mercredi 27 septembre 2017

Big Sur

Par Joseph Plotz — Travail personnel









Je lisais « Sur la Route »  au soleil, tout en sirotant négligemment un mojito sans alcool, à la terrasse du Loup qu'sort, quand j'aperçois un homme, plutôt pas mal de sa personne, quoi qu'un peu genre bellâtre, qui vient s'asseoir à la table à côté de la mienne. 
Sans timbre ni enveloppe, il m'adresse la parole. Tout de go. 
« Excellent choix! » 
Il faut dire que j'arrive rarement à lire plus d'un chapitre sans que quelqu'un me demande si ce que je lis est intéressant. Etrange question.  Je me retiens en général de répondre : 
« Non, non, c'est inintéressant au possible, mais j'aime bien me flageller » 
Mais mon inconnu de l'après-midi semble plus subtil, quoi qu'un peu infatué de lui-même.  (mais peut-on être infatué de quelqu'un d'autre que soi ?)
Je pose mon livre et l'observe dans un rayon oblique de soleil qui m'oblige à froncer le nez.
« Je comble mes lacunes en littérature américaine... » lui dis-je pour être polie, espérant qu'il comprendra mon grand besoin de me replonger illico presto dans ma lecture.

Mais il se lance dans un grand mélimélo panégyrique de tout ce qu'il connaît de Kerouac, puis Miller, Brautigan, Huxley, la beat generation, Gregory Corso et la côte Ouest des Etats Unis. Avec un luxe de détails un peu redondants, comme s'il voulait m'étaler sa culture en  confiture.  Et soudain, il me demande si je connais Big Sur. 

Il se trouve que par un hasard extraordinaire, mon ami Patrick vient juste d'ouvrir un blog au titre éponyme et mystérieux de Big Sur.
Alors moi, vous me connaissez, ne voulant jamais louper une occasion  de m'instruire, j'étais allée voir de quoi il retournait, épluchant mon wikipédiatre préféré. 

« Bien sûr, que je connais Big Sur » réponds-je, et je lui parle de son emplacement californien, de ses falaises ourlées d'un océan de jade, de son aqueduc, de ses résidences luxueuses et de ses panoramas imprenables sur le Pacifique. De ce lieu mythique où l'écriture toute en puissance de ces géants plane et nous fracasse comme la mer sur les rochers. De Romain Gary qui en a fait un décor de sa « Promesse de l'aube »  de Sharon Stone dont le personnage dans Basic Instinct y habite une maison. Et même des Red Hot Chili Peppers qui en parlent dans une de leurs chanson.

Vous savez quoi ? Je crois que je lui en ai bouché un big coin.
Merci Patrick. Voilà un coin qu'il ne me déplairait pas de visiter...C'est loin l'Amérique ?
- Tais-toi, et rêve...

¸¸.•*¨*•





Pour rendre visite à mon ami Patrick, c'est ICI.
Musique: Road Trippin' Red Hot Chili Peppers






120 commentaires:

