lundi 13 décembre 2021

Saut de puce

  

Photo Céleste


Les crépuscules d'hiver sont sublimes ici, dans la Drôme des Collines. Le ciel reste lourd et bas toute la journée, et soudain devient poète à seize heures. Musicien des couleurs. Enflammant l'horizon, et projetant une lumière étrange, presque surnaturelle, sur le chêne aux maigres feuilles. C'est beau, non ?
J'ai pris un temps d'inspiration derrière la vitre. Le moment m'a saisie. Tiens, j'y pense...aujourd'hui, c'est la sainte Luce. 
L'étincelle de joie des jours qui avancent du saut d'une puce. La fête des optimistes impénitents.  L'ingénieur son et lumière céleste a produit, pour la célébrer, un de ses plus beaux spectacles. 
Tout est déjà dit, du vivant, de ce mystère insondable du noir, du blanc et de l'arc-en-ciel. Et tout est pourtant à redire, chaque jour, parce que c'est un miracle.

Quand je pense que nos lointains ancêtres avaient peur chaque soir que le soleil ne reviennent pas le lendemain. Apeurés par ignorance.  J'ai perdu mes peurs une à une.
 J'ai appris à vivre en clarté. Les ombres mauvaises m'ont quittée. J'aime allumer des chemins de ma nuque à mes reins. Tracer du bout des doigts l'amour et le désir, qui tendent le ciel et les étoiles. Ouvrir l'horizon de mes bras. Et poser comme une framboise ma bouche sur ton coeur.
Le mien fait des sauts de puce en écoutant tomber la nuit. Dans tes bras elle sera douce et chaude comme un édredon de plume.

•.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸•.¸¸.•








67 commentaires:

  1. Je reconnais dans ton ciel d'au delà les nuages ceux que j'admire parfois chez moi. Je le contemple, un peu rêveur, quand j'ai la chance d'être chez moi à l'heure si précoce du coucher de soleil hivernal. Sainte Luce... je crois que c'est par toi que j'ai appris la distinction avec le solstice qui, pour ma part, reste ma référence du retour vers l'allongement diurne. C'est un petit plaisir à ne pas dédaigner que de se savoir aller vers l'allongement des jours :)

    Il est très beau ton paysage, avec sa longue perspective et son chêne.

    Quant à l'horizon des bras et la bouche framboise... je me contenterai de l'imaginer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pierre,
      Se contenter de l'imaginer, c'est se contenter de peu :D

      Supprimer
    2. «C'est un petit plaisir à ne pas dédaigner que de se savoir aller vers l'allongement des jours :)»
      Tu as raison, même si c'est un tout petit peu en contradiction avec mon billet « saisons »... Une contradiction apparente seulement, car j'aime l'hiver. Mais il est vrai que la lumière est importante pour moi, et qu'en hiver, on en manque un peu...
      Sinon, je suis d'accord avec Julie : pourquoi se contenter de l'imaginer alors que tu pourrais (largement) le vivre ? Mais je sais que c'est un sujet qui te tient à coeur et loin de moi l'envie de te mettre mal à l'aise...
      Pour le paysage, je confirme : c'est une merveille de vue.
      Je t'embrasse
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    3. @ Julie, se contenter de peu c'est déjà se contenter. Vouloir davantage que ce que l'on peut pourrait bien être source de mécontentement, voire de frustration ;)

      @ Célestine, je n'ai vu nulle contradiction entre le plaisir à vivre une saison et celui de voir poindre l'aube de la suivante. Se réjouir de chaque jour n'empêche pas de le faire aussi en pensant à ceux qui arrivent... et même à ceux qui s'éloignent. C'est un peu la même chose pour ce qui est à vivre : se réjouir (c'est mieux que "se contenter") de ce qui est accessible au présent.

      Bises contentes

      Supprimer
    4. "Vouloir davantage que ce que l'on peut" ?
      D'après Celestine, il semblerait que le "pouvoir" t'appartient largement...
      Je dis ça comme ça :D

