mardi 12 novembre 2013

Quand j'Ubu, j'eus plus soif...

Je te salue, ô toi le blogueur innocent qui te commet peut-être en ces lieux pour la première fois! Ô toi qui es convaincu depuis longtemps des immenses avantages de la cybernétique (sinon, tu ne serais pas là, en train de te promener sur ces espaces virtuels fabuleux qui s'offrent à toi, et notamment celui-ci, où tes pas t'ont mené.) 
Sache pourtant que la violence de ce qui suit te dégoûtera peut-être à tout jamais d'utiliser un ordinateur.Je t'aurai prévenu.

Il est un domaine (où l'amour n'est pas roi, où je ne suis pas reine) un domaine dans lequel ce qui se conçoit bien ne s’énonce point clairement, hélas.
Il s'agit d'une grosse machine, une usine à krypton, une énorme bête hybride appelée jadis "mammouth" par un ministre alors conspué, mais à qui il faut bien concéder finalement à notre grand dam l'immensité de sa clairvoyance. Les gens censés diriger ce "Machin", que je dénommerai ci-après par l'élégant vocable d'Eduknatte, ont une conception assez étrange de l'efficacité et de la rapidité. 
Mais je sens que tu t'impatientes, à me laisser ainsi partir dans des circonvolutions langagières, sache néanmoins que mes détours ne sont rien à côté des embrouillaminis sortis tout droit de l'âme retorse des technocrates zélés censés nous simplifier la vie.
Tu as devant toi une sémillante directrice d'école qui n'a point trop l'habitude de se laisser intimider par les soubresauts tâtillons de la bête sus-nommée. 
Mais là, le combat fut rude. 
Car Eduknatte a décidé de dissuader les valeureux instits de partir en classe transplantée 
(Euh... oui c'est le nouveau nom des classes de découverte, ça fait un peu greffe d'organe, mais bon, ne pinaillons pas, il est vrai que l'école est en état de mort clinique imminente)  
Comment les dissuader, ces crétins qui veulent s'embêter une semaine entière à supporter les mioches 24/24? 

C'est pourtant simple: en faisant du dossier de demande un affreux parcours du combattant tout empli de pièges. Pour les dégoûter à vie de se lancer dans l'aventure. Eduknatte n'aime pas que l'on emmène nos élèves dans la montagne, découvrir les étoiles. Non, elle n'aime pas ça. 
Tu imagines bien, lecteur, que le transporteur autocariste, le Centre d'accueil, les animateurs, les moniteurs sportifs et les astro-physiciens,  tous sont déjà agréés, estampillés, diplômés,  brevetés par Eduknatte. Eh bien, non, il nous faut quand même réunir les diplômes, les brevets d'états, les numéros d'agrément, les permis de conduire, les casiers judiciaires, de tous ces braves gens. Au cas où un dangereux repris de justesse se cacherait parmi eux.
Nos emplois du temps étaient lumineux. Ils ne conviennent pas. A la place, on nous fait remplir des grilles fastidieuses par demi-journée et par demi-groupe, dans lesquelles on remet une énième fois les renseignements que l'on a déjà inscrits à trois endroits différents.Quatre classes, cela fait huit demi groupes, multipliés par 10 demi journées, je vous laisse calculer, j'ai la migraine. 
Pour le projet pédagogique, c'est le pompon : on se dit (mais on est bête) qu'il va être accepté, vu qu'il a déjà été accepté six fois par le passé.Ce serait logique. Eduknatte n'aime pas la logique. Ce projet n'est pas assez "innovant".
-Mais ce ne sont pas les mêmes élèves!
-Non, non, il faut changer. 
Après quelques remaniements judicieux bien qu'inutiles, consistant à truffer notre texte de quelques mots de la novlangue pédagogole (la réécriture, ça me connaît, même si ça me fait un peu mal au foie),intervient l'ubuesque phase informatique du système. Le gros morcif. Car toutes ces pièces, il va falloir les numériser pour les faire entrer dans une "application" caprichieuse, qui refuse certains formats, certaines pièces étant trop lourdes, bref on s'énerve, on transpire.On imprime le projet, on le signe, et on le refait rentrer dans la machine. Enfin, on essaie. 
Eduknatte nous regarde en coin avec un petit air sournois, en se disant qu'on va lâcher le morceau. Mais que nenni. Au bout d'une dizaine d'heures, on vient à bout du truc. Un truc qui nous aurait pris une heure à peine si l'on avait simplement placé  le tout dans une enveloppe avec deux timbres. Allez, même trois, au pire. On est dans les temps, c'est l'essentiel.
Et là, on apprend que la date butoir a été repoussée. D'une semaine.

Eduknatte, mon petit, comme disait tonton Lino, je ne voudrais pas te paraître grossière ni encore moins vieux jeu, la femme de la Pampa, parfois rude, reste toujours courtoise, mais la vérité m'oblige à te le dire, tes errances bureaugratteuses commencent à me les briser menu! 
Heureusement, par une manifestation de la justice immanente ou de l'esprit frappeur, j'apprends de source sûre que les décideurs n'ont plus accès à l'application depuis vendredi, et qu'ils nous "tiendront au courant".Ce qui est une façon de faire croire qu'ils ont la situation bien en main, alors que c'est la panique à bord.
D'ici qu'ils nous demandent une version papier du dossier, il n'y a pas des kilomètres. 