  1. Ahaha, le petit plaisir de laisser coi ceux qui se la jouent. C'est tellement difficile d'y résister !

    Bonne journée, chère Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue. Un plaisir un peu enfantin...mais certaines personnes sont vraiment trop suffisantes.
      Je dis souvent que je ne sais rien. Un réflexe d'humilité toute scientifique, devant l'immensité de ce qu'il reste à connaître...Alors pour une fois que je savais un truc...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Bien défendue Célestine.... et Big Sur en effet, c'est pas mal...
    merci....de reparler de On the Road.... de Kerouac et sa lignée singulière....
    Douce journée à toi.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un livre coup de poing, c'est vrai.
      Défendue...le mot est trop fort car je n'étais pas vraiment attaquée. Juste un peu gênée par ce monsieur qui ne savait plus s'arrêter.
      Je n'avais pas envie de paraître impolie alors je l'ai écouté.
      En même temps me diras-tu, pourquoi lisais-tu à une terrasse de bar ?
      Eh bien, parce que j'attendais une amie et que j'avais mon livre dans mon sac...
      Ah...voilà !
      Bisous chère Den
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Avec "Sur la route", l'important importun avait toutes les chances d'interrompre ta lecture avant la fin du chapitre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! Ah oui ! judicieuse remarque cher Yves.
      Bienvenu sur mon totem
      Bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Hello Angel Baby. Je connais de nom Big Sur mais je n'ai pas lu, comme Patrick, Henry Miller ni beaucoup Kerouac. De Corso et Ferlinghetti je sais que les premiers Rock et Folk les évoquaient pas mal. Mon Ouest à moi n'est pas loin de tout ça mais se réfère plus à la toute fin des sixties, soit une douzaine d'année plus tard avec ces noms de groupes rock qui m'ont tant marqé, une poésie en soi (Mort Reconnaissant, Grand Frère et le Holding, Fraise Réveille-Matin, C'est un Beau Jour, etc...). Mais les Chilis Rouges et Chauds c'est pas mal non plus.
    Je t'embrasse ma chère Miss W. et un immense merci pour notre amie. ATTB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore tes titres en français, Grateful Dead, Big Brother and the Holding Company, Stawberry clock, It's a Beautiful day and so on...
      Les red hot: fan depuis vingt ans...
      Kisses from Angel B
      You're welcome
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Que ce soit pour Big Sur, la Route 66, Tozeur, Timimoun ou des chemins de hasard mais... partir: le verbe le plus magique, le plus addictif et le plus vivifiant qui soit... Et tellement chanté...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi, mais cela ne t'étonnera pas.
      Vivifiant, oui. Une source d'énergie incroyable.
      Un mot magique, même si c'est partir juste dans sa tête.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Marrant, moi je peux lire n'importe quoi, y a jamais une môme bien de sa personne pour se pencher avec intérêt sur moi et ma lecture... :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est parce que tu es beaucoup trop concentré sur ta lecture... muahaha !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Réponses
    1. C'est joli ça, le pont du Regard...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. "Ah!... connaître les dunes de Merzouga!"
    Un jour une inconnue m'a dit ça...
    et bien plus tard m'a emmené aux dunes de Merzouga - car la vie est dangereuse et belle
    et tout le monde a de belles aventures à oser vivre!
    Mon Big Sur à moi s'appelle Merzouga, tout le monde peut s'appeler Durand ou Célestine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas parce que j'aimerais découvrir Big Sur que je n'ai pas d'autres rêves.
      Et ces dunes orange sont d'une beauté foudroyante.
      Merci de ton passage
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. OK c'est loin l'Amérique mais il suffit de quelques heures d'avion pour satisfaire un rêve...en vol,pour passer le temps un bon livre !
    Ce petit détour, pour souhaiter une joyeuse journée sous notre beau ciel de France,
    Michèle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les voyages intérieurs me suffisent en général.
      L'empreinte carbone en est moins cruciale ^^
      Merci Michèle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. ça j'adooooore, le genre de mec qui a bien révisé, ton histoire me rappelle un passage du film "Will Hunting" avec Matt Damon, il cloue le bec à un jeune con redondant, qui pensait rabaisser son pote (Ben Affleck dans le film) Il le caaaaasse sévère ! ];-D
    Bravo belles châsses, Nan mêêêê qui c'est Raoul ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que j'aime ce passage de Will Hunting...
      Tiens je ne résiste pas au plaisir d'en faire profiter la galerie...CLIC
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Ce qui est beau chez toi, la Céleste, c’est que tout ce que tu touches, où tu passes, les rêves que tu fais, une personne croisée, un rayon de lumière qui apparait subitement, un nuage qui stagne au dessus de toi, une rosée que tu aperçois, deviennent vite des narrations, des récits, des épopées, sublimes, magiques, poétiques. Tu es un roman fleuve en toi-même, tu mets les mots les plus succulents, les plus allégoriques et tu les fais danser pour les faire vivre, les rendre plus beaux. Les mots, tu leur instilles de la joie, de l’humour, de la gaieté. N’est ce pas cela à l’origine le sens de « baguette magique » ? Faire de quelques menus faits, rencontres, un regard, un sourire, un mot, une pluie soudaine, un texte d’une immense beauté, d’un immense amour. C’est pour cela que tu es céleste, c’est pour cela que tu brilles, car tu nous offres le plus beau des cadeaux : Le rêve.
    Merci pour ces beaux cadeaux. Un petit clin d’œil à notre ami Patrick
    Mes bises les plus rêveuses, Céleste