      Supprimer
    5. C'est un vrai débat philosophique par ici !
      La volonté est une chose très controversée : tout le monde en a-t-il, ou est-elle plus ou moins bien partagée ?...On en revient à mon billet « jusqu'au bout »...
      Je fais partie de ceux qui pensent qu'on a le pouvoir de changer sa vie, par les décisions que l'on prend.
      Mais je suis aussi de ceux qui pensent qu'il est bon de se réjouir de ce que l'on a, à l'instant T. Simplement, je n'ai pas l'esprit sacrificiel, et je rajoute donc : il est bon de se réjouir de ce que le présent nous offre, si toutefois ce qu'il nous offre est satisfaisant. Parce qu'alors, dans le cas contraire, c'est là qu'intervienne le mécontentement et la frustration.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      En tout cas, c'est comme cela que j'ai essayé de construire ma vie. Pas après pas.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    6. @ Julie, une petite citation : « Être libre ce n'est pas pouvoir ce que l'on veut, mais vouloir ce que l'on peut ». Le jour où j'ai découvert cette phrase de Sartre, j'ai ressenti un bienfaisant soulagement. J'ai trouvé ce renversement du "pouvoir" non omnipotent tout à fait juste. Certes, il y a bien une question de volonté, quand il s'agit d'obtenir quelque chose, mais aussi de capacité. Ce serait une illusion de croire que la volonté suffise. Et ce peut être lourd à porter, et même culpabilisant, de ne pas parvenir à ce que l'on veut. Sentiment d'échec, d'être nul et littéralement "incapable" (terme abusivement péjoratif).
      Alors que s'accorder cette possibilité de « n'être pas en capacité de » permet de relativiser la part de responsabilité qui nous incombe. Avoir intégré cela est fondamental dans les métiers d'aide et d'accompagnement, par exemple, ou d'enseignement, et d'apprentissage.

      @ Célestine, c'est bon un peu de philosophie sauvage :)
      Tu as raison, cet échange va dans le même sens que ton billet d'il y a quelques temps (je l'avais lu sans le commenter).
      Et là tu traduis bien ce que j'ai voulu dire : « Il est bon de se réjouir de ce que le présent nous offre, si toutefois ce qu'il nous offre est satisfaisant. » La seconde partie de la phrase nuance avec justesse la première.

      Bises philosophiques

      Supprimer
    7. Mon cher Pierre, (tu permets ?) :)
      "La philosophie, c'est l'art de se compliquer la vie en cherchant à se convaincre de sa simplicité." F. Dard.
      Sur le fond, tu as sans aucun doute raison. Cependant, la dernière partie de ta phrase me fais (tendrement) sourire...
      « Il est bon de se réjouir de ce que le présent nous offre, si toutefois ce qu'il nous offre est satisfaisant. »
      Donc, mon humble analyse de cartésienne pointilleuse que je suis est la suivante : tandis que notre adorable Maitresse offre l'horizons de ses bras... framboise sur le cadeau, tu te contantes de rêver pour t'éviter une éventuelle frustration.
      Soit ! Mais dans ce cas, les joli bras de notre Maitresse vont surement se sentir offensés... :P

      Merci pour tes belles paroles, et de m'avoir prise au sérieux ;)
      Bonne journée, Pierre, douce journée Maitresse.

      Supprimer
    8. Ma chère Julie (oui, je permets, et j'espère que Célestine permet que l'on squatte ainsi son fil de commentaires...)

      Permets-moi aussi de ne pas être d'accord avec Frédéric Dard ;)
      Je me demande si nous ne sommes pas dans des quiproquos puisque "ma" phrase que tu cites est celle de Célestine, que je reprenais. Et surtout que « l'horizon des bras et la bouche framboise », que je me contentais d'imaginer, pourrait bien ne pas correspondre à ce que tu sembles imaginer que j'imaginais (ça c'est pas de la philosophie, mais ça devient quand même compliqué). Bref, nulle offense envers les bras de Célestine et leur horizon, qui m'ont ouvert à d'autres pensées :)

      Merci pour cet échange et pour l'hospitalité de Célestine

      Supprimer
    9. Mes chers Pierre et Julie

      Je suis aux anges que vous utilisiez mon fil de commentaires. C'est toujours intéressant de débattre, et loin de moi l'idée de m'offusquer de quoi que ce soit.
      En ce qui concerne ma petite phrase, je ne faisais qu'exprimer mon propre vécu : je me suis longtemps contentée de ce que j'avais, en essayant de positiver une relation qui ne me satisfaisait plus. Et puis il arrive un jour où on ne se satisfait plus (même en positivant) et c'est là qu'on se met en route pour changer sa vie.
      Bisous à tous les deux
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Accord parfait du texte et de l'image !
    Ne me cache rien, tu es une fée, hein ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme si tu ne le savais pas...😊😊😊
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. @Walrus : Fée-Céle, Rians que ça ! :)

      Supprimer
    3. @julie
      Que ça fait du bien ces espiègleries !
      J’adore.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Habitués depuis la naissance à voir le jour chaque matin, nos lointains ancêtres avaient surtout peur de "se réveiller morts" dans un estomac de bête...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes. Mais la peur de la mort est toujours présente, des millions d'années après...
      Je pensais plutôt à ces fêtes pour célébrer la lumière, qui avaient bien pour fondement la peur que le soleil ne se lève pas ou disparaisse...Une peur que Tintin exploita judicieusement en se servant d'une éclipse arrivant à point nommé, dans Le Temple du Soleil...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Enchantement des lieux et poésie de vos mots... vous rayonnez de bonheur Maitresse ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue, je crois que je n'ai jamais été aussi heureuse.
      Et sans culpabilité, en plus, c'est formidable.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Tout est beau, la photo comme un tableau de Turner, le texte comme… du Grand Célestine quand sa plume édredon écrit son cœur.
    Parfois je vois de tels crépuscules de ma fenêtre donnant à l'ouest sur de grands arbres urbains plus que centenaires. Tout à coup le soleil les enflamme l'espace de quelques minutes et glorifie la nuit naissante. Je me prends à penser que peut-être demain mon âme sera de la même joie que ce spectacle.

