mercredi 2 février 2011

Confiance

Je me suis souvent demandé, lors de ces rêveries intellectuelles dont les jeunes filles ont le secret, lorsqu'elles ne pensent pas aux garçons ou à quelque autre sujet faisant rosir les joues , quel était le plus joli mot de la langue française. Je n'ai jamais réussi à répondre à cette question, comme il m'a toujours été malaisé de dire ma couleur préférée, ou mon auteur favori. Comment choisir quand le monde entier est à vos pieds, prêt à être recueilli au creux des mains comme l'eau d'une source ? Pourtant l'un d'eux mériterait une place toute particulière au panthéon des mots. Il s'agit de "confiance".
Quel joli mot que la confiance! Un mot-écrin, un mot bijou. Un mot brillant, chatoyant, plussoyant. Prononcez-le et aussitôt vous sentez un frôlement comme celui d'une plume d'ange  qui vous effleure en silence.  Un frémissement, une vibration au plus intime, nous emporte dans un étourdissement de valse lente. Confiance! on se laisse tomber en arrière, les yeux mi-clos, dans un ravissement proche de l'extase, en sachant, oui, sans raison, en étant persuadé que des bras forts et tendres vont rattraper au vol ce corps alangui, abandonné.
La confiance déjoue toutes les règles scientifiques, en établissant des liens parfaitement inexplicables, irrationnels pour tout dire.
Par exemple, je me demande encore souvent comment de parfaits étrangers, que je ne connais  que si mal au final, et le plus souvent  ni d' Ève ni d'Adam, m'accordent ce blanc-seing qui m'honore et m'étonne à la fois. Ce qui, dans mon visage, ou mes yeux, ou un je ne sais quoi dans le son de ma voix, ou peut-être les trois à la fois, les incite à me raconter des choses de l'ordre de l'intime absolu, comme si nous nous connaissions depuis toujours.
Cela m'arrive si souvent, de recevoir des confidences, et j'ai tant appris à écouter et à écouter encore, que cela fait partie de moi, et que sans doute , par un cercle vertueux parfaitement logique, la confiance appelle la confiance.Et je recueille tous ces secrets comme des objets précieux sur lesquels on me demande de veiller. Embarrassée, parfois, mais étourdie le plus souvent. 
Dans le même temps, par une contradiction singulière, je n'ai guère confiance en la valeur de mes propres révélations intérieures, et j'ai toujours l'impression que mes secrets n'intéressent personne. D'où peut-être ce goût immodéré pour l'écriture, grâce auquel,  depuis l'âge de quinze ans, dans la solitude de l'écrivain, j'épanche sur le papier , peu à peu, le tréfonds de moi-même en espérant secrètement être lue.

17 commentaires:

  1. Et tu es lue chère Célestine, sur ce blog qui accueille tes réflexions ;-))
    Quant à ce que tu dis au sujet des confidences que tu reçois, signe de la confiance qu'on te fait... je pense sincèrement que tu dois avoir appris à écouter
    On ne parle en confiance qu'à des gens qui sont capables d'écouter vraiment, sans minimiser les sentiments de l'autre, sans avoir déjà les solutions toutes faites, respectueux des paroles confiées
    Ce n'est pas si facile d'écouter.
    Je me souviens: quand au début de mon mariage, je répondais à ma belle-mère au sujet d'un des enfants, aussitôt elle me rétorquais: ah! oui! c'est comme moi, quand mes enfants étaient petits...etc
    J'ai raconté de moins en moins, elle ne m'écoutais pas du tout
    C'est un beau trésor que tu possèdes, le don d'écouter!

    RépondreSupprimer
  2. Ah ma soeur de coeur :-).... Une de mes meilleures amies me reproche souvent gentiment de ne jamais me livrer et de toujours écouter. Comme toi, j'ai toujours l'impression que mes éventuels soucis sont tellement insignifiants et n'intéressent personne. Par contre, les soucis, même mineurs, des autres, me semblent mériter mon attention et mon écoute avec le plus grand sérieux. C'est ainsi.... Et j'ai ouvert mon blog dans le même état d'esprit que toi. Ecrire ce que je pense moi et ne dis pas.

    RépondreSupprimer
  3. Incroyable, inimaginable, ce matin au réveil, tout engourdi, la tête encore dans la douceur de ma nuit, d'un pas mal assuré, je me présente devant le miroir de la salle de bain pour me raser et voilà que…!!!
    Plus de bouche, plus de nez, plus d'yeux non plus,...!!!
    Mais seulement une oreille, une géante oreille, que m'arrive-t-il??
    Je décide d'aller vite consulter.
    M'habiller, passer un cache-nez, heu plutôt un cache oreille!!!
    Je suis dans la rue.
    Et là tout arrive, par flots, virevoltants, tourbillonnants au fond du colimaçon.
    Des maux et des mots, paroles lancées aux quatre vents, trop trOP tROP, se calMER, se CONCEntrer, s'approcher et se trouver près, près,… proche, très proche d'elle, ELLE, la Confidence.
    Oui, ELLE, toute en Confiance, elle exprime, elle s'exprime en primeur, elle me met en demeure d'écoute !
    Quoi qu'il lui en coûte, elle s'épanche, se déhanche en phrases et me dit qui, me dit quoi, me dit tout .
    Qui suis-je pour avoir ? Pourquoi ne fais-je pas peur ?
    Plus de visage, une oreille uniquement, stupidement une oreille, la question maintenant que je me pose touche à une réalité physique étrange :
    Comment le sourire qui habituellement s’affiche au quotidien sur ma bouche et dans mes yeux, comment cette sérénité sur mon visage, comment??? Car je ne suis qu’une oreille !!!

