dimanche 14 août 2016

Je suis Miss Tic comme on est Charlie




Bon, je sais, vous êtes tous à la plage ou au vert, en train de vous enjailler dans la suave moiteur des vacances, regardant mollement fondre un glaçon ou deux à la surface de votre boisson fraîche du moment, les doigts de pieds délicatement épanouis dans la pose béate dite de l’éventail. Ce n’est donc pas le moment de vous titiller l’amygdale avec des problèmes existants, ciel !
Aussi je serai brève.
Une remarque iconoclaste mais pertinente de mon ami AlainX, sur le précédent billet, m’a mis la puce à l’orteil. Paraîtrait que l’idole de mes vingt ans, la sulfureuse Miss Tic, serait devenue, je cite, « une femme rebelle qui s'est engluée dans le paraitre capitaliste et l'installation dans la bonne bourgeoisie sagement assise dans le conformisme néo-révolutionnaire .... » Vous imaginez mon désappointement mâtiné de dépit... Même elle, que je me suis dit...Putain, le fric pourrit vraiment tout…Certes. 
Sur le coup, je me suis dit aussi que je devrais lire Paris-Match ou Voici plus souvent, reconnaissant ne pas me tenir au courant des évolutions négatives ou embourgeoisées de tel ou tel personnage du PCF (Paysage Culturel Français, bien sûr, vous pensiez à quoi d’autre ?) On ne compte plus les Renaud, ou les Depardieu qui ont pris des virages fataux, rattrapés par la gloire et le double whisky. Mais Renaud, avant d’être une épave, a écrit Mistral Gagnant, et Depardieu même s’il est « le gros con » qu’on dit qu’il est, est un acteur de génie qui peut tout jouer avec une sensibilité extraordinaire. N'y a-t-il pas une saine distance à instaurer entre l'oeuvre et la vie privée de l'auteur?
Pour moi, le message de Miss Tic reste intact. Je dirais même qu’il n’a pas pris une ride. Qu'elle ait la ménopause vénale et flasque, qu'elle fasse de la pub sur des camionnettes, pour moi,  ne change rien à la force de son trait d'alors. 

Moi, j’aimais bien en 86 son côté femme libre, assumant sa libido, courageuse dans ses prises de positions, un rien impertinente et jouant avec les mots. 
« Une chouette poétesse de la rue » comme dit Le Goût, un autre ex-admirateur de son talent d'alors.
Et trente ans plus tard, j’aime toujours ça, surtout par les temps qui courent, où s’afficher en débardeur sexy et en femme insoumise risque de devenir plus difficile que de gagner le cent mètres aux jeux olympiques.



free gif maker




Miss Tic, à découvrir si vous ne la connaissez pas. Des centaines de dessins de rue ou de porte,  et autant de messages à méditer...
Merci à Walrus de m'avoir  donné l'idée de superposer les photos. Quelle riche idée !

113 commentaires:

  1. faudra que je découvre, je ne connaissais pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec plaisir ! Tu ne regretteras pas ton voyage dans son intérieur...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Ce que sont les gens, ce qu'ils deviennent "avec le temps va tout s'en va" n'a pas à entamer le rapport que l'on a avec leur oeuvre.

    C'est personnel. Cela relève... du Miss Ticisme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureuse que tu partages mon point de vue, m'n oncle !

      Louis de Funès n'était pas drôle, paraît-il, dans la vraie vie.
      Mais on s'en fout...dans ses films il était exceptionnel.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. On n'est jamais sûr de rien dans la vie, tant le monde continue à changer. Les idées changent, les opportunités changent. L'homme en fait n'est que ce que la société et la vie veulent bien en faire. S'adapter à la société qui nous entoure, nécessite parfois une remise en cause de nos acquis, conditionnements et de nos fausses assurances , mais pas forcement perdre son âme.Vivre autrement après avoir tant donner, tant supporter, n'est pas une chose anormale en soi, ni même interdite sauf si elle perd son humanité ou son âme comme je le disais. Alors que vive Miss Tic si elle le juge conforme à son bon plaisir.
    Bisous Miss Célestique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment elle a perdu son âme à se vendre aux bobos parisiens...
      Mais pour moi cela n'enlève rien à la qualité de son oeuvre passée.C'est juste cela le sens de mon message...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. En tout cas je ne sais pas quel âge tu as mais j'ai l'impression que tu évolues bien, quelle pétillante sagesse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh chère Isabelle, quel plaisir de te voir par ici. Reviendrais-tu dans la blogo ?
      J'ai l'âge d'avoir des souvenirs de jeunesse dans les années 80...Merci pour la "pétillante sagesse".
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Rhôo ! Tu as vraiment cru que je ne l'avais pas fait exprès ?
      C'est vrai que c'est une déformation tellement naturelle chez moi, cet humour à deux sesterces, que j'en oublie de mettre des guillemets...
      J'aime bien faire des fautes exprès, sur les exceptions notamment...une façon de me venger de cette ineptie. Les règles d'orthographe m'ont pourri le boulotpendant 30 ans, enragées comme des chacaux dans des bocals.
      Et sinon, Miss Tic, elle te chatouille l'hypophyse ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Une découverte initiatique. Je ne connaissais que la BD. Chale heureux Merci

      https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1739893816222633&set=pb.100006060935956.-2207520000.1471183917.&type=3&theater