(à suivre)

110 commentaires:

  1. Ma grand-mère disait qu'il ne faut pas rire du malheur des autres, mais là ma pauvre dirlette préférée, tu m'as bien fait rigoler de bon matin. Même si les mauvais mâtins dont tu parles creuse le trou de l'educ ' avec nos impôts ( à prononcer sans lapsus, le trou de l'éduc !) :roll:
    Depuis que dans tes errances tu croises mon blog, tu sais ce que je pense de nos dirigeants élus ou planqués dans les hautes sphère de la hiérarchie (en un seul mot par délicatesse envers ton espace).
    Même si ta sémillante humeur et l'habileté de ta plume prêtent à sourire, le fond du problème est bel et bien grave pour ne pas dire dramatique. Le pire reste à venir car hélas, il n'y a pas que l' E.N. qui s'enlise et patauge dans ses dérives.
    Bon allez ma p'tite Célestine on ne va pas se cailler le sang dès le matin, on prononce cheese et ouistiti devant de son miroir et on se va tremper dans tout ça d'un pas guilleret.
    Bizzzzzzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère bien que je t'ai fait rigoler de bon matin! Car vois-tu, je crois qu'il vaut mieux en rire...c'est de cette façon que j'ai traversé toute ma carrière. Il faut avouer que le festival d'inepties auquel j'assiste depuis quelque années bat les records! Et à chaque jour son lot de choses complètement débiles, dont on se dit: "en trente ans,c'est la première fois que..."
      Alors oui, cheese et ouistiti, je vais mon chemin, et comme disait un de mes tontons spirituels (aux deux sens du terme)
      "Je ne parle pas aux cons, ça les instruit"
      bisous du soir

      Supprimer
    2. Tiens re-changement de bannière. Pour être plus affriolante ou à cause d'un droit à l'image ?...En même temps ça ne me regarde pas, mais je prends déjà les travers du correspondant local !
      bizzz

      Supprimer
    3. Non pas de droit à l'image, j'ai l'entière autorisation de la peintre (qui est une amie)
      J'ai juste réalisé, grâce aux commentaires éclairés de mes fans, que je me reconnaissais davantage dans cette "Troussecotte"-là...

      Supprimer
  2. excellent article, Célestine! tu dis avec humour (et avec rage ;-)) ce qui va de travers et tu fais bien...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec humour (bon pour les zygomatiques) plus qu'avec rage( mauvaise pour le cœur et les vaisseaux sanguins). On se comprend, Adrienne. Mieux vaut en rire, sinon on s’assoit sur un banc, et on pleure...

      Supprimer
  3. Je suis concerné à trois titres : Époux d'une ancienne enseignante, père d'une enseignante, grand-père de deux enseignés, bref, sans pourtant l'être moi-même, j'y suis jusqu'au cou....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi qui t'en remets une couche...je suis inquiète pour les futures générations...C'est pour eux que je me bats, mais parfois j'ai l'impression que mon pot de terre ne vaut pas tripette...
      Ca ne fait rien, j'y crois encore. C'est ce qui fait ma force, je pense.
      Donne le lien de mon blog à ta fille, qu'elle vienne respirer un peu d'air subversif, je sais que pour les jeunes collègues, ce n'est pas rose tous les jours...

      Supprimer
  4. Non non non UBU n'est pas moooort car il bande encore !

    Bravo Belles châsses ! Dis donc tu as fait un stage "commandos" pour suivre ce parcours du con.. battant ?

    Je te connais (un peu) "ils" et "elle" (surtout) ne t'auront pas !

    Courage fuyons ];-D

    J'ajoute Claude Allègre le pourfendeur du cholestérol "mammouthesque", n'avait pas tort, quand il parlait de dégraisser le mammouth, je pense qu'il ciblait l'administratif d'"éduknatte" ! Mais bon tu le reconnais et c'est bien. Cet Allègre là a vu plus loin que l'horizon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait un stage chez Michel Audiard, intitulé "faites leur voir qui c'est Raoul"
      En moins explosif, car je me contente de me défouler sur mon blog...Je ne voudrais quand même pas qu'il lui arrive du mal, à Madame Jargonos!

      Supprimer
  5. On croit rêver. Je crois le mammouth détient le pompon de la bureaucratie ubuesque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, tu ne rêves pas...Hélas.
      Merci de ton soutien Zoé!

