnement dans la partie frontale du cerveau. Le centre de régulation est trop paresseux et ne maîtrise plus rien.
      Pour ceux qui choisissent un traitement chimique pour que leurs mômes cessent de faire des vagues, la Ritaline est une amphétamine... C'est un sur-excitant pour une personne "normale" et un calmant pour un hyperactif. Ca n'a donc rien à voir avec une suractivité d'origine sociale, économique ou éducative.
      Si l'hyperactivité et de plus en plus invoquée, c'est que la bouffe et les pollutions provoquent ou accentuent cette affection.
      On peut citer (entre autres) l'exposition aux hyper-fréquences numériques et les colorants alimentaires (E 1..) que l'on trouve à la tonne dans la bouffe ciblée pour les mômes.
      On peut apprendre à gérer l'hyperactivité avant qu'elle débouche sur des troubles du comportement et de la violence.
      Lorsque ce n'est pas le résultat de pollutions, l'hyperactif est aussi surdoué et autiste, dans des proportions variables pouvant laisser à penser que le triptyque n'est pas complet.

      Mais, ceci dit, il y a aussi assez souvent un abus de langage dans ce domaine.

      Je t'en serre cinq et des baci pour la taulière

      Supprimer
    3. C'est un peu horrifiant mais je pense que c'est vrai: la nourriture et l'air qu'on respire sont néfastes pour le cerveau.
      Les sodas, les phosphates, les sels nitrités et autres joyeusetés...Ah la la...Pauvres gosses !
      Je n'aurais pas dû parler d'hyperactivité, en effet, mais d'agitation, de surexcitation, de frénésie, de turbulence anormale...
      Baci caro mio
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  10. J'aurais adoré être là. La musique adoucit, mais pas que ça, elle fait beaucoup plus. Tu as sûrement initié des vocations.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je le crois. Je sais que des élèves ont voulu avoir une guitare ou commencer la musique après être passés dans ma classe.
      Même chose pour l'astronomie...
      Bisous cher Patrick
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  11. C'est drôle, ce n'est pas la première que nous traitons ensemble le même sujet ! Ils en ont de la chance ces bambins de pouvoir t'écouter. On dit souvent que la musique adoucit les mœurs. Dans mes cours de yoga, je propose souvent à mes élèves un morceau de musique pour conclure la séance( musique planante si possible!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma prof de yoga utilise aussi les musiques de relaxation en fin de cours.
      Le silence et la musique douce font bon ménage dans l'harmonie et la sérénité...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  12. Se concentrer sur une partie d'échecs ? Mais je ne fais plus que ça ! Je sors du championnat du monde où je n'ai pratiquement rien compris !

    Et donc je suis d'accord, vive la guitare ! Il ya des morceaux qui résistent mais onnn'est pas battu à plate couture par des gens... aussi teigneux que vous ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que la partie d'échecs te parlerait...
      Voilà un jeu qui demande une concentration d'énergie mentale absolument fabuleuse...
      Et ce n'est pas en s'agitant dans tous les sens que l'on peut gagner. déjà qu'en se concentrant, c'est super dur...
      Pour la guitare, c'est quand tu veux qu'on se fait un boeuf (oui je sais, je me répète)
      Bisous cher oncle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  13. Magnifique Célestine d'avoir apaiser cette fratrie frénétique par des notes de musique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Suzame. Les vieux réflexes sont revenus...
      ce n'était pas en classe, ils n'étaient que trois, c'était le week-end, mais j'ai retrouvé des sensations formidables.
      Bisous belle d'âme
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Je l'ai déjà écrit. J'ai des "Musiques Ressources", des musiques que j'écoute quand j'ai besoin d'apaiser mon âme. Je crois en le pouvoir des notes enchantées, des sons de chaque instrument de musique, pour parler au profond de chacun d'entre nous.