      Supprimer
    3. De rien, de rien, cher ami.
      J'aime partager mes coups de coeur.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Je n'ai jamais vu ni connu Miss-Tic dans ma grotte...
    La seule de ma connaissance trainait dans les BD de Picsou sous le pseudo de Miss Stick...
    Un tantinet différente de cette brune ténébreuse que j'inviterais volontiers dans ma grotte pour une séance de Miss Tissisme (pas de dessin à l’occurrence, la censure me damnerait aux mille enfers...)

    Désolé pour la trivialité de mes pensées, mais parfois je suis un homme, dans sa facette animale ; malgré mon travail introspectif...
    Ca doit être la faute à l'été.
    ;-)

    La preuve que l'on est et ce que l'on parait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'excuse pas d'avoir une nature humaine, on n'est pas dans le jugement ici...La censure ? Quelle censure ? Pas la mienne en tous cas...
      Il est vrai que l'été a une action sur les glandes exocrines comme endocrines...c'est prouvé scientifiquement.
      Quant à Miss Tick, l'affreuse sorcière du journal de Mickey, elle risquerait plutôt de donner des cauchemars !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. eh bien moi je l'aimais bien cette sorcière cauchemardesque, parce qu'elle foutait la trouille à tout le monde...
      pour la censure, euh... pas ici et pas maintenant...
      rire...
      En tout cas tu es ce que tu es, et si l'on ne sait pas "regarder" on ne voit que ce que tu montres...
      Alors AlainX est un tantinet provocateur, mais sans doute pas cynique à ton encontre...

      Supprimer
    3. Non bien évidemment, pas cynique, il m'aime trop pour ça ^^
      j'aime bien ce que tu dis, Gilles, de l'apparence et de la face cachée des gens. Et donc de moi..
      Quant à la sorcière, je ne faisais que rebondir sur ce que tu disais : tu parlais de fantasme, à la base, je te rappelle. Enfin, je crois... ^^

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Pas cynique du tout en effet....
      Et même , notre Célestine chérie vaut mieux qu'une Miss Tic qui a dévoyé son art pour quelques dollars....
      Céleste au le sens du gratuit, et du généreux, ça change tout !

      Supprimer
    5. S'offrir quand tout se vend...c'était un de ses slogans, elle s'est parjurée, moi pas.
      merci Alain.♥︎

      Supprimer
  7. Je ne connaissais pas non plus. Bon dimanche Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien je suis contente d'enrichir ta culture, cher petit Belge.
      Elle gagne vraiment à être connue. Pour son coup de crayon très sûr, déjà, mais surtout pour ses messages...
      Bisous bon dimanche
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. C'est je crois, ce qui arrive, le plus souvent, au Street Art... à l'Art urbain des graffitis , non autorisé le plus souvent, réalisé dans la rue ou dans les lieux publics.... laisse passer des messages clairs, percutants, engagés... je ne connaissais pas Miss Tic, mais Bansky oui...l'irrévérencieux, le subversif que l'on dit,... (j'ai travaillé avec mon petit-fils pour son oral du brevet) (en 3ème, en juin dernier) en Histoire de l'Art... et oui Madame,(je l'ignorais aussi... ).... il faisait partie des artistes à connaître... notamment, "l'enfant et la machine à coudre des drapeaux"... une réalisation toutefois intéressante.. Bansky,artiste que l'on trouve partout et nulle part, intrigue et fascine à la fois... le mystérieux......
    Quant à Miss Tic, je ne peux en parler, je ne la connais pas.... mais je te promets d'aller la découvrir.
    Bon après-midi à toi Célestine, et merci de donner du sens à nos sens...
    bisou.
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très très joli, ça, "donner du sens à nos sens", Den.
      je le replacerai peut-être dans un billet...
      Je viens, pour ma part, de passer mon après-midi avec Ludovico Einaudi...parfait pour un dimanche de canicule où l'on reste à l'intérieur, au frais...
      Bansky, oui, bien sûr, le grand, le mystérieux...
      Je suis sûre que tu vas aimer Miss Tic. je me retrouve beaucoup en elle, même si ce n'est pas à cent pour cent...
      Bisous ma belle amie
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Moi aussi cet après-midi, j'étais au frais, tranquille derrière mes persiennes croisées, j'étais seule, et heureuse de l'être, pour une fois, et j'écoutais aussi Ludovico Einaudi.. (voir mon dernier billet) relié sûr-aimant par un puissant lien amical.
      Merci Célestine.....
      bisous rendus.
      Den