    NB : La simple lecture de ton billet ce matin, m’a mis des couleurs dans les yeux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je regrette simplement d'avoir été obligée d'attendre si longtemps pour lire et apprécier ton commentaire, cher Bizak. Mais il se trouve que certaines circonstances m'ont tenue éloignée de mon cher blog aujourd'hui...
      Ce que tu dis là, c'est simplement souligner mon amour de la vie qui me fait faire feu de tout bois.
      J'aime, oui, prendre le meilleur de chaque anecdote, de tout ce que je vis, de ce que j'apprends ou observe ça et là dans notre univers.
      Tout me passionne, tout m'intéresse, et souvent les gens ont du mal à comprendre cet éclectisme et ce dilettantisme, mots qui pour moi sont loin d'être péjoratifs. Ils correspondent à un art de vivre.
      Et ce que tu apprécies sans doute le plus, c'est que je reste moi-même en toutes circonstances...
      Je te remercie pour ce long commentaire et je suis heureuse qu'il t'ait mis en joie de bon matin.
      Mille bises en étincelles
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. Un très beau texte, je m'en suis délectée. J'ai rendu également visite à Patrick, mais je n'ai pas réussi à valider mon commentaire, dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est fort dommage car il aurait apprécié certainement !
      Comme j'apprécie moi-même tes passages, cher missfujii.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Ah, il y a de belles choses dans la littérature américaine. Je lis très peu personnellement, mais beaucoup par personnes interposées.
    Quant à visiter les USA, faut pas trop compter sur moi car il y a encore tant de choses à voir sur ce continent et je ne fourrerai jamais les pieds au pays de McCarthy (toujours présent 60 ans après sa mort), la CIA et la NSA. Et il ne faut peut-être pas compter sur le canard pour assainir le climat politique ricain....

    Mon fantasme à moi reste toujours le désert.
    Ti bacio


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu seras le bienvenu chez moi, cher ami Blutch et je te ferais visiter des lieux où la mer ne passe et repasse, mais que tu entendras la nuit en plein lune, murmurer des chants de gazelle.
      Bien à toi et accolade.

      Supprimer
    2. Déjà un point de chute :-) Il ne reste plus qu'à convaincre une copilote :-)
      Accolade, cher poète des sables

      Supprimer
    3. Bon si je peux en placer une, vous deux, ce sera pour te dire, Blutchy, que l'Amérique ce n'est pas seulement McCarthy et Trump. Mais aussi Steinbeck, Cary Grant, Woody Allen, Marilyn...et tellement d'autres merveilleux américains.
      C'est un peu comme si tu disais que tu ne fourrerais jamais les pieds au pays de Laval, Pétain et Le Pen...
      Le désert est aussi un de mes rêves.
      Mais la copilote, tu en as une à tes côtés non ?

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. BIzak, tu en parles si bien que tes mots ressemblent déjà à un poème.
      ⭐️
      🌙

      Supprimer
    5. Ce n'est hélas pas Steinbeck ou Woody Allen qui dirigent la police mais des foutus cons qui n'ont rien à envier McCarthy. Le nombre de "bavures" volontaires de la police y est phénoménal.
      Je n'ai jamais voulu aller en Espagne du temps de Franco et je n'irai pas aux USA tant que ce pays sera géré par des ravagés du bocal. Je n'ai pas la moindre envie de me retrouver en cabane parce que ma tête ne revient pas à un flic... Si tu n'as pas cent mille dollars (au soleil ou non) pour te défendre, tu n'es pas prêt(e) de revoir la lumière.
      De toutes façons, je n'arriverai jamais à tout voir ce qu'il y a autour de moi, alors autant ne pas commencer par le pire...

      Disons que lorsque tu arrives en France, on ne te refoule pas si tu es sympathisant coco... ou pire, anar. Les douaniers n'ont pas même la connerie de te demander si tu entres dans le pays pour tuer le Président... Ca laisse encore de la marge, même si elle a tendance à se réduire...

      Ma copilote habituelle a déjà récusé la place.

      Ti bacio Cara

      Supprimer
    6. Je m'incline devant tes arguments massus. ;-)
      Mais un jour j'irai à New-york avec toi, c'est une belle chanson, que je ne pourrai pas te chanter, tant pis...
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. A défaut de voir NY, on verra peut-être un jour les dunes sahariennes :-)
      Je pourrai alors te chanter "la fille du Bédouin"

      Baci Sorellita

      Supprimer
    8. Le moins que l'on puisse dire, c'est que tu as de la suite dans les idées...
      La fille du Bedouin me rappelle ceci...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. Ben tiens, c'est bien la preuve...
      toujours très belles tes funambulles, celle-ci a un petit plus, ce doit être le sable... ;-)
      Ti bacio

      Supprimer
    10. @Céleste et Blutch: Ah! la belle princesse du désert, il fallait lire ici, alors : http://funambulles.blogspot.com/2014/08/princesse-du-desert.html

      Supprimer
    11. C'est vrai que j'ai pris plaisir à relire ce qui y était écrit... ;-)
      Merci Bizak
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    12. Ce n'est ni Isabelle Eberhard, ni Bizak qui vont arriver à me soigner de cette envie de désert...

