mardi 8 mai 2018

Tu étais mon autre










On est toujours trop quelque chose ou pas assez...
Trop grande, trop grosse, trop vieille, trop maigre. Pas assez musclée, pas assez blonde, pas assez sexy...
Et puis un jour on se rencontre soi-même. A travers le vrai miroir, celui qui ne trahit pas. Celui qui nous aime comme on est. Celui qui nous dit vas-y tu es belle, comme tu es, fonce, n'écoute rien. Assume-toi, dis leur merde aux dealers d'amphétamines, aux salauds qui inondent le marché de pilules de la mort et de menus frelatés « Komgem ».
 Et on envoie valser les petites cases, les formatages à la noix qui nous veulent toutes  pareilles, calibrées, sans saveur,  sans odeur, sans poils, sans capitons, sans bourrelets.
On ne se demande plus pourquoi la vie nous a donné ce corps de phasme, d'hirondelle ou d'hippopotame, c'est notre corps, on l'aime, on s'aime, on envoie bouler dans les cordes de ce fichu ring tous les poncifs, les préjugés, les paroles blessantes depuis la cour de récré. Personne n'a le droit de juger l'apparence, sans essayer de comprendre l'intérieur des gens. A bas la double peine,  qui condamne celui ou celle qui s'écarte des standards.
C'est souffrance de porter ce poids, ou cette absence de poids, et encore souffrance d'endurer les mots qui les stigmatisent. Souffrance de voir sa jeunesse décliner quand on est entouré de jeunistes. 
Mais dans le cocon de l'acceptation sereine, les rides et les stigmates du temps sont de belles lignes témoins d'une vie accomplie. 
Moi j'ai longtemps été « trop grande ». Mais pas assez pour être basketteuse, et pas assez belle pour être mannequin. 
Jusqu'à ce que je me redresse fièrement. Grande de toutes mes victoires.
Tu étais « trop forte » Maurane. Trop forte d'être arrivée jusque là, au firmament des voix de velours, infiniment émouvantes, des voix magiques qui font trembler les murs de Berlin de nos vies et creusent des brèches de liberté dans les habitudes sclérosantes des petits, des frileux qui n'ont rien compris. Dans les miradors des dictateurs de l'apparence, les idiots qui n'aiment que les femmes « parfaites ». Ceux qui n'ont pas compris qu'il vaut mieux avoir une femme avec soi qu'une fille dans Lui. Et vieillir à ses côtés.
Ta beauté sensible s'épanouira longtemps encore dans nos mémoires. Ton beau corps moelleux et rassurant abritait une âme étincelante de diamant brut, de force et de douceur. 
Et ce matin ta voix cueille nos larmes pour en faire de la soie.


*





A mon amie Olga,  et à toutes celles et ceux qui se reconnaîtront dans ce billet jeté comme un cri.


96 commentaires:

  1. bel hommage, Célestine, bien dit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Adrienne.
      Il est sorti du coeur
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Et c'est peut-être pour tout cela qu'elle en est morte ! trop... pas assez... trop bien !
    merci Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne sait pas pourquoi elle est morte, pour l'instant...
      Mais ça m'a vraiment fait un choc...Si jeune...
      merci Den
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Certainement une des plus belles voix de notre pays (et d'ailleurs). Une voix expressive et suave, toujours au service du texte, une interprète immense ! Et quel tempérament !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ton émotion, mon boss
      Ta compatriote était merveilleuse.
      Immense. Et très belle.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Moi je la trouvais juste trop belle... ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. As-tu déjà entendu son concert Olympia 1993 ?
      Une merveille. Une voix fabuleuse et un humour génial.
      Un duo avec Muriel Robin sur les Demoiselles de Rochefort: un grand moment