      Supprimer
    3. Un puissant lien amical...oh comme tu me fais plaisir, Den.
      Il est vrai qu'aujourd'hui, il était difficile de mettre le nez dehors avant 18 heures...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Je ne connaissais pas Miss Tic, problème de génération sans doute...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'arrête un peu de dire que t'es vieux ?
      Je connais bien Edith Piaf, moi... :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Quand l'impertinence de jeunesse s'englue en marque de sous-vetements féminins et en produits dérivés..... On se dit que l'erreur de Claude Monet fut de ne pas vendre des slips impressionnistes pour payer ses nombreuses dettes !....
    "Impression sexe levant" ça aurait plu aux dames....
    :-)

    "produits dérivés" comme cette belle expression est signifiante....

    Pour ma part, je te préfère toi !
    Surtout en débardeur sexy !
    (elle est où la photo ?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel trait de fulgurance : produits dérivés, effectivement, je n'avais jamais fait le rapprochement avec la dérive...
      T'es trop fort Alain.
      Je t'envoie la photo.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Bien reçue ....
      Alors là, les potes, vous loupez une magnifique naîade...q. :-)

      Supprimer
    3. T'es où Mr Alain X ?

      Supprimer
    4. C'est drôle, ce n'est pas cette question que j'aurais posée...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Il fallait bien trouver Alain porteur du butin secret!

      Supprimer
    6. Je pensais que tu me demanderais aussi la photo de Miss Toc, en fait...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Oui, mais si l’autre avait pris l'original !

      Supprimer
    8. L'original...c'est quoi quand on fait de la photo numérique ? mdr
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. C'est pas faux Miss Stic !

      Supprimer
    10. ...reste toujours originale !

      Supprimer
    11. Oh Bizak, je n'avais pas vu ce dernier commentaire, noyé sous le flot...
      Oui bien sûr que je resterai originale... Je ne compte pas changer ni me dupliquer hih !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    12. D'un autre côté, c'est dommage de ne pas te dupliquer, parce que ça relèverait le niveau moyen de l'humanité...

      Supprimer
    13. @ Blutch: Bon, si c'est dupliqué, je te vois venir, tant que ce n'est pas multiplié.

      Supprimer
    14. @Blutchy

      Tu sais que ça devrait être remboursé par la sécu, des compliments comme celui-là ?
      ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    15. @Bizak

      Dupliquer, au sens premier, c'est multiplié par deux... C'est donc déjà multiplier ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    16. Ha!ha! Oui t'as raison , c'est multiplié par deux sans plus!

      Supprimer
    17. @ Céleste
      Fais-moi penser de te faire une ordonnance.
      @ Bizak
      Hugo avait dit qu'en ouvrant une école, on ferme une prison. Pour le paraphraser, je dirais qu'en multipliant les Célestine, on réduit d'autant le nombre de décérébrées

      Baci et accolade

      Supprimer
    18. @Blutch: J'avoue que tu as touché un point sensible concernant la Céleste.

      Supprimer
    19. Ah oui, je suis extrêmement sensible à être assimilée à une phrase qui parle de Victor Hugo...
      Merci une fois de plus pour tes mots, Blutchy, et les tiens Bizak.
      La lettre B me porte chance.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Dis donc, Celle, pas de funambulles depuis le 5 juin???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais... mais tout le mois de Juillet j'avais la tête farcie de l'accident de mon fils...
      Et en août il y a eu mon père...
      Je vais me rattraper, promis, mon petit Bof.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. L'œuvre établie a sa propre existence et si son auteur subit au fil des ans l'érosion de la gloire, des honneurs, de l'oubli ou de la déchéance, Elle, demeure telle qu'elle. C'est elle et elle seule qui a de l'importance.
    Et puis il y aussi la fidélité aux auteurs quand ils "s'en croient" ou quand ils dégringolent. Comme de vieux amis on continue parfois à les aimer sans plus trop savoir pourquoi....peut-être simplement parce qu'aimer ça ne se commande pas.
    Sans connaitre dame celestine on l'imagine sans peine dans cette grande silhouette noire de Miss Tic, avec la même liberté....et la même grâce. Alors comment ne pas rêver....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'avoue que du temps de ma folle jeunesse, je n'avais aucun mal à m'identifier à ce physique de belle brune avantageuse...mais voilà, je ne suis plus tout à fait jeune...
      Vous avez raison, pour moi, l'oeuvre demeure, et le message est important.
      L'évolution personnelle d'un artiste quel qu'il soit ne change rien à son talent.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Lorenzaccio14 août, 2016