      Supprimer
    13. Si tu es bien sage, tu ne seras pas privé de désert !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    14. Ca fait un moment que je me retenais de la faire, celle-là.....
      :-D

      Supprimer
    15. Règle numéro un: ne jamais se retenir de faire une vanne, même foireuse ou pire: éculée...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Dommage que tu ne fus pas en train de lire dans le texte car à ce moment là, le bellâtre eut tôt fait de te fiche la paix. Mais je m'avance peut être et tu lisais en effet On the road in English .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu penses que la barrière de la langue l'aurait arrêté ?
      J'en suis moins sûre que toi...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. Je te mets un pot de confiture de coing sur le coin de la table ?
    Lorsque je faisais (dans un autre temps) de la PAO, j'aimais laisser parler l'Homme (client) plein d'expériences en ce domaine, s'étendant sur ses talents de "concepteur", d'artiste, de "moi je"... Puis je soumettais mon propre projet et nous pouvions comparer entre celui issu de la science infuse et celui issu de la subtilité féminine... Ah que coucou ! :))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es drôle Lou.
      Mais il est vrai qu'entre la science infuse et la subtilité féminine, il n'y a pas photo !
      Merci pour ton com tout en humour...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Et pan sur le bec, comme dirait mon coincoin préféré !

    A propos de SUR LA ROUTE, il y a deux ou trois ans je l’avais commandé sur internet

    Je le reçois… il était en anglais. Étourdie que je suis je n’avais pas fait attention.
    J’ai tenté de le lire avec mes rudimentaires connaissances de l’école …. : je n’ai rien compris ou presque– les grandes lignes, et pour une route cela va de soi ☺
    J’en ai fait cadeau à un neveu ...et me suis empressée de me rendre à la librairie du coin pour l’acheter en français.
    Et j’ai pu rêver d’une Amérique, qui aujourd’hui ne nous fait plus rêver
    bisous chère amie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre est déjà un cri, en Français, avec des tournures de phrases et un rythme assez particuliers.
      Alors en Anglais, j'imagine que cela n'a pas d$u être facile pour toi...
      Gros becs ma Jak
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Quel joli billet Célestine où j'ai souri à chacune de tes phrases, c'est excellent :-)
    Douce fin de journée et mes bisous ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime faire sourire mes lecteurs, ce qui est, je me répète mais c'est vrai, particulièrement plus difficile que de les faire pleurer.
      mais quand on a l'humeur primesautière...
      tendres pensées douce rêveuse
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. « tout ça ne vaut pas un clair de lune à Maubeuge » comme disait mon maître Pierre Perrin quand j'étais parisien et qu'il me ramenait dans son taxi.
    c'était un temps que seuls les moins de 20 dents ont pu connaître…
    ----------
    Et sinon, un mojito sans alcool ?? moi j'appellerai ça plutôt une tisane sucrée…
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'apprends quelque chose : le nom de l'auteur de ce « tube » impérissable qu'est « Le clair de lune à Maubeuge »
      Rhôôô !!! Les moins de vingt dents...tu n'as pas honte ?
      Quant au mojito sans alcool, sache, mon doux ami, que c'est une très agréable façon de se rafraîchir la glotte.
      Tout en préservant sa lucidité de l'après-midi ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui, mais moi je suis atteint de saoulagraphie chronique !
      D'ailleurs, c'est un fait avéré, le moindre de tes textes me fait tourner la tête…
      ;-)

      Supprimer
  19. Ton billet (je ne sais s'il est réel ou imaginaire) peut importe, d'ailleurs, m'a donner envie de me plonger ou replonger dans la littérature américaine.
    Pour rejoindre AlainX, quelle idée un mojito sans alcool.
    Je vais aller de ce pas rendre une petite visite au blog de ton ami Patrick.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ça, quelle idée ? L'idée de ne pas boire d'alcool à 4 heures de l'après-midi paraît-elle si saugrenue ?
      Hihi ! en tout cas je suis ravie que mon billet t'ait redonné le goût de lire quelques américains.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Je me voyais bien dans cette histoire - avec beaucoup d'imagination bien entendu - t'accoster.
    J'aurais dit : Hum Kerouac ... Big Sur ... Henry Miller longtemps ... une maison ... il disait que c'était le paradis ... avait entre autres une passion pour Giono ...
    Tu aurais dit : Jean Giono, ah quel grand ... et ... et ...
    Et je t'aurais écouté m'en parler ...

    J'ai pris ce nom à cause de Miller comme j'avais pris Villa Seurat pour l'autre blog. Mais tu as raison, en fait, ce sont juste des rêves ...