      Bisous ma douce
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Je ne connaissais pas cette chanson et te remercie pour ce partage.
    Car cette chanson me parle de moi et ton texte me parle de mon trop.
    Alors bien sûr, les larmes coulent, car en ce moment tous les trop sont de trop.
    Bref.
    Cette disparition me rend triste, je ne sais pas pourquoi.
    Merci à toi pour ce bel hommage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais ma Cloudy.
      J'ai pensé à toi en écrivant mon billet. je comprend spourquoi sa disparition te rend triste. Elle est de ces artistes simples et humaines, jamais stars, toujours à l'écoute, comme une grande soeur, une copine...
      Elle faisait partie de mon univers, elle se battait pour des causes humanistes et justes.
      je l'aimais beaucoup.
      je te serre dans mes bras. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Maurane était superbe chanteuse, blues-jazz, de velours, une voix unique en tous cas.
    Sur un prélude de Bach est vraiment sublime.
    Je la voyais également comme une personne abordable, pas fière, loin des piedestals sur lesquels certains chanteurs ou chanteuses se placent consciemment ou pas.
    Ton texte est un bel hommage.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai toujours cru qu'on disait des piédestaux... :-)
      D'accord avec toi sur toute la ligne Patrick.
      Le Prélude de Bach (le seul que je sache jouer au piano) est vraiment superbe quand il est tissé avec la voix de Maurane.
      Elle laisse un grand vide dans mon coeur.
      Bisous attristés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Merci Célestine, je suis en effet trop forte après avoir été trop grande et trop maigre... zut et flûte puisqu'on m'aime telle que je suis... mais la souffrance, malgré tout, malgré lui, revient nous piquer le cœur de son fiel, parfois... La voix de Maurane, sa beauté, sa générosité,m'ont charmé et je pleure sa jeunesse. Trop tôt, beaucoup trop tôt pour mourir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours trop tôt pour mourir, on disait ça d'Higelin il y a un mois...
      Tu es aimée comme tu es Brizou, c'est le plus important.
      Bizou ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Quel bel hommage Célestine, si jeune, une si belle voix, émouvante.
    Bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ♥︎
      Je n'ai pas d'atout dans les manches
      Et laisse l'avenir se défiler
      Je crois au hasard qui déclenche
      Plein de petits bonheurs volés

      Dans leurs couloirs, les avalanches
      Ont-elles des chemins tout tracés ?
      Quand je revois le mien, je penche
      Pour une vie sur le bas-côté

      J'ai mes rivières au bord de l'eau
      Courants contraires aux idéaux
      J'ai mes croisières sans paquebots
      Aux vents contraires des "hissez haut"

      Aucun silence n'est plus étanche
      Quand même les pensées font du bruit
      Ecoute, écoute le jour qui flanche
      Ecoute-le tomber la nuit



      Pendant que d'autres se déhanchent
      A copier-coller l'air du temps
      Je rêve de cabane dans les branches
      D'un arbre avec bail de cent ans

      J'ai mes rivières au bord de l'eau
      Courants contraires aux idéaux
      J'ai mes croisières sans paquebots
      Aux vents contraires des "hissez haut"

      Aux vents contraires des "hissez haut"
      J'ai mes rivières au bord de l'eau
      J'ai mes rivières au bord de l'eau

      Supprimer
    2. Gemini cricketmardi, 08 mai, 2018

      Quel beau texte ! je ne le connaissais pas.
      Et la voix d'Art Mengo est superbe.
      Mais je ne trouve pas la video, dommage...

      :)

      Supprimer
    3. Non moi non plus je ne l'ai pas trouvée...
      C'est une très belle chanson.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Moi je ne connaissais pas mais je ne suis plus l'actualité musicale depuis longtemps.
    Je vais écouter la chanson que tu as mise en partage.
    En tout cas il est clair qu'en l'écoutant seulement, on ne se rendra pas compte de son aspect physique et puis quelle importance!
    Bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoute-la, Mo, elle est très belle.
      Elle parle de toutes ces discriminations sur le physique que beaucoup de gens endurent depuis leur enfance...
      Bisous ma jardinière
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. LOL j'ai bien aimé "Ceux qui n'ont pas compris qu'il vaut mieux avoir une femme avec soi qu'une fille dans Lui" ! et je m'associe aux hommages à cette grande dame de la chanson !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois bien que j'ai entendu ça un jour dans une chanson, ça m'avait marquée.
      C'est tellement vrai...J'en ai tellement connu des types qui ne s'occupent que de l'apparence...
      Bisous Daddy tu te fais rare !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Cette chanson que je ne connaissais pas, m'a prise aux tripes...
    trop forte! elle l'a été toute sa vie, en faisant des régimes pour maigrir

    Trop forte et TRES belle!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi elle m'a prise aux tripes.
      J'ai vu le reportage de l'hommage sur la Grand Place...
      Cela m'a rappelé quand j'y étais allée avec toi. ;-)
      Les gens étaient très émus. La Belgique est en deuil...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Nous sommes nées la même année!
    Quelle tristesse sa disparition.... :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai eu un choc...
      J'espère de tout coeur qu'elle ne s'est pas suicidée...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous ces etres de lumière qui
      nous font rever par leur voix, leurs écrits, leur peinture.... enfin leurs creations nous deviennent si proches qu'avec toi nous pouvons, je peux dire "Tu etais mon Autre " lorsque, comme Maurane, ils disparaissent de notre univers visible.
      Elle etait trop bien, cette belle artiste. Et ton billet celebre trop bien sa mémoire.