    RépondreSupprimer
  4. C'est si rare, les gens qui écoutent VRAIMENT les autres !... Et puis, un peu de manque de confiance en soi, ça aide à ne pas se prendre pour le centre du monde : c'est la marque des belles âmes et c'est ce qui rend les écrits intéressants... :~)

    RépondreSupprimer
  5. La confiance : c'est ce qui nous permet d'avancer, pas la confiance en soi, car il faudrait être bien fat pour la ressentir. Mais la confiance, ne serait-ce qu'en UNE seule personne ! Et si tu as cette confiance là : tu es le plus heureux des hommes...

    RépondreSupprimer
  6. Je crois que le comportement et le mode de vie d'une personne attirent ou non la confiance. Et je pense que c'est avec cela que l'on peut définir les qualités d'une personne. La parole n'est pas un élément de confiance, seuls comptent les actes...

    Bises et belle journée.

    RépondreSupprimer
  7. C'est beau ce que tu dis patriarche... Avec ce bémol: les mots ne peuvent donner confiance que lorsqu'ils sont prononces par des êtres congruents.
    http://www.youtube.com/watch?v=VV_ucXwhOxc&feature=youtube_gdata_player

    RépondreSupprimer
  8. Souvent quand je te lis je suis étonnée de nos ressemblances, par exemple au sujet des confidences...quant au mot confiance il est avec vaillance et chance parmi mes mots-clés pour ne pas dire fétiches!

    RépondreSupprimer
  9. C'est très difficile d'avoir confiance, surtout lorsque les gens nous l'ont fait perdre !
    Je préfère me méfier maintenant !
    Et pourtant vois-tu, je t'ai fais confiance, dans un sens, et j'ai modifié légèrement les textes sur "mes nuits".
    Merci Célestine !
    Bisous et bonne soirée !
    Florence

    RépondreSupprimer
  10. Je reconnais aux femmes ce talent d'accorder leur confiance à des types peu brillants

    RépondreSupprimer
  11. Tout cela n'est-il pas lié, chère Célestine? Ne formons-nous pas une grande chaine, celle des personnes qui préfèrent se confier ici plutôt qu'ailleurs, sans doute parce qu'ailleurs elles sont l'oreille et l'épaule consolatrices?

    RépondreSupprimer
  12. Bien sûr que tu es lue. Et relue. Et attendue.
    Bien sûr.

    RépondreSupprimer
  13. "confiance" oui,cel est un mot bien particulier dans la langue française.c'est oser lacher un chagrin, ou une joie...cette personne est là pour ecouter,compatir, sans jamais se moquer..cel ce mot "confiance" vous va si bien..un regard,une parole, tout inspire confiance et ses eleves le savent bien! mais c'est vrai elle ne se devoile jamais!elle absorbe nos emotions comme les siennes!! MAGIQUE!

    RépondreSupprimer
  14. Tu es lue Celestine, lue avec attention et tendresse.
    Tu n'as pas à en douter, fais nous simplement confiance.
    sourire
    Je t'embrasse
    Mathéo

    RépondreSupprimer
  15. oui c'est incroyable quelles confidences on reçoit, comme prof de la part d'élèves ou de parents d'élèves, comme amie aussi... et parfois tout ça est bien lourd à porter et perturbe le sommeil...
    et si on nous fait la remarque que nous-mêmes ne nous livrons pas, il faut répondre: "il faut bien qu'il y en ait qui écoutent" :-)
    (hum hum pour me livrer j'ai un peu mon blog mais je fais attention hahaha)

    RépondreSupprimer
  16. Placer sa foi non en Dieu mais dans les autres, certains qui en sont dignes, car ils peuvent entendre et recevoir et partager et pleurer avec ...Bien précieux et inaliénable !
    Merci chère Célestine !
    Amitiés
    Zénondelle

    RépondreSupprimer
  17. Oui , en y réfléchissant un tant soit peu ,la confiance est souvent la base de relations sereines avec son entourage .
    Et parfois on ne comprend pas pourquoi elle apparait comme une évidence entre des êtres qui se connaissent à peine .
    Bien vu ,Célestine , cultivons la confiance , chaque jour et même inconsciemment . Nous vivrons mieux ensemble sur Terre .

    Quel beau sujet de réflexion !!

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.