    Quelle magnifique surprise. Merci de tout coeur Celestine pour avoir parler de mon blog dans ton billet et d'en avoir mis le lien. Je suis très touché, ça me fait super plaisir.
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette histoire est parfaitement véridique et m'est réellement arrivée. la seule chose inventée est le nom du bar (j'ai pas pu résister)
      Miller avait une passion pour Giono...incroyable ! C'est vrai ?
      C'est toi qui devrait m'en parler cher Patrick.
      je suis contente que mon billet te touche. j'aime faire plaisir à mes lecteurs, et c'est sincèrement que je te dis: continue à alimenter Big Sur.
      Et puis je suis certaine que tu n'as pas l'air d'un bellâtre.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. C'est loin mais y passer est sympa, y vivre, je n'ai pas très envie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y vivre ? Ah non, pour le coup, ça casserait le rêve...
      J'ai juste dit: visiter...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Tu lui as cloué le bec,comme une vraie riveuse de clou! A cet inconnu,bellâtre de surcroît!
    Infatué, infatue reste.
    C'est vraiment fabuleux,j'apprends par ton entremise l'existence d'un lieu qui s'appelle Big Sur!Je savais déjà que là-bas tout est plus...enfin...Big, quoi.Little big man,big brother, big mac,big one tant redouté sur la côte ouest,mais Big Sur,je n'en avais jamais entendu parler.Le grand sud...Une sorte de paradis pour les yeux,les sens,une côte d'azur à l'américaine.
    Peut-être que ce bellâtre s’appelait-il Eric?Dans ce cas,il a dû être dans tous ces états!
    Les fameux états d'âme d'Eric!(celle-ci,je l'ai emprunté)
    https://www.youtube.com/watch?v=NRX7Wxxo8ig

    Et même si c'est un peu loin l’Amérique,partir c'est l'approcher...
    https://www.youtube.com/watch?v=v9dwV7EqC_k

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est amusant, j'ai pensé à cette chanson sur mon dernier texte des Impromptus... (voir dans mes réponses aux commentaires) Les grands esprits se rencontrent...
      Jolie chanson nostalgique de monsieur Schmoll, pfffiou ! quelle claque.
      ça a... 30 ans, ça, non ?
      Bisous cher Didier
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est vraiment gentil ça!Je ne suis plus allé chez les impromptus depuis leur pause estivale,merci de m'y ramener(sans passer par quatre nandous).
      La chanson de Schmoll,sans tricher,je dirais plus de trente ans,après renseignement: mille neuf cent quatre-vingt-quatre,pffiou!encore une année très riche en souvenirs...
      L’Amérique,je veux la voir,et je l'ai vu, via Google heart!J'ai emprunté la cabrillo highway(number one). Big sur,castle rock,Bixby bridge...Un peu au petit bonheur la chance .Beauté sauvage,falaises abruptes,océan pacifique à perte de souffle.
      Si tu y va dis,tu m’emmène? ^^ :)

      Supprimer
    3. Oup's tu m'emmèneS?^^ :)

      Supprimer
    4. Idem pour moi, 84...
      Quatre nandous, génial...
      Allez, oui, je t'emmène !
      Biz
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  23. Amusant de lire ce billet alors que sur ma route, aujourd'hui, je longeais une toute autre côte...

    Et là je me demande : pourquoi certains lieux accèdent au statut de "mythique" alors que tant d'autres ont leur charme singulier ?

    J'te fais un bec ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah le transfuge de la Belle Proveinsse ! Quel bonheur de constater que tu n'as pas été dévoré par un caribou, tabernak !
      Ce qui rend un lieu mythique est certainement très subjectif. j'ai moi-même en magasin tout une flopée de petit lieux qui ne sont mythiques que pour moi seule: j'y ai simplement vécu des choses éblouissantes.
      Mais je pense que leur fréquentation par des artistes ou des écrivains, ou qui que ce soit de célèbre contribue certainement à faire de certains endroits de la planète des mythes.
      Gros bec en retour
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. La planète des mites ? Faut pas y aller avec des pulls de laine !

      Supprimer
    3. Muahaha ! elle est excellent !
      Parler des mites quand on est un cricket...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Assez d'accord avec toi sur l'apport de notoriété consécutif au passage d'un écrivain ou qui que ce soit d'autre estimé (adulé ?) par un public. Ce qui serait alors assez éloquent sur la tendance au suivisme de masse. A moins qu'il ne s'agisse de s'imprégner de quelques bénéfiques effluves spirituelles émanent du lieu, au cas où celles-ci pourraient toucher de leur grâce quiconque les respirerait ?