      Supprimer
  6. incroyable!
    et je suppose, décourageant!
    heureusement qu'il y a ton humour et tes originalités langagières
    Mais je doute que cela TE fasse rire tout ça!
    Bonne journée Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais te dire, Coumarine, mais ne le répète pas: si je n'étais pas plus près de la fin de carrière que du début, ça ne me ferait pas rire...mais là, franchement, je ne vais pas me passer la rate au court bouillon: je préfère en rire! (comme je le disais dans mon précédent billet, je me bidonne)
      Sinon, je crois que je serais vite au bord de la dépression...
      Quelle chance j'ai d'avoir de la bouteille, finalement...C'est pas de l'optimisme, ça?
      Kisses ma Coum

      Supprimer
  7. Célestoche tu as raison. Peut-être faut-il en référer aux Tontons de Michel régler le problo...
    Purée, fais-leur voir qui c'est Raoul! Anéanti, pulvérise, vaporise!!!
    Il y a dans tout ce merdier une chose qui est rassurante: l'Enorme Nullité fait preuve d'une belle constance dans l'effort depuis les premières réformes pour la moderniser.
    C'est dans la connerie, d'accord, mais au moins accepte l'idée que les eunuques.... scusi que les énarques (je savais bien que ça ressemblait beaucoup) qui la dirige ne sont pas instables et versatiles...
    Pour Allègre (qui ne l'est plus depuis longtemps, ni par le corps, ni par l'esprit), il eut en effet un éclair de lucidité en voulant dégraisser le mammouth, mais il n'était pas physiquement crédible pour utiliser cette formule, et lorsqu'une formule politique se veut être choc, et qu'elle fait rire, c'est râpé...
    Pour les ceusses qui croyaient avoir pu y échapper:
    http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/2013/10/31/1639-circulaire-en
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que c'est petit d'attaquer les gens sur leur physique! d'abord Allègre n'était pas gros, il était enveloppé.En suivant le lien vers ton billet, l'honorable lecteur risque fort de faire une overdose, mais au moins il comprendra ce que j'endure biquotidiennement : un ramassis de choses indigestes et de circulaires rivalisant de bêtise et bourrées de fautes d'orthographe (mais ça, tout le monde s'en tamponne allègrement)...
      Les résultats de leurs cogitations étant sans queue ni tête, je crois que les eunuques, de surcroît, devraient être décapités. Finalement, t'as p't'êt raison: faudrait voir à disperser et ventiler aux quatre coins de Paris...façon puzzle...

      Baci amico

      Supprimer
    2. Le physique des personnes n'est que le reflet de l'âme. Regarde Allègre s'écouter parler, engoncé dans son quant-à-soi. Il n'est gros que pour avoir voulu se donner de l'importance....
      Dans son cas, admet qu'il aurait du faire preuve de beaucoup d'autodérision pour parler de mammouth... :-)
      On est bien d'accord avec la solution à Raoul, mais alors avec l'appui tactique de Tonton Fernand....
      Baci Cara

      Supprimer
    3. Le physique des personnes n'est que le reflet de l'âme? Et la beauté intérieure alors, qu'est-ce que t'en fais? Pauvre Quasimodo, en ce cas! Il me semble que certains physiques peu avantageux cachent de belles âmes.
      En revanche je suis bien d'accord avec cet aphorisme: "Si l'on n'est pas responsable de la tête qu'on a, on l'est toujours de la gueule qu'on fait"...

      Supprimer
    4. On se rejoint toujours....
      La beauté n'a rien à voir avec l'esthétique
      Albert Jacquard avait une gueule cassée, mais une BELLE gueule cassée. Elle respirait l'intelligence, la droiture, la bonté. Rien de tout ça chez Allègre et une foultitude d'autre politocards...
      Baci

      Supprimer
    5. Je te taquinais...je sais bien que l'on se rejoint.
      J'ai appris à aller chercher les âmes sous les carapaces... ;-)

      Supprimer
  8. Tu peux pas savoir comme je suis heureux d'apprendre que ça ne se passe pas qu'en Belgique.
    D'un autre côté, ça m'agace un peu cette propension des Français à nous souffler les sommets du surréalisme (et c'est pas nouveau : le Pape Breton avait déjà fait une tentative).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une question m'étreint: André Breton avait-il un bonnet rouge, ou un beau nez rouge?
      Sinon, je vois que mon billet t'a réjoui, et ça me réjouit.

      Supprimer
    2. Tu confonds pas avec Cousteau des fois ?

      Supprimer
    3. J'hésite avec Jean François Derec...

      Supprimer
  9. C'est bien tentant de dépasser la neutralité du fonctionnaire parfois...bon allez cette semaine de découvertes sera au final une réussite, patience...il faut juste éviter de dormir chez un mammoutien de coeur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est qui, le mammoutien de coeur ? (j'ai pas tout compris, parfois, je suis blonde inside)

      Supprimer
    2. Je ne sais pas ce que j'ai voulu dire, ne t'en fais pas...juste j'avais envie d'écrire mammoutien, faut pas chercher plus loin. Mais tu pourrais proposer une sortie découverte dans des grottes de la préhistoire pour tes supérieurs et les grands penseurs de ton ministère...peut être que...

      Supprimer
    3. C'est trop mignon "mammoutien" finalement.