      Supprimer
    3. Je crois aussi à ce pouvoir de la musique. J'en fais l'expérience chaque jour...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  14. Je partage entièremet ton avis sur l'emploi du temps de nos chères têtes blondes. Tu as gravi il y a peu l'échelon pour atteindre le statut de grand mère. Crois moi, ce n'est pas de tout repos et , sans vouloir t'inquiéter, je crains que sous peu, l'effet surprise calme mélodie guitare, ne les attire moins que le vacarme des baguettes sur une batterie hard rock

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sous peu ? Je pense avoir un peu de marge avant que Sibylle ne m'emmène dans un concert rock...une petite quinzaine d'années ?
      En attendant, j'essaierai de l'initier aux joies de la musique calme... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  15. Ah les fois où je me suis retrouvée les bras liés au dossier de ma chaise d'écolière!!!
    Ma fille a eu plus de chance en primaire: les enfants étaient libres de bouger, et quand ça menaçait de devenir incontrôlable, la maîtresse les amenait à bailler via une méthode de tapotement des joues imparable!
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, je connais cette méthode !
      Quand tu dis: les enfants étaient libres de bouger, tu veux dire de s'agiter dans tous les sens, ou simplement comme je le faisais dans ma classe, de changer de place de temps en temps, pour aller chercher un livre au coin bibliothèque ou de se rendre aux toilettes quand ils en avaient besoin ?
      ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Evidemment pas de faire n'importe quoi mais de circuler, oui, aller chercher une fourniture en fond de classe, un bouquin... Et ils travaillaient beaucoup par petits groupes, debout ou assis au choix, discutant, confrontant leurs opinions, apprenant à écouter l'autre surtout, mais spontanément! J'ai eu plusieurs fois l'occasion d'assister à ce "spectacle", c'était assez passionnant! Et étonnant comme l'instit récupérait leur attention à la demande! Quand il fallait, tu entendais une mouche voler! :-)

      Supprimer
    3. C'est exactement comme cela que je travaillais dans ma classe...
      Et effectivement, je n'aurais pas pu concevoir autrement les rapports entre mes élèves ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  16. "C'est une erreur commune, dans notre monde agité, que de confondre énergie et hyperactivité."
    Amen !

    RépondreSupprimer
  17. Oh ! Il arrive aussi à des grands de les confondre, tu sais...

    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais je sais cher Aldor...c'est un peu le travers de notre société en général...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  18. Je me demande quand on a décidé que les enfants n'étaient plus "turbulents" mais "hyperactifs" ?
    Parce que tout de même, "l'enfant sage comme une image" n'est pas qu'un rêve de parents ou d'instit.
    Pour ce que j'ai constaté, il suffit de les intéresser pour qu'ils prêtent une attention soutenue pendant assez longtemps.
    Après, pour laisser déborder l'énergie emmagasinée, il y a les récrés et les squares.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout le problème réside dans le « comment les intéresser ? » ...
      C'est tout l'art de la pédagogie...
      Mais je crois que, comme le souligne Blutch un peu plus haut, ce qui a changé, c'est la façon dont les enfants sont alimentés, et exposés aux ondes et hyper-fréquences numériques...
      J'ai pour ma part découvert que certains enfants faisaient des overdoses de phosphates aux effets dramatiques sur leur comportement. Il suffit alors de supprimer les phosphates de leur alimentation...
      Edifiant...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. C'était l'avantage de la relative pauvreté de la génération de nos parents.
      A quatre heures, la tranche de pain beurré auvergnat (un passage pour mettre le beurre, un retour pour le retirer) saupoudrée d'une (maigre) pincée de poudre de chocolat ou de sucre.
      C'était suffisant et moins dévastateur que les barres Mars, Twix et autres bidules fait de gras, de sucre et d'arômes artificiels.
      D'ailleurs, on était aussi turbulent mais moins violents et surtout s'il y avait un "bouboule" par classe -des classes de plus de trente mômes- c'était le bout du monde.
      J'ai l'impression, en allant chercher mes petites-filles à l'école, que c'est passé à dix "bouboules" par classe de vingt-cinq mômes.
      Et ça ne va pas sans dégâts sur le caractère, sans parler de ceux sur la santé...

      Supprimer
    3. Mais tout à fait. Hélas...

