mercredi 21 avril 2010

Montrer ou cacher?

Au hasard d'une conversation, à propos d'une divergence de vue, avec une amie, qui ne va jamais sur les blogs, par principe ou par désintérêt,  je ne sais trop,  une de ses phrases m'interpelle soudain: "Sur les blogs, les gens se distinguent par ce qu'ils montrent et se ressemblent par ce qu'ils cachent." Je me demande si cette phrase est d'elle, ou si elle l'a trouvée dans un almanach de pensées du jour. Et bêtement , je ne le lui demande pas. Mais peu importe, elle me fait réfléchir.
A première vue, je ne sais pourquoi, cette phrase a un fumet de vérité.  Mais est-elle vraiment spécifique aux blogs? Il me semble que cette définition s'applique à la  vie réelle . A tous les individus. On a tous des choses à cacher, et en cela on se ressemble tous. Des choses intimes, basses, moches, peu avouables. Des choses tristes, que l'on veut fuir, que l'on se cache à soi-même. Des choses belles, insolentes, un bonheur soudain trop grand qu'on a peur de dire ou de montrer par crainte des jalousies, ou pour ne pas blesser autrui. Des choses insignifiantes, qui  ne nous semblent même pas dicibles. Des angoisses, des incertitudes, des lâchetés minables, des tortures intérieures, mais aussi tout un bric à brac autistique, narcissique dans lequel on baigne complaisamment parce qu'à la vérité on adore tout ce qui  touche à nous-même,  mais que l'on ne veut pas étaler par crainte d'ennuyer autrui, ou de passer pour un égocentrique forcené. Et donc d'être moins aimé. Fatalement. C 'est à cause de cette effrénée quête d'amour que, oui, bien sûr ,  l'on cache des choses. 
Mais alors,  que montre-t-on ?  Par nos gestes, nos actes, nos décisions, mais aussi et surtout, par nos écrits , eux qui  restent comme autant d'empreintes dans le sable du temps? Que s'autorise-t-on à montrer? On montre une image.
Une image que  l'on peaufine, que l'on s'amuse à faire changer, comme des reflets dans les miroirs déformants d'une fête foraine.Tantôt large et ridiculement trapue, tantôt démesurément allongée comme une silhouette à la Giacometti, tantôt à l'endroit, tantôt à l'envers. Une personnalité multi-facettes. 
Une image que l'on contrôle soigneusement. Contrôle? Pas forcément à chaque instant. Parfois, au gré d'une parole, au détour d'un billet, d'une phrase, on laisse entrevoir , comme une lueur furtive, le dessous des cartes, la face cachée de la lune, le visage sous le masque. Et là, à notre insu, on se met à montrer ce que l'on cache.Par petites touches. Inconsciemment. Par un jeu ineffable et subtil.
Et cette image polymorphe, insaisissable de complexité, elle se construit de toutes les choses montrables que l'on fait semblant de cacher, et de toutes les choses  secrètes que l'on fait en sorte de montrer, que l'on glisse dans notre propos de manière subliminale et qui font notre individualité profonde. Un savant dosage de tout ce que l'on est, de tout ce que l'on regrette de n'être pas, de tout ce que l'on aimerait être.Voilà pourquoi j'aime rencontrer les gens sur leur blog. Voilà pourquoi je n'ai pas envie de m'en priver: parce que finalement, c'est peut-être là, dans l'intimité ouatée du clavier et d'un relatif anonymat, que la couche de vernis est la moins épaisse, qu'elle se craquelle le plus vite, et que l'on a le plus de chance de saisir le fulgurant mystère de l'âme humaine.

image internet

13 commentaires:

  1. Belle analyse!!Dis à ton amie d'ouvrir son blog!
    sourire
    bisous
    Math

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas philosophe, mais je doute que l'on puisse cacher longtemps quoique ce soit, sur un blog ou dans son milieu. Petit à petit, par les écrits, les idées que l'on avance,de jour en jour le blogueur ou le compagnon de travail dévoile sa"vraie" nature.

    Et pour le comprendre ,pas besoin d'être un vieux riblon ou un vieux singe à qui ont ne fait plus de grimace §§§§

    Rires !!

    RépondreSupprimer
  3. C'est en allant sur des blogs (et en sélectionnant en fonction de mes intérêts) que j'ai trouvé des personnes qui me 'ressemblent'. Controler oui, surtout pour ne pas blesser des personnes éventuelles (mais dans la 'vraie' vie, c'est la même chose). Par contre, il y a des fois où je me suis laissée aller, ce que je n'aurais jamais fait dans le non virtuel. Comme tu le dis, l'anonymat est relatif, mais j'aime ces rencontres ...

    RépondreSupprimer
  4. Je sais que l'une des raisons de mon blog est de laisser une trace pour le futur, pour mes enfants, mes petits-enfants. Une sorte de journal "extime" mais bien sûr, compte tenu de la publicité de ces écrits, contrôlé comme le dit Ms pour ne blesser personne, ou du moins essayer. Tout le reste sur l'image que l'on (veut) donne(r), ce que l'on cache, etc..., c'est vrai mais comme tu le dis si bien, c'est comme dans la vraie vie...