      Je te remercie Celeste de m'avoir fait part de cette nouvelle qui nous attriste mais qui nous rassemble autour d'un de ces etres de lumière

      Supprimer
    2. J'avais répété et répété la deuxième voix de " Tu es mon autre". Je devais la chanter avec une amie, et elle a fait comme Maurane. Elle s'est carapatée au pays des rêves...
      Oui, elle était un être de lumière...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Cette voix sublime et cette forte tête habitait juste en face de ma fille. Elle est remontée sur les planches ce dimanche pour la fête de l'Iris, la fête des Bruxellois, après deux ans d'absence et elle en était tout émue. Elle a chanté Brel. Elle avait des projets plein la tête. Elle laisse un vide immense dans le coeur des Belges.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas que dans le coeur des Belges, je te le dis...
      Tu avais assisté à ce concert, ma sister ?
      Quelle chance avait ta fille d'être voisine de cette grande dame...
      Kiss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Toujours trop ! Comme Cindy : Cindy trop forte... Moi je suis trop vieux, mais également plus jeune que certaines et certains, plus beaucoup je te l'accorde ! ];-D
    Maurane c'était comme Barbra Streisand, Desireless ou Fabienne Thibault, des timbres de voix magnifiques. ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Desireless n'a pas fait la carrière de Streisand, mais je suis d'accord avec toi...
      C'étaient des voix magnifiques.
      J'aimais beaucoup Maurane quand elle était jurée à la nouvelle star.
      Elle avait une sensibilité musicale extraordinaire.
      Baci, andiamounet
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Gemini cricketmardi, 08 mai, 2018

      Muahaha ! Cindy Tropforte ...
      J'espère qu'on a le droit de rigoler sur une rubrique funéraire ?
      :)

      Supprimer
    3. Bien sûr. D'ailleurs, elle aimait ça, rire, la belle Maurane.
      Et puis la vie continue..
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Très bel hommage.
    Moi, je suis sans voix et tout simplement triste.
    Très triste.
    Bises grises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai écrit un billet dans l'instant, sur le coup de l'émotion.
      Nous avions partagé, mon amie Olga et moi, cet amour pour cette musicienne fabuleuse, en écoutant son concert Olympia 1993...
      Et nous avions parlé du combat des femmes fortes, de ce fardeau qu'est leur corps. Entendre cette chanson ce matin m'a rappelé cette conversation.
      Mais je suis très triste aussi, tout comme toi.
      Je t'embrasse cher poète.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. J'ai toujours aimé Morane pour "tout ça" mais aussi ses qualités artistiques, sa voix chaude et surtout, sa diction. Tu le sais, je ne connais pas ton amie Olga mais je l'ai "sentie", aimée, dès le premier coup de pinceau, même si pas très ressemblant C'est, je pense, une belle personne, authentique que je regrette de ne pas connaître .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une très belle personne que tu connaîtras un jour, j'en suis sûre.
      Elle chante super bien, de cette même voix chaude que Maurane.
      Et je l'aime comme je t'aime et comme je l'aimais...
      ¸¸.•*¨*• ♥︎

      Pour toi: BOIRE DANS LE MÊME RÊVE


      Boire dans le même rêve, dans la même bulle
      Nos idées comme la sève,
      Fourmis-libellules
      Mêlés, sang de l'ivresse, envie de sagesse...
      On refait le monde en mieux
      Qu'est-ce qu'on est heureux!
      (et) médire pour ne rien ne dire
      C'est bon, ça défoule
      Font, se défont les fous rires
      Les mots qui roucoulent
      Docteur Jeckyll, Mister Hyde... quand on se dédouble
      Des océans de corail à des eaux troubles...
      Tellement délurées, débridées, déshabillées
      Les yeux mi-clos, tout est flou
      Le bon, le beau, clair comme la boue
      L'effet, le goût, le tout nous tatoue.