      Supprimer
    5. Tu te doutes que je préfère la deuxième hypothèse. Quoique suivisme de masse, s'il s'agit de suivre en masse Steinbeck, Kerouac ou Tennessee, ce serait plutôt un gage de progrès culturel gigantesque...
      Ça me dirait assez, quant à moi, d'arpenter la plage de Romain Gary dans la promesse de l'aube...
      Tout comme j'aime me promener dans les jardins et la maison de Balzac, d'Hugo ou de Françoise Sagan...
      La grâce, alors, je l'ai ressentie dans toutes mes fibres.

      Profite, beau voyageur solitaire. Et réécoute ça juste pour le titre.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Cet air me vient dans la tête à chaque fois que je dis ou écris que je voyage ainsi :)
      Merci de m'avoir proposé de le réécouter.

      Pour moi qui lis peu et n'ai pas lu nombre des classiques que tu cites ici ou là, je trouve la grâce dans ce qu'un lieu m'inspire au moment où je le visite. La nature ou le paysage sont mes artistes préférés ;)

      Gros becs

      Supprimer
    7. Je ne crois pas qu'aimer la littérature empêche de contempler la nature.
      A mon avis les deux se complètent à merveille, et je me suis même certaine que beaucoup lire permet d'être encore plus émerveillé(e)s devant le spectacle des paysages.
      C'est ma conception du rapport entre nature et culture, mais elle est personnelle et n'engage que moi.
      Je suis un être qui vibre, et beaucoup de choses me font vibrer.
      Gros becs en retour
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Loin de moi l'idée d'opposer nature et littérature ! L'on peut très bien aimer conjointement l'un et l'autre, sans exclusivité ;)

      L'important étant d'être en vibration, comme tu le soulignes.

      Supprimer
    9. " rivière éternité " tu me nargues !
      Les Québécois ont quand même le sens des noms propres !
      Je vibre rien qu'à l'énoncé du nom...
      Bisous Pierre
      Profite bien et emplis toi de merveilles.
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  24. Amusant et sympa, ton billet ! Véridique, bien sûr, mais "hasard extraordinaire" comme tu dis! Tu as l'art de raconter, c'est délicieux! Bises.
    An

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, An, que c'est adorable !
      Sans doute l'art de raconter me vient-il d'une longue fréquentation des enfants.
      Ceux-ci adorent les histoires, et je ne me privais pas de leur à raconter, rien que pour voir leurs grands yeux s'arrondir de bonheur !
      Belle journée, l'artiste !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. C'est assez curieux, je constate que moi je pourrais lire des tombereaux entiers de livres à la terrasse de n'importe quel rade sans qu'on me demande quoi que ce soit d'autre que "pouvez-vous me régler, on change de service ?" c'est assez curieux...

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Walrus, sors de ce corps !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. Le meilleur moyen de ne pas se faire draguer dans un café quand on est jeune, jolie et intello, c'est de relire "Martine à la plage" !

    Pour les mecs je conseille Hagar Dunor !

    - Excellent choix, Monsieur ! Vous connaissez les fjords de Norvège ? Ragnar le Viking ? Les Contes d'Andersen ? Le Septième sceau d'Ingmar Bergman ? Kaurismaki ? Paasilinna ?
    - Paasilinna ? Ah ben forcément, oui, Mademoiselle ! Qui ne connaît pas Quousque tandem abutere patientia nostra, Paasilinna ?
    - Najat Vallaud-Belkacem, peut-être !

    Bonne lecture, Céleste nièce !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le MEILLEUR moyen de ne pas se faire draguer lorsqu'on est jeune et jolie, c'est de ne pas être intello. Bon, ça ne rassure pas tout à fait les autres mais... elles, ne comprennent pas forcément.

      Bleck

      Supprimer
    2. Rhôô ! Tu crois vraiment à ce que tu dis ?
      Je ne me risquerais pas à faire de statistiques...
      Mais chacun voit midi à sa porte, et j'aimerais que ce que tu dis soit vrai !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Joe Krapov

      Quel régal que de te lire...
      Catilina, Paasilinna quelle différence en effet...
      Je me mets d'urgence à la lecture de Hagar Dunor. Des fois qu'on me prendrait pour un garçon, du coup...