      Supprimer
  10. Me suis bien marré !
    J'espère que ça va pas s'améliorer, sinon tu risques de tarir ta source Ubu.
    Donc c'est le Bazar
    Alos viens pas ici ce sera le Babar.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tarir la source Ubu...tu sais que tu es drôle, toi?
      Viens PAS ou viens PAR ici? Non mais parce que ça change tout...
      Je ne te fais pas une bise sur la trompe, ça pourrait jaser...
      Mais le cœur y est.

      Supprimer
    2. ben PAR évidemment !! mon doigt a fourchu sur le Klavier !
      chuuuutttttttt
      ça jase déjà !
      :-)

      Supprimer
    3. Ton doigt a fourchu? Tu as donc fait, si je ne m'abuse, ce que l'on appelle un lappe-suce...

      Supprimer
    4. Ben oui.... tu vois tout ce que tu me fais faire....

      Supprimer
    5. Si je ne craignais de me répéter, je te dirais que tu es photogénique de la face arrière, mais voilà qui est fait en évitant de vouloir le faire.....
      Mais non, c'est pas moi qu'a dit que tu as dit que j'ai pas dit ce qu'il fallait dire .
      Baci

      Supprimer
    6. Ben voilà, mon comm doit être décalé d'un cran vers le bas...

      Supprimer
    7. Ne crains pas de te répéter, Bis repetita placent...

      Supprimer
  11. Et au fait.... Cette nouvelle bannière ?
    T'as décidé de nous tourner le dos ?
    tu crois que c'est une bonne posture pour tes nouveaux lecteurs ?

    :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ben moi qui croyais que tu allais dire "le côté pile est aussi joli que le côté face" ou un truc dans le genre...Bouhou...Il est pas joli, mon dos?
      Cultiver le mystère, tu connais, non? :-)))

      Supprimer
    2. Ben ça je l'ai pensé....
      Mais je l'ai pas écrit !!!
      :-)

      Supprimer
    3. Mais si ma Célestine, ton côté pile est aussi joli que ton côté face (encore qu'on ne voye pas z'ici toute la pile, et on reste un peu sur sa faim...) !
      Maisquandmême..., l'autre avant, c'était toi, "Troussecotte", et on te reconnaissait au premier coup d'oeil. Je suis sûr que j'aurais reconnu cette jambe fabuleuse si d'aventure je l'avais rencontrée dans le métro, c'est dire !
      Que là, cette espagnole n'a rien à voir avec notre fée niçoise !
      Si,si, j't'assure !
      Bon, d'accord, elle est brune, mais c'est tout !

      C'est pourquoi, pour ma part, je milite pour le retour de la gambette : "Trouss'cotte, Trouss'cotte, Trouss'cotte, Trouss'cotte, Trouss'cotte ! ! ! "

      :oDDD

      Supprimer
    4. J'hésite entre mettre mon côté pile dans son ensemble, mais oui, il existe, le tableau, la preuve

      ICI

      Ou céder à ton injonction de remettre la Troussecotte...
      Je crois que je vais laisser encore un peu ma belle ibère. Histoire de ne pas paraître une fille facile.

      Supprimer
    5. Je suis assez pour le ICI et maintenant.....

      Supprimer
    6. "Injonction", quel vilain mot !
      Et comment peux-tu imaginer une seule seconde que j'injonctasse à ton encontre !

      C'est là qu'on voit à quel point ce dossier et l'Ubuiquité d'Eduknatte ont entamé ta clairvoyance. Heureusement que nous sommes mercredi, j'espère que tu auras trouvé le temps de recharger tes batteries !

      Quant au tableau du côté pile, il ne m'émeut pas, je trouve cette silhouette déséquilibrée : hanches et jambes mûres, buste étroit et bras maigres de gamine ! Une chimère ? 8o0

      Supprimer
    7. L'Ubuquité, excellentissime.
      Bon ademettons que tu n'aies pas injoncté. J'ai quand même obtempéré. Tu as trouvé les arguments.

      Supprimer
    8. Post Scriptum. Ben non, je ne me suis pas reposée. On était obligés de travailler pour rattraper une journée que l'on avait déja faite! Ubu, quand tu nous tiens!!!

      Supprimer
  12. tout cela est lié aux risques d'incidents , d'accidents , et aux parents devenus méfiants de tout et procéduriers
    Trouvez le coupable !
    Personne ne prend de risque , le mieux c'est d'éviter les sorties , comme ça il n'arrivera rien
    La demande finira par passer , c'est sur
    mais toute cette énergie , tu l'aurais bien mise ailleurs , forcément ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, cette formidable énergie gâchée à des tâches ingrates et rébarbatives, alors qu'il y a tant à faire pour donner aux enfants le goût des lettres, de la poésie, de la musique, de l'art, des sciences, cultiver leur curiosité pour les autres époques et les autres pays, et leur donner l'esprit logique.
      Eviter les sorties: tu as sans doute raison, toutes ne se valent pas. Pour certaines, c'est du temps perdu. Mais l'astronomie quand même...Ça mérite bien quelques sacrifices...même si au final, personne (à part vous mes chers lecteurs) se sera aperçu de la formidable énergie gâchée à des tâches ingrates...etc etc (c'est ce qui s'appelle être en boucle)

      Gros bisous!