      Mais qu'est-ce qui nous fait du bien,
      Nous allume, nous grise?
      Si léger, cristallin,
      Le champagne attise
      Le feu de l'esprit malin,
      De la gourmandise.
      Elle est douce, la mousse, elle éclabousse
      Qu'est-ce qui nous électrise, nous re-dynamise,
      Passe d'effervescence à ce nuage évanescent
      Qui nous prend nous enlève?
      Qu'on soit des milliers
      à boire dans le même rêve...

      Le champagne a ses raisons, ses vibrations
      Don't le raisin connaît bien
      La chair, les pépins.
      Le champagne, c'est l'or,
      C'est une trésor
      De reliquats délicats
      De traces de soi.
      Le champagne, c'est l'ambre
      De l'insouciance,
      L'eau de vie, le gingembre.
      Danse l'ambivalence,
      Sous le regard alangui
      Du chat qui sourit...
      Mais quand tous les chats sont partis,
      Les "souris" s' balancent...
      Tellement délurées, débridées, déshabillées
      La coupe à la main, remplie,
      Ç a dégénère en broutilles
      On pense, on dit, puis on oublie

      Mais qu'est-ce qui nous fait du bien,
      Nous allume, nous grise?
      Si léger, cristallin,
      Le champagne attise
      Le feu de l'esprit malin,
      De la gourmandise.
      Elle est douce, la mousse, elle éclabousse
      Qu'est-ce qui nous électrise, nous re dynamise,
      Passe d'effervescence à ce nuage évanescent
      Qui nous prend nous enlève?
      Qu'on soit des milliers à boire dans le même rêve...

      Papillon ne vit qu'un jour, brûle ses ailes
      La chandelle par les deux bouts
      Ç a ne tient pas debout,
      Car demain n'est plus très loin...
      Quelques heures à vivre
      Dans les bras du "magicien"
      Mais qui peut le suivre???
      Le champagne désaltère
      Puis, il donne soif
      On n'est plus qu'à moitié fière
      On reste en carafe
      Après la nuit de velours
      C'était trop court...
      ... à tanguer dans l'or qui pétille,
      L'or qui scintille
      Déranger les anges, les dangers mélangés
      D'ombres chinoises et lumières
      Instant fragile éphémère
      On aime, on éclate, on désespère

      Supprimer
  18. Au pays merveilleux
    Il y a des ados, des femmes
    Au corps ordinaire
    Qui ne sont pas assez fortes
    Et ne se trouvent pas assez minces
    Alors l'horrible spirale commence
    Celle de la restriction
    A en mourir de ne plus de se nourrir

    Merci pour cette chanson que je ne connaissais pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ma Suzame
      je te comprends tellement.
      J'ai écrit aussi ce billet pour toi.
      Et pour le soleil de ta vie.
      Je t'embrasse fort
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. J'aimais beaucoup Maurane, sa voix, ses chansons. Je ne savais pas qu'elle souffrait autant de son physique. Naïvement, je pensais qu'avec un tel talent, rien ne pouvait l'atteindre et surtout pas des diktats aussi cons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'avais entendue en parler dans des interviews. Il lui a fallu des années pour se dire « trop forte d'en être arrivée où elle est »
      Mais oui, elle en a beaucoup souffert. Surtout dans ce milieu du showbiz à la con...
      Heureusement il y a des filles qui résistent à ces diktats.
      Dont ma chère Corinne Masiero, ma capitaine Marleau adorée, mon idole.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Oh la la comme ce billet me parle !
    D’abord, parce que j’adorais Maurane, une chanteuse magnifique qui m’a apporté beaucoup de bonheur, et ensuite et surtout parce que tu connais le drame de ma vie, ce corps encombrant, contre lequel j’ai lutté toute ma vie, mais maintenant je m’accepte comme je suis, et l’homme qui m’aime accepte aussi et me trouve belle.
    Alors merci de mettre des mots sur la souffrance de beaucoup de femmes, d’homme aussi sans doute ne correspondant pas aux canons de la beauté et souffrant dans leur corps.
    Bises
    Angela

