Pages

06 juin 2024

Lettres du Japon (13) L'âme japonaise. Fin.




Me revoilà au bercail. La tête et le coeur emplis d'impressions et de souvenirs. Il me reste à trier, ordonner et mettre en page des milliers de photos pour en faire un bel album, comme à chaque fois. Rappelez-vous ce billet. J'y parlais de l'Irlande, de Venise...

Ce fut un beau voyage. Parfois un peu dystopique, dans les méandres des mégalopoles surpeuplées. Souvent plein de magie, dans les hauts-lieux spirituels. Mais toujours empreint de ce parfum mystérieux de l'ailleurs, de l'étrange, de l'exotique au sens premier : ce qui est étranger, en-dehors de soi. Différent.
Je n'ai vu qu'une toute petite partie du Japon. Connait-on jamais un pays ? Je sais qu'en quinze jours, on ne peut voir que l'écume de son âme. La surface des choses.
Je sais que c'est loin d'être un paradis pour la condition féminine, que le taux de suicide y est élevé, que le monde du travail est impitoyable et très hiérarchisé, que le système de retraite est inexistant, ce qui fait que l'on trouve beaucoup de personnes très âgées encore au travail...
En bref, la beauté des jardins et les lignes audacieuses de l'architecture cachent sans doute de tristes réalités. Et le fait de vivre constamment sur une poudrière volcanique, sujette aux séismes, typhons et autres tsunamis, sans parler des accidents nucléaires, n'est pas le moindre des inconvénients. La consommation y est effrénée, le mode de vie artificiel des jeunes épris de mangas et de haute technologie a de quoi inquiéter. Tout comme l'obsession de l'hygiène et la frilosité des rapports humains. On ne se touche que très peu au Japon.
Malgré tous ces points noirs, notre guide semblait très attachée à son pays, à ses racines, son histoire et sa particularité îlienne. Et très fière. Elle ne saurait vivre ailleurs que sur la terre de ses ancêtres. 
Oui, parce que les Japonais sont avant tout des Îliens, tels les Anglais ou les Australiens, d'ailleurs comme eux adeptes de la conduite à gauche.
J'ai aimé vous faire partager mon périple, et je vous remercie de m'avoir suivie, pour certains très fidèlement, dans ces pérégrinations du bout du monde. 
Allez, pour vous, une jolie collection de portraits. Puissent-ils vous donner une image de l'âme japonaise telles que je l'ai perçue.
(Cliquez sur les images pour les agrandir)










































































42 commentaires:

  1. Merci pour ces 15 jours
    JAK
    http://jakepistolaire.over-blog.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce fut un plaisir chere Jak
      Me voilà de retour après une (trop) longue absence.
      Bisous célestes

       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  2. Y a pas que les Romains qui sont fous ! :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça, on le savait depuis longtemps, mon boss...
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  3. Fidèle à tes rendez vous épistolaires j'ai vécu votre dépaysement. Pour moi tout est résumé dans ta phrase : je sais qu'en quinze jours je nai pu voir que l écume de son âme . Maintenant va falloir remettre les pieds sur terre ou......dans la piscine .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as trouvé le mot juste : c'est un véritable dépaysement !
      Le retour sur terre s'est fait en douceur.
      Quant à la piscine, c'est une vraie pitié : pas plus haut que 18 degrés, ça ne chauffe pas...
      Il paraît que c'est une année de treize lunes...
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  4. Quand j'étais petite, je dessinais des Japonaises et des paysages japonais, sans cesse. C'est évident que c'était d'une grâce très séduisante pour une enfant. Puis peu à peu je me suis détachée, au fur et à mesure que j'entrevoyais le reste. Je regarde en ce moment une série japonaise bouleversante : la maison de la rue en pente. Vraiment, ce n'est une vie pour personne, mais j'y ai retrouvé le sens de la compétition, du désir d'excellence, de perfection même, qu'il y a aux USA, et qui rend tellement malheureux. Le livre The Ginger Tree m'avait épouvantée ou presque... Ceci dit, tu as fait un merveilleux voyage et a touché plus d'une fois cette grâce et apparente légèreté qu'on aime associer à l'idée des cerisiers en fleurs. Baci sorellita voyageuse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En quelques mots, tu dis bien les ambivalences de ce pays, de ce peuple, capable du pire comme du meilleur.
      Mais ne sommes nous pas tous un peu ainsi ?
      Ne serait-ce pas, finalement, la quintessence de la nature humaine ?
      Baci sorella
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  5. Tu as su ressentir les côtés charmants, sympathiques, mystiques du Japon, Célestine ! Les autres facettes aussi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je dis à Edmée, juste au-dessus.
      C'est un pays plein de contradictions, à chacun de décider quel côté on veut voir vraiment...
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  6. C'est parti trop vite ! Il faut du temps pour capter l'essence et les merveilles connues ou ignorées d'un pays, c'est certain.
    L'autre facette que tu décris est moins plaisante. Je trouve que les jeunes sont trop attirés par la mode, ce qui brille... Mais chez nous aussi. Merci pour tous ces instantanés !
    Bises Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà; c'est tout à fait çà !
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  7. Un voyage qui se termine...
    Comme le nôtre, bien plus court et bien moins loin : A Vienne , capitale autrichienne et témoin de fastes du passé...
    Nous sommes arrivés en Isère en milieu d'après-midi, les yeux pleins de belles images.