      Supprimer
  13. Eh, eh !
    Et ton histoire ne fait pas qu'énerver de malheureuses dirlettes !
    Pour cause de dossiers non conformes, deux classes ne séjourneront pas dans le centre d'accueil de montagne où devait intervenir ma fifille adorée, sémillante accompagnatrice en montagne. Les z'enfants ne découvriront pas la montagne en hiver, ne feront ni sorties raquettes ni ski, pas de soirées pyjama, pas de boum, pas d'apprentissage de la vie en groupe, de l'autonomie, de découvertes de ces drôles d'adultes qu'on nomme instits... Accessoirement et en conséquence, la prise d'effet du contrat de Claire est repoussée d'un mois !... J'peux te dire qu'elle aime bien Eduknatte, ma fifille qui sait pas comment elle va manger pendant ce mois (j'exagère juste un p'tit peu, mais c'est pour dire. En fait elle quelques noisettes de côté, et un n'amoureux qui va lui donner la becquée. Oufff, c'est bô l'Amour !).
    Chez nous, comme à force de ne pas remplacer les départs, on commence à manquer de personnel, on prend des vacataires... Ce qui signifie que l'agent déjà surchargé doit trouver, en plus, le temps de former une personne qui s'en ira deux mois plus tard... Quid de la compétence ?

    Alors t'as raison, mieux vaut en rire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Évidemment, c'est une dimension que je ne néglige pas, même si je ne pouvais pas en parler au risque de faire un article beaucoup trop long.
      Depuis que j'emmène les élèves dans ce centre, j'ai créé des liens avec le personnel, et tout ce dont tu parles, j'en suis parfaitement consciente. Le centre fait vivre tout un village. Il est sa lumière, sa jeunesse. Tous les commerçants du village participent au ravitaillement, que des produits frais et du terroir. Pendant une semaine, les enfants des villes vivent une merveilleuse expérience de vraie vie, sans écrans, sans jeux vidéo, au contact de la nature et des richesses architecturales locales...encadrés par des animateurs hors pair.
      Mais les pisse vinaigre de l'administration sont bien loin de tout ça...
      Et que ta fille subisse les errements de ce système me débecte.
      Du coup, je n'ai même plus envie d'en rire...

      Supprimer
    2. Tu peux sourire : du coup, Claire en profite pour prendre des vacances : sûr que le bilan final va pencher vers le négatif ! ;o)
      Qu'elle subisse les effets de ce système est évidemment débectant (didon, c'est pas niçois,ça !) mais le plus grave réside dans le fait qu'elle ne soit pas seule touchée et que des milliers de gens passionnés et passionnants soient tributaires de cet aveuglement irrationnel !

      Supprimer
    3. Tu découvres que je ne suis pas QUE Niçoise? je suis de nulle part, de n'importe où et de partout à la fois...
      Tu as vu, j'ai remis la Troussecotte. Qu'est-ce qu'on dit à Célestoche?

      Supprimer
    4. Bien sûr que j'ai vu le retour de cette cuisse en pleine santé ! Rien à voir avec ce dos pâlot !

      Merci Célestoche Troussecotte ! ! ! !

      ;oDDD

      Supprimer
  14. Quand on s'engouffre dans la jungle bureaucratique, mieux vaut être équipé pour les maux de tête!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jungle...à mon avis, c'est un peu trop noble. Je dirais plutôt un marécage fangeux et putride.

      Supprimer
    2. Tant que ça! Ne t'inquiète, ici en Algérie, le puits est plus profond encore! L'école est sinistrée, la culture a pris la tangente, la bureaucratie règne en maîtresse, le peu de cadres s'envole vers le Canada! Si ça continue comme ça, je ne serais pas surpris d'être re-colonisable. Et là, Sarko aurait raison pour son cours sur l'histoire d'Afrique! En attendant, comme le dit souvent un de nos billettiste:" Je fume du thé, je reste éveillé!

      Supprimer
    3. A propos chère Célestine, comme tu m'a "fourgué un virus"(lol)assez commode celui-là, chez Asphodèle, voilà que je suis convié à l'atelier de chez Olivia! Y seras-tu?

      Supprimer
    4. Perso, j'aime bien le défi du samedi. Ce n'est pas que je refuse ta proposition, c'est juste que les " plumes " sont pendant les vacances...en temps de boulot, je ne peux pas participer a trop d'ateliers...
      Mais j'irai voir quand même les mots.

      Supprimer
    5. Tu fumes du thé, toi? Moi je le bois vers cinq heures chaque soir...mon côté british. ^^

      Supprimer
  15. Personne y cause de la p'tite vidéo, pourtant savoureuse !
    N'était la couleur des yeux de la brunette, on t'y / s'y croirait !
    Et didactique, la vidéo. Parce que du coup, j'ai compris le coup (et le coût ?) des assiettes...

    ;o)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai adorée cette vidéo, elle me fait mourir de rire.
      Oui c'est un peu moi, cette nana. Zen juste ce qu'il faut...