    J'ai observé des dizaines de dessins de cette belle dame que je ne connaissais pas.
    Et je sais maintenant pourquoi vous l'aimez, délicieuse. C'est qu'elle vous ressemble.
    ~L~

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lui ressemble serait plus juste...Oui, sans doute, il y a une communion de pensée.
      Et peut-être aussi un petit quelque chose dans l'attitude et le port de tête.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  14. Miss Tic serait-elle devenue mi-stick mi-raisin?
    Je ne la connaissais pas non plus. J'aime bien ce qu'elle faisait alors.
    Doit-on tout jeter d'un artiste qui a mal évolué?
    Pour moi, c'est non car les poubelles de l'art deviendraient vite trop encombrées.
    Ils sont rares les artistes qui s'arrêtent après avoir tout exprimé. D'autant plus rares qu'ils deviennent souvent connus à la fin de leur art, lorsque ça devient du pur commercial...
    Qui a encore la sagesse de Brassens?
    Un folliculaire lui avait demandé si ça ne le gênait pas de gagner tant d'argent avec ses chansons anarchistes et iconoclastes. Il avait répondu que non, car ça ne le gênait pas non plus lorsqu'il ne gagnait rien avec les mêmes chansons.
    Bacioni

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est certain que Brassens n'a jamais cédé à la facilité et aux miroirs aux alouettes des médias. Il était en souffrance chaque fois qu'il devait passer sur un plateau télé.
      Il reste quelques artistes comme lui, Gerard Manset, Hubert Félix Thiéfaine, qui refusent de faire partie du show-biz, et vendent quand même des millions de disques, alors que Lavilliers a perdu de sa hargne et est devenu doux comme une agneau.
      Et pourtant, les chansons des débuts de Lavilliers gardent ce parfum de rebellion superbe.
      TVB mio amico
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  15. « N'y a-t-il pas une saine distance à instaurer entre l'oeuvre et la vie privée de l'auteur? »
    J'ai toujours eu du mal à comprendre ceux qui ne parvenaient pas dissocier les deux. Il me semble qu'on peut aimer une oeuvre sans forcément tout aimer de l'auteur. Pour ma part il est même fréquent que je n'aime qu'une partie de l'oeuvre : celle qui me touche ; ce qui suscite de l'émotion ou me fait réfléchir. Et ça c'est largement indépendant de la personnalité de l'auteur...

    Pour ce qui est de céder au succès, quitte à perdre en originalité en répondant à des commandes, ça peut se comprendre. C'est peut-être dommage, certes, mais ça peut se comprendre. D'ailleurs je ne suis pas sûr que ça se fasse d'un coup. J'imagine plutôt une notoriété croissante, que peu refuseraient, sans savoir à l'avance vers quoi elle mènera.

    Si un jour tes Funambulles sont repérées, fais gaffe ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En l'espèce, ce n'est pas du tout une affaire de "vie privée", tout le contraire plutôt....
      Exploiter jusqu'à la corde la fulgurance de 2 ou 3 ans de jeunesse créatrice, en reproduisant sans fin la même chose et marchandant à l'envie ses oeuvre de street art, y compris sur sa marque de slips et soutiens-gorge....
      pourquoi pas....
      mais je trouve ça décadent !
      Faut pas après ça se prétendre "rebelle" !!

      Supprimer
    2. En effet, il s'agit davantage de "choix personnels" (ils le sont toujours…) que de vie privée. On peut les déplorer, et même y voir une décadence, mais on entre alors dans le jugement (et pourquoi pas ?) sans forcément connaître les raisons de ces choix. Elles peuvent être fort diverses, et pas forcément méprisables.

      Par contre tu as raison : difficile de se prétendre "rebelle" (mais le fait-elle ?) dès lors qu'on fait commerce de cette image. Difficile de contester un système tout en en tirant profit ;)

      Supprimer
    3. @Pierre

      Tu touches là un des principaux problèmes de notre société : juger sans comprendre. Entretenir des polémiques sans savoir.
      Je me dis toujours que le gens ont peut-être des raisons d'être comme ils sont, ou de prendre des chemins qui s'éloignent de leurs principes premiers, c'est la démarche d'Isabelle Padovani dans sa video sur la non-violence.