    Mais les tiennes, avec leurs commentaires, nous permettront de préparer au mieux notre futur voyage au Japon.

    Mille mercis pour ces treize partagés
    Bises amicales

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie d'apprendre que tu comptes te rendre au Japon, cher Petrus !
      Tu verras, c'est quand même un pays qui vaut le voyage ...
      J'ai été heureuse de partager quelques unes de mes expériences là-bas.
      Bises de la même eau.
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  8. C'était moi (j'avais oublié de m'identifier...lol)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vienne ne m'avait pas trompée, j'avais deviné que c'était toi...
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  9. Un grand merci Célestine :-) Et oui, l'herbe n'est pas plus verte ailleurs. De très beaux portraits effectivement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que j'ai adoré revenir aussi...
      Mais je suis comme ça : toujours heureuse de l'instant présent.
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  10. D'après ce que j'ai retiré de mes très nombreuses missions à l'étranger, j'ai retiré qu'il n'y a pas que la condition féminine qui n'était pas joyeuse mais que c'était globlement la condition humaine qui n'était pas top.
    Je ne sais quel est l"imbécile qui a réussi à convaincre un majorité de pas futés que la compétition qui ne profite qu'au gagnants, c'était vachement mieux que l'émulation qui profite à tous...
    Cela dit, comme Ulysse tu as fait un beau voyage.
    Je suis sûr que tu en est revenue pleine d'usage et raison pour vivre peinarde avec ton amour le reste de ton âge ... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en aurait à dire sur l'émulation et la compétition...C'est exactement le combat que j'ai mené toute ma vie auprès des jeunes âmes que j'étais en charge d'instruire et d'éduquer aussi...
       J'ai adoré ta référence à Du Bellay
       •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  11. Belle galerie de portraits souriants visiblement contents de vivre. La dernière photo semble plus importante que les autres ; c'est votre guide ?
    Bien revenue à la maison, chère Maîtresse. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, c'était un guide uniquement sur le bateau sur lequel nous avons visité Osaka.
      Nous ne savions pas trop, d'ailleurs, si c'était une fille ou un garçon, mais iel était charmant·e...
      Bisous ma Julie
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  12. Chaque pays a ses zones d'ombre. Mais chaque pays a quelque chose à apporter au voyageur curieux qui sait se décentrer et observer d'un oeil nouveau tout ce qu'il voit. Je sais que tu as vécu tout cela intensément et que tu rentres avec plein d'étoiles dans la tête. Et ces portraits nous rappellent que chaque être humain est beau quand il sourit. Bises alpines et bon retour. Et merci pour ces partages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se décentrer : voilà une expression intéressante et qui me plaît bien.
      Ces sourires m'ont beaucoup touchée. Tant de gens font la gueule en France, mus par la peur. Mais quelle peur ? Celle de paraître trop humain ? Je n'ai pas ressenti cela au Japon, et pourtant je te garantis que j'en ai vu, du monde...
      Dans certains endroits de Tokyo, la foule est incroyable. On se croirait sur la place Saint Pierre le jour de Pâques !
      Bisous ma frangine des Alpes.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
    2. J'ai apprécié au plus haut point vos impressions de voyage, délicieuse.
      Et je me demande à l'instant si vous comptez revenir. je m'étais tellement habitué à vous lire quotidiennement.
      Allez, revenez faire ce plaisir à vos lecteurs qui vous suivent. Comme dit-on aujourd'hui ? Vos "followers" ?
      Vous voyez, je tente par tous les moyens (et très égoïstement) de quémander vos mots que j'adore.
      Vous ne m'en voudrez pas, j'en suis certain.
      Tendrement votre
      ~L~