      Supprimer
  16. Ah !!! Le beau principe de précaution et tout ce qu'il nous amène avec lui : bureaucratie et tutti quanti.
    L'Eduknatte veut se blinder le derrière, au cas où l'un des charmants bambins se briserait l'os du pied avec lequel il écrit, ce qui entraînerait forcément : plainte, journaux tv, scandale, hurlements des chefs de parti qui ne sont pas au pouvoir, commission d'enquête diligentée par ceux qui sont au pouvoir et, au final, loi liberticide pour tous nous protéger.
    Bref, je ne pense pas que l'Eduknatte soit directement responsable : c'est nous ,avec notre trouille congénitale de tout et notre désir systématique d'être protégé, qui créons ce vaste royaume d'Ubu.

    Mais ce qui est bien là-dedans, c'est qu'on peut lire des posts comme celui-ci, qui mettent de bonne humeur pour la journée. Merci pour ça !

    Bonne journée, papillon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente, cher Hurluberlulu, d'avoir mis de la bonne humeur dans ton petit matin!
      J'avoue que la connerie a quand même fait un chemin de géant depuis quelques années.
      Mais de là à dire "nous". je ne me reconnais pas dans cette "trouille congénitale". je ne suis pas une obsédée de la sécurité, loin s'en faut. J'ai grandi dans une époque merveilleuse où les enfants s'écorchaient les genoux.

      Supprimer
  17. En effet, trop de haine autour de nous, trop de peur, et la lecture de ton billet me donne envie de plagier Racine: " Mammouth, mon frère, de quel amour blessé
    Vous mourûtes aux bords où vous fûtes laissé !"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu, Marie Madeleine! L'école est en train de mourir, celle qu'on a connue en tous cas. L'école idéale n'existe pas, mais on aurait pu continuer à s'en rapprocher...

      Supprimer
  18. J'ai adoré la vidéo.
    Quand à ce que tu racontes c'est un peu ce qui m'a décidé d'arrêter d'être directrice et ensuite de partir à la retraite avant l'âge! J'adorais mon métier mais tout ce qu'il y avait autour commençait vraiment à m'énerver et à gâcher le plaisir que j'avais d'être avec mes élèves! J'admire ta ténacité et ton humour inégalable:-)!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me dis souvent que je ne suis vraiment bien que lorsque j'ai refermé laporte de ma classe et que je regarde mes élèves. La première chose que je leur dis c'est: comme vous êtes beaux; ce matin!
      Je prends ton admiration comme cela: un cadeau qui m'aide à tenir.

      Supprimer

    2. "Je me dis souvent que je ne suis vraiment bien que lorsque j'ai refermé la porte de ma classe et que je regarde mes élèves. La première chose que je leur dis c'est: comme vous êtes beaux, ce matin!"


      * * * * M A G N I F I Q U E ! * * * *

      Cette phrase c'est du bonheur qui vous caresse, ou une caresse de bonheur.

      Supprimer
    3. Aucun élève ne résiste à cette phrase magique. Résiste-t-on au bonheur?

      Supprimer
  19. J'aime tes billets quand ils sont d'humeur et que l'on sent tout cet amour que tu portes à ton beau métier... allez, Zen.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y a pas plus zen que moi. mais il faudrait voir à ce que les bureaugrattes ne viennent pas trop me titiller. Zen, mais pas zinzin.

      Supprimer
  20. Je vois que nous rencontrons les mêmes difficultés!!! Là où tout était simple avec un papier et un stylo, il me faut maintenant remplir deux agendas électroniques (parce que les deux ne font pas la même chose), un logiciel de statistiques nationales, un logiciel de stat interne à l'entreprise, un logiciel de gestion des dossiers (que personne ne consulte...mais faut le remplir quand même) et pour finir, je dois quand même remplir le bon vieux tableau word pour ma hiérarchie...
    PFFFFFFF

    RépondreSupprimer
  21. La collègue de CM2 a eu les mêmes soucis que toi....pour sa classe de découverte!
    Il me reste 4 années avant de partir à taux plein et toi?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois, j'aimerais partir demain, et d'autres fois, je me dis que je vais rester encore dix ans...
      Je fluctue en quelque sorte!

      Supprimer
  22. Damned ! Mon commentaire de ce matin a été bouffé par la machine !...

    J'y disais en substance que je comprenais désormais pourquoi la maîtresse de Tant-Bourriquet n'avait aucune certitude sur son projet de classe transplantée... et que j'aurais encore plus de compassion pour elle à l'avenir ! :~)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, on n'a aucune certitude, parce qu'il y a le côté pédagogique, mais il y a aussi le côté financier, et il faut pleurer auprès de la Mairie et du Conseil général, bref, c'est là aussi le parcours du combattant...
      Si elle part, fais lui une bise de ma part. Par pure solidarité soldatesque.