      Mais même si quelqu'un tourne vraiment mal, la nécessaire distance veut que l'on n'amalgame pas toute son oeuvre à ce qu'il a fait.
      Jeter le bébé avec l'eau du bain n'a jamais été une solution. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. @Alain X

      Miss Tic est une rebelle. La dessinatrice qui est au bout du pinceau (ou en l'occurrence de la bombe à grapher) n'en est pas une. Elle s'est laissé bercer par les sirènes du pognon...
      Assimiler le personnage et l'artiste qui l'a créé, c'est un peu comme si on assimilait Agatha Christie à ses assassins...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. @Pierre

      Difficile de contester un système tout en en tirant profit

      Ah combien cette phrase est juste, et en même temps, combien de gens ne trouvent pas ça difficile du tout...A commencer par ceux qui vouent aux Gémonies facebook et tout ce qui est américain, et qui s'en servent pour fomenter leurs attentats...
      Et ne parlons pas de tous ceux qui crachent sur le système français mais qui touchent les aides sociales...
      bref, je vais m'énerver.
      Et c'est pas bon pour le teint.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. « Je me dis toujours que le gens ont peut-être des raisons d'être comme ils sont, ou de prendre des chemins qui s'éloignent de leurs principes premiers ». Et moi je me demande s'ils n'ont pas toujours des raisons… Cette façon de voir (celle que propose Isabelle Padovani) apprend à relativiser nos jugements, à mieux comprendre toute la complexité de la pensée humaine, et peut conduire une humilité de bon aloi :)

      Quant au "difficile", j'aurais plutôt dû écrire "absurde" (ou inconséquent, ou quelque chose du même genre).

      Tu as raison de ne pas trop chercher à détailler parmi ceux qui pourraient entrer dans cette catégorie… on risquerait d'y être très nombreux ;)

      Chaudes bises

      Supprimer
    7. Pour difficile... j'ai juste repris ton propre mot... ;-)
      Mais tu as raison, apprendre à comprendre l'autre, c'est ce qu'il y a de mieux à faire si l'on veut changer les choses progressivement vers un monde plus apaisé...même si cela paraît une utopie à certains.


      L'autre jour je roulais avec mon fils, et un type nous a doublés à 130 sur la nationale.
      J'ai commencé à rouspéter et là, mon fils a dit: sa femme est peut-être en train d'accoucher...
      je me suis dit que j'avais vraiment réussi son éducation, au-delà de mes espérances...

      Bises très chaudes ( 35 degrés)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. "sa femme est peut-être en train d'accoucher..."
      Mais si c'est pour accoucher d'un enfant sans papa, c'est un peu con, tout de même, aurais-tu pu répondre ;-)

      Supprimer
    9. C'est pas faux...mais tu vois, je n'y ai pas pensé...j'ai trouvé que dela part de mon fils, chercher une explication à un comportement, sans forcément l'excuser, plutôt que de râler, ça valait la peine d'être relevé. Et je pense, en outre, qu'un jeune futur papa qui trimballe sa jeune femme en train de se tordre de douleur doit en oublier un peu la prudence...
      Bises cher Djoe,ravi de te revoir
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  16. Ah mais je ne suis pas un "ex-admirateur de son talent".
    J'aime toujours ce qu'elle fait.
    C'est ce qu'elle est devenue que j'aime moins.
    Comme Depardieu ou Renaud...
    Il faut bien manger.
    Rimbaud fut bien trafiquant marchand d'armes un moment alors Miss Tic peut bien aider à louer des camionnettes.
    Mais je préfère la poétesse à la publicitaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est entièrement d'accord, alors.
      Moi aussi, je préfère la poétesse. Et tant que ses oeuvres circulent sur internet,et touchent le coeur des gens, elles seront intéressantes et importantes.
      La poésie est un luxe de première nécessité.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Sachant que l'on vit dans un monde où le fric est une nécessité absolue, Miss Tic a peut-être décidé que de vendre (très cher) un pan de son image à des publicitaires pour pouvoir continuer ses tags et autres dessins de rue sans devoir tirer le diable par la queue pouvait être une meilleure solution que d'aller faire des ménages chez les riches bourgeois...
      Ce qui pourrait rejoindre mon commentaire un peu plus haut concernant le rapport de Brassens avec l'argent.
      Il n'est pas indispensable d'être maudit pour être un bon poète.
      Bacioni

      Supprimer
    3. Tu aurais fait un merveilleux avocat, Blutchy.
      C'est vrai qu'envisagé sous cet angle, c'est un peu comme essayer d'expliquer pourquoi un type va vite sur la route sans nécessairement penser que c'est un abruti.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  17. Oui bon, et bien elle a fait comme beaucoup, la révolution ne se fait pas avec des ventres pleins disait je ne sais plus qui.
    Et la Miss une fois "avalée", "digérée" par le système a fait comme beaucoup : elle a fermé sa gueule, et rentré dans le rang !
    Tiens belles châsses, j'ai même connu un président (enfin un qui a tenté de l'être) qui voulait être normal, il n'a réussi qu'à être ordinaire. ];-D

    Il fait quel temps à Lille ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cherché Jenesépluki sur google, mais je n'ai pas trouvé sa phrase...
      Quel temps à Lille ? Lille saint Louis ou Lille de la Cité ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Il parait qu'on ne peut pas être et avoir tété (Balasko sors de là...) être et avoir été (en version Clavel).
      Et bien cette assertion est fausse.
      Jeune, le président ordinaire était nul à chier, et bien il l'est resté.