    (Une jolie perle fine tout au début « le ciel […] devient poète à seize heures »)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais que tu la verrais, ma petite perle...
      Quant à la plume édredon, c'est ravissant comme image.
      Je prends !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. Superbe texte Célestine et ce paysage est de toute beauté sous cette douce et chaude lumière. J'aime ces moments de fin de journée ♥

    RépondreSupprimer
  7. savourer tous les p'tits bonheurs visuels et olfactifs, cueillir les mots doux! J'aime ça moi aussi!! ☺☺
    Bisous Célestine ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui oui, je te sais adepte des plaisirs de la vie ! 😊
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. Ce qui est assez formidable sur ce blog c'est que c'est aussi beau de le regarder que de le lire.

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un peu ma petite oeuvre d'art, ce blog...
      Et ça me fait plaisir quand tu viens y faire un tour...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. C'est à dire que tu publies à nouveau assez fréquemment, plus fréquemment que mes visites mais je vais m'adapter.

      Bleck

      Supprimer
    3. J'avais prévenu que j'allais changer et remuer un peu ce vieux blog ronronnant...
      Apparemment ça a l'air de plaire à certains de mes lecteurs.
      Alors ça me réjouit.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Tu rayonnes de Bonheur Célestine. Ca fait chaud au coeur ..il y a une forme de contagion. Merci à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue préférer, de loin, cette contagion à toute autre à la mode... ;-)
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. Quel bel hymne à l’amour dans ta dernière partie
    Qu’il doit être doux d’être aimé de toi !
    bises ma chère Célestine
    j ♥ ta nouvelle bannière

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra demander à l'intéressé, mais je n'ai pas eu de plaintes...
      Pour la bannière, je suis restée dans yaoyao que j'adore. Merci Jak !
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Pétard, le climat de la Drôme réussi aux bambous ! Sitôt plantés, qu'ils sont déjà grands. peut-être l'effet céleste et magique d'une framboise sur un cœur, ou deux cœurs sous un bon gros édredon.
    Je vois que chez toi aussi, le soleil fait son show d'où, doux. Il arrive souvent que par des journées un peu grises, avant que le soleil ne tire sa révérence, il vient saluer son public dans une fête des lumières.
    Rien de comparable avec ce show que j'ai vu de mes yeux, en live, c'était beau. Ici, (clic)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie la fête de la Lumière à Saint Jean.
      J'y suis allée plusieurs fois mais il y a vraiment trop de monde à Lyon à cette occasion. C'est oppressant.
      En ce qui concerne les bambous...c'est vrai qu'ils ont déjà une bonne taille à la base. On n'a plus l'âge de planter des arbres de 30 centimètres de haut...
      Les boutures, c'est un truc de jeunes qui ont beaucoup de temps devant eux. ;-)
      Bisettes cher Didier
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Un soleil vagabond qui pose ses mains tendres sur ton horizon,
    ça me donne des frissons.
    J'aime ses soleils roux qui réchauffent le cœur, charment le regard,
    pour doucement faire venir la nuit et sa farandole de délices.
    Bises solaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une farandole de délices...c'est très joli.
      Les bonheurs de la nature et de l'amour...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Quelle belle lumière Célestine !
    J'aime beaucoup ce jour de la sainte Luce qui nous ramène un saut de puce de soleil en plus, et ton solstice d'hiver m'a guidée pour répondre à la page 188 de l'Herbier de poésie, qui paraitra lundi sur Emprises de brises, alors je ne te le met pas ici.
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je vais courir voir ça !
      Bisous fidèle Marine
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. Coucou. Il y a donc des framboises qui poussent au crépuscule de décembre dans la Drôme? Ou alors je n'ai rien compris à ton texte? :-) Bises alpines et profite de la douceur des jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces framboises-là poussent en toute saison sur les cœurs amoureux… et je sais que tu sais…
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Comme c'est romantique !!L'amour est essentiel pour vivre intensément. C'est un bon carburant énergétique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est ce que j’ai dit à ma prof de yoga, quand elle nous demandait comment on boostait nos défenses immunitaires au quotidien…
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. C'est mignon,joli et beau
    Les trois à la fois ce qui est rare.
    Et charmant par dessus le marché.