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire me touche beaucoup, Angela.
      Je connais ton combat, et tout ce par quoi tu es passée avant d'accepter finalement de ne pas correspondre aux diktats à la con (comme dit mon amie Berthoise)
      Je t'embrasse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. C'est étrange, je viens seulement de recevoir le push-mail de la publication de cette page.
    Oui, c'est une tristesse que ce départ...
    Mauranne, elle était trop belle, trop pure, trop à fleur de peau, trop talentueuse, oui trop forte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joli « push mail »
      Alors je t'explique: quelle que soit l'heure à laquelle je publie, le mail arrive le lendemain vers les 9h- 9h et demie...
      Ce qui explique pourquoi il y a déjà des commentaires.
      Je te remercie d'être venue dès que tu as reçu le « push mail » rhoo j'adore ce mot !
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Un bel hommage a une femme joyeuse et émouvante, concernée par les autres et à une chanteuse à la voix si agréable à écouter. Ma chanson préférée: Sur un prélude de Bach.
    Mais ton texte concerne aussi toutes les femmes, car au fond, même la plus parfaite a ses défauts, s'ils ne sont pas physiques, ils peuvent être vocaux, comportementaux... Nobody is perfect disait Jack Lemmon...
    Belle journée!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mon billet dépasse le simple cadre de l'hommage.
      Parce que je suis sensible depuis longtemps à ce phénomène de « diktat », que j'en ai été victime aussi dans ma vie, que l'on a toujours quelque chose qui ne correspond pas à l'idéal et que donc, on se rend malheureux du regard des autres. Parfois jusqu'à en mourir dans le cas des comportements alimentaires pathologiques.
      Bisous chère conteuse, merci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Evidemment, j'aimais beaucoup Maurane - j'avais écouté en boucle "sur un prélude Bach" et aussi "Du Mal". Ton billet est splendide - sa lecture devrait être rendue obligatoire. Allons-nous un jour sortir du carcan des apparences qui empoisonne tellement la vie des femmes et dans une moindre mesure des hommes. J'aime ces femmes qui essayent de s'accepter, de s'imposer telle quelle avec leurs rides, leurs poids. Il en faudrait plus que quelques Maurane, Meryl Streep, Kate Winslet et oui notre chère Corine....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument. C'est un combat féministe, que de pouvoir s'imposer dans un monde de l'apparence, en remettant en cause certaines « règles » ridicules, selon lesquelles les femmes doivent être sexy, ou glamour, jeunes, lisses et minces...
      Je repense à Simone Signoret, ou Anémone, toutes ces actrices qui n'ont jamais voulu retoucher leur visage.
      Quant à Corinne Masiero, une interview dont je ne me lasse pas...
      Bisous ma miss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Sublime hommage Célestine... se détacher du regard de l'autre,...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui se détacher des regards formatés, qui ne voient que les prétendus défauts...
      Tout un art que d'être soi-même.
      Merci miss
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. Au pays merveilleux il était une voix, une vraie, douce et forte à la fois. Elle s'est tue mais vivra longtemps dans nos coeurs. Une belle dame s'en est allée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue chez moi chère Nell.
      je t'ajoute à mon totem.
      J'écoute ses chansons en boucle depuis hier.
      Elle a la voix que je n'aurai jamais...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Une belle personne s'en est allée dans tous les sens du terme. Maurane, à la voix suave, chaude et envoûtante qui vous enveloppait de tout son être et vous prenait dans ses bras. Voilà un grand bonheur qui s'en va qui ne sera pas oublié par ceux qui l'aimaient. Comme toujours, tes écrits sont remarquables !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci Lauriza, ça me fait plaisir de te revoir !
      Tu reviens dans un moment un peu triste...Mais n'est-ce point la vie ?
      Bisous roses
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. Magnifique texte! Je laisse la parole à Rossy de Palma: "La beauté c'est l'audace. C'est ne demander à personne la permission d'être toi-même."
    Et je salue très bas la vraie beauté qui s'en est allée...
    Bisous tristes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore Rossy de Palma. J'aime sa personnalité et son visage étonnant.
      Je suis comme toi, triste. Elle était merveilleuse.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Cette semaine, je suis un peu coupé du monde. Pas de télé, pas de radio, pas de journal, rien. J'ai appris cette nouvelle par ton entremise. Dès que j'ai vu ta page d’accueil, j'ai compris : "Oh non, c'est pas vrai, pas elle"... Telle a été ma réaction !
    Le coup est d'autant plus fort lorsque ces artistes qui nous quittent sont quasiment de notre génération.
    Trop triste !