      Supprimer
    3. Version Clavel, tu m'expliques ?
      Cela dit, je suis d'accord avec ta dernière phrase...
      Mais chut ! les murs ont des oreilles ! Anastasie, l'ennui m'anesthésie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Etre et avoir été est le titre d'un livre de Bernard Clavel que j'ai du lire il y a... un demi-siècle, donc s'il fallait le résumer, je risquerai d'être un peu trop approximatif et lacunaire.
      Ti bacio Cara

      Supprimer
    5. Merci pour tes explications, mio caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  18. Bon, ça, c'est l'impermanence des choses ! Ne sommes-nous pas des explorateurs aux multiples facettes sur notre belle terre ? On peut saluer une facette et ne pas en admirer une autre... Bises céleste Célestine, doux lundi. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et toi tu es la voix de la sagesse, chère Plume
      Doux lundi à toi
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  19. Moi je ne connaissais pas Miss Tic :) Mais si je suis d'accord avec toi pour admettre que la vie privée et l'oeuvre sont deux choses différentes, j'ai du mal à accepter... le mauvais exemple. Le talent qui se transforme en inconscience, arrogance, l'oeuvre poétique qui un jour n'apparaît pas comme le reflet de l'artiste mais simplement sa "wish list"... J'ai le sentiment qu'on m'a fraudée...

    Baci sorellita!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes. Mais quand on regarde simplement l'oeuvre sans rien savoir de celui ou celle qui l'a faite, on a un jugement plus objectif.
      D'ailleurs je pense que moins on en sait sur un artiste, et plus on peut se concentrer sur ce qu'il fait.
      Mais évidemment, je respecte ta façon de voir les choses.

      Molto baci per te
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. D'ailleurs je pense que moins on en sait sur un artiste, et plus on peut se concentrer sur ce qu'il fait.
      Peut-on détacher à ce point l'artiste de son oeuvre ?
      N'est ce pas le chosifier ?
      S'approprier ce qu'il fait comme si c'était "à soi" par projection ? Alors que l'oeuvre est "média"
      l'Art n'est-il en premier communication humaine .... ?
      Sinon c'est froid ....

      Pour ma part j'adore parler avec l'artiste...
      et quelques uns me sont proches, ce qui fait mon bonheur....

      Supprimer
    3. Tu présnetes là des arguments qui me font vaciller...Bien sûr qu'il ne s'agit ps de faire abstraction de l'artiste.
      Je gage que j'adorerais parler avec la créatrice de Miss Tic, afin de savoir ce qui l'a vraiment poussée à se parjurer. Mais je lui dirais aussi mon admiration pour ses traits géniaux qui ont enchanté ma jeunesse rebelle.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Il me semble qu'il est rare de pouvoir parler avec l'artiste, mais quand c'est possible c'est certainement une grande chance… et une occasion à ne pas manquer. Hélas certains ont eu le mauvais goût de mourir, parfois depuis fort longtemps.

      Je crois que certains oeuvres peuvent être "éclairées" par une connaissance du parcours de vie de l'artiste (je me souviens d'un tableau de Chagall, expliqué ainsi et prenant une toute autre dimension que ce que j'en avais perçu). D'autres oeuvres peuvent "parler" par elles-même, sans nécessité d'explications complémentaires.

      Bon, comme d'habitude j'essaie de concilier plusieurs points de vue ;)
      Et mon propos va bien au delà de MIss Tic

      Supprimer
    5. Absolument, Pierre.
      On ne peut méconnaître complètement l'artiste,et d'ailleurs ce n'est pas tout à fait ce que j'ai dit. J'ai dit qu'il fallait instaurer une certaine « distance » entre l'homme et son oeuvre.
      Vois-tu, cela m'énerve d'entendre quelqu'un qui aimait les chansons d'Aznavour, par exemple, ne plus les aimer parce qu'il est dit qu'Aznavour est un exilé fiscal. Mais la chanson, elle, n'a pas changé...Elle procure toujours la même émotion...
      En même temps, là où j'ai fait une erreur, c'est de dire « On a un jugement plus objectif ...
      Comme si on pouvait être objectif en art... l'émotion est essentiellement subjective.
      mais quand j'aime un tableau, je ne l'aimerai pas moins si j'apprends trois ans après que l'artiste a tué sa belle-mère. Enfin il me semble. Quoi que, ce n'est peut-être pas un très bon exemple, en fait...
      Ce coquin d'Alain m'embrouille !
      Tu vois moi aussi, j'essaie de comprendre les points de vue, et ce n'est pas si simple, ce débat...
      Merci d'y apporter ta...pierre, si j'ose dire ( tiens je ne te l'avais jamais faite, celle- là ! ) ^^