    Heureux est-il, et toi aussi.

    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous le sommes ! Et je crois que c’est bien de partager ce bonheur avec d’autres moins chanceux.
      On leur donne de l’espoir.
      Merci cher Aldor
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. J'ai lu relu votre texte, je dois avouer que trouve un sens différent à chaque nouvelle lecture. J'en suis arrivé à deux interrogations? Un sens sensuel, et l'autre beucoup plus un sens spirtituel, voir même peut être réligieuse! Ceci dit l'image est envoutante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M’est avis que « Sylvie » est un robot informatique qui amène le lecteur vers un site marchand…
      Et un robot qui n’écrit pas très bien le français…
      Mais bon…

      Supprimer
    2. Sylvie est un spam qui passe parfois chez moi.
      Alors que je ne souffre pas d'hyper-tension.

      Supprimer
    3. Désolée d'être ignorante, et de mal écrire le Français. Tout le monde n'est pas Hugo.

      Supprimer
  18. •.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸•.¸¸.• Laisse-moi poser comme une framboise mon gland décalotté sur ta fesse gauche, celle qui porte bonheur •.¸¸.•*`*•.¸¸☆•.¸¸.•*`*•.¸¸•.¸¸.•

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh ….voyons… Laisse moi réfléchir …
      Eh bien … non.
      Je ne laisse pas n’importe quel gland investir mon anatomie…
      Bien tenté mais la balle est dehors.

      Supprimer
  19. Ouhla ce billet ! Ça commence par un ciel d'or et ça finit sous un ciel de lit où tu dors (ou pas :-) )....

    RépondreSupprimer
  20. Pierre BONNARD disait :
    " Il existe en peinture une nécessité à hausser le ton. Et les primitifs l'avaient compris, qui cherchaient les rouges , les azurs les plus ardents dans les coloris precieux : lapis-lazuli l'or et la cochenille".

    Tu l'as bien compris toi aussi qui sors tes plus belles expressions colorées pour nous décrire un coucher de soleil en hiver...

    Bises cochenillesques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien la citation de Pierre Bonnard. Ton (presque) homonyme.
      Hausser le ton, voilà un jeu de mots subtil.
      Bises du lendemain
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  21. Je l'avais nommé La nuit la plus longue et puis j'ai préféré parler de la Sainte Luce,finalement !
    Bisous Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n’ai pas trouvé ton texte sur sainte Luce : mais peut être ai-je mal cherché …
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  22. C'est joliment dit... Dans mon Sud secondaire, Phoebus nous gâte aussi.
    Je suis heureux de ton bonheur, tu l'as largement mérité.

    Une petite musiquette ?
    https://www.youtube.com/watch?v=nOXS_Giojgc

    Molto baci Cara e TVB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est plus qu’une musiquette …
      Je me souviens que ma grand mère me la chantait déjà…
      Merci pour ton passage blutchiamo
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  23. Sur ce petit tertre ne manquent que Schmoll et Serrault... Sans oublier le troupeau de canards !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’ai revu le film !
      Et en effet, le paysage est très ressemblant !

      Supprimer
  24. J'ai lu relu ton texte, je dois avouer que je trouve un sens différent à chaque nouvelle lecture. J'en suis arrivé à deux interrogations : un aspect sensuel et l'autre beaucoup plus spirituel voire même peut être religieux ! Cela dit l'image est envoûtante.

    Comment ça, mon comm' est un plagiat ? Traite-moi de spam, pendant que tu y es !


    LOL !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n’ai qu’un mot : excellent !

      Supprimer
    2. Étant une ignorante, j'ai quand même cherché le sens de plusieurs mots sur https://www.plagiarismchecker.co/fr, et encore une fois, au risque de me faire encore traiter de robot inculte, ne sachant pas écrire en Français parce que j’aurai fait quelques fautes de frappe, ou d’orthographe, je ne comprends toujours pas le sens de votre texte. Mais bon je suis peut être trop bête pour comprendre.

      Supprimer
  25. Superbement croqué. Délicatement dit. Zen, beaucoup.
    Et pour avoir vécu dans une moyenne montagne voisine (le Pays de Sault, au pied du Ventoux), je respire l'éclat de cette torpeur délicieuse, penchée au bord du jour.

    Du coup, en lien... Un poLème que j'eusse pu te dédier.
    A nous revoir, par-ci, par-là, maîtresse.

    http://niak65poletique.canalblog.com/archives/2021/02/16/38819983.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime tes polèmes, mon Titi.
      Et celui-là tout particulièrement, moi qui suis à jamais une mademoiselle EN...D'ailleurs ne te l'avais-je point dit ?
      Le pays de Sault : très jolie route bordée de chênes taillés. J'avais adoré la parcourir.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.