    tiens ! Il me revient en mémoire ce "casting", qui n'a rien à voir avec cette grande figure de la chanson qu'elle était.
    https://www.youtube.com/watch?v=ktZ-5FVafXA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça fait du bien de se couper un peu du monde ...moi-même, bientôt... ;-)
      Je suis donc touchée que tu m'emportes avec toi dans ta retraite loin du monde.
      Merci Didier pour le petit clin d'oeil de pub des années 80...
      Bisous du soir
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. J'entends votre message, délicieuse. Votre grandeur n'est pas que dans vos jambes, elle est aussi dans votre âme.
    Les êtres humains ne devraient jamais être discriminés sur leur physique.
    Et la belle Maurane était une artiste merveilleuse.
    Merci pour cet hommage vibrant et passionné comme vous l'êtes.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que puis-je rajouter ? Que je suis confuse et touchée par vos mots...
      Je me répète sans doute...
      Mais la vie est un éternel recommencement, n'est-ce pas ? (pour utiliser une phrase toute faite)
      Alors merci cher Lorenzaccio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Je viens d'écouter l'hymne à l'amour chanté par Maurane, Céline Dion et Johnny... Une sacrée émotion...
    https://www.youtube.com/watch?v=DcUlXezC3jY

    Bon, de toutes façons, Maurane qui chante, c'est une sacrée émotion. Avec Johnny et Céline tout en sobriété vocale, c'est un petit joyau. J'ai cliqué sur le lien par curiosité, j'en suis ressorti conquis.

    C'est toujours difficile à vivre d'être différent et la célébrité n’arrondit pas les angles, au contraire.

    Maurane nous laisse ses chansons en prix de consolation, mais elle est partie avec sa douceur, sa gentillesse et ses engagements sociaux. On va avoir des motifs de la regretter.
    Une pensée pour toi, Maurane e uno baci per Celeste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Niveau émotion, je suis au taquet ce soir...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. C'est surtout difficile de se voir sans le filtre du regard des autres, de ne pas essayer d'être au moins un peu plus ou moins quelque chose. Or... c'est bien ce qui nous rend unique, le trop ou pas assez qui nous caractérise. Il y a des femmes fortes dont j'aime la fort(eresse). Je les trouve belles et majestueuses. C'était le cas de Maurane, qui était faite pour être ronde. Baci sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chacun est fait pour être ce qu'il est, sans se préoccuper outrageusement du regard incisif de certains autres...
      car je pense que "le regard des autres" schématise un peu trop en généralisant.
      Des regards, il en va comme du reste. Il en est de profondément humains, empathiques, non-jugeants et ceux-là aident beaucoup à la fameuse « rencontre avec soi-même »
      Baci sorella bella
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. "Il vaut mieux avoir une femme avec soi qu'une fille dans Lui" c'est l'aphorisme du mois ! De l'année ! Du siècle !

    Bravo et - encore une fois hélas - condoléances !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton enthousiasme, mon oncle !
      Bisettes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. On n'aime pas les départs, surtout à un age qui n'est pas dans l'ordre des choses de la vie... Bises, céleste Célestine, nous l'entendrons chanter dans le ciel de notre cœur. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'et vrai, le fameux "ordre des choses" n'est pas respecté, là.
      La mort s'en moque, elle cueille à l'envi les âmes fraîches...
      C'est beau ce que tu dis sur le ciel des coeurs, ma Plume
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Oui, c'est également cette chanson que j'avais choisi. Pour moi aussi, toute une vie : trop. Trop ronde, trop petite. Dieu que c'est jugement à l'emporte pièce nous on fait souffrir. Jusqu'à ce ce qu'on oublie d'imaginer le regard ou jugement que l'on vous porte. Il serait temps de vivre sans les "méchants", na !
    Chagrine de savoir que, malgré son talent, sa joie de vivre, son succès, elle souffrait , ainsi, de solitude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ces jugements... nous ont fait... pas bon, ça que d'écrire que d'un oeil, la nuit ! :))))))))))
      Sur la tablette....

      Supprimer
    2. Merci Lou pour ce témoignage émouvant.
      Oui, elle souffrait dans son apparence, elle n'a jamais réussi totalement à l'assumer...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Très bel hommage.

    Hier, j'ai lu quelque chose qui m'a fait réfléchir : une maman qui enseigne à sa fille que la beauté est dans les talents que l'on a. J'ai trouvé cela tellement juste ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cela fait réfléchir. De même que cette phrase de je ne sais plus qui :
      « La beauté n'est pas une qualité, c'est juste une chance »...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ca peut aussi être une fatalité :-(
      Martine Carol, Marilyn, Dalida, etc...
      Des femmes pour qui la beauté fut une entrave au bonheur au point de se suicider.
      BB s'était sauvée du système en le quittant et devenant une misanthrope féroce...