      Et si tu as l'occasion de voir le film Sugarland, tu verras que tu es encore en dessous de la sinistre vérité...
      Je me souviens de ces goûters tout simples que je mangeais enfant...Tu m'as rappelé un joli souvenir, le Goût

      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  19. L’hyperactivité s’étaye sur le fantasme que la Terre s’arrêtera de tourner si nous ne sommes pas en mouvement ! En réalité, l’immobilité renvoie inconsciemment à une peur archaïque à laquelle aucun être humain n’échappe : la mort. C’est d’ailleurs de cette angoisse majeure dont souffre un enfant dit hyperactif. Il est en outre intéressant de noter que nos sociétés occidentales de consommation, ayant tendance à occulter ce principe de réalité, cultivent une pseudo-jeunesse éternelle atteinte de "bougisme" avec tout le mal-être que ce processus génère. Ceci dit Moi aussi, j'aurais aimé avoir une instit comme toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton analyse métaphysique est très juste, miss...
      On confond tout : être actif, et brasser de l'air, rester dynamique et sombrer dans le jeunisme...
      Bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  20. Comme tu as raison Celestine. Les enfants sont tellement sollicités qu'ils ne peuvent plus prendre le temps de s'ennuyer ou de rêver.
    Cela devrait être inscrit dans la Convention des droits de l'enfant !
    Tu sais, grâce à ce blog, je suis un peu devenue l'un de tes élèves et je m'en réjouis..
    Gros bisou depuis Lahore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh comme c'est gentil ! C'est un honneur de me faire voyager dans tes bagages, chère eMmA
      Et pour la convention des droits de l'enfant tu as parfaitement raison...
      Gros bisous
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  21. Oui sorellita, rien de mal à avoir faim de vie et d'aventures, de rires et de complicité, même si ça fait un peu (ou beaucoup) de bruit. C'est bon, ça fait frémir le corps et tout ce qu'il y a dedans. Et ça s'apaise comme c'est venu, avec ce balancier sensible aux atmosphères qui est signe de santé...

    Baci sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais bien évidemment...Nous ne confondons pas la joie du dynamisme avec l'angoisse du speed...
      ;-)
      Et je sais que tu sais aussi te poser et contempler...
      Dans le calme et la sérénité.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  22. Ce matin je n'etais pas a côté de bons petits diables turbulents....
    Je n'entendais que la touxtimide d'un autre patient en salle d'attente....
    Hormis un jeune homme s'activant sur son Iphone a jouer et pouffer des rires discrets, nous etions tous plus âgés et tres patients a attendre notre tour...
    Je passais le temps dans une lecture ouverte et meditative du 'Pic de l'Esprit' de Philippe Guillemant dans son ascension romancée et symbolique du col de l'Ange, a la decouverte de la plasticité de l'espace temps....

    Bref, j'etais tres loin de tes 3 petits diables.....
    J'etais un enfant sage et attentif et j'aurais grandement apprécié ton aptitude a capter notre attention de cette maniere si adaptée au rythme de chacun....