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    6. Mais si, mais si, c'est un intéressant exemple que celui de l'artiste qui a tué. Je pense à Bertrand Cantat, par exemple. Dans un autre genre on peut penser au "coup de boule" de Zidane ou aux frasques (?) de DSK, ou encore à la dérive nauséabonde de Brigitte Bardot. Dans chacun de ces cas c'est l'individu qui se discrédite, mais pas les talents (ou considérés comme tels) qui l'ont fait apprécier auparavant. Par contre, c'est peut-être plus difficile de continuer à les apprécier à partir de ce point de basculement…

      Pour l'objectivité, je l'avais perçu dans le sens de "non influencé par la subjectivité d'autrui". On est toujours dans la subjectivité face à un artiste mais on peut vouloir être objectivement subjectif plutôt que subjectivement subjectif ;)

      Pour la pierre, généralement on ne me la jette pas. Mais me la laisser apporter c'est bien mieux ! (et c'est bien trouvé)

      Supprimer
    7. Je pensais à Bertrand Cantat (quoi qu'il n'ait pas tué sa belle-mère) moi aussi...
      Bien sûr que l'on ne peut plus apprécier l'artiste s'il a basculé très loin de nos valeurs....
      Mais on a tendance à envoyer promener les oeuvres qui, elles, n'en peuvent mais.
      Et c'est surtout cela qui m'interroge.
      Bises orageuses (au sens propre, pas d'inquiéude !)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  20. Bonjour Célestine, j'aime bien cette artiste.
    Je ne suis pas très infos people, et heureusement dans un sens...
    Les artistes sont des gens comme tous les autres hommes, ils peuvent nous enchanter ou nous décevoir, rester fidèles à leurs convictions et valeurs ou retourner leur veste.
    Bon lundi, et je t'embrasse (peu présente car je suis en pleine préparation de déménagement avec quelques tracas inattendus)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah...les joies des déménagements...Moi c'est demain que je vais donner de l'huile de coude pour installer numéro 3 dans ses appartements...
      Bon courage.
      Et merci d'être passée.
      Gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  21. Bah, la rébellion est souvent un étape vers autre chose.
    Si tout le monde était rebelle toute ça vie, bonjour le bordel !
    Puis vaut mieux être rebelle profiteur que râleur chieur jamais content qui critique tout le monde :-)

    Tiens, cadeau pour ta collec, j'avais trouvé celui-là y'a quelques temps :
    http://plumeetmots.canalblog.com/archives/2015/07/12/32349181.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol !
      Moi je dis mieux vaut être belle et rebelle
      que moche et remoche.
      Je file voir le lien
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  22. Miss Tic: Subjugué par ton dessin, je te laisse mes mots avant de te laisser mes ailes:
    Sur du sable fin
    D'un isthme coloré
    S'étend une déesse
    Nue comme un ciel bleu
    Cachée par une fine lanière
    Qu'elle est belle dans sa peau
    L'astre aux rêves envoûtants
    Elle qui tient un éventail
    Cueilli d'un beau palmier
    Aux dates parfumées d'anis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je parlais de ta nouvelle bannière bien sûr!

      Supprimer
    2. @ Bizak
      Dommage, j'aurais bien vu notre hôtesse ainsi prélassée sur la plage de Sète, à l'ombre de la croix de Georges.
      Accolade et Baci à Céleste

      Supprimer
    3. Merci mes amis !
      Bizak, ton poème me touche beaucoup.
      mais au fait, pourquoi dommage, Blutchy Amo ?
      Peut-être bien que c'est la plage de la Corniche, le long de cette grève où le sable est si fin...

      Bon en tous cas, Bof va être content. C'est lui qui m'a houspillée pour que je reprenne mes pinceaux...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Parce que Miss tic est certes un être mystique, mais aussi et surtout virtuel. Pas toi et qu'il est des situations où le concret est, de loin (mais aussi de près) préférable... :-)
      Baci

      Supprimer
    5. Voilà une explication qu'elle est bonne !
      Grazie mille mio caro
      Bacioni

      Supprimer
  23. En fait, vu ce qu'elle est devenue, Miss Tic était plutôt Miss Toc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je dirais plutôt qu'elle est devenue Miss Toc.
      Cela laisse une chance à ses anciens dessins...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  24. Hé bien, je n'en avais jamais entendu parlé et je trouve ces dessins et le message simple véhiculé vraiment bien !
    Tu pourrais essayer de dessiner une affiche Miss Tic !
    Fais de moi ce que tu veux, tu veux dire que tu as bon caractère c'est ça ??
    Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me contente de dessiner mes funambulles, dont le message même sans paroles me semble clair ...non ?
      Bon caractère ? Faut demander à mes amis !
      Bises mindounet merci de ta fidélité
      ¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ce qui est bien c'est que tes funambulles ouvrent sur le dialogue
      Ce qui est encore mieux c'est que c'est beau à regarder et tout en sensibilité célestinienne !