      Supprimer
  23. Nous en sommes tous là: Nous aimons notre métiers, mais des énarques prétentieux et autistes font tout pour nous en dégoûter. Pour moi rien de grave, j'ai pu partir à un moment où je n'en pouvais plus. Mais pour vous qui détenez l'avenir du pays par l'imposante mission d'instruire les enfants, ça fait peur!
    Qui va comprendre quand que tout ça c'est nul! Qui voudra pouvoir faire quelque chose pour que l'humain reste humain?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai entendu, il y a peu, parler du collectif colibri. Le colibri, ce petit oiseau qui aidait à vaincre une inondation en transportant dans son bec goutte d'eau après goutte d'eau. Quand on lui fit remarquer qu'il était ridicule, il répondit :" Moi , je fais ma part".
      Si tout le monde fait sa part, à sa petite échelle, on y arrivera. C'est de cet espoir là que je vis.

      Supprimer
  24. Il avait bon dos ce ban... DOS ! Je l'aimais bien ! Chez les jolies Demoiselles l'envers vaut l'endroit. Nous aimons bien quand vous vous retournez... Sur notre passage, qu'alliez vous imaginer ? Quoique..
    Enfin une jolie chute de reins vaut bien qu'on s'y attarde, et se promener avec une jolie Demoiselle la main posée sur son joli cul, vaut tout l'or du monde !

    RépondreSupprimer

  25. Il semblerait à lire votre billet, Célestine, que "le choc de compétitivité" annoncé comme une révolution —que dis-je une révolution, une panacée- il y a quelques mois n'ait pas eu l'effet escompté. Etonnant, non ? On nous, on vous aurait donc menti? Je ne peux me résoudre à y croire tant toutes les autres actions font une montagne de succès, grâce au cap invariable , intangible mis au service de ce redressement spectaculaire.
    Le "choc de simplification" lui, annoncé à grand bruit, y a sa part, loin de moi l'idée de l'omettre. L'omettre cinquante même, à ce stade-là.

    D'autre part,
    a) je suis heureux d'avoir une nouvelle fois appris grâce à vous l'histoire du colibri. Elle m'émerveille et je ne l'oublierai pas de sitôt,
    b) le retour de la toile de votre amie peintre Evelyne B.-G. n'est pas pour me déplaire,
    c) la vidéo d'illustration non plus,
    d) j'ai oublié.





    ps
    d) j'ai oublié. Pas de vivre en tout cas. Grâce à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous n'avez pas oublié d'avoir de l'humour, en tous cas! Tous ces chocs, dans votre premier paragraphe me semblent relever plutôt du pétard mouillé...Mais je ne fais pas de politique.En tous cas pas de façon politiquement correcte.
      L'histoire du colibri, merveilleuse n'est-ce pas?
      Evelyne n'était jamais partie: l'espagnole était d'elle aussi. Un peu "en-dessous" peut-être? ;-)
      Quant à la vidéo, je l'adore.

      Supprimer
  26. Non mais que vois-je en rentrant chez moi, Célestine, MA Célestine qui se fait bouffer le foie par une administration aussi suffisante, versatile, condescendante mais aussi obligée de justifier son existence, mascarade de papiers et de fichiers zimbriqués !!
    Tu sais, on voit de temps à autre, un fait divers sur un mec (une ?) qui pète les plombs et arrose tout ce joli monde à la kalash !!! Je peux comprendre ...
    Ton papa a bien un vieux fusil à sanglier, là-haut sur la montagne ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une fée avec une kalachnikov? Oups...même le vieux fusil de mon père, je ne saurais pas m'en servir.
      Mes scuds à moi, ce sont les mots.
      La mère Jargonos n'aura pas TA Célestine, je te rassure. Et mon foie ne va pas trop mal.
      Mais merci de ta sollicitude, ça me touche beaucoup.

      Supprimer
  27. Au fait faudrait peut-être leur dire aux gonzes de chez Blogspot que ça déconne grave dans la mise en page au moment où il faut "sélectionner le profil" (tu préfères le gauche ou le droit ?): Tout cela se fixe en superposition du commentaire et on ne voit plus très bien où cliquer.
    ça fait plusieurs semaines que ça dure ...
    S'en sont pas aperçus ou s'en foutent ???
    J'te jure, faut que je fasse tout ici !!!
    Au fait pourquoi devoir sélectionner un profil A CHAQUE COMMENTAIRE, grrrrrrrr !!!
    T'en connais beaucoup qui ont le profil " Typepad" ???
    A quoi ça sert ???
    Hummm, elle est où ma Kalash ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais quoi? t'es beau de face comme de profil, j'arrive pas à choisir!
      maintenant, si tu savais les misères qu'ils me font chez blogger...Mais j'ai pas envie de perdre mon blog, il m'est précieux... Je sais pas que faire.
      Bon si tu fais gicler du sang partout, passe un coup d'éponge après!

      Supprimer
  28. Ayé, t'es contente, tu m'as bien énervé là !!! ;) ;) ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me rappelle la blague
      -Papa papa, c'est quoi la différence entre énerver" et "exciter"?
      - Eh bien tu vois ta mère, avant elle m'excitait, et maintenant elle m'énerve..."

      Bon j'ai compris, je t'énerve...