    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire a quelque chose de calme et de serein que je ressens à travers tes mots.
      Je ne connais pas ce livre, mais je gage qu'il te correspond.
      Bises étoilées
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  23. Ils se ressmblent et ont les mêmes yeux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est amusant parce que c'est une photo du net(je respecte la vie privée des gens dont je parle dans mes billets).
      Mais je pense que ces enfants sont d'une même fratrie car, tu as raison, ils se ressemblent...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  24. Ok, j'ai compris pour calmer arrêter le chahut, ou le beaucoup d'activité des petits mômes tu joues de la guitare, ok !
    Pour te faire arrêter de jouer de la guitare, quel est le mode à employer ?? - Cette question n'est pas trop perfide, simplement je connais nombre de gratteux de saxomachins de pianoteurs tous plus talentueux les uns que les autres, bien évidemment, mais tu connais les ziquos ils mettent un temps fou à se décider à empoigner leur instrument à s'accorder et alors lorsqu'ils ont commencé leur art... impossible à arrêter... une peu comme le syndrome du montreur de photos de vacances, si tu vois ce que je veux dire.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'inquiète, je ne prendrai pas ma guitare le jour où tu m'inviteras à manger... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  25. Quelques notes de musique sur le rire des enfants et le soleil du cœur étend sa douceur dans leur monde innocent.
    Ah! Les enfants qui bougent beaucoup... Ils sont tout de même plus vivant que ceux qui sont statiques. Il vaut mieux leur jouer un air de guitare que de les attacher.
    De la patience, souvent il en faut.
    Bises de Poulbot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème, ce n'est pas les enfants qui bougent, parce que c'est normal. Ce sont les enfants qui bougent tout le temps...
      La vie est toujours une alternance entre le calme et la tempête, le jour et la nuit, l'action et la réflexion...
      Bisous cher Poulbot
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
  26. Ah, les vertus de la musique ! distillée par une belle musicienne en chair et en os. Moments magiques de capture de l'attention des bambins. Je suis sûr que cela marche avec les adultes.
    C'est bien connu, la musique adoucit leurs mœurs. Sinon,il y a le reggae... (qui vient d'être classé au patrimoine immatériel de l'humanité) , avec les "accessoires" qui vont avec...
    Non, j'rigole. ;)
    Plus sérieusement, mais bien sûr que tu es une de tes élèves, la plus grande, la dernière. Et tu sais quoi ? L'apprentissage n'est jamais terminé...
    Bon, techniquement, je n'aurais pu être un de tes élèves et je ne suis pas certain que tu te serais acclimatée à mon Cantal d'alors... Il fallait y être né, pour y vivre. Mais quand même, j'aurai bien aimé que tu fasses partie de mes nombreuses maîtresses d'école.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paroles pleines de sagesse que je prends en plein coeur, mon ami du soir.
      Oui je comprends ce que tu veux dire par « tu es une de tes élèves »
      Je revois cette Petite Fille qui m'a accompagnée (et que j'ai accompagnée ) pendant un an...
      Je sais que mon métier m'a permis de soigner cette Petite Fille.
      Et que j'ai appris, beaucoup appris grâce à elle.
      Je suis donc devenue ma propre élève au fil du temps.
      Merci pour ta dernière phrase, et toutes les autres aussi.♥︎
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    2. Pincez la chanterelle
      La lueur d'une chandelle
      Le rapace se métamorphose...
      En tourterelle !

      Supprimer
    3. Toujours poète Andiamounet !
      Merci pour ce quatrain doux et drôle
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    4. Je dois dire que cette petite fille qui t'a accompagnée (et que tu as accompagnée),m'a impressionné par ses capacités à apprendre (ou à laisser ;)
      Sacré travail, qu'elle a accompli !
      Mes phrases, mes mots,chez toi, ne sont que du plaisir ; comme celui de te lire. ♥

      Supprimer
    5. Ne jamais penser que l'on dit trop de fois merci, ou que l'on s'extasie trop :
      Comme dit ce cher Louis... ‘clic’
      PS: quand tu veux tu regardes ta boîte mail... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

      Supprimer
    6. Deux fois valent mieux qu'une... Il le dit si bien en famille.
      Ouf, ça y est,Pas facile d'ouvrir une boîte récalcitrante...

      Supprimer
  27. C'est adorable ce que tu écris. J'apprécie tes conseils. Et cela me rappelle bien de souvenirs. Une fois, nous avions visité un très joli appartement, avec l'idée de l'acheter. Tout est agréable, volume, lumière, 4è avec ascenseur, fenêtres ouvertes sur grand jardin, quartier calme, etc...Nous étions prêts à dire oui. Et soudain, on entendit un brouhaha incroyable venant du jardin voisin. C'était la récréation d'une école maternelle. Le spectacle était absolument charmant. Mais nous n'avions pas acheté l'appart!!! :-) :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends que cela fasse hésiter un acheteur !
      Les petites têtes blondes poussent parfois des cris suraigus de cochon qu'on égorge ...
      Et il faut avoir les oreilles bien faites. Ou être maîtresse d'école...
      Bisous, cher An
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  28. J'adore, j'adore ce billet. Tu as certainement été une merveilleuse maitresse et une merveilleuse maman (tu l'es toujours) et quand je te lis au sujet des enfants, je revois ma maitresse de grande section, Mme Vermeulen, que je n'ai jamais oubliée….

    RépondreSupprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.