      Supprimer
    3. Vous connaissez ma vie trépidante, cher Lorenzaccio. Je vous assure que ce n'est pas de la mauvaise volonté, ni de la fainéantise. Juste ce mal du siècle qui s'appelle le manque de temps...
      Je vous embrasse et je vais me pencher sur votre requête.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  13. Merci pour tous ces billets consacrés à ton voyage, Célestine. Il a été plaisant de te suivre. :-)
    Bon retour chez toi, bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais sûre que tu me suivais, ma douce amie.
      Merci pour ce retour.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  14. C'est avec grand intérêt que j'ai suivi quotidiennement ton périple.
    Comme j'observe avec le même intérêt celui d'un de mes petits neveux en Asie du Sud-Est pour plusieurs mois, en solitaire, à 19 ans. (Actuellement dans un endroit paumé de Thaïlande). Je pense aussi à l'organisme international dont je suis membre et aux réunions de travail auxquelles j'ai participé en Europe et qui regroupaient des gens de 25 pays de plusieurs continents. De tout cela on apprend l'infinie diversité des humains sur la planète, les immenses contrastes, les immenses incompréhensions, les intenses conflits. Et malgré tout existent des communautés informelles d'hommes et de femmes qui cherchent profondément la même paix intérieure sous des formes très variées et qui à certains apparaissent contradictoires et à d'autres merveilleuses. Un regard sur le fonds commun que nous partageons dans l'extraordinaire diversité du vivant.
    Partout on peut contempler des merveilles (matérielles et humaines). Partout on peut s'alarmer devoir continuer à se perpétrer des horreurs que l'humain continue de déployer volontairement avec cynisme.
    Reste à garder, comme tu sais le faire, le regard espérant et positif. C'est possible malgré tout le désastreux. C'est même nécessaire. Indispensable. C'est la force des êtres qui espèrent et qui agissent concrètement pour résister aux pires, avec la force des vulnérables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment fais-tu pour toucher juste à chaque fois ? Au tir à l'arc, tu serais dans le mille.
      Ce fonds commun d'humanité, de vie, de diversité universelle, c'est exactement ce que je recherche, quand je disais par exemple, en préambule de ce voyage, «L'immense diversité de notre toute petite planète est une richesse incroyable. Mieux la connaître nous la fait sans doute mieux aimer et respecter.»
      Et ce regard espérant et positif, résolument tourné vers les jeunes générations, qu'il ne faudrait pas trop assommer de prédictions funestes, au risque de provoquer un découragement et un aquoibonisme général, je le cultive chaque fois que je quitte mon nid pour aller voir le vaste monde.
      Résister au pire avec la force des vulnérables, c'est tellement beau que tu devrais entrer au dictionnaire des citations.
      Je t'embrasse cher Alain.
      Merci de ta Présence Majuscule.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  15. Tout a une fin. Retour à la maison avec de beaux souvenirs. Il est toujours intéressant de rencontrer d'autres civilisations .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bien résumé mon Daniel !
      Je ne sais si tu connais le Japon, mais dans la négative, tu adorerais les jardins et l'âme zen.
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  16. As-tu remarqué que Madame Danièle Mitterand était cachée dans tes photos ?

    Bleck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Julie de V....jeudi, 13 juin, 2024

      Oui, j'ai remarqué aussi une dame, avec 2 foulards, un masque, des grosses lunettes. Serait-ce de cette femme dont vous parlez ? Bizarre, on dirait quelqu'un qui se cache ou qui a chopé un virus très dangereux....

      Supprimer
    2. Absolument pas Julie de V.... MA Madame Danièle Mitterand, ne porte pas 2 foulards ou de masque... mais peut être y a t'il une demi douzaine de Madames Danièle Mitterand au Japon...

      Bleck

      Supprimer
    3. Bien sûr que je l'ai remarquée !
      La ressemblance est frappante, et je m'en suis d'ailleurs fait la remarque : Daniele Miterrand avait un petit côté japonais dans le regard...
      La bise, grand Bleck
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  17. Je viens de voyager à tes côtés et ton omikuji l'avait bien dit ou prédit "Des nuages qui s'écartent doucement devant la lune..." au pays du soleil levant, si plein de paradoxes ; il va te falloir du temps pour "digérer" toutes ces découvertes. Bon retour sur la terre ferme céleste Célestine, des bises fleuries. brigitte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un voyage dont on ne sort pas tout à fait comme on était avant.
      Une expérience enrichissante, tant physiquement que spirituellement.
      Bisous ma Plume
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  18. Merci pour ce beau voyage, superbement bien commenté, dans un pays où je n'irai jamais. Quel bel album cela va faire et quels beaux souvenirs ! Les portraits sont toujours attachants..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi dis-tu que tu n'iras jamais ?
      (Simple curiosité)
      Sait-on jamais ce que la vie nous réserve... Moi qui pensais aussi, il y a six ou sept ans, que je ne voyagerais jamais, je te garantis que les surprises arrivent...
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer
  19. Je n'ai pu te suivre journellement, mais je vais remédier à cela... Quel beau pays plein de contradictions, de diversités...paradoxal.
    Je suis sûre qu'il te faudra du temps avant d'atterrir sur notre terre France, mais les yeux encore pailletés des beautés découvertes au pays du soleil levant. Merci pour cet immense partage.
    Toutes vos photos sont exceptionnelles ainsi que tes commentaires tes explications.
    Je vous embrasse et toi en particulier ma chère Céleste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Den que je n'oublie pas, malgré mes frasques de pigeon voyageur.
      Un voyage inoubliable, qui s'est enchaîné avec un séjour chez mes princesses angevines, avec un détour chez mon amie Mathilde Doublétoile du Limousin.
      Pas de quoi s'ennuyer, donc, comme tu le vois.
      Je t'embrasse tout particulièrement
      •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

      Supprimer



Je lis tous vos petits grains de sel. Je n'ai pas toujours le temps de répondre tout de suite. Mais je finis toujours par le faire. Vous êtes mon eau vive, mon rayon de soleil, ma force tranquille.
Merci par avance pour tout ce que vous écrirez.
Merci de faire vivre mes mots par votre écoute.