      Belle journée mon Oncle !
      Tu m'as ensoleillée de rire
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. BRAVO Célestine pour ce coin bouché avec ton habituel talent ! Je suis allée balader chez ton ami Patrick mais n'ai pu lui laisser de comm, je n'ai pas trouver la ligne nom/URL... Lumineuse journée d'automne et bonne lecture à toi céleste dame. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai laissé un message à patrick pour qu'il modifie ses paramètres d'accueil des commentateurs.
      Dès qu'il l'aura fait, ça devrait marcher...
      Bisous ma plume
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. Je vous avoue ce grand manque au niveau de la littérature américaine. Je n’ai jamais lu « sur la route »
    Ma spécialité était plutôt les auteurs classiques français, du temps que j’exerçais le métier de maître de conférence.
    Des étudiantes jeunes et jolies j’en ai vu défiler en quarante ans.
    Et certaines (très peu, au fond) possédaient ce feu, cette fièvre que vous avez toujours. C’est cela qui est fascinant.
    Et pas le fait d’etre jolie ou « intellectuelle ».
    C’est cette fièvre qui se dégage de tous vos écrits. Difficile à exprimer.A définir. A ressentir.
    Mais qui m'a foudroyé dès que j'ai lu la première ligne de vous.
    Délicieuse.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre déclaration me touche profondément.
      En matière de fièvre, vous vous posez là aussi ... (ne voyez que du respect dans cette apparente impertinence)
      C'est fou comme des mots peuvent enjoliver une journée quand ils sortent du coeur.
      Bien à vous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. Hi hi! j'adore le ton de ton billet... Pauvre garçon qui voulait t’impressionner par sa culture et qui se retrouve le bec dans l'eau. Les femmes qui lisent sont dangereuses parait-il!
    Quant à moi, je suis big sûre de n'avoir jamais entendu parler de cet endroit... Tu as éclairé ma lanterne...
    Merci!
    Belle journée!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait j'ai eu ce que l'on appelle un gros coup de chance. Deux jours avant, je n'aurais rien su dire de cet endroit.
      Les femmes qui lisent sont dangereuses...c'est vrai, mais les hommes qui lisent aussi.
      Le tout est de savoir pour qui...Et j'ai ma petite idée sur "qui a intérêt à ce que les gens ne soient pas trop instruits..."
      Belle soirée à toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  30. Merveilleuse répartie.... Je n'aime pas du tout les bellâtres, ils me mettent mal à l'aise et ils adorent ça. Je vais tenter de prendre exemple pour toi si ça m'arrive encore (humhumhum)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une répartie qui, comme je le disais à Marilyne, a été bien servie par la chance...
      Mais de temps en temps cela arrive.
      Je ne suis pas certaine d'être toujours un exemple...mais oui, bien sûr que ça t'arrivera encore, et de nombreuses fois...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  31. "l'art de raconter " j'avais découvert ta jolie plume chez notre ami bizak ! merci ! joli billet ! et merci pour ton passage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue chez moi, noelle
      Je t'ajoute avec plaisir à mon totem.
      Merci pour tes mots bienveillants. Reviens quand tu le désires.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  32. Tout malotru qui s'est avisé d'essayer de me sortir d'une lecture, que ce soit devant une boisson, dans les transports en commun ou sur une plage s'est immédiatement et vertement fait envoyer aux pelotes. M'enfin! Prière de ne pas emm..... la lectrice!!!

    C'est vrai, c'est sur la plage de Big Sur que Gary se remémorait...


    Un mojito sans alcool??? Une citronnade à la menthe, quoi!

    Bises parfumées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une citronnade à la menthe oui, mais qui ressemble à un mojito, avec de la vraie menthe et du vrai citron vert...
      Je garde les vrais pour les soirées entre copines.
      L'alcool, c'est bien mais faut pas en abuser...

      Pour les malotrus tu as raison. On a beau être ouverte, gentille et sans a-priori, ce n'est pas drôle d'être interrompu dans une lecture.
      Bises solidaires
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  33. Na ! Voilà de quoi clouer le bec de ce fanfaron !( un peu sans gène je trouve).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu une grande discussion avec un ami, sur ces relations que l'on noue, éphémères, à la terrasse d'une café.
      Il me disait que peut-être l'homme en question était vraiment épris de littérature et ne pensait pas à mal.
      C'est parce qu'il ne l'a pas vu. Je l'ai ressenti comme pas très sincère. Ses mots sonnaient faux.
      Pourtant je suis ouverte à autrui, et j'essaie de ne pas m'arrêter aux apparences.
      mais là c'était un importun, finalement. Un peu sans gêne. Et un peu lourd.
      Si j'avais eu un livre sur les fraises il m'aurait parlé de confitures...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Heureusement que ce n'était pas un livre érotique !