    RépondreSupprimer
  5. Je pense être dans la vie comme sur mes blogs : j'ai l'esprit positif et préfère toujours regarder le verre à moitié plein que le verre à moitié vide, et j'aime parler de mes nombreux centres d'intérêt et activités, mais très peu de ma vie privée (peut-être est-ce typiquement masculin d'ailleurs?). Quant aux blogs, je ne me pose pas de question et tant que j'y trouve du plaisir, je continue! Bientôt le 500ème article...

    RépondreSupprimer
  6. Il me semble être assez bien "moi-même" sur mon blog.

    Bien sûr, il s'agit de ce moi-même d'aujourd'hui. Je sais qu'il existe des gens qui m'ont connue ailleurs, dans une autre époque etc... et qui pourraient ne pas y croire. Non pas que j'aie subi une transformation miraculeuse, mais bon, finalement, avec les années, le vrai s'affirme et la frime s'en va.

    Mais naturellement, le blog, c'est l'endroit où je parle et ne subis aucune interruption (c'est pas comme quand je parle avec mon mari, qui est l'as de la parole coupée...). Rien ne vient donc m'agacer, me distraire, me troubler.

    Car oui, il m'arrive de dire à mon pauvre mari des choses très colorées (en italien pour faire encore plus vigoureux). Comme quoi, Edmée est toujours gentille "au fond" mais pas toujours bien élevée ... :)

    RépondreSupprimer
  7. ton texte est intéressant, comme souvent chez toi d'ailleurs.
    Intéressant en ce qu'il montre... Intéressant en ce qu'il cache...
    Car, dans ce cadre d'une analyse généraliste telle que tu la fais,qu'en est-il de ta singularité dévoilée ou non ?

    j'ajouterai quelque chose qui est important à mes yeux :
    il n'y a pas d'un côté : cacher qu'il serait *mauvais* ; et d'un autre : montrer qui serait *bien*.
    ce n'est d'ailleurs pas ce que tu dis, mais je souligne ce point, car souvent on a tendance à considérer que montrer serait une vertu...

    RépondreSupprimer
  8. Vaste sujet!
    En ce qui me concerne j'essaie d'être moi-même sur mon blog et d'être sincère! Par contre c'est vrai que je ne dis forcément pas tout ce que j'aimerais dire parfois car je sais que plusieurs personnes de ma famille me lisent et du coup je ne peux pas me libérer complêtement!

    RépondreSupprimer
  9. Je ne crois pas que tout le monde se "peaufine" une image, que ce soit dans la réalité ou le monde virtuel. Il est clair que certains s'amusent à ne montrer qu'une partie d'eux-même; Coumarine en parle dans son livre "tout d'un blog", de ces personnes qui ont différents alias, l'un prude, l'autre érotique par exemple. De même dans la vie réelle, où l'homme d'affaire sûr de lui peut se révéler une "lavette" à la maison. Mais je pense à tous ceux qui sont sincères et souhaitent une unité entre vie et pensée, entre parole et action. Bien sûr certaines choses ne seront ni montrées ni dites, par discrétion, par pudeur, par prudence aussi. Cependant, je te rejoins quand tu dis que sur les blogs et sous couvert d'anonymat, une personne peut se montrer plus sincère et dévoiler davantage de choses que dans un cercle familial ou amical ou même professionnel: le journal intime en quelque sorte, qui recueille les confidences mais qui seront lues par des personnes compréhensives, voire compatissantes. Sujet complexe et vaste débat que tu abordes là.

    RépondreSupprimer
  10. Comme c'est joliment et si justement dit ! Comme dans la vraie vie, on montre ce que l'on a envie de montrer, et souvent plus à notre insu, ces bouts intrinsèques de nous qui nous échappent comme des fumerolles. C'est ce qui fait le charme des blogs généralistes, à l'opposé des blogs avec une ligne "éditoriale" évidente, ennuyeuse et sans surprise.

    RépondreSupprimer
  11. A tous


    Voilà c'est bien moi ça: je lance un vaste et complexe débat philosophique, et je me tire dans une contrée où la connexion internet est tout ce qui est de plus aléatoire. Mais, bon, j'ai eu le temps de lire et d'apprécier moultement vos commentaires, et je vous en remercie.
    Dès mon retour je ferai des réponses plus personnelles à chacun.

    *****Célestine*******

    RépondreSupprimer
  12. J'ai remarqué que les dames parlent plus de leur quotidien, et que les hommes parlent plus de choses. Les hommes ont plus de mal à s'épancher, dans la vie réelle ou virtuelle.

    RépondreSupprimer
  13. J'aime bien cet article et ses commentaires. Je crois aussi qu'on construit l'image d'un personnage qui est un peu soi et peu celui ou celle qu'aimerait être.

    RépondreSupprimer

Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.