lundi 19 avril 2010

Parking

Trois places de parking contiguës et libres, et machinalement, je viens me poser sur celle du milieu. Mon Ado Chéri me le fait remarquer en baillant, l'air de rien : "Pourquoi tu prends toujours celle du milieu?" Et là, de plein fouet, dans la moiteur de l'habitacle empli de l'humidité résiduelle émanant de nos transpirations post-sportives, paf, une question existentielle. Oui, pourquoi? Par quelles circonvolutions de mon cortex embrumé, mon inconscient s'est-il  frayé un chemin pour me pousser à prendre celle-là plutôt que celles-ci? Et surtout, comment ai-je pu reproduire ce geste irréfléchi suffisamment souvent pour que mon fils s'en aperçoive, et en tire des conclusions hâtives et radicales dues à l'intransigeance de sa jeunesse?
-Ah bon? Toujours? Tu es sûr? 
Eh bien, je n'ai pas d'explication rationnelle. A peine de vagues supputations intellectuelles sur mon penchant pour le juste milieu, le" ni trop ni trop peu", mon attitude conciliante de perpétuelle médiatrice qui surgirait sans crier gare au détour d'une situation aussi triviale que chercher à se garer.
Je me lance dans une diatribe sur ma quête personnelle pour  suivre une bouddhiste Voie du Milieu, et sur ma satisfaction qu'à travers mes gestes involontaires, ce long travail spirituel transparaisse en filigrane.Vaguement épouvantée aussi  à l'idée que mon fils puisse imaginer une seconde que mon geste ait pu être dicté par l'inquiétude de se faire rayer la carrosserie. Mais rien de tel n'effleure ma progéniture. Il sait que sa mère place les choses immatérielles bien au-dessus des tas de ferraille, et me voilà rassurée. On peut faire de la philo devant un supermarché, un lundi d'avril, au milieu des pots d'échappement et des caddies crissant sur l'asphalte échauffé par les premiers rayons dignes de ce nom...J'adore faire les courses avec mon fils.

12 commentaires:

  1. prendre la place du milieu... c'est OSER prendre sa place aussi!
    pas se mettre dans un coin discret et timide
    c'est peut-être être bien dans sa peau??

    RépondreSupprimer
  2. Ma chère Célestine, je me suis dis en lisant tes trois premières lignes: "ben oui, c'est moi" en pensant à ma réflexion de cet après quatre heure où je quittais le parking à reculons -et où mon boss me regardait partir en hurlant de rire (par économie de manoeuvres "compliquées"...) ben oui, j'assume ma féminité jusque là; alors, perso, si je prends systématiquement la place du milieu ,c'est parce c'est plus direct et plus simple..... pas twa??

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. Je trouve ça sympa la philo au supermarché.
    Bises
    Math

    RépondreSupprimer
  5. Moi, j'ai appris à conduire à ... 54 ans, ici aux USA. Donc, je ne suis pas le pur-sang plein d'audace que j'aurais pu être si j'avais eu ma première voiture à 18 ans.

    Et devant trois place, je ferai comme toi en principe, parce que oui, c'est plus facile!

    Et mon mari fulmine car je respecte le code de la route comme si c'était une religion, 25 miles/heure c'est pas 28. Mais tout le monde ici roule à 30. Les malheureux qui sont derrière moi me maudissent en silence pendant le 10 minutes que dure cette jolie route, mais ... j'assume. Je m'en fiche complètement. Peut-peut-peut, fallait partir plus tôt si vous étiez pressés, changez de route demain! :)

    RépondreSupprimer
  6. La place du milieu est confortable, trouve-je. Que ce soit en voiture ou autrement, elle permet de voir sereinement autour de soi. C'est une place que je prends souvent aussi ...

    RépondreSupprimer
  7. C'est curieux que vous en soyez venus à parler philo - ce que je trouve très sympa par ailleurs surtout sur un parking de supermarché - mais cela me semble tellement naturel de choisir la place du milieu, tu braques léger, t'as toute la place, chépas pas moi, même les hommes font ça, non ?

    RépondreSupprimer
  8. le milieu parce que c'est plus simple..plus "confortable"..
    j'aime beaucoup les moments passés en voiture avec les zados..c'est souvent dans cet espace clos..que les discussions les plus sympas et profondes ont lieu..espace clos?pas possibilité de sortir?

    RépondreSupprimer
  9. Moi aussi j'aurais choisi celle du milieu, et si je dois en chercher la raison, je dirai que c'est pour éviter que les portières des autres voitures ne cognent dans ma Violette (c'est le nom de ma voiture, ben oui... hum... elle est violette ;-))

    RépondreSupprimer
  10. Personnellement, j'ai tendance à éviter la droite, la gauche m'inspire plus, allez savoir pourquoi...

    RépondreSupprimer
  11. Se garer est sans doute un acte assez peu réfléchi à première vue et presque toujours instinctif . J'ai évité 2 accidents graves en changeant d'emplacement aussitôt après m'être garée . La première place choisie ne me plaisait pas , j'en ai donc changé .... et j'ai ainsi échappé à une mort certaine ! Bon , OK ce n'était pas en France ... Il n'empêche : toujours suivre son instinct en matière de stationnement ! ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Bienvenue chez moi, Summertime.
    Je frémis à l'idée qu'on passe bien souvent par instinct à côté de la mort. Et c'est vrai que j'écoute toujours mes pressentiments maintenant, depuis que j'ai lu le livre "excusez moi mais votre vie attend", de Lynn grabhorn.
    Bonne journée!
    Célestine

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.