      Supprimer
  29. ... Allez va ma chère Célestine, allons, c'est la m...... partout... en économie, en politique, dans l'Education... .. trouble, hésitation..encore et toujours... plus aucune confiance...la France ne redémarre pas... .. qui croire ? ne t'inquiète pas... on est fichu.. en ce qui concerne l'école, c'est grave.. je sais... les enfants sont l' avenir...pourtant on décourage les meilleurs enseignants, ceux qui aiment leur métier... "comme vous êtes beaux ce matin", tu leur dis.... magnifique Célestine... tu les aimes tant ces petits !! et on voudrait supprimer ce meilleur. là ?.. je suis entourée de très bons enseignants... ou ex enseignants découragés par ce qui se passe... par ce que l'école est devenue.. je te souhaite...
    "Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir
    Et l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns
    Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer
    Et d'oublier ce qu'il faut oublier
    Je vous souhaite des passions
    Je vous souhaite des silences
    Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil
    Et des rires d'enfants
    Je vous souhaite de résister à l'enlisement à l'indifférence
    Aux vertus négatives de notre époque
    Je vous souhaite surtout d'ETRE VOUS".

    Jacques Brel


    ***


    Bisous, bisous..
    Den

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel magnifique commentaire, Den! Magnifique vraiment, bien qu'un peu désespérant au début.mais le texte de Brel est une magique bouffée d'air tendre.
      j'ai envie de dire aussi à tous mes commentateurs: "Comme vous êtes beaux, ce soir!"

      Supprimer
  30. Je n'ai pas le talent de vos autres lecteurs mais je me réjouis de votre blog, de votre partage et je vous envoie toute ma sympathie pour faire avec ces trucs débiles qu'ils n'arrêtent pas d'inventer... L'état pourrait faire de sérieuses économies en supprimant tout ça... et la sécu aussi du reste... combien d'arrêts maladie à cause de tout ce stress inutile sur les enseignants... comme si gérer une classe de presque 30 élèves ne suffisait pas !
    Bravo à vous et à vos collègues qui vous battez chaque jour pour nos enfants.
    Bonne journée...
    Anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne vous dépréciez pas, Anne.
      Tous mes lecteurs ont du talent. Leur plus grand talent est l'amitié qu'ils expriment à travers leurs commentaires, toujours respectueux même s'ils ne sont pas toujours d'accord avec moi.
      Merci de votre passage, j'espère vous revoir souvent dans mes pages.
      Bonne journée.

      Supprimer
  31. Tiens, tu as troqué le bras contre la jambe comme image de couverture? Sans doute le même artiste. J'aime celle-ci, mais ton esquisse me manque. Comment vas-tu chère Cel? Et tes poussins? Delphine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais très bien ma chère Delphine, comme tu le constates en lisant mon billet... ;-)
      Je suis heureuse de te voir par ici. La vie nous éloigne et nous rapproche tour à tour.
      Je te maile ce week.
      Bisous

      Supprimer
  32. Reste zen et ne perds pas courage... L'enseignement n'est pas un long fleuve tranquille... Chez nous en Belgique , on est quand même beaucoup plus tranquille que vous au niveau administratif, et les différents ministres qui se suivent (de gauche, de centre ou de droite) ne lancent aucune nouvelle réforme. Mais il y a le découragement face à certains élèves et parents quand il faut passer plus de temps à les éduquer qu'à donner cours... Bon week-end Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Petit Belge, c'est plutôt à toi qu'il faut donner du courage, car tu es plus près du début que de la fin de carrière!Et je ne suis pas sûre que les choses aillent en s'arrangeant...

      Supprimer
  33. "Classe transplantée" PTDR : ils n'ont vraiment pas le sens du ridicule! ça me fait pitié vraiment. Quand au reste ça me donne des envies de tout faire sauter! Plus je te lis à ce sujet et plus j'ai la certitude d'avoir bien fait d'instruire mon petit dernier à la maison!
    Pathétique...
    bon courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, tu as parfaitement raison: j'assiste, impuissante, au lent démantèlement de l'école que j'aimais...tout en me demandant si elle a jamais existé vraiment...
      Peut-être n'était-ce qu'un rêve...Le rêve de toute une carrière. heureusement, il y aura une vie après l'école.

      Supprimer
    2. Heureusement... mais quelle énergie y auras-tu laissé... :(

      Supprimer
  34. Réponses
    1. Ah oui, je me le suis passé en boucle une dizaine de fois. et je ris à chaque voix.
      La voix de la nana est particulièrement horripilante!

      Supprimer
  35. On va tous devenir tarés!
    J'ai joué à Eurocouillons hier et j'ai encore perdu!
    Pfff! Pas le choix! Faut y retourner lundi!
    Je crois que je vais finir par attraper la maladie du siècle, i.e. la phobie scolaire!

    La vidéo, géniale! Hi hi hi hi hi!

    ***
    Bon courage et bon weekend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mildred, dois-je comprendre que tu fais partie aussi de cette grande famille de l'eduknatte?
      En ce cas bienvenue au club!

      Supprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.