      Supprimer
    3. Merci ^^
      Je ne sais dire que ça...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  25. J'aime bien tomber sur ses petits billets et je comprends parfaitement qu'elle ait besoin d'argent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es quelqu'un de conciliant, en somme ^^
      Bises étoilées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  26. « Et trente ans plus tard, j’aime toujours ça, surtout par les temps qui courent, où s’afficher en débardeur sexy et en femme insoumise risque de devenir plus difficile que de gagner le cent mètres aux jeux olympiques.» (Miss Stine à propos de Miss.Tic).
    Aujourd'hui, les pulpeuses de Miss.Tic pourraient bien subir le recouvrement de leurs courbes affolantes d'un voile agressivement pudique, d'une burqa verrouillée, d'un hypocrite burkini. En revanche, j'observe que la créature adorable, qui hante votre bannière, nous dévoile chaque fois un peu plus son charmant mystère. Ce faisant, elle proteste avec toute l'insolente nonchalance d'une Bardot de la grande époque contre la manœuvre de terreur de cette armée de voyous hallucinés, qui prétend nous soumettre : la vraie Miss-Tic contre les faux mystiques ! Je vous salue, Stine céleste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me demandais si quelqu'un allait relever ma dernière phrase, et ce fut vous cher Patrick.
      Cela me tient tellement à coeur, de préserver cette liberté durement et chèrement acquise par nos aînées.
      Je frémis quand je pense à tout ça, et que j'essaie d'imaginer ma fille, ma petite-fille, mon arrière- petite-fille...viendront-elles me voir en me disant: " Raconte-nous encore, mamie, comment c'était quand tu pouvais t'habiller en tenue légère et sentir le vent caresser tes cheveux sur ta bicyclette..."
      Oui, je frémis. Parce que je ne suis pas crue, et que certains disent que j'exagère ou que je me fais des films (d'horreur)...
      Brigitte Bardot a "mal tourné" elle aussi, et pourtant, quel symbole elle a été ! jusqu'à prêter son sublime buste à notre chère Marianne si malmenée...
      Alors oui, vous avez raison, mes funambulles se battent avec de pauvres armes pour que les femmes restent libres de leur corps.
      Bien à vous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. « […] certains disent que j'exagère ou que je me fais des films (d'horreur).».
      Ce sont les mêmes, qui nient l'implacable réalité du « film d'horreur», dans lequel un voyou halluciné a tenu le premier rôle, sur la promenade des Anglais, à Nice.
      Vous placez l'expression « mal tourné », relativement à Bardot, entre guillemets, vous avez raison : ce n'est pas Bardot qui a mal tourné, c'est le voyou halluciné de Nice, qui a semé la mort et la désolation avec un camion. Bardot a offert au monde le spectacle unique de sa beauté, la somptueuse vision de son corps, de sa rayonnante sensualité. Lassée du monde, elle consacre désormais son temps à la cause animale, considérant à juste titre que celle des hommes était perdue d'avance. Le parti des crétins l'insulte régulièrement : c'est assez dire qu'elle est dans le vrai ! Être insulté par les crétins dominants constitue la preuve irréfutable de la justesse d'une cause.

      Supprimer
    3. Être insulté par les crétins dominants constitue la preuve irréfutable de la justesse d'une cause.
      Voilà qui va redonner le moral à un certain nombre de gens qui ne sont pas dans la Norme...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  27. moi aussi j'adore et je laisse les frustrés à Bretécher !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé ! jolie référence culturelle, Daddy !
      Brétécher, une autre femme libre.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  28. parfaitement analysé comme d'hab. A bientôt, on continue à glandouiller sec pour une durée indéterminée. Bizzz caphyesques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Glandouillez, glandouillez les Cafards.
      c'est la période !
      Du moment que vous sortez de votre léthargie pour venir me faire un petit coucou de la pince ou de l'élytre...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  29. "Et trente ans plus tard, j’aime toujours ça, surtout par les temps qui courent, où s’afficher en débardeur sexy et en femme insoumise risque de devenir plus difficile que de gagner le cent mètres aux jeux olympiques"
    Vrai et triste à en pleurer.
    Sinon c'est très chouette ce qu'elle fait (ou faisait)
    Certains slogans sont géniaux!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as extrêmement bien synthétisé l'esprit de mon billet, ma luciole.
      A faire circuler au maximum de gens autour de nous (surtout les filles) pour qu'elles soient fières de leur corps et de leur liberté chèrement acquise.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.