      Une copine, belle comme un coeur, me disait sa difficulté avec les hommes.
      Ceux qui étaient intéressants n'osaient pas l'aborder et elle ne se faisait draguer que par de mecs primaires voulant juste la mettre à leur tableau de chasse.

      Lu sur la balance de ma compagne:
      "La véritable beauté est INTERIEURE."

      Ti bacio Cara

      Supprimer
    3. J'en déduis que, finalement, quand on est au juste milieu, on se trouve plutôt pas mal... ;-)
      Quand la beauté intérieure déborde un peu sur l'extérieur, juste ce qu'il faut...
      Ti bacio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Voilà c'est exactement ça. Tu sembles douée pour trouver le juste point d'équilibre dans les cocktails... de la vie
      Ti abbraccio

      Supprimer
  36. Il faut prendre de l'âge, se défaire pour finir par s'accepter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la sagesse, chère Heure Bleue...
      On te sent pleine de sagesse. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. "Il vaut mieux avoir une femme avec soi qu'une fille dans Lui"

    Excellent !

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! c'est tellement mieux n'est-ce pas, une vraie femme, plutôt qu'une image parfaite sur papier glacé sur laquelle on se tirlipote le schmilblick......;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Quand tu as un truc qui, dans ton enfance, a été assez spectaculairement esquinté (du moins à tes yeux, voire à ton œil...) tu apprends rapidement à t'accepter tel tu es et à trouver d'autres atouts que ton physique.
    D'ailleurs, tu ne les trouves pas, ce sont les autres qui les remarquent et c'est ce qui te permet de t'accepter.
    Bon, ce n'est que mon avis d'esquinté borgne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as plu à la lumière de tes jours, et ça, c'est déjà énorme... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  39. Merci pour cette chanson que je ne connaissais pas et pour ton texte qui l'accompagne.
    Moi je vous le dis, je nous le dis, oui, on est tous et toutes très beaux et belles, de merveilleuses créatures ...
    Et que notre force ne dépende pas de notre physique mais de notre âme ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Annick, c'est la leçon à tirer de tout cela. La force de vie, voilà la vraie beauté.
      Bisous
      •*`*•.¸¸¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  40. Comme beaucoup, j'aimais beaucoup Claude Maurane... Une petite Bruxelloise, bien de chez nous, qui faisait encore ses courses à Schaerbeek, où elle habitait, jusqu'à il n'y a pas très longtemps.
    J'aimais le prélude de Bach, sa voix, la chanson "L'un pour l'autre", le jour où je l'ai découverte. Et tant et tant. Je l'avais trouvé sympa dans un film de Valérie Lemercier et beaucoup de stars lui ont rendu un hommage vibrant. Elle est encore montée sur les gradins, le soir de la fête de l'Iris à Bruxelles, et l'on a vu combien elle souffrait... C'était deux ou trois jours avant et il faisait chaud... A mourir.

    Elle a eu beaucoup de charme je trouvais. D'autres stars ont fait avec un physique hors norme (je pense à Juliette) - ou à Josiane Balasko. Pas facile. Et puis voilà, encore une de partie. et bien trop jeune...

    RépondreSupprimer
  41. Voilà, Célestine, un bel hommage à la grande chanteuse Maurane. J'avais tout particulièrement aimé la chanson "trop forte" qui explique ce que tu dis ici avec justesse et style . Oui, comme le précise Pivoine , Maurane possédait un physique hors standard tout comme Juliette et Josiane Balasko mais, après tout, ce qu'on aimait chez elle , c'est avant tout sa voix de velours et la manière qu'elle avait d’interpréter les mots des auteurs . Salut Maurane...

    RépondreSupprimer
  42. Bel hommage à notre compatriote ! J'étais sous le charme de sa voix et je l'ai vu une fois en concert il y a une dizaine d'années au Théâtre Royal de Mons. J'ai ensuite emprunté sa biographie à la bibliothèque, et je me suis rendu compte que c'était quelqu'un de beaucoup plus complexe que l'image de femme forte qu'elle donnait. Qu'elle repose en paix... Gros bisous de Belgique et à bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup à vous trois, Pivoine, Jerry et petit belge, pour cette continuation d'hommage à travers vos commentaires.
      Bises à tous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.