mercredi 22 septembre 2010

Un replat

Ce n'est pas aux nombreux Belges qui fréquentent mon espace que je vais apprendre quelque chose sur la pratique de la bicyclette. Tout le monde connaît les grands champions que la Belgique a produits, les Maertens, Merckx, Van Impe, Boonen, De Vlaeminck...Cependant, n'oublions pas que le vélo, ce ne sont  pas seulement de longues lignes droites sur un plat pays. C'est aussi, c'est surtout, une lutte incessante contre une loi terrible et implacable: celle de la pesanteur. Monter des côtes, escalader des cols, mettre le petit braquet, économiser ses forces pour grimper toujours plus haut, voilà une école de la volonté que j'ai fréquentée dans ma prime jeunesse. Je me souviens être restée plantée sur place, bloquée dans mes cale-pieds, pour n'avoir pas su apprécier la dénivellée à sa juste valeur. Moment de grande solitude.
Mais où nous embarque-t-elle, Célestine, avec ses histoires de vélo? 
-Rassurez-vous, chers lecteurs, uniquement dans une de mes métaphores alambiquées dont j'ai le secret. Car, voyez-vous, depuis la rentrée, après avoir pris les commandes d'un paquebot assez énorme, j'ai quitté la crête des vagues pour des cimes plus... alpines; en deux mots, depuis trois semaines,  j'ai l'impression de me taper un col de première catégorie, avec des "rampes" à 12%, les connaisseurs apprécieront: un effort soutenu, intense, souvent "en danseuse",impossible de poser pied à terre sous peine de ne pouvoir remonter sur la machine. 
Et soudain, aujourd'hui, l'impression que ça se calme un peu, que je respire, que je peux lever la tête du guidon: un replat, ça s'appelle. Pffiouuu! ça fait un bien!Pour un peu, on croirait presque que ça descend...

photo internet : Tom Boonen,
champion, Belge, sexy  et beau comme un dieu!

11 commentaires:

  1. alors le paquebot flotte!
    tu vas pouvoir faire un peu de chaise longue sur le pont.. p-)

    RépondreSupprimer
  2. Met pied à terre de temps en temps, ce n'est pas déshonneur.


    Belle journée chez toi, avec bises ! !!

    RépondreSupprimer
  3. Tant que tu ne restes pas les pieds coincés cette fois ci ...
    Tu sais que la loi de la pesanteur s'applique même sur le plat :))

    RépondreSupprimer
  4. La vie d'une école n'est pas un long fleuve tranquille... Cette semaine chez nous, c'est la photocopieuse qui a rendu l'âme et aucun budget pour en acheter une d'ici quelques mois.

    RépondreSupprimer
  5. Se prendre la rentrée dans les dents, c'est parfois un peu dur à avaler.

    RépondreSupprimer
  6. La tête dans le guidon, ça s'appelle, ma Célestine! Contente que tu puisses un peu contempler le paysage et les visages de tes profs et élèves maintenant que les roues ont trouvé les rails et que ça tourne tout seul (enfin presque...). Sympa la métaphore et merci de nous citer :-) Bonne continuation et à très bientôt en pleine forme. Gros kiss

    RépondreSupprimer
  7. tit commentaire vite fait amicalement fait...
    Le replat, c'est ouf hein!
    bises...

    RépondreSupprimer
  8. elle est chouette cel en directrice d'ecole..croyez moi! elle fait tout a fond, une vrai passionne et lorsqu'elle a dit avoir vu trop peu ses eleves depuis la rentrée, c'etait sincere!oui, elle se doit de lever le pied, de se poser, "son" ecole est sur les rails...tres bonne note pour cette 1 ère rentrée..et vous manquez a vos eleves!

    RépondreSupprimer
  9. Je ne conçois le vélo qu'avec des replats, un long long long replat en fait!

    RépondreSupprimer
  10. ah oui j'ai l'impression que ça grimpe dur un peu partout, cette année, et dès le départ! vivement un petit replat chez nous aussi :-)
    bon week-end!
    (PS ne lui dites pas trop, à Tommeke, qu'il est beau et sexy, ça lui monte à la tête et lui fait perdre le bon usage de ses jambes ;-))

    RépondreSupprimer
  11. t'inquiete pas la prochaine cote est pas loin !! (dit l'optimiste !)

    ton ministre va bien balancer un truc à te faire grimper !!! ;o)))

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.