      Supprimer
    3. Certes. Mais aurait-il été plus à l'aise ? L'érotisme est une chose difficile à manier sans tomber dans la détestable vulgarité...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  34. Please check my com. a few days ago and reply. Many tks.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment checked. Sorry for late.
      Friendly
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  35. Ah!tu lui as rabattu son caquet à ce fat. Bravo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec un coup de pouce de la chance, oui...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  36. Réponses
    1. Un petit sourire léger et mutin, et cela m'a donné surtout l'occasion de faire connaître le blog de mon ami.
      Bisous belle dame
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  37. Comme le dit Suzanne, et Tac, prends ça... et grand sourire à toi!!! Bon WE, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ma Brizou, belle fin de semaine à toi aussi, comme disent nos amis de la belle province...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  38. Oui, tu lui en as bouché un coin à cet homme, je pense qu'il réfléchira à deux fois la prochaine fois avant de parler littérature à une belle dame. :-)
    Bisous, Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup parler littérature. Et j'aurais pu en parler à bâtons rompus. Mais ce monsieur bien de sa personne est devenu rapidement importun, et j'ai senti que la littérature n'était qu'un prétexte.
      C'est cela qui m'a un peu agacée.
      Bisous belle dame toi meme😀
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  39. Grâce à toi , Célestine , cet inconnu au physique agréable est reparti avec un costard taillé à sa démesure !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli jeu de mots !

      Petite précision car j'ai reçu des mails un peu acides sur mon comportement inexplicable selon certain(e)s.
      Quoi ? On m'a dit, tu as la chance de te faire aborder par un homme bien de sa personne et qui s'intéresse à la littérature et tu le congédiés ?
      Alors d'abord il n'est écrit nulle part que je l'ai congédié. Je lui ai même demandé très gentiment de me laisser lire.
      Mais quand je lis je n'ai pas forcément envie d'engager une longue conversation, d'autant que j'attendais une amie. Ce n'est pas plus difficile que ça. T'a pas des jours où t'as pas envie de discuter ?
      Voila, cher Jerry.
      Mais si tu te mettais à jouer de la guitare à côté de moi, l'air de rien, je lèverais le nez de mon livre et je t'ecouterais sans te tailler de costard.
      😉
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
  40. J'adore ton style et ton humour, Célestine.
    Gros bisous,
    Mo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil belle jardinière.
      L'humour me sauve et le sauvera de tout.
      C'est quelque chose que je dois à mon père, et je rends hommage à sa mémoire chaque fois que je rigole.
      Bisous chere Mo et bon week-end
      ¸¸.•*¨*• ⭐️

      Supprimer
    2. Ne t'avais-je pas dit un jour, dans un commentaire que chaque fois que je reprenais pour mon compte les bons mots,ou les expressions de mes parents,je les faisais revivre à travers moi,et que cela faisait du bien!

      Supprimer
    3. Oui, Didier, tu me l'avais dit. Et tu avais parfaitement raison... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  41. Comme promis je reviens faire un petit tour chez toi, et ce soir j'y trouve un brin d'humour qui ne me déplaît pas non plus ! Je suis attirée par l'écriture de Brautigan sans jamais en avoir lu un recueil, il faudrait que je m'y mette ...
    Par contre je ne connais pas Big Sur, je vais me renseigner, des fois que je serais prise au dépourvu par un inconnu ;)
    Belle soirée à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou chère Pointilleuse
      Merci de ton passage. Depuis ce billet, j'en ai écrit un autre, moins drôle, plus contemplatif.
      Moi aussi, je suis très attirée par Brautigan et les américains de cet époque en général.
      Belle soirée de même
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  42. Quelle jolie histoire, vivement racontée : on imagine la scène, le mec, ta répartie, sa réaction, vos échanges, comme dans un film, un film drôle, tu serais Françoise Dorléac, il serait Bébel (ou un bellâtre). Ce serait léger, amusant. J’ai beaucoup ri en te lisant ! ça m’a mise de très bonne humeur ! Merci ! D.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi j'adore ton commentaire. Je suis désolée d'avoir dû activer la modération, mais je me bats depuis deux jours contre un malotru qui m'envahit de spams sous le pseudo de "blogger"...
      J'espère qu'il va se lasser.
      Merci Dad, je me vois bien sous les traits de Françoise Dorléac.
      Bisous ravis
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  43. Tu es polie, tu réponds.
    Moi, quand je suis dans un bouquin qui me passionne, tu peux toujours me parler, je n'entends personne. :-D
    Et si en plus, c'est pour devoir écouter le discours d'un fanfaron ... Bonne lecture !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, j'essaie d'être polie. Et puis je m'intéresse à mes semblables, tant qu'ils ne fanfaronnent pas !
      Bisous chère Sabine
      Bonnes lectures à toi aussi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.